Génolhac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Génolhac
Génolhac
Clocher-mur de l'église de Génolhac.
Blason de Génolhac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Alès
Intercommunalité Alès Agglomération
Maire
Mandat
Guy Cheron
2020-2026
Code postal 30450
Code commune 30130
Démographie
Gentilé Génolhacois
Population
municipale
826 hab. (2019 en diminution de 3,95 % par rapport à 2013)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 21′ 02″ nord, 3° 57′ 00″ est
Altitude Min. 293 m
Max. 1 416 m
Superficie 17,30 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de La Grand-Combe
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Génolhac
Géolocalisation sur la carte : Gard
Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Génolhac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Génolhac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Génolhac
Liens
Site web genolhac.net

Génolhac (prononciation occitane normale API : [ʒenujak] « génou-yac ») est une commune française située dans le nord du département du Gard, en région Occitanie.

Exposée à un climat méditerranéen, elle est drainée par le Luech, l'Homol, l'Amalet et par divers autres petits cours d'eau. Incluse dans les Cévennes, la commune possède un patrimoine naturel remarquable : deux sites Natura 2000 (les « hautes vallées de la Cèze et du Luech » et « les Cévennes ») et quatre zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Génolhac est une commune rurale qui compte 826 habitants en 2019. Ses habitants sont appelés les Génolhacois ou Génolhacoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Génolhac est situé dans le nord du département du Gard. La commune est limitrophe de la Lozère. Son altitude moyenne est de 500 mètres. Son point culminant est au belvédère des Bouzèdes (1 232 mètres), au bord du plateau de Lozère.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Génolhac[1]
Concoules
Vialas
(Lozère)
Génolhac Sénéchas
Chamborigaud Chambon

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

  • L' Amalet, ruisseau de 6 km environ, prend sa source à Concoules, à 732 mètres d'altitude, puis traverse la commune pour se jeter dans l'Homol à Sénéchas. Son lit fixe une bonne partie de la frontière communale Nord et Est avec les communes de Concoules et Sénéchas.
  • L' Homol, ruisseau de 21 km environ, affluent de la Cèze, elle-même affluent du Rhône, entre dans la commune par Vialas, la traverse sur une longueur de 8,6 km pour atteindre Chambon.
  • Le Luech, rivière de 31,5 km environ, affluent de la Cèze, entre dans la commune par Vialas, la traverse sur une longueur de 3,2 km et en sort au Pont-de-Rastel où elle atteint Chamborigaud.

On trouve à Génolhac des formations métamorphiques et du granite post-tectonique du mont Lozère. Les roches sont riches en silice et en alumine mais pauvres en potasse. Les matériaux ont subi les actions du froid quaternaire qui ont façonné les pentes et donné naissance aux alluvions des fonds de vallées.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat méditerranéen franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat méditerranéen » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, les hivers sont doux et les étés chauds, avec un ensoleillement important et des vents violents fréquents[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré suivant[2].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 11,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 5,3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 11,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 17,6 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 1 651 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 8,7 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 4,8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1974 permet de connaître l'évolution des indicateurs météorologiques[7]. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records GENOLHAC (30) - alt : 519 m 44° 20′ 30″ N, 3° 57′ 36″ E
Records établis sur la période du 01-01-1974 au 04-01-2022
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,6 1,9 4,3 6,3 9,7 13,1 15,8 15,7 12,5 9,2 5 2,4 8,2
Température moyenne (°C) 5 5,7 8,7 10,9 14,7 18,6 21,8 21,6 17,6 13,1 8,4 5,7 12,7
Température maximale moyenne (°C) 8,4 9,5 13 15,5 19,8 24,1 27,9 27,6 22,6 17 11,8 8,9 17,2
Record de froid (°C)
date du record
−13
12.01.1987
−11
10.02.1986
−9,3
01.03.05
−3,5
14.04.1998
1
07.05.1997
2
18.06.1991
8
11.07.1993
7,2
29.08.1986
3,5
29.09.1974
−2
18.10.1992
−5,5
21.11.1993
−10
27.12.1996
−13
1987
Record de chaleur (°C)
date du record
20,5
10.01.15
23,5
23.02.20
26,2
31.03.12
29,1
29.04.05
33
30.05.01
42,3
28.06.19
37,6
21.07.06
40,2
12.08.03
35,4
04.09.06
30,3
02.10.11
24,2
16.11.15
21
18.12.1987
42,3
2019
Précipitations (mm) 145,6 95,9 79,2 147,2 152,4 76 45,8 75,3 162,1 242,1 234,9 176,5 1 633
Source : « Fiche 30130001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Génolhac est desservie par un train Intercités qui effectue des missions entre les gares de Clermont-Ferrand et de Nîmes, et des trains TER Occitanie qui effectuent des missions entre les gares : de Clermont-Ferrand et de Nîmes ou de Montpellier-Saint-Roch ; de Mende et de Nîmes.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[8],[9]. Dans ce cadre, la commune fait partie de la zone cœur du Parc national des Cévennes. Ce parc national, créé en 1967, est un territoire de moyenne montagne formé de cinq entités géographiques : le massif de l'Aigoual, le causse Méjean avec les gorges du Tarn et de la Jonte, le mont Lozère, les vallées cévenoles ainsi que le piémont cévenol[10].

