Henry Rousso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Henry Rousso
Portrait de Henry Rousso
Biographie
Naissance
à Flag of Cairo.svg Le Caire
Drapeau de l'Égypte Égypte
Nationalité(s) Drapeau : France Français
Thématique
Formation École normale supérieure de Saint-Cloud
Titres Directeur de l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP),
professeur invité à l'Université Harvard (1986-1987)
professeur des universités
Profession(s) Historien et professeur d'universitéVoir et modifier les données sur Wikidata
Employeur(s) Institut d'études politiques de ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Travaux
  • Un Château en Allemagne. Sigmaringen, 1944-1945 (1980)
  • Le Syndrome de Vichy (1987)
Approche Histoire du Régime de Vichy et de sa mémoire
Distinction(s) Chevalier de l'ordre national du Mérite (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Henry Rousso est un historien français, né en 1954 au Caire, spécialiste du XXe siècle et notamment de la Seconde Guerre mondiale.

Il est l'inventeur en 1987 des néologismes « négationnisme » et « résistancialisme ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Henry Rousso est le fils d'un juif égyptien. Avec son père et sa mère, ils sont expulsés d'Égypte par Nasser en 1956 en raison de cette religion et déchus de leur nationalité[1].

Études supérieures[modifier | modifier le code]

En 1974, il intègre l'École normale supérieure de l'enseignement primaire de Saint-Cloud (devenue en 1987 l'École normale supérieure de Saint-Cloud) dont il sort en 1979.

Il est agrégé d'histoire en 1977.

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Il entre au CNRS en 1981 et participe à la création de l'Institut d'histoire du temps présent (IHTP), inauguré l'année précédente, qu'il dirigera de 1994 à 2005.

Il a été chercheur ou professeur invité à l'université Harvard (1986-1987), à l'Université de New York (1992), au United States Holocaust Memorial Museum (2006).

Il a enseigné à l'Institut d'études politiques de Paris, de 1988 à 1990, à l'École normale supérieure de Cachan, de 1996 à 2001, à l'université de Paris X-Nanterre, de 2001 à 2010, à l'IEP de Paris, de 2007 à 2010.

Depuis juin 2000, il est habilité à diriger des recherches. Depuis juin 2011, il est membre de l'école doctorale d'histoire de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne où il dirige des doctorants.

Henry Rousso est membre des comités de rédaction de Vingtième siècle : revue d'histoire, Les Cahiers du judaïsme, History and Memory. Il appartient à de nombreux conseils scientifiques : Mémorial de la Shoah, Musée-Mémorial de Buchenwald, Musée de la Seconde Guerre mondiale de Gdansk (en construction).

Un historien engagé[modifier | modifier le code]

Politiquement engagé, de longue date, aux côtés du Parti socialiste, il a ouvertement soutenu la candidate socialiste Ségolène Royal lors de l'élection présidentielle de 2007[2]. La même année, il a signé une pétition contestant l'opposition entre immigration et identité nationale, affirmant que « la société française s'est construite à travers les immigrations, comme un creuset intégrant la pluralité, s'enrichissant d'elle[3] ».

Henry Rousso a vivement critiqué la proposition de Nicolas Sarkozy de faire parrainer par chaque élève français de CM2 un enfant français victime du génocide des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale : « La nouvelle initiative apparaît incongrue, jetée dans l'espace public comme d'autres annonces présidentielles. Le bruit médiatique vient, une fois de plus, troubler le respect et le silence des morts de l'histoire », écrit-il au quotidien Libération. Il estime qu'il n'y avait « nul besoin de relancer le travail de mémoire sur cet épisode de l'Histoire en France, où beaucoup a déjà été fait à ce titre ». Par ailleurs, selon l'historien, la méthode présidentielle est morbide et inutile.

Apport à l'histoire et à la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en France[modifier | modifier le code]

Les ouvrages qui ont fait sa notoriété sont surtout Un château en Allemagne : Sigmaringen, 1944-1945 sur la commission gouvernementale de Sigmaringen, publié pour la première fois en 1980, et Le Syndrome de Vichy sur la mémoire du régime de Vichy, sept ans plus tard. Il a avancé la notion de « résistancialisme » pour qualifier la vision de la Résistance entretenue par les gaullistes et les communistes. Il est l'un des premiers historiens à avoir travaillé sur l'histoire de la mémoire collective et sur les rapports entre histoire, mémoire et justice.

