Sarrebruck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sarrebruck
Saarbrücken
Image illustrative de l'article Sarrebruck
Blason de Sarrebruck
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Flag of Saarland.svg Sarre
Arrondissement
(Landkreis)
Stadtverband Saarbrücken
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
20
Bourgmestre
(Oberbürgermeisterin)
Charlotte Britz SPD
2004
Code postal 66100-66199
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
10 0 41 100
Indicatif téléphonique 0681, 06893, 06897, 06898, 06805
Immatriculation SB
Démographie
Population 181 000 hab. (31 décembre 2011)
Densité 1 083 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 14′ 00″ N 7° 00′ 00″ E / 49.2333, 7 ()49° 14′ 00″ Nord 7° 00′ 00″ Est / 49.2333, 7 ()  
Altitude 230 m
Superficie 16 707 ha = 167,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Sarrebruck

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Sarrebruck
Liens
Site web www.saarbruecken.de/fr

Sarrebruck (Saarbrücken en allemand, Saarbrigge et Saarbricken en sarrois[1]) est la capitale du Land frontalier de Sarre, le plus petit État allemand — villes-Länder exceptées — en surface et en population, quoique très densément peuplé.

Sa population avoisine les 180 000 habitants (176 749 au 31 décembre 2008). La communauté urbaine de Sarrebruck compte environ 350 000 habitants. L'eurodistrict de Sarrebruck-Forbach avoisine les 700 000 habitants.

Sarrebruck est un nœud de communication, desservi par les autoroutes françaises A4 (vers Paris) via A320 et allemandes A1 (Cologne), A6 (Luxembourg, Mannheim) et A8, par le TGV/ICE sur la ligne Paris-Francfort, par les trains régionaux français et allemands et par un aéroport.

L'histoire originale de la Sarre au XXe siècle fit de Sarrebruck une capitale d'État à plusieurs reprises. La Sarre ayant rejoint la république fédérale d'Allemagne en 1957, Sarrebruck est devenue capitale de Land à la même date.

Longtemps tournée vers les industries lourdes, située au centre d'un important bassin charbonnier, la ville connut un développement important pendant les deux premières révolutions industrielles mais aussi un contre-coup à partir des années 1980. Aujourd'hui Sarrebruck s'oriente vers de nouvelles activités industrielles (chimie, construction, agro-alimentaire) et compte restructurer profondément son centre-ville pour le rendre plus attractif.

Sarrebruck entretient des relations privilégiées avec Metz, Nancy et Luxembourg, les trois autres villes de la Grande Région. Elle a participé au programme de l'année européenne de la Capitale de la Culture 2007.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Ludwigskirche

Sarrebruck (Sarabrucca) ne doit pas son nom aux ponts (en allemand : Brücke, pluriel : Brücken) au-dessus de la Sarre comme on pourrait croire, car les premières mentions du lieu datent d'une époque où il n'y avait pas encore de pont sur la Sarre (le premier pont, l'Alte Brücke a été construit 500 ans après la première mention du nom). En réalité, le nom Sarrebruck vient probablement de l'ancien nom de la forteresse située sur un rocher (= Brocken) de Sarabrucca. Ce rocher porte aujourd'hui le Château de Sarrebruck.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bords de Sarre

Excentrée par rapport au reste de l'Allemagne, Sarrebruck occupe en revanche une position centrale en Europe occidentale sur la mégalopole européenne.

Sarrebruck est distante de 392 kilomètres de Paris[2] et 728 kilomètres de Berlin par la route (et non à vol d'oiseau). Elle est située à 184 kilomètres de Francfort, à 258 kilomètres de Cologne et à 308 kilomètres de Bruxelles. Les autres villes proches sont Metz (69 km), Luxembourg (99 km), Strasbourg (119 km), Nancy (121 km), et Mannheim (134 km).

Directement située à la frontière, Sarrebruck entretient des rapports très étroits avec le département français de la Moselle : il existe ainsi une « Eurozone » entre Forbach et Sarrebruck, le TER (Train Express Régional) Metz-Sarrebruck a été cofinancé par la Lorraine et la Sarre, le tramway de Sarrebruck s'arrête également à Sarreguemines. Sarrebruck est également reliée à Strasbourg par TER.

