Joseph Lécussan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lécussan.
Joseph Lécussan
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Autres informations
Membre de
Distinction

Joseph Gilles Lécussan, né le à Gourdan-Polignan (Haute-Garonne) et mort fusillé le à Caluire-et-Cuire[1], est un milicien français, assassin de Victor Basch dans le cadre des exactions commises par cette organisation supplétive de l'occupant nazi durant la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'instituteur, il est admis à l'École navale en 1916 et devient officier de marine dans la spécialité d'électricien-torpilleur. Il parvient au grade de capitaine de corvette, commande une escadrille de patrouilleurs en 1940 et est officier de la Légion d'Honneur. Sur le plan politique, cet antisémite et anticommuniste forcené aurait frayé avec La Cagoule. En juillet 1941, il est nommé directeur régional du Service des questions juives créé à Toulouse, et conserve cette fonction jusqu'à mars 1943.

Il est ensuite nommé par Joseph Darnand au poste de chef régional de la Milice française à Lyon, où il côtoie Paul Touvier, chef du 2e service. Il y est responsable de l'assassinat[2] de Victor et Hélène Basch, le , à Neyron.

Il est ensuite envoyé dans le Cher, où il cumule ses responsabilités dans la milice avec les fonctions de sous-préfet de Saint-Amand-Montrond qu'il s'approprie de son propre chef le . Il est responsable du massacre des puits de Guerry[3] où 36 détenus juifs ont été assassinés en en représailles à l'assassinat du tribun collaborationniste Philippe Henriot.

Arrêté après la chute de l'Allemagne nazie, où il s'était réfugié, Joseph Lécussan est jugé et condamné à mort à Lyon le et passé par les armes le 13 décembre suivant.

C'est lui qui alerte[4] le lieutenant Moritz, alors à la tête d'une des deux branches du Sicherheitsdienst de Lyon (l'autre branche était dirigée par Klaus Barbie ; la responsabilité du Sicherheitsdienst de Lyon dans son ensemble, le dixième Einsatz Kommando, incombait à Werner Knab) de la présence de Victor Basch à Lyon.

Le , en compagnie de Moritz mais également de Touvier, de Gonnet et d'autres miliciens (une dizaine de personnes au total), il participe à l'arrestation d'Hélène et Victor Basch à leur domicile.

Après avoir conduit Hélène et Victor Basch à Neyron, Lécussan reconnaîtra y avoir assassiné[4] Victor Basch, Gonnet se chargeant d'assassiner Hélène Basch[4].

Article connexe : Tragédie des puits de Guerry.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de la Haute-Garonne, État-civil numérisé de la commune de Gourdan-Polignon, registre de l'année 1895, acte N°35 et sa mention marginale de décès.
  2. Jacques Derogy, « L'Express retrouve Paul Touvier », L'Express, publié le 5 juin 1972, mis à jour le 16 octobre 2003 (consulté le 31 mars 2011).
  3. [PDF]Jean-Yves Ribault, « La tragédie des puits de Guerry (été 1944) : étapes, rouages et mobiles d’une répression raciale », sur fondationresistance.org, .
  4. a, b et c Documentaire Milice, film noir d'Alain Ferrari, témoignage de Françoise Basch, 1997.