Éducation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir éducation (homonymie)
Ces moyens mnémotechniques mis à disposition des enfants visitant le Field Museum de Chicago permettent d'apprendre les pays formant l'Asie et leurs contours géographiques.

L'éducation est, étymologiquement, l'action de « guider hors de », c'est-à-dire développer, faire produire. Il signifie maintenant plus couramment l'apprentissage et le développement des facultés physiques, psychiques et intellectuelles, les moyens et les résultats de cette activité de développement. L'éducation humaine inclut des compétences et des éléments culturels caractéristiques du lieu géographique et de la période historique.

Chaque pays dans le monde dispose de son propre système éducatif, avec un rôle traditionnellement dévolu aux parents d'un enfant (ou à leur substitut) d'amener cet enfant aux mœurs de l'âge adulte, et une intervention souvent croissante des États.

L'éducation est considérée comme un élément important du développement des personnes, d'où le développement d'un droit à l'éducation. Un système éducatif performant est donc un avantage majeur. Le programme PISA vise à mesurer les performances des systèmes éducatifs des pays membres de l'OCDE, et à élaborer des comparaisons internationales. Inversement, être privé d'éducation sera considéré comme un lourd handicap. Selon l'unesco, en 2008, vingt-huit millions d'enfants étaient privés d'éducation, en raison des conflits armés[1]

Éducation, instruction ou enseignement[modifier | modifier le code]

Le mot « éducation » est directement issu du latin educatio de même sens, lui-même dérivé de ex-ducere (ducere signifie conduire, guider, commander et ex, « hors de ») : faire produire (la terre), faire se développer (un être vivant)[2].

Enseigner, c'est transmettre à la génération future un corpus de connaissances (savoir et savoir-faire) et de valeurs considérées comme faisant partie d'une culture commune. Il est souvent facile de confondre enseignement et éducation. En effet, ce dernier terme, beaucoup plus général, correspond à la formation globale d'un individu, à divers niveaux (au niveau religieux, moral, social, technique, scientifique, médical, etc.). Le terme enseignement, de son côté, se réfère plutôt à une éducation bien précise, soit celle 'de la transmission de connaissances à l'aide de signes'[réf. nécessaire]. « Signes » et « enseignement » dérivent d'ailleurs de la même racine latine. Ces signes utilisés pour la transmission de connaissances font, entre autres, référence au langage parlé et écrit. Le mot latin « insignis » signifie avant tout : « remarquable, marqué d'un signe, distingué ». Il y a ainsi un paradoxe étymologique à assigner à l'enseignement la tâche de développer des « citoyens responsables et égaux ».

Enseigner est donc éduquer, mais éduquer n'est pas forcément enseigner. Il est du devoir des parents d'éduquer leurs enfants et de l'enseignant d'instruire.

L'éducation ne se limite pas à l'instruction stricto sensu qui serait relative seulement aux purs savoir et savoir-faire (partie utile à l'élève : savoir se débrouiller dans le contexte social et technique qui sera le sien).

Elle vise également à assurer à chaque individu le développement de toutes ses capacités (physiques, intellectuelles et morales). Ainsi, cette éducation lui permettra d'affronter sa vie personnelle, de la gérer en étant un citoyen responsable dans la société dans laquelle il évolue.

En pratique, tout le monde est d'accord pour considérer que certains savoirs essentiels font partie du bagage minimum du citoyen, et qu'inversement il n'est pas d'enseignement possible sans un minimum de pures conventions (comme l'alphabet par exemple) et de capacités relationnelles, dont d'éducation. Instruction et éducation sont souvent confondues. Les différences, subtiles, restent la base de controverses depuis longtemps, le Littré en fait foi dans son choix d'exemple pour sa définition d'éducation (voir le Littré à ce mot) : « Mais il faut remarquer que l'instruction s'enseigne, et que l'éducation s'apprend par un autre mode d'action du maître, quel qu'il soit. »

Au début du XXe siècle, la science de l'éducation désignait la pédagogie. Aujourd'hui, en France, depuis la création en 1967 du département universitaire de Sciences de l'éducation l'expression s'emploie au pluriel. Les problèmes d'éducation s'étudient en empruntant à plusieurs disciplines des sciences humaines (sociologie, psychologie, biologie, économie, philosophie de l'éducation, etc.).

Types d'apprentissages[modifier | modifier le code]

Taxonomie de Gagne[modifier | modifier le code]

Les travaux de Robert Mills Gagné disent que l'on peut distinguer cinq grands types d'apprentissages :

  • les apprentissages moteurs ;
  • les apprentissages verbaux et lexicaux ;
  • les apprentissages conceptuels et catégoriels ;
  • les apprentissages de stratégies de résolution de problèmes ;
  • les apprentissages socio-émotifs.