Sarrebruck est à 110 min de Paris en ICE et à 2h de Francfort.

À la croisée géographique et historique de la France et de l'Allemagne, Sarrebruck abrite de nombreuses institutions franco-allemandes, notamment le lycée franco-allemand, l'université franco-allemande (fondée en 1999) ainsi que la Chambre de commerce française en Allemagne.

De nombreux industriels français sont également présents à Sarrebruck, par exemple Peugeot et Saint-Gobain.

Communes limitrophes (allemandes et françaises)[modifier | modifier le code]

Rose des vents (al) Püttlingen, Riegelsberg, Heusweiler (al) Sulzbach, Quierschied (al) St. Ingbert Rose des vents
(al) Völklingen N (al) Mandelbachtal
O    Sarrebruck    E
S
(fr) Forbach, Stiring-Wendel, Schoeneck, Petite-Rosselle (fr) Alsting, Spicheren (fr) Sarreguemines, Grosbliederstroff, (al) Kleinblittersdorf

Climat[modifier | modifier le code]

Sarrebruck a un climat continental tempéré avec un niveau annuel de précipitations de 796 mm avec un maximum mensuel en décembre (61 mm). La température annuelle moyenne est de 9 °C, avec une moyenne de 16,9 °C de juin à août (les mois les plus chauds)1 °C de décembre à février (les mois les plus froids).

Les hivers sont rigoureux avec des précipitations neigeuses occasionnelles. Les étés sont chauds et peuvent être caniculaires.

Relevé météorologique
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) −1 −1 2 4 8 11 13 13 10 7 2 0
Température maximale moyenne (°C) 3 4 9 13 18 21 23 23 19 14 7 4
Précipitations (mm) 54,4 42,1 38,6 38,1 46,5 49,3 50,6 40,3 39,7 52,9 59,9 61,3
Source : http://www.meteo.fr/test/gratuit/wwis/prev.htm?a=DL&b=1356&c=01356&d=C&e=


Site[modifier | modifier le code]

Sarrebruck est située dans une vallée traversée par la Sarre et bordée par de nombreuses collines et terrasses. Au nord de la ville débute une longue série de collines de moyenne altitude, tandis qu’au sud la ville est limitée par la forêt domaniale et ses massifs de grès. À l’ouest débute le Warndt.

Le point le moins élevé – l’écluse de Luisenthal- est à 178,5 mètres au-dessus du niveau de la mer, tandis que le point le plus élevé – le Steinkopf, au nord de l’aéroport – culmine à 401,0 mètres.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Projets urbains[modifier | modifier le code]

Siège des charbonnages sarrois
  • Stadtmitte am Fluss : mise en souterrain de l'autoroute urbaine et aménagement des berges de la Sarre[3]
  • Transformation du centre commercial Saar Galerie: l'actuelle Saar Galerie intègrera le bâtiment de la direction des mines (Bergwerkdirektion): le nouveau centre commercial aura une superficie de 25 000 m2 sur 3 niveaux. Début des travaux: 2008 / Ouverture: octobre 2010.
  • Nouvelles rues piétonnes: les rues Sulzbachstr. Rotenhofstr., Futterstr., Lampertstr. et Passagestr. deviendront piétonnes d'ici 2010.
  • Urban II :

Ce projet européen vise à réhabiliter et à désenclaver les quartiers sensibles selon plusieurs axes : développement économique et culturel, renforcement du dispositif d'insertion socio-professionnelle, rénovation des habitations et des espaces verts[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Château de Sarrebruck

Antiquité[modifier | modifier le code]

Sarrebruck est mentionnée pour la première fois en 999. Son origine remonte cependant à l'époque des Celtes et des Romains. Au cours du Ier siècle, les Romains érigèrent un Vicus, qui se trouvait au point d'intersection des routes Metz-Worms et Trèves-Strasbourg.

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, Sarrebruck était la capitale d'un comté du même nom, possession des comtes de Sarrebruck (de) de la maison de Nassau jusqu'à la Révolution française. L'église Saint-Arnual, située dans le quartier de même nom, abrite d'ailleurs de nombreux tombeaux des comtes, puis princes de Nassau.