La commune fait également partie des Cévennes, un territoire reconnu réserve de biosphère par l'UNESCO en 1985 pour la mosaïque de milieux naturels qui la composent et qui abritent une biodiversité exceptionnelle, avec 2 400 espèces animales, 2 300 espèces de plantes à fleurs et de fougères, auxquelles s’ajoutent d’innombrables mousses, lichens, champignons[11],[12].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Site Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 3]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats[14] :

  • les « hautes vallées de la Cèze et du Luech », d'une superficie de 12 680 ha, correspondant à la partie amont du bassin versant de la Cèze. Elles présentent un patrimoine naturel remarquable, avec quatre espèces piscicoles : l'écrevisse à pattes blanches, le castor, la loutre et le barbeau méridional et cinq habitats d'intérêt communautaire d'origine[15]

et un au titre de la directive oiseaux[14] :

  • « les Cévennes », d'une superficie de 92 044 ha, correspondant précisément à la zone centrale du parc national des Cévennes et rassemblant plusieurs ensembles distincts. La diversité des milieux et des paysages permet le maintien d'une avifaune riche et diversifiée : au total, 135 espèces d'oiseaux, dont 22 inscrites à l'annexe 1 de la directive 79-409-CEE, recensées dans la zone centrale du parc, dont une vingtaine d'espèces de rapaces diurnes et sept nocturnes[16].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Deux ZNIEFF de type 1[Note 4] sont recensées sur la commune[17] : la « forêt Domaniale de l'Homol » (133 ha), couvrant 2 communes dont 1 dans le Gard et 1 dans la Lozère[18], et la « forêt domaniale de Malmontet » (1 511 ha), couvrant 3 communes du département[19] et deux ZNIEFF de type 2[Note 5],[17] :

  • le « massif du Mont Lozère » (40 064 ha), couvrant 22 communes dont 3 dans le Gard et 19 dans la Lozère[20] ;
  • les « vallées amont de la Cèze et de la Ganière » (10 752 ha), couvrant 11 communes dont 9 dans le Gard et 2 dans la Lozère[21].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Génolhac est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[22],[I 1],[23]. La commune est en outre hors attraction des villes[I 2],[I 3].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (86,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (88,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (80,4 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (6,5 %), prairies (5 %), zones agricoles hétérogènes (4,8 %), zones urbanisées (3,3 %)[24].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations anciennes[modifier | modifier le code]

  • 1169 : Junilhacum - castrum de Junilhaco (généalogie des Châteauneuf-Randon)[25].
  • 1176 : Ginolacum (cartulaire de Franquevaux)[25].
  • 1199 : Castrum de Genouillac (Gallia Christiana, t.VI, p. 622)[25].
  • 1243 : Genoillaicum (cartulaire de Franquevaux)[25].
  • 1280 : Genolhacum (généalogie des Châteauneuf-Randon)[25].
  • 1345 : Parrochia de Genulhaco (cartulaire de la seigneurie d'Alais, f. 31)[25].
  • 1376 : La paroisse de Guinoac (cartulaire de la seigneurie d'Alais, f. 43)[25].
  • 1384 : Junilhacum (dénombrement de la sénéchaussée)[25].
  • 1426 : J. de Jinoliaco (bulletin de la société de Mende, t. XVII, p. 39)[25].
  • 1433 : Genolhac (Léon Ménard, Notes manuscrites, III, preuves p. 237, col. 2 - Bibliothèque de Nîmes)[25].
  • 1434 : Ginolhac (Léon Ménard, Notes manuscrites, III, preuves p. 238, col. 2 - Bibliothèque de Nîmes)[25].
  • 1715 : Genouillac (J.-B. Nolin, carte du diocèse d'Uzès)[25].
  • 1721 : Genolhac (bulletin de la société de Mende, t. XVI, p. 164)[25].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan Génolhac est prononcé Ginouillac, le digramme lh étant équivalent au ill français.

