Haïm Korsia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Haïm Korsia
Description de cette image, également commentée ci-après

Haïm Korsia en octobre 2014.

Nom de naissance Haïm Émile Korsia[1].
Naissance (51 ans)
Lyon, 2e arr., France
Nationalité Française
Pays de résidence France
Diplôme
Activité principale
Grand-rabbin de France
(depuis le 22 juin 2014)
Autres activités
Aumônier en chef du culte israélite des armées et formations rattachées (2007-2014)
Formation
Distinctions

Haïm Korsia, né le à Lyon, est un rabbin français, ancien aumônier en chef du culte israélite des armées et de l'École polytechnique[2], administrateur du Souvenir français et ancien membre du Comité consultatif national d'éthique. Le 22 juin 2014, il est élu grand-rabbin de France pour sept ans.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille séfarade venue d'Algérie, il est le fils d'André Korsia originaire d'Oran (rabbin dans la région parisienne[3]), et d'une mère née à Tlemcen[4].

Haïm Korsia est père de trois enfants avec son épouse Stéphanie (mère de deux enfants d'un premier mariage).

Formation[modifier | modifier le code]

À l'âge de 15 ans, Haïm Korsia entre au Séminaire israélite de France (SIF), avant son baccalauréat qu'il passe par correspondance. Il est titulaire d’un MBA de la Reims Management School, où il a soutenu un mémoire traitant de la conception d‘une stratégie de développement pour le rabbinat français, d’un DEA de l’École pratique des hautes études[3] et d’un doctorat en histoire contemporaine consacré à la vie du grand-rabbin Jacob Kaplan, dans lequel il souligne l’attachement de cette figure tutélaire du judaïsme français à concilier deux espérances, celle de la Bible et celle de la République.

Il a également suivi un cursus universitaire d’études et de recherches sur les questions militaires et géostratégiques, et il a intégré l'Institut des hautes études de la sécurité intérieure, puis le Centre des hautes études sur l'Afrique et l'Asie modernes (CHEAM) dont il est sorti diplômé après avoir soutenu un mémoire sur « les groupes religieux juifs en Israël et le processus de paix ».

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

À l'âge de 17 ans, il assume les fonctions de rabbin pour les fêtes à la synagogue du Mans[5]. Nommé en 1987 rabbin de la ville de Reims[6], il y reste durant treize années. Il travaille aux côtés de Joseph Sitruk, grand-rabbin de France de 1987 à 2008[7] puis de son successeur Gilles Bernheim, de 2009 à 2013[8].

Il se considère comme un disciple du grand-rabbin Emmanuel Chouchena, le directeur du SIF.

En 2004, le rabbin Haïm Korsia veut inviter l'humoriste Dieudonné à Auschwitz, car selon lui : « il est l'un des rares à pouvoir parler à ces jeunes désocialisés qui insultent des juifs. Bien malgré lui, il est devenu l'icône de ceux qui veulent s'opposer aux juifs, je suis certain qu'il peut avoir un impact positif sur ces jeunes qui peuvent avoir un rejet du judaïsme »[9]. Cependant, il abandonne le projet la même année, se pliant à l'avis du grand-rabbin Joseph Sitruk qui se désolidarise publiquement de l'idée de son conseiller[10].

Depuis le 29 octobre 2006, Haïm Korsia participe sur Direct 8 à une émission de débat intitulée Les Enfants d'Abraham[11],[12], aux côtés du prêtre catholique Alain de La Morandais et de l'anthropologue Malek Chebel.

En qualité d'aumônier en chef des armées[13], il participe le 3 juin 2009 à la cérémonie œcuménique à Notre-Dame de Paris pour les disparus du vol 447 Air France Rio-Paris[14].

Haïm Korsia est également membre d'honneur de l'Observatoire du patrimoine religieux (OPR), une association multiconfessionnelle qui œuvre à la préservation et au rayonnement du patrimoine cultuel français.

Son humour est reconnu[15].

Il est considéré comme juif orthodoxe et moderne à la fois[3].

Grand-rabbin de France[modifier | modifier le code]

À l'élection du 22 juin 2014, pour le poste de grand-rabbin de France, Haïm Korsia est un des dix candidats. Les neuf autres candidats sont : Raphaël Banon, Laurent Berros, Bruno Fiszon, Élie Elkiess, Olivier Kaufmann, Yoni Krief, Meïr Malka, Alain Sénior et David Shoushana[16],[17].

Le jour de l'élection, il ne reste plus que six candidats[18],[19], les autres s'étant retirés.

Sur les 313 électeurs, 233 sont présents (177 électeurs et 56 suppléants). Au 1er tour, 227 suffrages sur 233 et au deuxième tour 228 suffrages sur 233 sont exprimés.

