1939

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de redirection Cette page concerne l'année 1939 (MCMXXXIX en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour les autres significations, voir 1939 (Chronologie de Dada et du surréalisme).

Années :
1936 1937 1938  1939  1940 1941 1942

Décennies :
1900 1910 1920  1930  1940 1950 1960
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologie de la Seconde Guerre mondiale :
Sep- Oct - Nov - Déc


Chronologies géographiques :
Afrique, Amérique (Canada (Alberta, Colombie-Britannique, Île-du-Prince-Édouard, Manitoba, Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec, Saskatchewan, Territoires du Nord-Ouest et Yukon) et États-Unis (Louisiane)) et Europe (Belgique, France, Italie et Suisse)


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Économie Fantasy Football Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Radio Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

Amérique[modifier | modifier le code]

Asie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre sino-japonaise (1937-1945).

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

  • 7 février : ouverture de la conférence de Saint James au Royaume-Uni sur le statut de la Palestine mandataire. Elle reçoit des délégués d’Égypte, de Transjordanie, d’Arabie saoudite et d’Irak (la France a refusé la présence de la Syrie et du Liban), ainsi qu’une délégation palestinienne et des représentants des sionistes. La Grande-Bretagne propose que les Arabes aient un droit de veto sur l’immigration juive et les Juifs un droit de veto sur l’indépendance de la Palestine afin de parvenir à un accord. Mais les parties refusent et la conférence est ajournée.
  • Mars :
  • Avril (Syrie) : les radicaux prennent le contrôle du Bloc national. Les nationalistes, divisés, quittent le gouvernement et le Bloc national s’effondre. Puaux suggère le retour aux divisions territoriales de la Syrie sous un régime monarchique. Abdelaziz Ibn Sa'ud est pressenti.
  • 4 avril : le roi d'Irak Ghazi Ier meurt dans un accident de voiture. L’opinion pense à un assassinat déguisé et soupçonne le Royaume-Uni. La foule s’en prend aux intérêts britanniques et le consul anglais à Mossoul trouve la mort lors d’une émeute. Le Premier ministre Nuri as-Said impose comme régent Abdul Illah, âgé de 26 ans et fils de Ali, dernier roi du Hedjaz avant Abdelaziz Ibn Sa'ud. Le frère de Faysal, Zayd, est écarté. Sous la pression populaire, Nuri as-Said engage l’Irak en faveur de la cause arabe Palestinienne, tout en menant des négociations infructueuses avec les sionistes.
  • 17 mai (Palestine mandataire) : les Britanniques décident de publier un nouveau Livre Blanc qui explique que le Royaume-Uni n’a pas l’intention de faire de la Palestine un État pour les Juifs contre la volonté de la population arabe. Il ne s’agira que d’un développement communautaire. La Palestine ne doit pas être partagée. Le Livre blanc propose à nouveau la solution du double veto, qui devrait aboutir à la mise en place d’institutions arabo-juives de libre gouvernement et à l’établissement d’un État palestinien indépendant. L’immigration juive est pour la première fois limitée à 75 000 certificats pour cinq ans. Au-delà, l’approbation des Arabes sera nécessaire. Les États arabes poussent les Palestiniens à accepter le Livre Blanc, mais les partisans du mufti le rejettent car le projet britannique retarde la date de l’indépendance de la Palestine d’au moins dix ans. De plus, les membres du comité suprême sont maintenus en exil et la répression continue sur place (6 000 Arabes emprisonnés en 1939). Les sionistes rejettent catégoriquement le projet britannique et se lancent dans une politique d’immigration clandestine et de création de nouvelles implantations. L’Irgoun poursuit ses attentats contre les Arabes et la présence britannique.
  • Septembre : seconde Guerre mondiale. La France a constitué une importante armée au Levant sous le commandement du général Weygand, qui envisage l’éventualité d’une offensive en direction des champs pétrolifères de Bakou afin d’entraver les livraisons de pétrole soviétiques à l’Allemagne. Puaux suspend les Constitutions de Syrie et du Liban et rétablit l’administration directe des Mandats.

