Édouard Vigneron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Edouard Vigneron)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vigneron (homonymie).

Édouard Vigneron (30 octobre 1896, Nancy, Meurthe-et-Moselle-, Nancy, Meurthe-et-Moselle) chef du service des étrangers de la police de Nancy, avec ses adjoints, est responsable du sauvetage de Juifs à Nancy lors de la Rafle manquée de Nancy. Il est un des Justes parmi les nations.

Biographie[modifier | modifier le code]

Édouard Vigneron est né le 30 octobre 1896 à Nancy en Meurthe-et-Moselle[1], [2].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Édouard Vigneron devient engagé volontaire le 23 août 1914 au 17e bataillon de chasseurs à cheval. Il est évacué malade le 17 avril 1917 (privation partielle de la vue suite à gazage). Il passe au 2e groupe d'aviation le 24 avril 1918. Il est démobilisé le 22 mars 1919[2].

Carrière dans la police à Nancy[modifier | modifier le code]

Édouard Vigneron est affecté à la police municipale de Nancy le . Il est nommé Secrétaire, à la suite d'un concours interne, le . Il devient Secrétaire Principal le .

Il est nommé Chef du Service des Etrangers en septembre 1940.

En juillet 1942, Édouard Vigneron aidé de ses subordonnés, permet à 350 Juifs étrangers[3] de Nancy d'échapper à une rafle préparée par les autorités nazies.

Article détaillé : Rafle manquée de Nancy.

Édouard Vigneron est arrêté par la Gestapo le 19 août 1942 pour avoir facilité le passage illicite de la Ligne de démarcation en établissant des cartes d'identité à des juifs sans y apposer la mention spéciale. Il est emprisonné 3 mois à la Maison d'Arrêt de Nancy, jusqu'au 27 novembre 1942.

Édouard Vigneron prend sa retraite le 5 septembre 1942, retraite qu'il sollicite pour raisons de santé et d'afin d'éviter la révocation exigée par les autorités allemandes.

Il est arrêté une deuxième fois par la Gestapo le 10 mai 1943. Il est transféré à Paris et emprisonné 3 mois à Fresnes pour avoir établi une fausse carte d'identité à un Français, agent d'un service de renseignements.

Il est reclassé, le 6 décembre 1944, dans la police régionale d'État, en qualité de Secrétaire de Classe Exceptionnelle, avec effet rétroactif au .

Il prend sa retraite le 30 octobre 1951[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]