Les résultats du 1er tour sont les suivants : Haïm Korsia, 94 voix (41,41 %), Olivier Kaufmann, 52 voix (22,90 %), Laurent Berros, 41 voix (18,06 %), Alain Sénior, 32 voix (14,09 %), Meir Malka, 4 voix (1,76 %) et David Shoushana, 4 voix (1,76 %)[20].

Haïm Korsia est élu grand-rabbin de France, au deuxième tour<[5], avec 131 voix (57,45 %) contre 97 voix (42,54 %) pour Olivier Kaufmann[21],[22].

Le rabbin Moché Lewin était le directeur de sa campagne. Au moment de l'annonce de l'élection par le président du Consistoire Joël Mergui, la présence du grand-rabbin Gilles Bernheim est notée[23].

Le 2 juillet 2014, un article de Dan Israel accuse Korsia, exemples à l'appui, d'avoir, tout comme son prédécesseur au grand-rabbinat, commis des plagiats[24]. L'information est reprise par plusieurs médias : le site Fait religieux[25] et La Croix le 4 juillet 2014[26], ainsi que Libération le 7 juillet[27]. Le 9 juillet, le Canard enchaîné cite un communiqué où le grand-rabbin « reconnaît les faits mais les minimise ». L'article de La Croix cité plus haut apporte les précisions suivantes reprises de Mediapart : pour le livre Être juif et français, « ces emprunts sont très loin de constituer la partie principale du livre de Haïm Korsia, qui a réellement écrit et travaillé sur la vie de Jacob Kaplan ». Quant à La kabbale pour débutants, il comporte des décalques de l'ouvrage L’Homme, espoir de Dieu, d’Emmanuel Chouchena, dont Haïm Korsia fut un des plus proches disciples. L'éditeur de ce dernier ouvrage estime que « celui-ci comportait des blancs que l’actuel grand-rabbin de France a lui-même « comblés » » et donc, selon lui, il est « tout à fait naturel et logique (que) développant la thématique de la kabbale dans un autre ouvrage de vulgarisation publié chez le même éditeur, Haïm Korsia ait repris certains passages qu’il avait déjà rédigés ».

Invité à New York par la « Park East Synagogue » qui fête son 125e anniversaire, en février 2015, Haïm Korsia critique le président des États-Unis, Barack Obama, au sujet de sa réaction à la Prise d'otages du magasin Hyper Cacher de la porte de Vincennes. Il se dit peiné de son interprétation de l'événement, comme si les otages avaient été choisis au hasard et non pas comme Juifs[28],[29].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Hommages et distinctions[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Académie des sciences morales et politiques[modifier | modifier le code]

Haïm Korsia est élu à l’Académie des sciences morales et politiques le 15 décembre 2014[34]. Il succède à Michel Crozier dans la section Morale et Sociologie.

Jean Cluzel a expliqué comme suit pourquoi il a appelé les membres de l'Académie à voter pour ce candidat : « Pourquoi, en qualité de membre de cette Académie, ai-je pris position en appelant mes confrères à voter en sa faveur ? Chers Amis de RCF (Radios chrétiennes francophones), parce qu’en qualité de représentant de la communauté israélite il en avait, avant tout autre, le droit. (...) Et puis parce que, Bourbonnais, j’avais le devoir de faire écho à une lettre datée de Cusset le 31 juillet 1941 émanant du rabbin Jacob Kaplan, dont je viens d’évoquer le nom et qui représentait alors la communauté israélite de France auprès du gouvernement de l’époque. (...) Comme Bourbonnais et pour notre honneur, j’ai voulu, lundi dernier, tenter de payer une dette qui, pour ne pas nous être personnelle n’en n’était pas moins collective : c’est ainsi que, grâce à mes confrères, le grand-rabbin de France est devenu membre de l’Académie des sciences morales et politiques où il a remplacé le grand-rabbin Jacob Kaplan[35]. »

Prix[modifier | modifier le code]

Son ouvrage paru en 2006 Être juif et français. Jacob Kaplan, le rabbin de la République lui a valu le prix Charles-Aubert d'histoire décerné par l'Académie des sciences morales et politiques[36] et doté de 15 000 euros. Il succède à Jean-Christian Petitfils.

