Presses universitaires de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « PUF » redirige ici. Pour les autres significations, voir PUF (homonymie).
Logo de la maison d'édition
Repères historiques
Création 1921 (il y a 96 ans)
Dates clés 1934-1939 (fusion avec Alcan, Leroux & Rieder)
Fiche d’identité
Forme juridique Société anonyme
Siège social Paris  (France)
Dirigée par Jean-Claude Seys
Président
Frédéric Mériot
Directeur général
Spécialités revues, manuels universitaires, essais, monographies
Collections Perspectives critiques, Le lien social, Science, histoire, société, Éthique et philosophie morale, Intervention philosophique, Éducation et société, Sociologie d'aujourd'hui, Le Nœud gordien, Lignes d'art…
Titres phares Que sais-je ?
Épiméthée
Quadrige, Major.
Site web www.puf.com
Données financières
Chiffre d'affaires 13 107 414 (2010)en diminution 2,64 %
Résultat net −131 000 (2009)

Les Presses universitaires de France (PUF ou les PUF) sont une maison d'édition fondée en 1921 par un collège de professeurs. L'entreprise est spécialisée dans la publication de revues scientifiques et de manuels universitaires.

Historique[modifier | modifier le code]

Le 17 décembre 1921 est créée une société coopérative, les Presses universitaires de France (PUF) par cinq professeurs, à savoir Pierre-Marcel Lévi dit Pierre-Marcel, Edmond Schneider, Maurice Caullery, Charles Marie, Ferdinand Gros et Xavier Léon. Les deux premiers membres sont nommés directeurs. Le plus gros actionnaire est la Banque des coopératives[1].

En février 1922, une librairie est ouverte au 49 boulevard Saint-Michel à Paris : en juillet, sortie du premier livre de la marque PUF[1].

Entre 1926 et 1928, les PUF entrent au capital de Leroux et de Rieder, puis rachètent l'imprimerie de François Launay à Vendôme[1].

Entre 1934 et décembre 1939, sous l'impulsion de Paul Angoulvent et à la suite de la faillite du principal actionnaire, la Banque des coopératives, le 28 septembre 1934, les Presses universitaires de France fusionnent avec trois éditeurs : Félix Alcan associé à son neveu René Lisbonne (principalement spécialiste de philosophie), Leroux (éditeur d'histoire) et Rieder (littérature générale). Ces quatre entités sont à l'origine de la marque « Quadrige ».

Paul Angoulvent exerce la présidence de la nouvelle maison d'édition d'alors, jusqu'à la mise en place en 1968 d'un directoire et d'un Conseil de surveillance dont il prend la présidence. Son fils, Pierre, lui succède, comme président du directoire, et exerce cette fonction jusqu'en 1994, date à laquelle Michel Prigent lui succède jusqu'à sa mort en 2011. Il est suivi d'Alain Morvan puis de Monique Labrune en 2012.

Les PUF ont connu une très importante restructuration en 2000 avec la cession de leur librairie, place de la Sorbonne, et l'ouverture à l'apport des nouveaux capitaux (55,5 % pour la société civile Libris composée notamment des principaux auteurs, directeurs de collections, revues et dictionnaires, fondée par Michel Prigent, 16,4 % pour la GMF, 15,1 % pour le groupe Flammarion, 8,1 % pour le groupe MAAF, 4,5 % pour la Fondation Martin Bodmer, 0,4 % pour les anciens coopérateurs).

En 2010 les PUF font l'objet d'un nouvel apport de capitaux de la part des sociétés composant Covéa, une SGAM regroupant la MAAF, MMA, et la GMF, via le fonds de dotation Thôt, dans le cadre de la politique d'économie sociale de ce groupe[2]. Après un net retour à la rentabilité, les PUF se retrouvent de nouveau en difficulté à la suite du décès de leur Président, Michel Prigent.

En 2014, le groupe de réassurance Scor prend une participation majoritaire au capital des PUF, par le biais d'une augmentation du capital. La gouvernance passe du régime « directoire et conseil de surveillance », à un « conseil d'administration », avec dissociation des fonctions de président (Jean-Claude Seys) et de directeur général (Frédéric Mériot)[3].

La collection encyclopédique « Que sais-je ? » a longtemps été l'un des fleurons de cet éditeur. Fondée en 1941 par Paul Angoulvent, l'idée était de traiter le plus grand nombre de sujets sous un format simple (format de poche, 128 pages, imprimé uniquement en noir et blanc) et à un prix réduit. Cette collection rencontre un immense succès avec, au début du XXIe siècle, environ 3 800 titres disponibles, 200 millions d'exemplaires vendus et des traductions dans 43 langues.

La constitution au d'un groupe de presse avec les Éditions Belin, qui a le même actionnaire Scor, est en cours. Il devrait être le 12e français avec 30 millions d'euros de chiffres d'affaires et 180 employés[4].

Collections[modifier | modifier le code]

Stand salon du livre.
Le stand des Puf au Salon du livre de Paris 2011.

Collections aujourd'hui disparues[modifier | modifier le code]

En 1984, les PUF « reviennent à une tradition qu'elles avaient depuis longtemps délaissée : la publication de romans. Elles créent la collection « Écrits », dirigée par Béatrice Didier, qui se donne pour but de publier des textes inédits, de fiction, mais aussi de témoignages ou d’autobiographies. »[5]

Revues[modifier | modifier le code]

Droit, science politique et relations internationales[modifier | modifier le code]

Économie, finance et fiscalité[modifier | modifier le code]

Photo couverture matière et mémoire.
Une ancienne édition (1965) de Matière et mémoire, un des ouvrages du philosophe Henri Bergson (Prix Nobel de littérature).

Esthétique[modifier | modifier le code]

Histoire, géographie et arts[modifier | modifier le code]

Lettres et linguistique[modifier | modifier le code]

Philosophie[modifier | modifier le code]

Psychologie et psychanalyse[modifier | modifier le code]

Sociologie, ethnologie, démographie et sciences de l'éducation[modifier | modifier le code]

Revues aujourd'hui disparues[modifier | modifier le code]

  • 1982-1991 : Corps Écrit (littérature et poésie), trente-six numéros thématiques[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Chronologie de l'édition française, moteur de recherche en ligne.
  2. http://www.journal-officiel.gouv.fr/publications/assoccpt/pdf/2010/3112/525120283_31122010.pdf
  3. « SCOR prend une participation majoritaire dans les PUF », sur actualitte.com, ActuaLitté, (consulté le 11 avril 2014)
  4. Les éditions Belin et PUF vont se rapprocher, lemonde.fr, 18 juillet 2016.
  5. Le Monde du , « Des romans aux PUF » (Jo. S.), qui note alors : « deux récits inaugurent la collection : l'Empire de la passion, de Bourbon-Busset, et l'Éducation inachevée, de Robert André, Au cours de l'année seront publiés : Le Fleuve palimpseste, de Pierre Gamarra, Lignes d'une vie : mon entrée en littérature, de René Étiemble, Moments, de Michel Butor, la Maison mère, de Marcelin Pleynet, l'Apprenti, de Philippe Barret. »
  6. http://www.puf.com/Collections/Ecriture

Sur les autres projets Wikimedia :

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Presses universitaires de France.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Valérie Tesnière, Le Quadrige : Un siècle d'édition universitaire, 1860-1968, Paris, Presses universitaires de France, , 491 p. (ISBN 2-13-051727-7)

Articles connexes[modifier | modifier le code]