Les apprentissages moteurs sont ce que l'on appelle couramment les savoirs-faire'. Il s'agit de compétences pratiques, acquises par la maîtrise par l'expérience de l'exercice d'une activité artisanale, artistique, domestique ou intellectuelle. Ces automatismes moteurs via la pratique d'une activité.

Les apprentissages socio-émotionnels correspondent au savoir-être correspond à la capacité de produire des actions et des réactions adaptées à la société humaine et à l'environnement. Cette capacité s'acquiert en partie par la connaissance de savoirs et de savoir-faire spécifiques. Les recherches en éducation relatives au savoir-être ont pour objectif de trouver les moyens pédagogiques permettant aux apprenants d'acquérir au mieux la maîtrise d'actions et de réactions adaptées à leur organisme et à l'environnement : préservation, hygiène, empathie, contrôle personnel, comportement adéquat, respect, action collective, entraide, affirmation de soi, maîtrise, communication, gestion des conflits… La notion de savoir-être est parfois contestée car elle impliquerait une modification de l'essence et du caractère de l'individu.

Les apprentissages verbaux et lexicaux sont ceux qui correspondent à l'apprentissage de l'alphabet, des lettres, des chiffres, et et de l’orthographe des mots. Ces apprentissages impliquent ce que les chercheurs appellent la mémoire lexicale, qui stocke lettres, mots, nombres, chiffres, etc. Il s'agit le plus souvent de connaissances verbalisables, ayant trait à la maitrise de la langue, qui n'ont pas de signification en soit, et doivent le plus souvent être appris par cœur.

Les apprentissages conceptuels sont ceux qui impliquent la compréhension : ils visent à faire comprendre (et apprendre) des concepts, des idées, des catégories d'objets à l'apprenant.

Les apprentissages de stratégies de résolution de problèmes visent à apprendre comment résoudre une classe pour ou moins importante de problèmes. Cela peut passer par l'apprentissage d'algorithmes de résolution de problèmes, applicables dans certaines circonstances, à des apprentissages plus évolués.

Taxonomie de Bloom[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Taxonomie de Bloom.

Savoir, Savoir-être, et être[modifier | modifier le code]

Schématiquement, on peut distinguer quatre grands domaines éducatifs : le savoir, le savoir-faire, l'être et le savoir-être [3].

Le savoir correspond aux connaissances intellectuelles. Les recherches en éducation relatives au savoir ont pour objectif de trouver les moyens pédagogiques permettant aux apprenants d'acquérir des connaissances : observation, lecture, écriture, mathématiques, connaissances de l'Homme et de l'Environnement, métaconnaissances

Le savoir-faire correspond à des compétences pratiques, à la maîtrise par l'expérience de l'exercice d'une activité artisanale, artistique, domestique ou intellectuelle. Ces compétences s'acquièrent par la pratique d'une activité et par l'apprentissage d'automatismes moteurs. Les recherches en éducation relatives au savoir-faire ont pour objectif de trouver et d'appliquer les moyens pédagogiques permettant aux apprenants d'acquérir des compétences et des habiletés pratiques et/ou intellectuelles.

L'être correspond à l'état biologique, physique et psychique d'un individu. Les recherches en éducation relatives à l'existence de l'être ont pour objectif de trouver les moyens pédagogiques permettant, dans les situations éducatives, de favoriser et d'atteindre l'état d'être optimal : état de santé, de bien-être, de motivation, de confiance et de satisfaction des besoins naturels et psychiques (joie, plaisir, « liberté », « perception », reconnaissance, sécurité, justice, intégrité, authenticité, capacité, intimité, diversité, confort, créativité, affection, etc.).

Méthodes pédagogiques[modifier | modifier le code]

Construire son savoir[modifier | modifier le code]

La pédagogie moderne considère que la transmission traditionnelle simple (instruction) doit laisser la place à une pédagogie où l'élève construit (et non crée) son savoir lui-même. Par exemple, selon cette conception, il semble plus important qu'un élève soit capable de construire le concept de département et d'en identifier un à partir d'une carte ou d'un dictionnaire, plutôt que de connaître par cœur tous les départements sans en savoir les attributions, le fonctionnement, etc. De même, il semble plus important de savoir consulter internet ou un dictionnaire, que de connaitre par soi-même un répertoire étendu de vocabulaire, avec son orthographe correcte.

Critiques provenant de la théorie de la charge cognitive[modifier | modifier le code]

Une première critique de cette méthode vient de la théorie de la charge cognitive, une méthode-théorie pédagogique, provenant de la recherche en psychologie cognitive. D'après cette théorie et les résultats expérimentaux associés, les situations de résolution de problèmes ont tendance à saturer les élèves d'informations.