A la télévision[modifier | modifier le code]

Film documentaire[modifier | modifier le code]

  • Monsieur le rabbin, un film de Christophe de Ponfilly (auteur-réalisateur), production/diffusion : Interscoop, France 3, distribution : Doc & Co, 55 minutes, 1999[37]

Dessin animé[modifier | modifier le code]

Haïm Korsia participe au dessin animé Silex and the City diffusé sur Arte, en interprétant le personnage de Shlomo Abilis, un rabbin préhistorique, dans l'épisode Chamane Shalom de la saison 2.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. JORF 5 avril 2015.
  2. « M. Korsia Haïm », sur École polytechnique
  3. a, b et c Caroline Pigozzi, « Portrait - Haïm Korsia », Paris Match, semaine du 26 juin au 2 juillet 2014, page 88.
  4. « voir », sur CCLJ
  5. a et b Martine de Sauto, « Haïm Korsia, nouveau grand-rabbin de France », sur La Croix,‎ .
  6. « Le Rémois Haïm Korsia, nouveau grand-rabbin de France », sur L'union-L'Ardennais,‎ .
  7. « Rabbin Haïm Korsa », sur direct8.directmedia.fr
  8. Jean Sévillia, « Comment le nouveau grand-rabbin veut rassembler les juifs de France », Le Figaro Magazine,‎ semaine du 27 juin 2014, p. 22-23.
  9. « Dieudonné va visiter le camp d'Auschwitz », sur Le Nouvel Observateur,‎ (consulté le 21 juin 2004)
  10. « Religion : le rabbin Korsia renonce à inviter Dieudonné à Auschwitz », sur La Croix,‎ 1er octobre 2004
  11. « Les enfants d'Abraham », sur tele.fluctuat.net.
  12. « Les Enfants d'Abraham », sur direct8.directmedia.fr.
  13. « Haïm Korsia, un rabbin hors du commun »
  14. « Communiqué de presse d'Air France », sur alphasite.airfrance.com.
  15. « Haïm Korsia, monsieur le grand-rabbin », sur Le Figaro,‎
  16. Stéphanie Le Bars, « Grand-rabbin de France : dix candidats pour remplacer Gilles Bernheim », sur Le Monde Blogs,‎ .
  17. Éric Hazan, « Élection du grand-rabbin de France : dix candidats pour succéder au grand-rabbin Bernheim », sur Le Monde Juif.info,‎ .
  18. Le désistement de dernière minute de Meir Malka n'est pas accepté par le Consistoire. Cf « Haïm Korsia, figure d'ouverture, élu grand-rabbin de France », sur Libération.fr,‎ .
  19. « Haïm Korsia, aumônier général des armées, élu grand-rabbin de France », sur Le Monde.fr,‎ .
  20. Moshé Cohen Sabban, « Haïm Korsia XVe grand-rabbin de France », sur J Forum.fr,‎ .
  21. « Haïm Korsia élu grand-rabbin de France pour sept ans ».
  22. « Haïm Korsia élu grand-rabbin de France », sur L'Express,‎ .
  23. Daniel Benely, « Le rav 'Haïm Korsia, grand-rabbin de France », sur Hamodia.fr,‎ .
  24. Dan Israel (article payant), « Le nouveau grand-rabbin de France est lui aussi adepte du « copier-coller », sur Mediapart,‎ .
  25. « Le nouveau grand-rabbin de France accusé de plagiat », sur Fait religieux,‎ .
  26. « Le nouveau grand rabbin de France accusé de plagiat », sur La Croix,‎ .
  27. Bernadette Sauvaget, (accès payant), « Haïm Korsia. Les ailes du rabbin », sur Libération,‎ .
  28. Voir, (en) Frank Rosario & Bruce Golding. France's top rabbi blasts Obama for market massacre. New York Post, February 19, 2015.
  29. Un résultat de la visite à New York : le New York Times utilise une photo prise à la "Park East Synagogue" en février 2015, montrant le maire de New York, Bill de Blasio avec Haïm Korsia, le premier de haute taille et le second de petite taille, pour illustrer un article scientifique sur les relations entre taille et risque de crise cardiaque. Voir, (en)Gina Kolata. Shorter Stature May Increase Risk of Heart Disease. The New York Times, Thursday, April 9, 2015, p. A4.
  30. « A Corps et à Toi », sur Actes Sud (consulté le 25 février 2015).
  31. Décret du 5 avril 2015 portant promotion et nomination
  32. Légion d'honneur. Qui sont les promus de Pâques? Paris Match.
  33. Décret du 2 mai 2012 portant promotion et nomination
  34. Voir, Académie des sciences morales et politiques/Institut de France. 15 décembre 2014. Élection.
  35. Texte de Jean Cluzel, sur le site dialogues-avenir.com, décembre 2014.
  36. Site de l'Académie des sciences morales et politiques, Archive, Nouveaux prix 2006.
  37. Monsieur le rabbin

Liens externes[modifier | modifier le code]