Haggada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Haggadah)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Haggada
Image illustrative de l’article Haggada
Tu raconteras alors à ton fils: ‘C'est pour cela que YHWH a agi en ma faveur, quand je sortis de l'Égypte
Sources halakhiques
Textes dans la Loi juive relatifs à cet article
Bible Exode 13:8
Mishna Pessa'him 10
Autres références rabbiniques Siddour de Rav Saadia Gaon

La Haggada ou Haggadah de Pessah (hébreu : הגדה של פסח, où הַגָּדָה, haggada, signifie récit, pluriel haggadot) est un texte en hébreu ancien utilisé pour la cérémonie du Seder durant Pessa'h, la Pâque juive. La Haggada est ancienne puisqu'elle date de l'époque de la Mishnah, c'est-à-dire d'il y a environ deux mille ans.

La Haggada raconte l'histoire et les péripéties des Hébreux menant à leur exil d'Égypte. Le contenu provient des événements narrés dans la Bible hébraïque, dans le livre de l'Exode. Elle est lue pendant le Seder et contient les rites à pratiquer durant cette lecture.


Haggadot célèbres[modifier | modifier le code]

Haggadah dédicacée à roi George VI par Arthur Szyk (1894-1951) en 1936.

La Haggada de Bordeaux, parue en 1813, est est la première et la seule qui soit manuscrite, enluminée et produite en France au XIXe siècle[1]. Accompagnée d'une traduction de l'hébreu en français par Mardochée Venture, interprète du Roi pour les langues orientales[2], elle fut écrite par Isaac Soreph et illustrée par son frère Jacob à l'occasion du mariage en 1813 de leur neveu et fils, Isaac Soreph (1793-1861) avec Léa Lévy Alvarès (1792-1871, sœur de David Lévi Alvarès)

En 2013, une Haggadah très usagée, appartenant à des prisonniers juifs, a été découverte dans le camp d'extermination de Chelmno en Pologne[3].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cph hagada17b massa.jpg

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

La Haggada : coutumes et halakhot - par le Rav Eliézer Melamed