Article détaillé : Comté de Sarrebruck.

Au XVIIIe siècle, Guillaume-Henri de Nassau-Sarrebruck (en) commande à l'architecte Stengel de nombreux monuments, dont le château, la Ludwigskirche et la basilique St-Johann. Une période de construction intensive et fertile commença, qui donna à la ville la physionomie d'une résidence princière. Influencé par Palladio, Stengel créa de magnifiques ouvrages de style baroque classique.

Révolution française[modifier | modifier le code]

Alte Brücke

Des troupes de l'armée révolutionnaire française occupent Sarrebruck en 1793. Sarrebruck rejoint la République française (puis l'Empire) par les accords de Campo Formio (1797) et de Lunéville (1801). Sarrebruck restera française jusqu'en 1815, les Sarrebruckois bénéficiaient donc des mêmes droits civiques que les citoyens français. Sarrebruck fait alors partie du département français de la Sarre dont la capitale est Trèves.

Prusse[modifier | modifier le code]

Monument à l'Empereur Guillaume Ier

En 1815, avec le traité de Vienne, Sarrebruck devient prussienne. Au cours du XIXe siècle, la ville bâtit sa prospérité sur la Révolution industrielle et la production d'acier. L'UNESCO a d'ailleurs classé comme patrimoine de l'humanité une aciérie de Völklingen, située à une dizaine de kilomètres de la ville.

Guerre de 1870[modifier | modifier le code]

Après la déclaration de guerre le 19 juillet 1870, les troupes prussiennes se retirent d'abord de Sarrebruck ; les Français prennent la ville. Les Français construisent alors des postes fortifiés sur les hauteurs de Spicheren qui surplombent Sarrebruck. Le 6 août, les troupes prussiennes donnent l'assaut (9 000 morts - 3 fois plus de pertes côté allemand): les Prussiens gagnent la bataille et reprennent la ville. Cette victoire - bien que sans réelle influence sur l'issue du conflit - sera très exploitée par la propagande française.

Fusion de Sarrebruck, Saint Jean et Malstatt[modifier | modifier le code]

Le 5 décembre 1908, les villes jusqu'alors indépendantes de Sarrebruck, Saint Jean (Sankt Johann) et Malstatt-Burbach décident de fusionner au 1er janvier 1909. Cet acte donne naissance à la ville actuelle. Au 1er janvier 1909, la ville nouvellement formée compte 105 000 habitants et est la 5e ville allemande à l'ouest du Rhin. L'ancienne ville de Sarrebruck prend le nom d'Alt-Saarbrücken.

Traité de Versailles[modifier | modifier le code]

Après le Traité de Versailles de 1919, le territoire de la Sarre était administré par la Société des Nations sous contrôle français. Sa capitale est Sarrebruck.

Anecdote[modifier | modifier le code]

Miss France 1935, Elisabeth Pitz est Miss Sarrebruck. Elisabeth Pitz, d'origine sarroise, avait en effet opté pour la nationalité française après le plébiscite du 13 janvier 1935. Elle se retire après 2 heures de règne des suites du mécontentement général quant à son origine.

1935-1945[modifier | modifier le code]

Théâtre National de la Sarre
Bürgerpark

En 1935, la population se prononçait à 90 % pour l'adhésion à l'Allemagne, sous l'influence de la propagande nazi et sans que la France ne fasse rien pour convaincre les Sarrois de voter pour le rattachement à la République. En 1937/38, le Troisième Reich fait construire le Théâtre national de la Sarre et agrandir la prison, pour récompenser la ville de son vote massif en faveur du rattachement au Reich. En 1940 le département Français de la Moselle est rattaché de fait à la région (Gau) dont Sarrebruck est le chef-lieu et qui prend le nom de Gau Westmark. Le camp de torture de Neue Bremm se trouvait dans cette localité. La prison d'avant-guerre reçoit de très nombreux déportés français Nacht und Nebel. Après jugement par la chambre itinérante (2e Sénat) du Volksgerichtshof, les condamnés sont répartis entre des bagnes comme Sonnenburg ou des camps comme Sachsenhausen et Dachau. La ville a été très largement détruite par les bombardements des Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale.

