Mémorial Hélène-et-Victor-Basch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mémorial
Hélène-et-Victor-Basch
Neyron - Mémorial Hélène et Victor Basch (1).JPG
Le mémorial Hélène-et-Victor-Basch en mai 2016.
Présentation
Type
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Combe de Crépieux[1]
11, chemin de Barry
Neyron
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon

(Voir situation sur carte : métropole de Lyon)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Ain

(Voir situation sur carte : Ain)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Neyron

(Voir situation sur carte : Neyron)
Point carte.svg

Le mémorial Hélène-et-Victor-Basch est un mémorial dédié à Hélène et Victor Basch, exécutés par la milice française, le à Neyron, dans l'Ain, en France[2]. Il fut érigé en 1945, à l'époque à l'emplacement précis de leur exécution. Il a été déplacé sur son emplacement actuel lors de la construction du viaduc[3].

Le mémorial se trouve aujourd'hui au lieu-dit Combe de Crépieux[1], au niveau du 11, chemin de Barry, sous le viaduc Hélène-et-Victor-Basch, localisé en partie à Neyron.

Le documentaire Milice, film noir[4], utilise des prises de vue du mémorial, dans l'introduction du passage consacré à Hélène et Victor Basch, durant lequel leur petite-fille Françoise Basch livre son témoignage.

Présentation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Victor Basch.

L'exécution d'Hélène et Victor Basch[modifier | modifier le code]

Le Chemin du Barry, face au lieu de l'assassinat.

Le , accompagné de Joseph Lécussan de la milice et du Lieutenant Moritz de la Gestapo, Paul Touvier, chef de la milice lyonnaise, participe[5] lui-même à l'arrestation de Victor Basch et de son épouse Hélène âgée également de 80 ans, qui refuse[5] de le laisser. Lécussan racontera par la suite « Moritz jugea Victor Basch trop âgé pour pouvoir l'arrêter, et nous décidâmes de l'exécuter »[5] ; Lécussan accompagnés d'autres miliciens et de Moritz conduira alors le couple à la Combe de Crépieux où Victor et Hélène Basch seront abattus[5] de plusieurs coups de feu. Lécussan reconnaîtra avoir abattu[6] lui-même Victor Basch ; Gonnet se chargeant d'assassiner Hélène Basch de deux balles de pistolet[6].

Victor[7] et Hélène[8] Basch sont inhumés à la nécropole nationale de la Doua, à Villeurbanne.

Le mémorial[modifier | modifier le code]

L'inscription du mémorial est la suivante :

« Ici, Victor Basch, professeur à La Sorbonne et président de la ligue des droits de l'Homme (1863-1944) et Hélène Fürt (1863[Note 1]-1944), sa compagne[Note 2], furent sauvagement assassinés par la milice. N'oublions jamais les victimes de la haine raciale. »
Gros plan sur les inscriptions du mémorial.

Cérémonies[modifier | modifier le code]

Cérémonie du Parcours de la mémoire au Mémorial Hélène-et-Victor-Basch, le 23 juin 2013.

En avril 1992, le secrétaire d'État des Anciens combattants Louis Mexandeau accompagné de la présidente de la Ligue des droits de l'homme Madeleine Rebérioux a participé à une cérémonie au mémorial, dans le cadre de la journée des déportés[9].

Le mémorial est l'un des lieux visités par le Parcours de la mémoire (ou Journée de la Résistance), en particulier en 2013[10],[11]. Cette circonstance créée en 1967 par Robert Namiand et Robert Vallon[12], consiste en la visite de plus de quatre-vingt lieux de mémoire (essentiellement situés dans le département du Rhône) lors du dimanche le plus proche du 21 juin[12],[13], date de l'arrestation de Jean Moulin à Caluire-et-Cuire en 1943. En 2013, la visite du mémorial de Neyron se faisait au sein d'un circuit qui incluait également un arrêt à la stèle rendant hommage aux sept victimes de l'exécution du cimetière de Rillieux[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ce point est sujet à discussion ; pas de source fiable identifiée sur l'année de naissance d'Hélène Basch. Par exemple, la plaque de la place Victor-et-Hélène-Basch, à Paris, annonce 1862.
  2. Hélène et Victor Basch se sont mariés, le , au temple de Pest.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « C'était en janvier ... 1944 : Victor Basch assassiné », sur larochelledroitsdelhomme.fr, (consulté le 10 avril 2011).
  2. Ouvrage collectif, Richesses touristiques et archéologiques du canton de Miribel : Miribel, Beynost, Neyron, Saint-Maurice-de-Beynost, Thil, , 207 p. (ISBN 2-907656-27-9), p. 148.
  3. Laurent Tronche, « Victor et Hélène Basch : chronique d'un assassinat », Revue n°38 de la Société d'Histoire et d'Archéologie de la Plaine de l'Ain (Shapa),‎ , p. 49-51
  4. Milice, film noir, documentaire d'Alain Ferrari, 1997.
  5. a b c et d Jacques Derogy, « L'Express retrouve Paul Touvier », L'Express,‎ (lire en ligne).
  6. a et b Documentaire Milice, film noir d'Alain Ferrari, témoignage de Françoise Basch, 1997.
  7. « BASCH Guillaume Victor », sur memorialgenweb.org (consulté le 10 avril 2011).
  8. « BASCH Hélène », sur memorialgenweb.org (consulté le 10 avril 2011).
  9. « La journée des déportés », L'Humanité,‎ (lire en ligne, consulté le 11 décembre 2013).
  10. « Le Parcours de la mémoire fera étape par la commune, dimanche », Le Progrès,‎ (lire en ligne).
  11. « Neyron. Au nom du devoir de mémoire », Le Progrès,‎ (lire en ligne).
  12. a et b « Prison de Montluc : un nouveau lieu de mémoire », sur pointsdactu.org, .
  13. Michel Fratissier, Jean Moulin ou la Fabrique d'un héros, L'Harmattan, , 758 p. (ISBN 978-2-296-55463-4, lire en ligne).
  14. « Parcours de la mémoire du 23 juin 2013 », sur saintjeandardieres2014.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]