Au vu des formes anciennes et au-delà des hypothèses obsolètes livrées par l'abbé Nicolas en 1895, on peut interpréter le mot comme un gentilice romain (porté par un autochtone) Genilius[26] (si l'on se base sur la première mention) ou un nom de personne gallo-romain *Gennulius, dérivé du gaulois Gennos[27],[28] (si l'on se base sur les mentions suivantes et la forme actuelle). Il est suivi du suffixe -(i)acum[27],[28], d'origine gauloise. On peut ainsi comprendre Génolhac comme « domaine de Genilius » ou « terres de Genilius »[26] ou encore « domaine de Gennulius »[27],[28]. Les formes beaucoup plus anciennes de Génouillé (Vienne, Genulliaco 1096) et Genouilleux (Ain, de Genoliaco 868), toponymes qui semblent identiques au type occitan Genolhac[27] ne peuvent pas s'expliquer par l'anthroponyme latin Genilius.

Homonymie avec les nombreux Genouillac (Creuse, Charente, Genoliaco 1281); Ginouillac (Lot)[27] de langue d'oc (graphies francisées) et les Genouillé (Charente-Maritime, Vienne); Genouilly (Cher, Saône-et-Loire); Genouilleux (Ain), etc.[27] de langue d'oïl et franco-provençal

Remarque : l'hypothèse d'un dérivé *Gen[n]ulius basée sur l'existence de l'anthroponyme gaulois Gen[n]os (-ius) est également soutenue par plusieurs noms de personnes qui contiennent cet élément genos « lignée, famille », tels que Congennolitanos; Congenno (datif); Adgennius; Adgenus; Adegennorix; Camulogenus; Matugenus; etc.[29].

Ses habitants sont les Génolhacois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Repères chronologiques[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les seigneurs de Génolhac[modifier | modifier le code]

Durant tout le Moyen Âge, la seigneurie de Génolhac est partagée entre les évêques d’Uzès et des seigneurs laïcs.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Anduze[modifier | modifier le code]
  • 1029 à 1054 - Bermond, seigneur d’Anduze
  • 1054 à 1078 - Bernard, seigneur d’Anduze, son fils
  • 1078 à 1109 - Raymond, seigneur d’Anduze, son fils
  • 1109 à 1128 - Bernard, seigneur d’Anduze, son fils
  • 1128 à 1162 - Bernard, seigneur d’Anduze, son fils
  • 1162 à 1169 - Bertrand, seigneur d’Anduze, son fils
  • 1169 à 1200 - Bernard, seigneur d’Anduze, son fils
  • 1200 à 1223 - Bernard, seigneur d’Anduze, son fils
  • 1223 à v. 1250 - Bernard, seigneur des Portes de Largentière et d’Alès, son fils
  • v. 1250 à 1289 - Marguerite, dame des Portes, sa fille et héritière, qui épouse Randon, seigneur de Châteauneuf-Randon
Randon[modifier | modifier le code]
  • 1289 à 1303 - Guillaume, seigneur de Châteauneuf-Randon, leur fils
  • 1303 à 1334 - Marquise, dame de Randon, fille et héritière du précédent, qui épouse Armand, vicomte de Polignac
Polignac[modifier | modifier le code]
  • 1334 à 1351 - Armand de Randon, vicomte de Polignac, leur fils
  • 1351 à… - Marguerite de Polignac, sa fille et héritière
  • … à 1385 - Randonnet, vicomte de Polignac, seigneur de Randon, son petit cousin
  • 1385 à 1421 - Randon, vicomte de Polignac, seigneur de Randon, son frère
  • … à … - Valfurge, vicomtesse de Polignac, dame de Randon et de Randonnet, sa fille et héritière, qui épouse Guillaume, seigneur de Chalençon
Chalençon[modifier | modifier le code]
  • … à … - Pierre de Chalençon, vicomte de Polignac, leur fils
  • … à … - Louis Armand, vicomte de Polignac, baron de Chalençon, son fils
  • … à 1473 - Guillaume Armand, vicomte de Polignac, baron de Chalençon, son fils
  • 1473 à 1518 - Guillaume Armand, vicomte de Polignac, baron de Chalençon, son fils
  • 1518 à 1582 - François Armand, vicomte de Polignac, baron de Chalençon, son fils
  • 1582 à 1584 - Louis, vicomte de Polignac, baron de Chalençon, son fils
  • 1584 à 1606 - Gaspard Armand, vicomte de Polignac, marquis de Chalençon, baron de Randon, son fils