Europe[modifier | modifier le code]

  • Janvier : dans un discours, Hitler annonce que « la guerre à venir entraînera la destruction de la race juive en Europe » .
  • 1er juillet : les négociations entre la France, le Royaume-Uni et l’URSS en vue d’un pacte d’assistance mutuelle s’enlisent.
  • 10 juillet : devant l’aggravation de la tension germano-polonaise, le ministre français des Affaires étrangères, Georges Bonnet, presse Londres d’accepter les conditions soviétiques afin d’aboutir à un accord.
23 août : pacte germano-soviétique. Caricature parue le 8 septembre dans l'hebdo Mucha de Varsovie
13 septembre : le navire allemand Schleswig-Holstein dans le port de Gdynia pendant la Campagne de Pologne
17 septembre : les chars soviétiques envahissent la Pologne
Drôle de guerre, photographie prise le 28 novembre
  • 10 août : cabinet Dirk Jan de Geer aux Pays-Bas (fin en septembre 1940).
  • 12 août : ouverture à Moscou des négociations tripartites (France/Grande-Bretagne/Union soviétique) pour la signature d’une convention militaire.
  • 22 août : Chamberlain envoie à Hitler un ultime message pour éviter la guerre. En rappelant les engagements de son pays à l’égard de la Pologne, le Premier ministre britannique demande l’instauration d’une trêve afin de régler les conflits par la négociation. Le même jour, Hitler fixe le début des opérations militaires contre la Pologne au 26.
  • 23 août :
    • Pacte germano-soviétique. L’URSS signe avec l’Allemagne un pacte de non-agression auquel est ajouté un protocole secret portant sur un partage de la Pologne entre l'Allemagne nazie et l'URSS et sur l'annexion des pays baltes et de la Bessarabie par l'URSS.
    • Abolition de la Constitution de la ville libre de Dantzig. Le gauleiter se proclame chef de l’État.
    • France : Le Comité permanent de la défense nationale est réuni : l’armée se tient prête à intervenir en cas d’agression contre la Pologne avec des réserves en ce qui concerne l’aviation.
  • 24 août :
    • Accord serbo-croate.
    • La mobilisation partielle est décrétée en France.
    • Emergency Powers Act au Royaume-Uni : loi donnant au nouveau ministère de la sécurité intérieure tous les pouvoirs sur les citoyens anglais et leurs propriétés (internement sans jugement des suspects, censure des médias, interdiction des grèves, carte d’identité, couvre-feu, rétablissement de la procédures des Order in Council). Le Parlement de 1935 est prorogé jusqu’à la fin du conflit.
  • 25 août : signature à Londres d’un accords d’assistance pour cinq ans entre la Pologne et la Grande-Bretagne.
  • 26 août :
    • Le gouvernement français avertit Hitler que la France tiendra ses engagements envers la Pologne.
    • Création d’une banovine autonome en Croatie.
    • L’Allemagne communique par radio ses exigences : retour de Dantzig à l’Allemagne et organisation d’un plébiscite dans le corridor pour décider du rattachement du territoire au Reich ou à la Pologne.
  • 31 août : opération Himmler.
  • Manifestation organisée par le gouvernement à Lisbonne pour soutenir l’organisation corporatiste. L’état corporatiste restera cependant au stade expérimental.
  • Les établissements d’enseignement supérieur sont fermés en novembre en Tchécoslovaquie.

Espagne[modifier | modifier le code]

Février : la Retirada. Enfants s’apprêtant à l’exil.
1er avril : Francisco Franco annonce la fin de la guerre civile
  • 1er avril : conquête d'Alicante et de Murcie, derniers réduits Républicains ; c'est la fin de la Guerre civile[10]. La radio franquiste annonce officiellement la victoire. Début de la dictature franquiste (fin en 1975). Les États-Unis reconnaissent de jure le gouvernement nationaliste.
  • 4 août : institution du contrôle direct des prix des produits de première nécessité et début de la réforme administrative[13].
  • 8 août : loi de l'administration centrale de l'État, qui confirme et renforce la dictature personnelle de Franco en lui attribuant le pouvoir de « dicter des normes générales » sans contrainte et concentrant sur sa personne les pouvoirs législatifs et exécutifs[21].
  • 9 août : remaniement ministériel. Prédominance de l'influence des Phalangistes, en particulier celle de Ramón Serrano Súñer[21].
  • 4 septembre : Franco déclare la neutralité de l'Espagne dans la guerre[13].
  • 23 septembre : les biens appartenant à des organisations politiques et syndicales ralliées au Front populaire sont attribués par une loi à la Délégation Nationale des Syndicats (Delegación Nacional de Sindicatos)[13].
  • 18 octobre : création de l'Instituto Nacional de Colonización[13], chargé de résoudre le problème social agraire en prenant le contre-pied de l'Institut de la Réforme Agraire républicain de 1932.
  • 24 octobre : loi sur la protection des industries d'intérêt national[22].
  • 24 novembre : loi sur l'aménagement et la défense de l'industrie nationale[13].
Articles détaillés : Guerre d'Espagne et Espagne franquiste.

