Mémorial des enfants d'Izieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mémorial des enfants d'Izieu
Maison Enfants Izieu 5.jpg
Vue de la Maison des enfants d'Izieu
Présentation
Type
Construction
2e quart du XXe siècle
Statut patrimonial
Visiteurs par an
26 688Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Localisation
Pays
Commune
Adresse
LélinazVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de l’Ain
voir sur la carte de l’Ain
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Mémorial des enfants d'Izieu
Logo-izieu.gif
Informations générales
Visiteurs par an
26 688 (2009)
25 408 (2010)
Site web
Collections
Collections
Mémorial consacré aux enfants d'Izieu
Bâtiment
Protection
Localisation
Adresse
Maison d’Izieu, mémorial des enfants juifs exterminés
70, route de Lambraz
01300 Izieu
Izieu
Flag of France.svg France

Le Mémorial des enfants juifs exterminés d'Izieu ou encore Maison des enfants d'Izieu est à la fois le lieu de l'arrestation des enfants d'Izieu, le , un mémorial dédié à leurs mémoires, et un monument historique. La maison se trouve sur le territoire de la commune d'Izieu, située dans le département de l'Ain.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Enfants d'Izieu.

À la suite du procès de Klaus Barbie, en 1987, se constitue une association, l'association du Musée-mémorial d'Izieu[1], à l'initiative de Sabine Zlatin, résistante, et Pierre-Marcel Wiltzer alors préfet de région. L'objectif est de se porter acquéreur de la Maison d'Izieu pour ensuite y créer un mémorial à la mémoire des enfants d'Izieu.

François Mitterrand, alors Président de la République française soutiendra[1] activement l'initiative. Il inaugurera d'ailleurs le Mémorial des enfants d'Izieu, le en présence également de Jacques Chirac[1], alors Maire de Paris.

Lieu de mémoire[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Rafle du Vélodrome d'Hiver et Camp de Gurs.

À l'instar du Vélodrome d'Hiver, lieu de la rafle du Vel' d'Hiv et du Camp de Gurs, la Maison d'Izieu est le 3e lieu[1] de la Mémoire nationale des victimes des persécutions racistes et antisémites et des crimes contre l'humanité commis avec la complicité du gouvernement de Vichy, comme le reconnaît le décret du président de la République du [1],[2].

Protection de la maison[modifier | modifier le code]

Article connexe : Monuments historiques de l'Ain.

La Maison des enfants d'Izieu fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [3]. Cette inscription inclut la maison et ses deux bâtiments annexes (cad. B 594, 595, 1116).

Fréquentation touristique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Tourisme dans l'Ain.

En 2009, le mémorial des enfants d'Izieu était le musée du département de l'Ain le plus visité, avec une affluence de 26 688 visiteurs par an.

En 2010, 25 408 visiteurs ont découvert le lieu[4], faisant de la maison d'Izieu le musée le plus visité du département de l'Ain et le 6e lieu touristique du département.

Aspects financiers[modifier | modifier le code]

En mai 2016, la Maison d'Izieu subit une baisse de ses subventions régionales de 17 % (soit 40 000 euros en moins annuellement)[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :