Aude de Kerros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant une graveuse image illustrant français image illustrant une peintre
image illustrant français image illustrant l’art contemporain
Cet article est une ébauche concernant une graveuse française, une peintre française et l’art contemporain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Aude de Kerros
Portrait-Aude-de-Kerros-2008-2.jpg

Aude de Kerros en 2008.

Naissance
Nationalité
Activité
Distinctions
Site web

Aude de Kerros, née à Batavia dans les Indes orientales néerlandaises le , est une graveuse, artiste peintre et essayiste française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Aude de Kerros est issue d’une famille de marins, d’artistes et de juristes. Son père rejoint dès juin 1940 la France libre, y est officier de marine et, après la guerre, devient diplomate. Son enfance et son adolescence sont ainsi marquées par des voyages entre l'Asie, l'Amérique du Sud, le Proche-Orient et Israël, où elle séjourne plusieurs années.

Études[modifier | modifier le code]

Elle partage ses années d’apprentissage entre la préparation d’un diplôme à l'Institut d'études politiques de Paris, d'une maîtrise en droit, et la fréquentation des ateliers des graveurs Henri Goetz, S.W. Hayter et Johnny Friedlaender.

Gravure[modifier | modifier le code]

Ses études achevées, Aude de Kerros fait le choix de la gravure. Plus de quatre-vingt expositions en France et en Europe, à Berlin, Munich, Mayence, Rome, Gênes, Londres et Varsovie la font connaître. Elle est invitée et pensionnée par la fondation Konrad Adenauer. Elle est lauréate de l’Institut de France (prix Paul-Louis Weiller de la gravure 1988)[réf. nécessaire].

Ses œuvres figurent dans les collections du National Museum of Women in the Arts de Washington. Elle participe à l'exposition « De Bonnard à Baselitz » au cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale de France à Paris.

Au centre d'un corpus de cinq cents eaux-fortes, neuf cycles de gravures forment un ensemble lié par la même quête spirituelle. Parmi ces cycles, on peut citer Paysages intérieurs, Iggdrasil, La Genèse, L'Hortus Conclusus ou encore Le chant du monde. Aude de Kerros a également créé une importante œuvre peinte.

Débats sur l'art[modifier | modifier le code]

À partir des années 1990, Aude de Kerros se fait également connaître par de nombreux articles de décryptage et d’analyse du monde de l’art. Elle prend part au débat sur l’« art contemporain », représente le point de vue de l’artiste indépendant. Elle contribue à l'histoire de l’art du dernier demi-siècle en décrivant les deux faces d'une réalité complexe: le monde visible de l'art financier international, le conceptualisme strict de l'art officiel français et les divers courants picturaux non agrées. Elle met en scène l'interaction de ces réalités contradictoires. Elle fait le récit des péripéties du débat souterrain sur l'art, évoque son contenu, commente ses publications. Elle fait la chronique d'une nouvelle querelle, clandestine celle-là, celle « des modernes et des contemporains », en cours depuis quatre décennies.

Trois livres, notamment, évoquent cette réalité : L'Art Caché - Les dissidents de l'Art contemporain et Sacré Art Contemporain - Évêques, Inspecteurs et Commissaires pour lequel elle est lauréate de l'Institut en 2012 avec le prix Adolphe Boschot de la critique d'art et L'imposture de l'Art contemporain - Une utopie financière.

Médias[modifier | modifier le code]

Elle crée une collection d’entretiens d’artistes pour l’Institut des Archives Sonores de Franklin Picard, essayant ainsi d’approcher, grâce à leur récit, l’histoire de l’art du dernier demi-siècle.

Elle dirige l’émission Le Libre Journal d’Aude de Kerros sur Radio Courtoisie, émission consacrée à une réflexion et à une exploration du domaine des arts visuels, en dehors des tendances dominantes.