Après-guerre: La Sarre indépendante 1947-1956[modifier | modifier le code]

Le protectorat d'après guerre permit aux autorités militaires françaises d'administrer la Sarre, ce qui fit qu'elle n’était plus officiellement incluse dans la zone d’occupation française en Allemagne. Elle ne fit donc plus partie de l’Allemagne dès décembre 1947 et se dota d’une constitution le 15 décembre 1947. Le territoire sarrois est alors reconnu comme indépendant au sein des institutions internationales.

Anecdotes peu connues :

- Des timbres sarrois seront mis en circulation ainsi qu’une monnaie spécifique, le franc sarrois (Saar-Frank) de 1954 à 1957.

- La France pressent Sarrebruck comme la future capitale européenne à condition que la Sarre reste indépendante, mais à la suite du deuxième référendum du 23 octobre 1955, (réunification de la Sarre avec la RFA) le projet est entériné pour Strasbourg et Bruxelles. De cet épisode subsiste encore le projet d'ambassade française en Sarre (l'actuel ministère de l'éducation sarrois).

- En 1954, la sélection de Sarre affronta même l’équipe de la République fédérale d’Allemagne (RFA) lors des tours préliminaires de la Coupe du monde de football.

Entrée de la Johanniskirche
Basilique St. Jean

RFA[modifier | modifier le code]

Après son intégration à la RFA, Sarrebruck devient capitale du Land de Sarre, le 11e des Länder allemands. En 1974, dans le cadre de la réforme des communes, 11 localités sont intégrées à Sarrebruck, ce qui doublera quasiment la population de la ville.

Appartenance[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et Monuments[modifier | modifier le code]

Ludwigskirche

Théâtres et salles de spectacle[modifier | modifier le code]

Le Théâtre national de la Sarre regroupe 3 salles : Le Staatstheater, la Alte Feuerwache et Sparte4. Le Staatstheater, situé le long de la Sarre a été construit en 1937/38 et était le cadeau du régime national-socialiste à la Sarre à la suite du référendum de 1935 qui rattacha la Sarre au Reich. Son entrée est orientée vers Paris, ce qu'il fallait interpréter alors comme une réponse à l'Ouest capitaliste. Il a été inauguré par Goebbels (ministre de la Propagande) en présence d'Hitler et d'Himmler.

En moyenne, pour une saison on peut compter sur une dizaine d'opéras, une trentaine de pièces, une demi-dizaine de ballets et une demi-dizaine de concerts.

On trouve également quatre théâtres indépendants: Theater im Viertel, Blauen Hirsch, Theater Leidinger, Theater Überzwerg.

La Saarlandhalle accueille de nombreux concerts, comédies musicales et régulièrement Holiday on Ice. Sa capacité est limitée à 6500 places, mais elle va être prochainement transformée pour pouvoir accueillir 10 000 spectateurs.

le Palais des Congrès (Congresshalle) est situé dans le centre. Sa plus grande salle a une capacité maximale de 1 800 places[5]

Musique[modifier | modifier le code]

L'Orchestre Philharmonique de Sarrebruck-Kaiserslautern[6] compte 114 musiciens de la radio-télévision publique allemande. Depuis 2007, il remplace l'ancien orchestre philharmonique de la SR (radio-télévision sarroise) fondé en 1936 et est un des plus grands orchestres de la radio-télévision publique d'Allemagne.

Danse[modifier | modifier le code]

La Donlon Dance Company[7] est une compagnie de Danse dirigée par la chorégraphe irlandaise Marguerite Donlon. Depuis 2001, cette compagnie est en résidence au Théâtre national de la Sarre: elle fêtera donc au cours de la saison 2011/12 son dixième anniversaire. Pour célébrer cette décennie d´existence, la Donlon Dance Company ponctue cette saison anniversaire d´événements: une tournée en Asie avec le spectacle "Casa Azul - Inspired by Frida Kahlo" en septembre, la 3e édition du Festival ''n.o.w. dance saar'' en octobre et un gala anniversaire au printemps 2012.