Plus précisément, les élèves possèdent, comme tout être humain, une mémoire à court terme dont la capacité est limitée : elle peut contenir environ 7 informations (à deux informations près). Cette mémoire à court terme sert de porte d'entrée des informations en mémoire à long terme (la mémoire au sens commun), et joue un rôle crucial dans la mémorisation et l'apprentissage.

En situation de résolution de problème ou de pratique autonome, la mémoire à court terme doit gérer et retenir une grande quantité d'informations, nécessaires pour résoudre le problème ou construire les concepts. De plus, l'attention est utilisée pour gérer la mémoire à court terme et est nettement moins utilisée pour mémoriser et apprendre. Dans une telle situation, la performance de l'apprentissage est fortement diminuée.

D'après les résultats expérimentaux obtenus sur le worked-exemples effect, il est préférable pour un élève de commencer la pratique autonome quand l'élève possède suffisamment de connaissances en mémoire à long terme. Celles-ci pourront être chargée dans les mémoires à court terme directement, ce qui permet de regrouper une grande quantité d'informations dans un seul chunk, diminuant la surcharge de la mémoire à court terme dans les situations de résolution de problèmes.

Une "méthode" pédagogique, nommée la théorie de la charge cognitive, a étè inventée pour diminuer le plus possible cette [charge cognitive], cette saturation de la mémoire à court terme en situation d'apprentissage. Elle recense différents effets qui sont à l'origine de techniques, évaluées expérimentalement dans plusieurs expériences, dont l'application en classe permet de faciliter les apprentissages.

Critiques traditonnalistes[modifier | modifier le code]

Mais ce concept est aussi contesté, avec parfois des mots très durs (terrorisme intellectuel, dressage, formatage, coterie des IUFM…), par les professeurs dits traditionalistes, qui voient l'éducation comme une "transmission de connaissances". Il lui est reproché de porter une part de responsabilité dans l'échec scolaire et social actuellement imputé au système. Les opposants dénoncent comme artificielle, inefficace et stressante la « construction » par les élèves d'un savoir qui suppose en réalité un niveau supérieur au leur, parfois universitaire voire doctoral (exemple : construction des nombres et d'une opération aussi simple que la soustraction, en primaire, par la méthode ensembliste)[4], quand elle ne suppose pas des prises de risques inconsidérés (à propos du code de la route ou autres situations potentiellement dangereuses, par exemple). Ils soutiennent que les enfants peuvent et doivent, avec non moins de plaisir et de motivation, apprendre « par cœur » et par obligation si nécessaire, sinon les départements, du moins l'alphabet, les tables de multiplication, les principales règles de toutes sortes (sociales, grammaticales, mathématiques, physiques…)[5]. Ces contestataires, à leur tour, se voient accusés de démarches rétrogrades et réactionnaires, de mauvaise foi, etc.

L'avenir nous montrera, par l'évaluation des résultats, la solidité de ces opinions.

Éducation formelle et éducation non formelle en France[modifier | modifier le code]

Ces concepts résultent de textes internationaux, OMS et UNESCO notamment mais ont en France un retentissement particulier.

L'éducation formelle, l'école ou l'université, n'est, et loin s'en faut, pas l'unique lieu d'éducation. C'est ainsi que la première source d'éducation reste la famille et l'entourage, avec tous les enjeux de « reproduction sociale » que cela implique. En France, Bourdieu et Passeron ont montré dans La Reproduction que le système scolaire reproduit le système social et reconduit les inégalités par le biais d'une culture scolaire insuffisante pour les classes les plus défavorisées et d'un plus grand accès à la culture que les familles les plus aisées transmettent à leurs enfants pour qu'ils accèdent en haut de l'échelle sociale.

En outre, à côté de ses missions d'éducation et d'instruction, le système éducatif est contesté pour opérer, par construction, une sélection (orientation vers des métiers, ou vers de hautes carrières administratives) : l'élève reçoit une instruction gratuite, mais il payerait cette gratuité en étant transformé en un produit relativement passif du « système (de production) scolaire ». L'école exige de l'élève qu'il s'intègre à l'institution scolaire, à travers la maîtrise d'un certain nombre de connaissances de base dont l'ensemble n'est pas toujours formalisé. D'autre part elle ne peut transmettre qu'un corpus rationalisé et fait l'impasse sur une grande partie du fond commun culturel (le « bon sens », les tabous, la communication non verbale, etc.). Enfin, malgré les progrès de la formation continue, elle ne dure qu'un temps relativement bref dans la vie d'un individu.