Distinction[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • L'Imposture de l'Art contemporain - Une utopie financière, Eyrolles, 2015
  • Sacré Art Contemporain - Évêques, Inspecteurs et Commissaires, éd. Jean Cyrille Godefroy, 2012 (ISBN 978 2 86553 233 9)
  • L'Art Caché : les dissidents de l'Art contemporain, Eyrolles[2], 2007 (ISBN 978-2212539332) ; réédition augmentée, octobre 2013 (ISBN 978-2-212-55783-1)
  • Les Échelles du Ciel, Éditions du Savoir Perdu, Parme, 2001 (ISBN 88-88231-10-2)

Livres électroniques[modifier | modifier le code]

Lisibles sur le site d'Aude de Kerros.

  • Le Cœur d'amour épris, illustration de la Bible traduite par André Chouraqui
  • Le Chemin des étoiles, un chemin de Saint-Jacques gravé
  • Le Chant du monde, images de l'Apocalypse

Livres collectifs[modifier | modifier le code]

  • Sous la direction de Henry de Lumley : Le Beau, l'art et l'homme, émergence du sens esthétique. Contribution d'Aude de Kerros: "La beauté interdite en art: 1960-2013", p. 181 à 192, CNRS éditions, 2014, (ISBN 978-2-271- 08079-0)
  • Sous la direction de Leszek Kanczugowski, De la Renaissance aux Lumières -Allemagne, France, Pologne. Contribution d'Aude de Kerros: " La Renaissance et les territoires imaginaires de l'Europe - Vision en perspective par un spectateur concerné" p. 17 à 36. (ISBN 978-83-7702- 895-7)
  • Aude de Kerros, Marie Sallantin, Pierre Marie Ziegler, 1983-2013 Années noires de la peinture Une mise à mort bureaucratique ?, éditions Pierre Guillaume de Roux, 2013 (ISBN 978-2-36371-044-4)
  • Art contemporain: Art ou mystification - Huit Essais, Éditions Russkiy Mir, Moscou, 2012 (ISBN 978-5-89577-168-6) Textes en français et en russe de Jean Clair, Marc Fumaroli, J.P. Domecq, Aude de Kerros, Christine Sourgins, Boris Lejeune, Kostas Mavrakis, préface de Tania Goritcheva, postface de Bernard Dumont.
  • Sous la direction de Bernard Dumont et Christophe Reveillard, La Guerre civile perpétuelle, Éditions Artège, 2012 (ISBN 978-2-36040-072-0)Contribution : « L'art contemporain et la guerre contre soi-même ».
  • Sous la direction de Maxence Caron et Jacques de Guillebon, Philippe Muray, Éditions du Cerf, 2011 (ISBN 978-2-204-09536-5) Contribution : « L'Empire du Bien, vingt ans après ».
  • Sous la direction de Bruno Bérard, Qu'est-ce que la Métaphysique ?, éditions de l'Harmattan, 201O (ISBN 978-2-296-12901-6). Les auteurs : Bruno Bérard, Jean Biés, Jean Borella, François Chénique, Kostas Mavrakis, Pamphile, Alain Santacreu, Wolgang Smith, Emmanuel Tourpe, Jean Marc Vivenza, Aude de Kerros. Contribution : « La Grande Crise métaphysique de l'art ».

Catalogues[modifier | modifier le code]

Articles de revues[modifier | modifier le code]

Aude de Kerros publie régulièrement dans nombre de revues dont Artension, Le Débat (Gallimard), Commentaire, Nouvelles de l'estampe, La Nef, Kephas, Univers des Arts, les Cahiers de la Table Ronde, Liberté Politique, Catholica, ainsi que des tribunes dans Le Monde, Le Figaro, Les Échos, Money Week, NRH, etc.