Musées[modifier | modifier le code]

  • Musée de la Sarre (Saarland Museum)
  • Stadtgalerie Saarbrücken: galerie d'art contemporain
  • Musée archéologique (Museum für Vor- und Frühgeschichte)
  • Musée allemand de la presse écrite (Deutsches Zeitungsmuseum)
  • Musée de la Préhistoire et de la Protohistoire.

Manifestations[modifier | modifier le code]

  • Janvier/février : Prix Max Ophüls : festival du jeune cinéma germanophone
  • Carnaval (Rosenmontag) : cavalcade dans les quartier de Burbach et d’Ensheim
  • de mars à octobre : grand marché aux puces (Franz-Josef-Röder-Str.) tous les 2èmes samedis du mois
  • Mai : Fête du Château
  • Mai : Festival Perspectives (festival franco-allemand des arts de la scène)
  • Mai/juin : Mouvement – Festival de musique de la radio sarroise
  • Mai/Juin : Trofeo Karlsberg
  • Mai/Juin : Maifest (fête foraine) à Burbach
  • Juin/Juillet : Kino im Fluss/Cinéfleuve
  • Juin : « Licht und Blumen »
  • de juin à août : les dimanches du Château (Sonntags ans Schloss) : concerts
  • fin juillet : Altstadtfest (fête de la vieille ville)
  • fin juillet : Gay Pride
  • Août : Nauwieserfest (fête du quartier « Nauwieser »)
  • Juillet/Août : Sommer Szene (théâtre de rue)
  • Août : « Saarspektakel » (spectacle sur la Sarre)
  • Septembre : Foire aux vins franco-allemande
  • Septembre : Fête de la Ludwigskirche
  • Octobre : Festival international de danse n.o.w dance saar
  • Octobre : « Intermarionett » (festival de théâtre de marionnettes)
  • Novembre : Electricity – festival de musique techno
  • Novembre/Décembre : les jours du cinéma africain
  • 1er dimanche de l’Avent : marché de Noël place du Château
  • de fin novembre au 24/12 : Marché de Noël

Médias[modifier | modifier le code]

Presse écrite 
  • Saarbrücker Zeitung
  • Bild Saarland
Chaînes de radio 
Télévision 

Télévision[modifier | modifier le code]

  • Chaînes de la TNT allemande en Sarre (ARD, ZDF, SR, 3 Sat, Arte, SWR, WDR, HR, BR, Phoenix, Kika/Zdf.neo, ZDF info, Tele5, QVC, Bibel TV)
  • Sarrebruck est couverte par la TNT française.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le festival du cinéma Max Ophüls[8], du nom du cinéaste français né à Sarrebruck, a été fondé en 1980 et démarra avec 700 spectateurs. L'édition 2008 en accueilli 32 000. Ce festival récompense les premiers films en langue allemande, il a lieu chaque année, en début d'année.

Pour ce qui est des salles, la chaîne Cinestar possède le plus grand cinéma de Sarrebruck : un multiplex situé dans le centre. Les autres cinémas sont plus petits: UT Kinos et Passage Kinos. La ville subventionne des cinémas d'art et d'essai: Kino 8 1/2, Camera Zwo, Filmhaus Saarbrücken.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Au 30 avril 2008, la commune de Sarrebruck comptait 180 358 habitants répartis sur 167,07 km2. La ville se caractérise par une faible densité de population, ce qui s’explique par la présence de forêts et de zones naturelles et aussi par l’intégration d’anciens villages qui sont devenus des petits quartiers.

Sarrebruck est le centre la Communauté urbaine de Sarrebruck qui compte environ 340 000 habitants avec une densité à peine plus faible (833 hab./km²). Ce regroupement remonte à 1816. 1974 pour sa forme actuelle. Comme il y a continuité du tissu urbain avec Völklingen et le bassin houiller français centré sur Forbach, Sarrebruck est également au centre de l'Eurodistrict Sarrebruck-Forbach dont la population avoisine les 700 000 habitants.

Histogramme

Structure de la population[modifier | modifier le code]

Sarrebruck est une ville « moyennement » jeune : les moins de 20 ans représentent 17 % de la population, 25,2 % de la population a plus de 60 ans.