Pour toutes ces raisons, il apparaît utile à certains d'élargir la réflexion sur l'éducation, sans la réduire au cadre scolaire. Ainsi, l'éducation non formelle, qui apporte des compétences spécifiques à l'individu et que celui-ci ne peut acquérir (Tiehi, 1995) dans le cadre de l'éducation formelle, est notamment délivrée au sein des organisations de jeunesse.

Malgré tout cela, l'éducation a permis, historiquement, en France, à une grande partie des classes défavorisées d'accéder à un statut de classe moyenne. Pour certains, son orientation actuelle vers une professionnalisation précoce d'une partie de la jeunesse serait contradictoire avec sa finalité de culture générale des élèves pour leur épanouissement dans la société en tant que citoyen. Pour d'autres, elle peut faciliter au contraire cette intégration dans la vie sociale et professionnelle, objectif tout aussi essentiel de l'éducation.

Éducation familiale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Éducation familiale.

Cette éducation est généralement accomplie par les parents biologiques de l'enfant en question[6], bien que le gouvernement et la société aient également un rôle. Dans de nombreux cas, les orphelins ou les enfants abandonnés reçoivent une éducation familiale de la part de parents non-biologiques. Les autres peuvent être adoptés, élevés par une famille d'accueil, ou être placés dans un orphelinat.

Éducation parentale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Éducation parentale.

L’éducation parentale est, selon Pourtois (1984), une activité volontaire d’apprentissage de la part de parents qui souhaitent améliorer les interactions nouées avec leur enfant, pour encourager l’émergence de comportements jugés positifs et réduire celle de comportements jugés négatifs.

Pour Terrisse (1997), elle a pour but d’aider les parents à mieux actualiser leurs potentialités éducatives, en développant leur sentiment de compétence et en utilisant le mieux possible les ressources que leur offre leur environnement.

L’éducation parentale comprend les mesures prises par l'État afin de la promouvoir, soit en donnant plus de temps aux parents pour éduquer leurs enfants, soit en leur proposant une initiation ou une formation.

Systèmes éducatifs[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de l'éducation.

Les systèmes éducatifs sont très variables dans l'espace et dans le temps, l'éducation étant parfois plus adaptée aux exigences socio-économiques des adultes (besoin de la main d'œuvre enfantine, travail des adultes et tout particulièrement des femmes, etc.) qu'aux besoins des enfants. Cependant, on distingue des formules à peu près généralisées :

  • l'éducation se concentre sur les enfants et ne concerne que marginalement les adultes.
  • pendant la petite enfance, l'éducation est prise en charge par la famille, où se fait l'apprentissage de la langue orale et des rudiments du savoir-vivre nécessaire à la vie sociale.
  • pendant l'enfance (à partir d'environ 7 ans jusqu'à la puberté), prise en charge collective (au moins partiellement), pour l'apprentissage de rudiments légaux, religieux et culturels (dont, éventuellement, la langue écrite).
  • pendant l'adolescence, spécialisation, par l'apprentissage chez un maître ou (non exclusif) collectivement.

Systèmes éducatifs de différents pays[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

  • L'Union européenne s'est engagée depuis 1999 dans le processus de Bologne qui a pour but de construire un espace européen de l'enseignement supérieur avant 2010. Il ne s'agit pas de mettre en place un système universitaire unique mais bien de placer les systèmes nationaux diversifiés dans un cadre commun.
  • Voir aussi les systèmes éducatifs en Allemagne, Belgique, Italie, Suisse
Drapeau de la Belgique Belgique[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Système éducatif belge.
Drapeau de la France France[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Système éducatif français.
Drapeau de la Suisse Suisse[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Système éducatif suisse.

Afrique[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Algérie Algérie[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Éducation en Algérie.

Le système éducatif algérien est divisé en plusieurs niveaux : préparatoire, fondamental (primaire, et moyen), secondaire, professionnel et enfin l'enseignement supérieur. Il faut prendre également en compte la formation continue qui assurée par l'université de la formation continue.

Drapeau du Burkina Faso Burkina Faso[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Burkina Faso#Éducation.

Le système éducatif burkinabé est divisé en trois niveaux :

  1. L'éducation de base, qui se présente sous deux aspects :
    • L'éducation de base formelle : préscolaire (de 3 à 6 ans), primaire (de 6 à 12 ans) et post-primaire (de 12 à 16 ans),
    • L'éducation de base non formelle : pour jeunes et adolescents (de 9 à 15 ans) ou pour grands adolescents et adultes (au-delà de 15 ans : alphabétisation) ;
  2. L'enseignement secondaire : général, technique ou professionnel ;
  3. L'enseignement supérieur, dispensé par les universités, instituts et grandes écoles.