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Naissances en 1939[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Naissances en 1939.

Décès en 1939[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Décès en 1939.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. TOKTEN-MALI:Transfer of Knowledge Through Expatriate Nationals
  2. Cat.Inist
  3. a et b Perils of a Restless Planet: Scientific Perspectives on Natural Disasters, par Ernest Zebrowski Publié par Cambridge University Press, 1999 (ISBN 978-0-521-65488-3 et 9780521654883)
  4. Chronology 1939
  5. http://media.diknas.go.id/media/document/5161.pdf
  6. Tony Cliff (trad. Jacques Fournier), Le Capitalisme d’État en URSS de Staline à Gorbatchev, Éditions de l'Atelier,‎ 1990 (ISBN 9782851390950, présentation en ligne)
  7. Dorothee Hochstzetter: Motorisierung und "Volksgemeinschaft", page 412
  8. La voix du combattant no 1744 d’avril 2009
  9. Thierry Féral, Justice et Nazisme, Éditions L'Harmattan,‎ 1997 (ISBN 9782738459800, présentation en ligne)
  10. a, b, c, d, e, f, g, h et i Iñigo Bolinaga Iruasegui, Luis Enrique Iñigo Fernández, Historia de España, Ediciones Nowtilus S.L.,‎ 2012 (ISBN 9788499673387, présentation en ligne)
  11. René Sabatier de Lachadenède, La marine française et la guerre civile d'Espagne: 1936-1939, Service historique de la Marine,‎ 1993 (présentation en ligne)
  12. Geneviève Dreyfus-Armand, L'Exil des républicains espagnols en France : De la guerre civile à la mort de Franco, Albin Michel,‎ 1999 (ISBN 9782226233509, présentation en ligne)
  13. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Enrique Martínez Ruiz, Consuelo Maqueda Abreu et Emilio de Diego, Atlas histórico de España, vol. 2, Ediciones AKAL,‎ 1999 (ISBN 9788470903502, présentation en ligne)
  14. José J. Martí Ferrándiz, Poder político y educación : El control de la enseñanza (España, 1936-1975), Universitat de València,‎ 2002 (ISBN 9788437055077, présentation en ligne)
  15. Victoria Fernández Díaz, El exilio de los marinos republicanos, Universitat de València,‎ 2011 (ISBN 9788437083247, présentation en ligne)
  16. François Paulhac, Les accords de Munich et les origines de la guerre de 1939, Vrin,‎ 1988 (ISBN 9782711642625, présentation en ligne)
  17. a, b et c Michel Catala, Les relations franco-espagnoles pendant la Deuxième Guerre mondiale : rapprochement nécessaire, réconciliation impossible, 1939-1944, L'Harmattan,‎ 1997 (ISBN 9782738457158, présentation en ligne), p. 32-38
  18. a et b Yves Léonard, Salazarisme & fascisme, Éditions Chandeigne,‎ 1996 (ISBN 9782906462236, présentation en ligne)
  19. Francisco de Vitoria, España y la organización de las Naciones Unidas, Editorial CSIC - CSIC Press,‎ 1978 (ISBN 9788400037895, présentation en ligne)
  20. Pedro Montoliú Camps, Madrid en la posguerra, 1939-1946 : los años de la represión, Silex Ediciones,‎ 2005 (ISBN 9788477371595, présentation en ligne)
  21. a et b Jordi Canal, Histoire de l'Espagne contemporaine de 1808 à nos jours : Politique et société, Armand Colin,‎ 2014 (ISBN 9782200601119, présentation en ligne)
  22. José Manuel Sabín, La dictadura franquista (1936-1975), Ediciones AKAL,‎ 1997 (ISBN 9788446008033, présentation en ligne)