La ville est également très cosmopolite puisqu'elle compte 13,3 % [9] d'immigrés [10] ; pour comparaison, la moyenne nationale en France est de 5,6 %. 72,5 % de la population étrangère vient d’Europe ; principalement d’Italie (16,8 %), de Turquie (10,8 %), de France (10,1 %) et des pays de l’Est. 15,6 % des immigrés viennent d’Asie (principalement d’Asie du Sud-Est).

Administration[modifier | modifier le code]

Sarrebruck est la capitale du Land de Sarre.

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal sarrebruckois (Stadtrat) compte 63 conseillers municipaux qui se répartissent comme suit (résultat des municipales du 13 juin 2004):

  • CDU: 28 sièges
  • SPD: 24 sièges
  • Verts: 6 sièges
  • FDP: 4 sièges
  • Sans étiquette: 1 siège

Arrondissements[modifier | modifier le code]

Timbre poste 1973

Sarrebruck est divisé en 4 arrondissements (Stadtbezirke): Mitte, Dudweiler, West und Halberg disposant chacun d'un maire et d'un conseil municipal. Les décisions importantes sont prises au niveau de la mairie de Sarrebruck qui chapeaute les arrondissements. Les arrondissements sont subdivisés en quartiers, les quartiers sont divisés en districts.

Les arrondissements et leurs quartiers portent les numéros administratifs suivants:

  • 1° arrondissement Mitte : 11 Alt-Saarbrücken - 12 Malstatt - 13 St. Johann - 14 Eschberg - 16 St. Arnual
  • 2° arrondissement West : 21 Gersweiler - 22 Klarenthal - 23 Altenkessel - 24 Burbach
  • 3° arrondissement Dudweiler : 31 Dudweiler: 32 Jägersfreude - 33 Herrensohr - 34 Scheidt
  • 4° arrondissement Halberg : 42 Schafbrücke - 43 Bischmisheim - 44 Ensheim - 45 Brebach-Fechingen - 46 Eschringen - 47 Güdingen - 48 Bübingen

L'arrondissement de Dudweiler possède une plus grande autonomie.

Rattachements[modifier | modifier le code]

Les communes suivantes (autrefois indépendantes) ont été rattachées à Sarrebruck et font maintenant partie intégrante de la ville :

  • 1896: St. Arnual
  • 01/04/1909: fusion des villes de Sarrebruck, St. Johann et Malstatt-Burbach
  • 01/01/1960: Eschberg
  • 01/01/1974: Dudweiler, Altenkessel, Bischmisheim, Brebach-Fechingen, Bübingen, Ensheim, Eschringen, Gersweiler, Güdingen, Klarenthal, Schafbrücke et Scheidt

Maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis 1909 :

  • 1909–1919 : Emil Mangold
  • 1919–1920 : August Carl Klein
  • 1921–1935 : Hans Neikes
  • 1935–1937 : Ernst Dürrfeldt
  • 1937–1945 : Fritz Schwitzgebel
  • 1945 : Heinrich Wahlster
  • 1945–1946 : Emil Peter Heim
  • 1946–1949 : Franz Maria Singer
  • 1949 : Johann Heinrich Bart

Jumelages[modifier | modifier le code]

Place de Tbilissi, en allemand et en géorgien

Sarrebruck est l’une des quatre villes formant le QuattroPole avec Luxembourg, Metz et Trèves. Ce réseau transfrontalier permet la coopération urbaine de ces 4 villes. [2]

Économie[modifier | modifier le code]

Repères[modifier | modifier le code]

Sarrebruck est le siège de la Chambre de commerce et d'Industrie (IHK) de la Sarre.

  • Taux de chômage en Sarre (novembre 2007) : 7,7 %
  • Endettement de la ville (au 30/06/06) : 169 millions €

Les grands employeurs traditionnels sont: Peugeot, ZF Getriebe GmbH (5 000 personnes), Halberg-Guss, Saarstahl AG, Cosmos Direkt, Hansenet, Juris, IDS Scheer.

Transports[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Le tram-train de Sarrebruck
Tram et bus à la gare centrale

Les transports en commun sont gérés par une société privée sous contrat. Sarrebruck dispose d'un réseau de bus couvrant la communauté urbaine ainsi que d'un des premiers tram-train, celui de Sarrebruck a d'ailleurs la particularité d'être un tram-train transfrontalier puisque son terminus est à Sarreguemines.