Asie[modifier | modifier le code]

Drapeau du Japon Japon[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Système éducatif japonais.
  • Le système éducatif japonais est très proche du modèle anglo-saxon. Contrairement à l'Allemagne et dans une moindre mesure à la France, il n'y a pas d'orientation avant l'entrée en université. Le système universitaire étant très élitiste, les écoliers travaillent dur depuis l'école maternelle jusqu'à l'entrée en université. Beaucoup d'écoles maternelles recrutent même sur concours, les questions étant bien sûr adaptées à l'âge des enfants (concernant les formes, les couleurs et des connaissances simples sur la nature). De plus, les cours du soir (juku, 塾) sont presque une règle pour les lycéens. Le lycée ne se termine non pas par un examen mais par les concours d'entrée en université.
Drapeau de la République populaire de Chine Chine[modifier | modifier le code]
  • Dans la Chine, l'éducation n'était disponible que pour les familles aisées. Cependant, l'accession au pouvoir du Parti communiste chinois en 1949 apporta des décennies de révolution dans le système scolaire. Aujourd'hui, le gouvernement s'oriente vers une éducation primaire universelle et vers la formation de la main d'œuvre.

Amériques[modifier | modifier le code]

Drapeau des États-Unis États-Unis[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Système éducatif des États-Unis.
  • Le système éducatif des États-Unis est décentralisé, la plupart des décisions sur les programmes et sur le financement étant prises par des instances locales : les school boards. Les programmes éducatifs sont en général établis par chaque état. Le gouvernement fédéral intervient surtout dans le financement de l’éducation.

Les écoles privées élaborent leur programme librement et dans le système public, seulement 22 États établissent une liste de manuels recommandés. Dans la majorité des États, la liberté de choix est totale. Les assemblées législatives de chaque état fédéré établissent un socle minimum commun de connaissances dans les programmes. Les programmes ne sont pas les mêmes d'un état à l'autre. Le secondaire souffre de carences nombreuses mais l'enseignement supérieur est l'un des plus réputés du monde.

Drapeau du Canada Canada[modifier | modifier le code]
Drapeau : Québec Québec[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Système d'éducation québécois.

L'apprentissage des deux langues officielles du pays, soit le français et l'anglais, est obligatoire. Le Québec étant officiellement francophone, le français est la langue d'enseignement de toutes les matières scolaires, sauf de l'anglais, appelé langue seconde. Cette règle est inversée pour la minorité anglo-québécoise qui administre ses propres écoles et seule à y avoir accès (Loi québécoise sur l'enseignement public et Loi 101: dispositions sur la langue française). L'école est obligatoire dès l'âge de 6 ans jusqu'à 16 ans. L'école primaire dure six ans (soit de l'âge de 6 à 12 ans) et l'école secondaire dure cinq ans (soit de 12 à 17 ans). Vient ensuite le cégep (collège d'enseignement général et professionnel). Unique au Canada, le cégep québécois permet aux étudiants d'effectuer un programme préuniversitaire de deux ans ou un programme technique de trois ans.

Drapeau de l’Argentine Argentine[modifier | modifier le code]
  • Les programmes scolaires pour l'enseignement primaire et secondaire diffèrent selon les provinces. Cependant, l'apprentissage de l'anglais est obligatoire dès le second cycle scolaire. Le français, l'italien, l'allemand, le portugais, et le russe peuvent également être étudiés selon les écoles. L'enseignement primaire est obligatoire, il existe autant d'établissements publics que d'établissements privés, ces derniers étant fréquentés surtout par la classe moyenne haute ou aisée.

La scolarisation primaire d'un élève argentin moyen coûte environ 3 100 ARS à sa famille, soit 800 $US.

Drapeau de l'Uruguay Uruguay[modifier | modifier le code]

Les programmes scolaires pour l'enseignement primaire et secondaire sont les mêmes dans tout le pays. L'enseignement primaire en Uruguay est gratuit et obligatoire. Cependant, il existe des écoles privées à Montevideo et dans toutes les villes du pays. Le système éducatif uruguayen est quasiment le même qu'en Argentine.

Drapeau du Brésil Brésil[modifier | modifier le code]

L'éducation scolaire est régie par législation fédérale (Lei de diretivas bàsicas, LDB 1996) et comporte deux niveaux : l'éducation de base (bàsica) et l'éducation supérieure. L'éducation de base compte trois étapes: l'éducation infantile (pré-scolaire), l'éducation fondamentale (primaire) et l'enseignement moyen (ensino médio). L'éducation fondamentale obligatoire et gratuite entre l'âge de 6 à 14 ans. Sa gratuité est garantie aussi à toute personne, y compris au-delà de l'âge qui correspond au parcours scolaire régulier. Le gouvernement fédéral (l'Uniâo) est le responsable pour l'offre éducative minimale aux deux niveaux. Cette offre est ouverte aux institutions créées et maintenues par initiative privée selon des conditions prévues dans la LDB. Le Fédéral compte sur les états, les municipalités et le secteur privé pour répondre la demande de services éducatifs aux deux niveaux.