À propos du procès de Maurice Papon, concernant la période de Vichy pour lequel il a refusé de comparaître, Henry Rousso a souligné le risque d'une confusion entre le rôle de l'historien et celui du juge[4]. Il accepte en 2001 de présider la Commission sur le racisme et le négationnisme à l'université Jean-Moulin Lyon III, créé par le ministre de l'Éducation nationale Jack Lang, qui rend son rapport en 2004.

En 2011, il a été le commissaire de l'exposition[5] ouverte au Mémorial de la Shoah, à Paris. Il anime le groupe de recherche européen EURHISTXX[6].

Décoration[modifier | modifier le code]

Il a été nommé chevalier de l'ordre national du Mérite en 1995 sur le contingent du ministère de la Culture[7].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 1980 : Un château en Allemagne : La France de Pétain en exil, Sigmaringen 1944-1945, Ramsay, Paris, 442 p. (ISBN 2-85956-146-3)
    1984 : rééd. : Pétain et la fin de la collaboration : Sigmaringen, 1944-1945, Complexe, coll. « Historiques » (no 13), Bruxelles, diff. PUF, Paris, 442 p. (ISBN 2-87027-138-7)
    2012 : rééd. : Un château en Allemagne : Sigmaringen 1944-1945, Éditions Pluriel, avec une préface inédite.
  • 1986 : (dir.), De Monnet à Massé : Enjeux politiques et objectifs économiques dans le cadre des quatre premiers plans, 1946-1965, actes de la table ronde tenue à l'IHTP les 24 et 25 juin 1983, Éd. du CNRS, Paris, 245 p. (ISBN 2-222-03762-X) [prix Osiris de l'Académie des sciences morales et politiques]
  • 1987 : (dir.), La Planification en crises : 1965-1985, actes de la table ronde tenue à l'IHTP le 13 décembre 1985, postface de Pierre Bauchet, Éd. du CNRS, Paris, 234 p. (ISBN 2-222-04094-9)
  • 1987 : Le Syndrome de Vichy : 1944-198…, Le Seuil, coll. « XXe siècle », Paris, 383 p. (ISBN 2-02-009772-9)
    1990 : 2e éd. revue et mise à jour : Le Syndrome de Vichy : De 1944 à nos jours, Le Seuil, coll. « Points / Histoire » (no 135), Paris, 420 p. (ISBN 2-02-012157-3)
    1991 : trad. anglaise : The Vichy Syndrome: History an Memory in France since 1944, trad. d'Arthur Goldhammer, préf. de Stanley Hoffmann, Harvard University Press, Cambridge, 1991, 392 p. (ISBN 0-674-93538-1)
  • 1987 : La Collaboration : Les noms, les thèmes, les lieux, MA, coll. « Les Grandes encyclopédies du monde de… », Paris, 203 p. (ISBN 2-86676-301-7)
  • 1992 : (dir.), Le Régime de Vichy et les Français, actes du colloque international du CNRS organisé par l'IHTP du 11 au 13 juin 1990, avec Jean-Pierre Azéma, François Bédarida et Denis Peschanski, Fayard, coll. « Pour une histoire du XXe siècle », Paris, 788 p. (ISBN 2-213-02683-1)
  • 1992 : Les Années noires : Vivre sous l'Occupation, Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard » (no 156), Paris, 192 p. (ISBN 2-07-053217-8)
  • 1994 : La Seconde Guerre mondiale : Guide des sources conservées en France, 1939-1945, avec Brigitte Blanc et Chantal de Tourtier-Bonazzi, Direction des archives de France, Archives nationales, Paris, 1217 p. (ISBN 2-86000-235-9)
  • 1994 : (dir.), La Vie des entreprises françaises sous l'Occupation : Une enquête à l'échelle locale, avec Robert Frank et Alain Beltran, Belin, coll. «  Temps présents », Paris, 457 p. (ISBN 2-7011-1569-8)
  • 1994 : Vichy, un passé qui ne passe pas, avec Éric Conan, Fayard, coll. « Pour une histoire du XXe siècle », Paris, 327 p. (ISBN 2-213-59237-3)