Réseau cyclable[modifier | modifier le code]

Sarrebruck possède un réseau de pistes cyclables sur ses principales artères et le long de la Sarre. Le réseau est relié à celui de la Moselle. Au total, la ville compte 65 km de pistes cyclables[11].

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Sarrebruck est desservie par un réseau d'autoroutes particulièrement dense. L'axe principal est l'axe est-ouest de l'autoroute E50 qui la relie d'une part à Paris via Forbach A320 et d'autre part à Francfort A6. La ville est également reliée à l'ouest à Luxembourg et à la Belgique par l'E29 A8, au nord à Cologne et par extension à la Ruhr et à Hambourg par l'E422 / A1 et au sud-est à Strasbourg par l'E25 / A4.

Le contournement de Sarrebruck se fait par l'autoroute A8 qui permet de désengorger la ville ; de là, l'accès à Sarrebruck se fait par les autoroutes A1, A623 et A620.

Construite dans les années 1960, l'A620 longe la Sarre et traverse le centre de Sarrebruck. Cette autoroute pose plusieurs problèmes: elle est régulièrement inondée, elle défigure le centre, elle est bruyante et le trafic peut être difficile aux heures de pointes. Un des projets de la ville (le projet Stadtmitte-am-Fluss) prévoit de couvrir l'A620 pour réaménager les berges de la Sarre au centre de Sarrebruck.

Sarrebruck est très bien reliée à la France du fait de la continuité urbaine avec l'agglomération de Forbach et de Sarreguemines.

Réseau ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare centrale a été mise en service en 1852. Sarrebruck est située sur la ligne ICE Paris - Francfort, à 1h50 de Paris-Est et à 2h de la gare centrale de Francfort. Sarrebruck est reliée au réseau à grande vitesse allemand avec des ICE au départ de Sarrebruck à destination de Mannheim, Francfort, Dresde, Brême, Stuttgart, Munich, Salzbourg et Paris.

Le réseau régional relie Sarrebruck à Trèves et à la Rhénanie / Westphalie (Coblence, Bonn, Cologne) et au Palatinat (Kaiserslautern).

Sarrebruck est également reliée au réseau régional TER Lorraine (Metz) et TER Alsace (Strasbourg).

Réseau fluvial[modifier | modifier le code]

La Sarre traverse Sarrebruck, elle se jette dans la Moselle qui se jette dans le Rhin. Elle a donc eu un réel intérêt pour l'industrie. Sarrebruck est ainsi relié au port de Sarrelouis qui est le huitième port fluvial allemand et qui sert à l'ensemble de la Sarre.

Trafic aérien[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Sarrebruck-Ensheim

Ensheim, l'aéroport de Sarrebruck propose des vols réguliers vers Berlin-Tegel, Göteborg, Hambourg, Helsinki, Copenhague, Luxembourg, Mannheim, Moscou, Munich, Palma de Mallorca, St. Petersbourg, Stockholm, Sylt, Usedom, Zürich et les États-Unis (via Düsseldorf) ainsi que des charters vers l'Espagne, la Grèce, la Turquie, la Bulgarie, la Tunisie et le Portugal. Le trafic aérien ne cesse d'augmenter et ce malgré l'arrivée du TGV-est européen. C'est surtout grâce à la compagnie à bas prix Air Berlin présente sur le site depuis peu et qui compte de nombreux passagers que l'aéroport de la ville de Sarrebruck a pour la première fois dépassé les 500 000 voyageurs par an.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Universités et écoles supérieures[modifier | modifier le code]