Drapeau du Mexique Mexique[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Système d'éducation mexicain.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Plusieurs bases de données en ligne peuvent être consultées, notamment le centre de données de l’ISU et la base Edstats de la Banque Mondiale.

Les indicateurs sur l’éducation proviennent de trois sources principales : les données administratives recueillies par le biais de questionnaires auprès des établissements scolaires, les enquêtes auprès des chefs d’établissements, enseignants, élèves et ménages et enfin les résultats des élèves aux examens ou évaluations standardisées.

Au niveau mondial, l’Institut de Statistiques de l’UNESCO (ISU), créé en 2001, est l’entité des Nations Unies responsable de la collecte et de la diffusion des données sur l’éducation. Les informations sont collectées à travers des questionnaires adressés aux Etats membres, qui servent à calculer des indicateurs comparables publiés dans le Recueil Mondial de Statistiques sur l’Education et dans des publications thématiques. L’OCDE, avec l’aide d’Eurostat, fournit à l’UNESCO les informations pour ses Etats membres et publie également une série d’indicateurs dans la publication annuelle Regards sur l’éducation.

L’International Association for the Evaluation of Educational Achievement (IEA), créée en 1960, coordonne deux enquêtes internationales sur les acquis scolaires, une sur la lecture Progress in International Reading Literacy Study (PIRLS) et l’autre, sur les mathématiques et les sciences Trends in International Mathematics and Science Study (TIMSS)[7]. Pour les pays en développement, des enquêtes auprès des ménages financées respectivement par l'UNICEF et l'USAID : Multiple Indicators Cluster Survey (MICS) et Demographic and Health Survey (DHS) complètent ces informations en renseignant par exemple les dépenses d’éducation ou permettent de lier indicateurs socio-économiques avec la fréquentation de l’école.

Les indicateurs sont classés en plusieurs catégories: le niveau d’études ou d’alphabétisation de la population adulte, les taux de scolarisation calculés en divisant effectifs scolaires par la population en âge de fréquenter l’école, les indicateurs d’efficacité interne (redoublements, abandons), les mesures de la qualité bien souvent basées sur les résultats à des tests standardisés, les indicateurs d’efficacité externe (effet du diplôme sur les revenus ou la chance de trouver un emploi) et enfin les données financières renseignant sur les budgets alloués à l’éducation. L’UNESCO publie un guide détaillé sur ces indicateurs.

Tableau 1 : Population entre 25 et 34 ans étant parvenue à une formation secondaire[8] :

Enseignement secondaire
Rang Pays
1 Corée du Sud
2 Norvège
3 Slovaquie
4 Japon
5 République tchèque
6 Suède
7 Canada
8 Finlande
9 États-Unis
10 Danemark
11 Allemagne
12 Autriche
13 Nouvelle-Zélande
14 Hongrie
15 France
Rang Pays
16 Irlande
17 Belgique
18 Suisse
19 Pays-Bas
20 Australie
21 Grèce
22 Royaume-Uni
23 Luxembourg
24 Islande
25 Italie
26 Espagne
27 Pologne
28 Portugal
29 Turquie
30 Mexique

Tableau no 2 : Taux d'obtention d'un diplôme de l'enseignement secondaire dans la population en âge typique de l'obtenir[8] :

Diplôme du secondaire
Rang Pays
1 Allemagne
2 Grèce
3 Norvège
4 Japon
5 Irlande
6 Suisse
7 République tchèque
8 Hongrie
9 Danemark
10 Pologne
11 Finlande
Rang Pays
12 France
13 Italie
14 Islande
15 Suède
16 États-Unis
17 Luxembourg
18 Espagne
19 Slovaquie
20 Turquie
21 Mexique

Tableau 3 : Taux d'accès à l'enseignement supérieur[8] :

Accès à l'enseignement supérieur
Rang Pays
1 Islande
2 Nouvelle-Zélande
3 Suède
4 Finlande
5 Pologne
6 Hongrie
7 Norvège
8 Australie
9 États-Unis
10 Italie
11 Danemark
12 Pays-Bas
13 Corée du Sud
Rang Pays
14 Royaume-Uni
15 Espagne
16 Japon
17 Irlande
18 Slovaquie
19 France
20 Suisse
21 Allemagne
22 Autriche
23 Belgique
24 République tchèque
25 Mexique
26 Turquie