    1996 : nouvelle éd. augmentée : Gallimard, coll. « Folio / Histoire » (no 71), Paris, 513 p. (ISBN 2-07-032900-3)
    1998 : trad. anglaise et nouvelle éd. refondue : Vichy, An Ever-Present Past, trad. de Nathan Bracher, préf. de Robert Paxton, Hanover et Londres, University Press of New England, 291 p. (ISBN 0-87451-795-8)
  • 1998 : La Hantise du passé : Entretien avec Philippe Petit, Textuel, coll. « Conversations pour demain », Paris, 143 p. (ISBN 2-909317-49-8)
  • 1999 : (dir.), Stalinisme et nazisme : Histoire et mémoires comparées, IHTP, Complexe, coll. « Histoire du temps présent », Bruxelles, 387 p. (ISBN 2-87027-752-0)
    2001 : trad. italienne : Stalinismo e nazismo: Storia e memoria comparate, trad. de Silvia Vacca, Bollati Boringhieri, Turin, 354 p. (ISBN 88-339-1334-1)
    2004 : trad. anglaise : Stalinism and Nazism: History and Memory Compared, trad. de Lucy B. Golsan, Thomas C. Hilde et Peter S. Rogers, préf. de Richard Golsan, University of Nebraska Press, Lincoln, 324 p. (ISBN 0-8032-3945-9, 0-8032-9000-4 et 0-8032-0417-5)
  • 2001 : Vichy : L'événement, la mémoire, l'histoire, Gallimard, coll. « Folio / Histoire » (no 102), Paris, 750 p. (ISBN 2-07-041749-2)
  • 2002 : (dir.) La Violence de guerre, 1914-1945 : Approches comparées des deux conflits mondiaux, avec Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, Christian Ingrao, IHTP, Complexe, Bruxelles, coll. « Histoire du temps présent », 348 p. (ISBN 2-87027-911-6)
  • 2003 : (dir.), Le Regard de l'histoire : L'émergence et l'évolution de la notion de patrimoine au cours du XXe siècle en France, actes des Entretiens du patrimoine organisés au Cirque d'hiver du 26 au 28 novembre 2001, Fayard et Monum. Éditions du Patrimoine, collection « Actes des Entretiens du patrimoine », Paris, 396 p. (ISBN 2-213-61706-6)
  • 2007 : Le Régime de Vichy, PUF, coll. « Que sais-je ? » (no 1720), Paris, 128 p. (ISBN 978-2-13-054077-9)
  • 2008 : (dir.), La Fabrique interdisciplinaire : Histoire et science politique, issu des journées d'études Science politique-histoire organisées à la Fondation nationale des sciences politiques du 4 au 6 mars 2004, avec Michel Offerlé, PUR, coll. «  Res publica », Rennes, 282 p. (ISBN 978-2-7535-0610-7)
  • 2011 : (dir.) Juger Eichmann, Jérusalem 1961, Paris, Mémorial de la Shoah, (ISBN 978-2-916966-60-1)
  • 2012 : La Dernière Catastrophe, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », (ISBN 978-2-07-075972-9)
  • 2013 : La Seconde Guerre mondiale expliquée à ma fille, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Expliqué à … », (ISBN 978-2-02-104150-7)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henry Rousso, interviewé par Sonya Faure, Dessin Sylvie Serprix et Catherine Calvet, « Henry Rousso : "Le surinvestissement dans la mémoire est une forme d’impuissance" », liberation.fr, 8 avril 2016.
  2. « Un appel d'universitaires, chercheurs et personnalités en faveur de Royal », NouvelObs.com, 2 mai 2007.
  3. Nadjia Bouzeghrane, « Une « formule ambiguë », selon Simone Veil », El Watan, 19 mars 2007.
  4. « Les historiens face au procès Papon » (consulté le 16 septembre 2015).
  5. [Juger Eichmann, Jérusalem 1961 http://juger-eichmann.memorialdelashoah.org/index.html].
  6. http://www.eurhistxx.eu/.
  7. Décret du 21 novembre 1995 portant promotion et nomination, JORF no 271 du 22 novembre 1995, p. 17063–17094 (17089), NOR REX95000000D, sur Légifrance.

Liens externes[modifier | modifier le code]