Campus de l'université
  • Université de la Sarre (Universität des Saarlandes) fondée en 1948 par l'administration militaire française
  • Hochschule der Bildenden Künste Saar, Beaux-Arts fondés en 1989. Remplace l'institution similaire fondée en 1924, puis sa remplaçante fondée en 1946
  • Hochschule für Technik und Wirtschaft des Saarlandes: École d'ingénieur pluridisciplinaire fondée en 1971 (fusion de plusieurs écoles)
  • Deutsch-Französische Hochschule: École Supérieure franco-allemande fondée en 1999 délivrant un diplôme reconnu dans les 2 pays.
  • Hochschule für Musik Saar: École Supérieure de Musique fondée en 1947
  • Fachhochschule für Bergbau, École des Mines fondée en 1807 par Napoléon, elle changea de nom en 1816 et s'appela École Impériale Prussienne des Mines.
  • Fachhochschule für Verwaltung des Saarlandes (FHSV): École Supérieure d'Administration de la Sarre
  • Katholische Hochschule für Soziale Arbeit, École Supérieure Catholique Sociale fondée en 1971 par l'Évêché de Trêves.
  • INM Leibniz-Institut für Neue Materialien, Institut INM Leibniz pour les nouveaux matériaux fondé en 1987.
  • Institut Max-Planck d'informatique, Société Max-Planck (équivalent CNRS) informatique fondée en 1990.
  • Max-Planck-Institut für Softwaresysteme, Société Max-Planck, recherche logicielle, fondé en 2004.
  • Fraunhofer-Institut für Zerstörungsfreie Prüfverfahren, Institut Fraunhofer pour les essais non destructifs.
  • Deutsches Forschungszentrum für Künstliche Intelligenz, centre allemand de recherche sur l'intelligence artificielle
  • Korean Institute of Science and Technology, Institut Coréen de science et technologie fondé en 1996.
  • Arbeitsstelle für Österreichische Literatur und Kultur/Robert-Musil-Forschung, centre de recherche sur la littérature autrichienne

Sport[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Hippodrome de Sarrebruck

Avec plus de 56.780 licenciés (soit près de 30 % de la population) répartis dans 280 clubs, Sarrebruck est une ville résolument tournée vers le sport et dotée d'un équipement de qualité. La ville abrite une centaine de gymnases et 60 stades, 8 piscines, 143 courts de tennis, 7 centres équestres, 12 clubs de tir, une patinoire et un hippodrome. Plusieurs golfs (celui de Sarreguemines étant le plus proche) sont à quelques minutes de voiture du centre. La présence de la Sarre permet le yachting, le canoë-kayak et l'aviron[12].

Principaux clubs[modifier | modifier le code]

Le 1.FC Sarrebruck fondé en 1903 joue au stade du Ludwigspark et connait des succès très variés. Deux fois vice-champion d'allemagne en 1943 et 1952 ainsi que champion inofficiel de la D2 française en 1949, ce club évolue en 2010 en troisième ligue (3. Liga). Il a été membre fondateur de la Bundesliga en 1963/64 et y a joue de 1976-1978, en 1985/86 et en 1992/93. Le club a été la première équipe allemande a battre une équipe italienne à domicile en compétition européenne (3:4 au match aller à San Siro en Coupe des Champions en 1955, match retour perdu 1:4). Ont porté le maillot du FC Sarrebruck, entre autres les internationaux allemands Andreas Brehme, Felix Magath, Bernd Förster, Dieter Müller, Wolfgang Seel et Wolfram Wuttke ainsi que l'international ghanéen Anthony Yeboah, l'international US Eric Wynalda et l'international marocain Mustapha Hadji. L'équipe féminine évolue, elle, a nouveau depuis 2009 en première ligue.

En tennis de table, l'ATSV Sarrebruck a été champion d'Allemagne à plusieurs reprises dans les années 1980. Aujourd'hui, la section pongiste du FC Sarrebruck dispute pour la première fois de son histoire la Ligue des Champions.

En badminton, le 1. BC Bischmisheim est actuellement champion d'Allemagne. La Badminton World Federation a un de ses trois centres d'entrainement à Sarrebuck.

En football américain, les Saarland Hurricanes évoluent depuis 2000 en première ligue de la GFL.

Sarrebruck a également une équipe de Baseball et de Softball depuis 1995: les Saarbrücken Blues.

En rugby à XV, il existe le Stade Sarrois, qui évolue en division régionale.

Événements sportifs[modifier | modifier le code]

Sarrebruck accueille plusieurs événements sportifs tout au long de l'année, dont un Open international de Badminton, un Open de Handball, un Open de Beach-Volley et le Marathon Peugeot.

Enfin, Sarrebruck a été traversée plusieurs fois par le Tour de France (Sarrebruck était ville étape en 2002).

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]