Tableau 4 : Taux d'obtention d'un diplôme d'enseignement supérieur en trois à six ans[8] :

Obtention d'un diplôme de l'enseignement supérieur
Rang Pays
1 Australie
2 Finlande
3 Pologne
4 Islande
5 Danemark
6 Royaume-Uni
7 Irlande
8 Norvège
9 Suède
10 Hongrie
Rang Pays
11 Japon
12 Espagne
13 États-Unis
14 Italie
15 France
16 Slovaquie
17 Allemagne
18 Autriche
19 Suisse
20 République tchèque
21 Turquie

Enjeux[modifier | modifier le code]

L'éducation est en général considérée comme quelque chose d'essentiel, en tant que véhicule de transmission aux générations ultérieures et en tant que moyen de défense et de domination des personnes éduquées ou, au contraire, d'asservissement de personnes soumise à un « bourrage de crâne » (racisme, xénophobie, légitimation de la violence contre un ennemi, inculcation du caractère normal d'une position sociale inférieure, etc.). L'éducation comporte de nombreux enjeux éthiques. En effet, l'immigration et les diversités culturelles apportent de grands changements à notre société en matière d'éducation.

Droit à l'éducation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Droit à l'éducation.

Le droit de toute personne à l'éducation, a été consacré dans la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 (article 26), le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels de 1966 (articles 2, 13 et 14[9]), la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale (articles 1, 2 et 5[10]), la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (articles 1 et 10[11]) et la Convention relative aux droits de l'enfant (articles 2, 9, 28 et 29[12]).
Il est aussi présent dans la Charte sociale européenne du Conseil de l'Europe.

Lors du Forum mondial sur l'éducation de Dakar (avril 2000), un Cadre d'action a été adopté, qui « réaffirme l'objectif d'éducation pour tous formulé lors de la Conférence mondiale sur l'éducation pour tous » (Jomtïen, Thaïlande, 1990) et engage les États signataires à réaliser les objectifs d'une éducation de base de qualité pour tous d'ici à l'an 2015, en mettant particulièrement l'accent sur l'accès de tous à l'école primaire et de l'éducation des filles.

Les objectifs de l'Éducation pour Tous[13]

Les objectifs dits de l'Éducation pour Tous (EPT) établis à Dakar en 2000 et qui ont été aussi affirmés par la Déclaration du Millénaire de l'ONU[14] sont :

Objectif 1 : Développer et améliorer sous tous leurs aspects la protection et l’éducation de la petite enfance, et notamment des enfants les plus vulnérables et défavorisés.

Objectif 2 : Faire en sorte que d’ici 2015 tous les enfants, notamment les filles, les enfants en difficulté et ceux appartenant à des minorités ethniques, aient la possibilité d’accéder à un enseignement primaire obligatoire et gratuit de qualité et de le suivre jusqu’à son terme.

Objectif 3 : Répondre aux besoins éducatifs de tous les jeunes et de tous les adultes en assurant un accès équitable à des programmes adéquats ayant pour objet l’acquisition de connaissances ainsi que de compétences nécessaires dans la vie courante.

Objectif 4 : Améliorer de 50 % les niveaux d’alphabétisation des adultes, et notamment des femmes, d’ici à 2015, et assurer à tous les adultes un accès équitable aux programmes d’éducation de base et d’éducation permanente.

Objectif 5 : Eliminer les disparités entre les sexes dans l’enseignement primaire et secondaire d’ici 2005 et instaurer l’égalité dans ce domaine en 2015 en veillant notamment à assurer aux filles un accès équitable et sans restriction à une éducation de base de qualité avec les mêmes chances de réussite.

Objectif 6 : Améliorer sous tous ses aspects la qualité de l’éducation dans un souci d’excellence de façon à obtenir pour tous des résultats d’apprentissage reconnus et quantifiables - notamment en ce qui concerne la lecture, l’écriture et le calcul et les compétences indispensables dans la vie courante.

Chaque année, une équipe de l'UNESCO rédige un rapport de suivi de l'EPT, qui contient des indicateurs et de nombreuses données et études de cas.

