Jérôme Lindon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lindon.
Jérôme Lindon
Defaut.svg
Biographie
Naissance
Décès
(à 75 ans)
Paris, France
Sépulture
Pseudonyme
Louis PalombVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
française
Activité
Père
Fratrie
Laurent Lindon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant

Jérôme Lindon, né le à Nantes et mort le à Paris, est un éditeur français. De 1948 à sa mort, il dirige Les Éditions de Minuit à travers lesquelles il aura une influence majeure sur la littérature française avec notamment la promotion des auteurs du Nouveau Roman ainsi que de deux futurs prix Nobel de littérature que sont Samuel Beckett et Claude Simon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et familles[modifier | modifier le code]

Jérôme Lindon est le fils de Raymond Lindon, premier avocat général à la Cour de cassation, ancien maire d'Étretat, et de Thérèse Baur ; il est aussi le petit-neveu d'André Citroën (1878-1935)[1]. Il est le père de l'écrivain Mathieu Lindon et de l'éditrice Irène Lindon, ainsi que l'oncle de l'acteur Vincent Lindon.

Carrière d'éditeur[modifier | modifier le code]

Jérôme Lindon entre aux Éditions de Minuit en 1946 comme chef de fabrication. Mais l'entreprise connaît depuis l'après-guerre une situation financière difficile et en 1948, son président, Vercors, quitte la société. Jérôme Lindon prend alors la tête de l’entreprise, qu'il dirigera plus de cinquante ans, jusqu'à sa mort en 2001.

À la tête des Éditions de Minuit, il est le grand promoteur des auteurs phares du Nouveau Roman, comme Michel Butor, Samuel Beckett, Alain Robbe-Grillet ou Claude Simon.

Durant la Guerre d'Algérie, il publie de nombreux ouvrages qui dénoncent la torture et des récits de déserteurs, ce qui lui vaut d'être poursuivi pour « provocation à la désobéissance »[2]. Dans cette période, les ouvrages des Éditions de Minuit sont régulièrement saisis. Il est l'un des signataires du Manifeste des 121 sur le droit à l'insoumission dans la guerre d'Algérie, paru le 6 septembre 1960. Pendant son procès à propos du livre Le Déserteur de Maurienne (Jean-Louis Hurst), son domicile et sa maison d'édition sont victimes d'attentats de l'Organisation de l'armée secrète (OAS)[3],[4].

En 1968, sous le pseudonyme de Louis Palomb, il écrit deux romans épistolaires[5].

Devant la montée en puissance des grandes chaînes de librairies, Jérôme Lindon prend position dans la défense du livre et de la librairie indépendante. Au début des années 1980, il est ainsi à l'origine de la loi sur le prix unique du livre, dite « loi Lang », puis milite, à la fin de sa vie, pour le prêt payant dans les bibliothèques. En 1989, il est nommé membre du Conseil supérieur de la langue française.

À sa mort, sa fille, Irène Lindon, reprend les commandes des Éditions de Minuit.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sous le pseudonyme de Louis Palomb
  • Correspondance, Éditions de Minuit, 1968. - In-16 (18 cm), 189 p. (ISBN 9782707304612)
  • Réflexions, Éditions de Minuit, 1968. - In-16 (18 cm), 204 p. (ISBN 9782707304629)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Raymond Lindon était l'un des cinq fils d'Alfred Lindon et de Fernande Citroën, sœur aînée du célèbre constructeur ; voir notamment André Citroën, de Jacques Wolgensinger, Flammarion, 1991 (ISBN 2-08-066484-0).
  2. Voir les minutes du procès de Jérôme Lindon, décembre 1961, in Provocation de militaire à la désobéissance, Le procès du Déserteur, Éditions de Minuit, 1962-2012. (ISBN 9782707304834)
  3. « Les manifestations contre l'activisme s'amplifient à Paris et en province », Le Monde,‎
  4. « À Paris », Le Monde,‎
  5. [PDF] Bibliographie Jérôme Lindon, consulté le 28 décembre 2014

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]