Zadoc Kahn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kahn.
Zadoc Kahn
Zadoc Kahn.jpg
Fonction
Liste des grands-rabbins de France
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction
Paris Cimetière Montparnasse ZadocKahn879.JPG

Vue de la sépulture.

Caricature sur Pierre Waldeck-Rousseau mettant en scène Zadoc Kahn, d'après Le Sacre de Napoléon, paru en 1903 dans le journal La Bastille


Zadoc Kahn (né le à Mommenheim - mort le à Paris) fut grand rabbin de France de 1889 à sa mort en 1905.

Biographie[modifier | modifier le code]

Zadoc Kahn naît dans une famille pieuse à Mommenheim, dans le Nord de l’Alsace. Son père est colporteur, sa mère descend du rabbin Jacob Meïr, grand-rabbin de Rhénanie du sud et membre du Grand Sanhédrin convoqué par Napoléon. Il est envoyé aux études à l’âge d’onze ans auprès du rabbin Isaac Beer de Bischeim puis du rabbin Salomon Lévy qui le prépare à l’examen d’entrée au Séminaire rabbinique. Il étudie également à l’académie talmudique de Strasbourg auprès du rabbin Moïse Bloch, auteur d’un commentaire sur le traité ’Houllin.

Admis au séminaire de Metz en 1856, directeur de l'école préparatoire au séminaire dès 1859, il est nommé en 1867 adjoint du grand rabbin de Paris, Lazare Isidor, puis lui succède en 1868 quand celui-ci est nommé grand rabbin de France. Il est très affecté par la guerre de 1870 et la perte de son Alsace natale. En 1879, il fonde la Société des études juives, creuset du « franco-judaïsme ». En 1889, à la mort d'Isidor, il est nommé grand rabbin de France. Luttant inlassablement contre l'antisémitisme, favorable au retour des Juifs en Palestine organisé par Edmond de Rothschild, il milite ardemment en faveur d’Alfred Dreyfus dont il avait célébré le mariage avec Lucie Hadamard le , dans la synagogue de la Victoire à Paris.

Il a eu trois fils et trois filles de son mariage avec Ernestine Meyer. Deux de ses gendres seront le futur grand-rabbin de France Israël Lévi, et le futur grand-rabbin de Paris Julien Weill, qui sera son biographe en 1912. Parmi ses petits-enfants figurent Odette Bruhl, épouse de Jacques Monod, sa sœur Lise Bruhl, épouse de Georges Teissier, et Geneviève Zadoc-Kahn, professeur de piano et de musique et régisseuse des concerts musigrains[1].

Il est inhumé au cimetière du Montparnasse.

Décorations[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L‘Esclavage selon la Bible et le Talmud, 1867
  • Études sur le livre de Joseph le zélateur, 1887
  • Titus d'après le Talmud et d'après l'histoire
  • Souvenirs et regrets, Paris, 1898 dans lequel il rapporte (page 217) l'oraison funèbre qu'il consacra, le 22 février 1886, au professeur Nathaniel Philippe Sander.
  • La Bible du Rabbinat, 1899
  • La Bible de la jeunesse, 1899
  • Jewish Encyclopedia (participation)
  • Sermons et allocutions (4 volumes)
  • Biographie de M. Isidore Loeb

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sources généalogiques familiales