Interprétation du droit à l'éducation :
La Rapporteuse du Comité des droits de l'homme de l'ONU a énuméré quatre caractéristiques de l’éducation[15]

  • Dotations: obligation pour l’État de mettre en place un système éducatif qui ait un nombre suffisant d’écoles, de veiller à éradiquer tous les motifs de discrimination interdits par les instruments internationaux et possibilité pour les parents de choisir l’enseignement dispensé à leurs enfants;
  • Accessibilité: élimination de tous les obstacles à l’accès à l’éducation pour tous les enfants d’âge scolaire sans discriminations et à des coûts raisonnables;
  • Acceptabilité: normes minimales de qualité, de sécurité et de salubrité du milieu dans le respect des droits de l’homme, de la liberté d’enseignement et du contenu et des méthodes d’instruction;
  • Adaptabilité: concordance des droits en fonction de l’âge, enseignement extrascolaire pour ceux qui n’ont pas accès aux établissements d’enseignement (enfants et jeunes privés de liberté, réfugiés, personnes déplacées, enfants qui travaillent et communautés nomades); adaptation de l’éducation pour qu’elle favorise l’exercice de tous les droits fondamentaux[15].

Un droit reconnu au niveau international[modifier | modifier le code]

Selon la Convention des droits de l'enfant, l'éducation est un droit garanti par les États, et doit avoir les objectifs suivants[16]:

  • Favoriser l'épanouissement de la personnalité de l'enfant et le développement de ses dons et de ses aptitudes mentales et physiques, dans toute la mesure de leurs potentialités ;
  • Inculquer à l'enfant le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales, et des principes consacrés dans la Charte des Nations Unies ;
  • Inculquer à l'enfant le respect de ses parents, de son identité, de sa langue et de ses valeurs culturelles, ainsi que le respect des valeurs nationales du pays dans lequel il vit, du pays duquel il peut être originaire et des civilisations différentes de la sienne ;
  • Préparer l'enfant à assumer les responsabilités de la vie dans une société libre, dans un esprit de compréhension, de paix, de tolérance, d'égalité entre les sexes et d'amitié entre tous les peuples et groupes ethniques, nationaux et religieux, et avec les personnes d'origine autochtone ;
  • Inculquer à l'enfant le respect du milieu naturel.

Investir dans l'éducation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : économie de l'éducation.

L'économie de l'éducation s'est développée à partir des années 1960, pour étudier l'influence de l'éducation sur le développement économique.

La théorie du capital humain présentée en 1964 par Gary Becker associait l'éducation à un investissement pour l'individu, pour leurs employeurs et plus généralement pour la société. Il affirme que les savoir transmis par l'éducation améliorent directement les performances des individus. Cet investissement est alors considéré comme avantageux si les gains de productivités futurs sont plus importants que les coûts de la formation. L’équation de Mincer établit la relation entre gains (salaires), nombre d’année d’études et expérience professionnelle[17] à partir des données du recensement américain de 1950 et 1960.

Cette théorie peine cependant à expliquer l'attrait de filières éducatives privilégiant la culture générale par rapport à celle proposant une formation opérationnelle des individus, à priori plus mobilisables sur le marché du travail. Une hypothèse alternative, la théorie du signal, a donc été développée dans les années 1974 par le Canadien Michael Spence. On retrouve des idées similaires dans le rôle de filtrage assigné au système éducatif par Kenneth Arrow.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le monde du 01/03/11
  2. Définition de educatio dans le Gaffiot latin-français, 1934
  3. Voir notamment les textes officiels de l'éducation physique et sportive de 2010 et la définition des compétences méthodologiques et sociales visées : [1]
  4. la bosse des maths est-elle une maladie mentale ? Wolf, Marcus, éd. La Découverte, 1984 :
  5. Et vos enfants ne sauront pas lire… ni compter ! Marc Le Bris, Stock, 2004
  6. (en) « Majority of Children Live With Two Biological Parents »,‎ 2008 (consulté le )
  7. Dans ce domaine, les programmes PASEC et SACMEQ, créés en 1991, rassemblent des pays d'Afrique Francophone et Anglophone tandis que le programme LLECE couvre les pays d'Amérique Latine.
  8. a, b, c et d Source : Regards sur l'éducation, rapport annuel de l'OCDE, 2003, cité dans le journal Le Monde, le 13 septembre 2005.
  9. http://www.right-to-education.org/node/101
  10. http://www.right-to-education.org/node/125
  11. http://www.right-to-education.org/node/133
  12. http://www.right-to-education.org/node/92
  13. Cadre d’action de Dakar, L’Éducation pour tous : tenir nos engagements collectifs. UNESCO (2000)
  14. Objectif 2 et 3: http://www.un.org/french/millenniumgoals/education.shtml
  15. a et b (Tomasevski, K. (2002). Rapport annuel sur le droit à l’éducation. Présenté en application de la résolution 2001/29, Doc. E/CN.4/2002/60, Commission des Droits de l’Homme, cinquante-huitième session. p. 14)
  16. Convention des droits de l'enfant; article 29
  17. Jacob A. Mincer, Schooling, Experience, and Earnings, National Bureau of Economic Research, N° minc74-1, September 1974.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Wikisource[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]