  • Artension
    • no 28 : « L’art contemporain : l’inéluctable schisme »
    • no 36 : « Marcel Duchamp détourné par la politique », 21 juillet 2007
    • no 38 : « Où est passé l'Art » ?, novembre 2007
    • no 39 : « C'est officiel, il n'y a pas d'art officiel ! », janvier 2008
    • no 44 : « Le Financial Art, son concept et son avenir », novembre 2008
    • no 46 : « Le dernier art officiel du XXe siècle », mars 2009
  • Le Débat (Gallimard)
    • no 150 : « L'impossible débat », mai 2008
  • Commentaire
    • no 11 : « L’art caché », automne 2005
  • Les Cahiers de la Table Ronde
    • « L’art en Révolutions », printemps 2005
  • Les Échos
    • « Financial Art à Versailles », 15 septembre 2008
    • « L'art contemporain et la titrisation du Néant », 22 octobre 2010
  • Le Monde
    • « L'effondrement du Financial Art », 23 décembre 2008
    • « Peut-on critiquer l’interaction de l’art et du marché sans être qualifié de “réactionnaires” ? »[3], 28 septembre 2015
  • Monney Week
    • no 111 : « Les reliques barbares vont-elles terrasser les arts conceptuels ? », 16 décembre 2010
    • no 116 : « Comment vendre le Néant ? », 27 juillet 2011
    • no 120 : « Spiritualité financière et saintes liquidités », 24 février 2011
    • no 125 : « L'art contemporain et ses chefs-d'œuvre de design financier », 31 mars 2011
    • no 128 : « Pourquoi la régulation a tué le marché de l'Art contemporain en France », 21 avril 2011
  • Liberté Politique
    • numéros 16, 17, 18, 19 (feuilleton) : « L’art sacré à la fin du millénaire »
    • no 22 : « Dialogue et transgression : La politique culturelle de la conférence des évêques de France »
    • no 37 : « Aliénations réciproques »
    • no 40 : « Un événement caché du débat sur la liberté de l'art »
    • no 41 : « L'Art contemporain du sermon de carême »
    • no 42 : « Tous les sacrés sauf un »
    • no 49 : « Une défense théologique de l'art contemporain », juin 2010
    • no 50 : « Art Sacré de l'Église ou de l'État ? » p. 77, septembre 2010
    • no 52 : « Note de Vocabulaire sur la notion d'Art », p. 201, septembre 2011
    • no 56 : « La Métamorphose du blasphème en Art », p. 171, janvier 2012
  • La Nef
    • no 196 : « Art et Sacré - L'impasse », septembre 2008
    • no 233 : « L'Art en déconstruction », janvier 2012
  • Conflits actuels
    • no 7 : « Le non art : art officiel et international 1960-2000 », printemps 2001
  • Contrelittérature
    • no 21 : « Au cœur de la dernière utopie », printemps 2008
  • Catholica
    • no 92 : « La métamorphose postmoderne et les théoriciens de l’Art contemporain », été 2006
  • Il Covile
    • no 585 : « Una difesa “teologica” dell’arte contemporanea », avril 2010
    • no 593 : « L’arte e la “grande crisi” », juillet 2010
    • no 672 : « La metamorfosi del blasfemo in arte », décembre 2011
    • no 719 : « Da Sacrè art contemporain », septembre 2012
  • Kephas
    • « Peut-on inculturer une contre culture ? », novembre 2005
  • Nouvelles de l'estampe
    • Divers articles sur les graveurs Jean Delpech, Albert Decaris, Sergio Birga, Pierre Yves Trémois, Jean Marie Granier, etc.
  • Le Bois gravé
  • Décryptage
    • « L’affaire Pinoncelli » (feuilleton)
    • « What's Next? - Une image pieuse de la post modernité », 1er octobre 2011
    • « Les maîtres du désordre - Sorciers, chamanes et performers - Une théorie de l'art sacré contemporain », mai 2012
  • NRH
    • « L'arme de l'Art contemporain », n° 65, mars avril 2013, pp. 50 à 52

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 13 novembre 2009 portant promotion et nomination sur le site legifrance.gouv.fr, 2 février 2016.
  2. [présentation en ligne].
  3. Voir sur lemonde.fr du 28 septembre 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]