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Les seigneurs de Génolhac[modifier | modifier le code]

Durant tout l’Époque moderne, la seigneurie de Génolhac est partagée entre les évêques d’Uzès et des seigneurs laïcs.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Budos[modifier | modifier le code]
  • 1606 à 1613 - Catherine de Clermont, vicomtesse de Portes, veuve de Jacques de Budos, achète la seigneurie de Génolhac
  • 1613 à 1629 - Antoine Hercule de Budos, marquis de Portes, leur fils
  • 1629 à 1693 – Marie Félice de Budos, sa fille et héritière
Conti[modifier | modifier le code]
Roche[modifier | modifier le code]
  • 1779 à la Révolution – Claude François de Roche, chevalier, achète la seigneurie de Génolhac aux Conti 20 000 livres

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1989 Pierre Olivier SFIO puis PS  
1989 2001 Jean-Pierre Olivier PS  
2001 2008 Maurice Mayol DVG  
2008 2014 Henri Galinier DVG Trésorier adjoint de l'Association des maires du Gard
2014 2020 Georges Besse-Desmoulières SE Retraité
2020 En cours Guy Chéron SE-DVG Retraité

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[30]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[31].

En 2019, la commune comptait 826 habitants[Note 7], en diminution de 3,95 % par rapport à 2013 (Gard : +2,08 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5801 3901 4601 3501 4911 5331 5861 5831 613
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4511 3131 5091 4061 3871 1811 1821 2211 219
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1841 2101 2251 0819681 0091 008953893
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
951920936825827840886864844
2019 - - - - - - - -
826--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[32] puis Insee à partir de 2006[33].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

L'esplanade, un jour de concours de boules.

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018 (données Insee publiées en ), la commune compte 403 ménages fiscaux[Note 8], regroupant 749 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 19 100 [I 4] (20 020  dans le département[I 5]).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
2008 2013 2018
Commune[I 6] 5,4 % 5,3 % 10,8 %
Département[I 7] 10,6 % 12 % 12 %
France entière[I 8] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 448 personnes, parmi lesquelles on compte 74,6 % d'actifs (63,8 % ayant un emploi et 10,8 % de chômeurs) et 25,4 % d'inactifs[Note 9],[I 6]. En 2018, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui du département, mais supérieur à celui de la France, alors qu'en 2008 il était inférieur à celui de la France.

La commune est hors attraction des villes[Carte 2],[I 9]. Elle compte 288 emplois en 2018, contre 312 en 2013 et 315 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 291, soit un indicateur de concentration d'emploi de 99 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 45,6 %[I 10].

Sur ces 291 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 146 travaillent dans la commune, soit 50 % des habitants[I 11]. Pour se rendre au travail, 68,3 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 13,3 % les transports en commun, 10,2 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 8,3 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 12].

Activités hors agriculture[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

91 établissements[Note 10] sont implantés à Génolhac au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 11],[I 13].

Secteur d'activité Commune Département
Nombre % %
Ensemble 91
Industrie manufacturière,
industries extractives et autres
10 11 % (7,9 %)
Construction 10 11 % (15,5 %)
Commerce de gros et de détail,
transports, hébergement et restauration
32 35,2 % (30 %)
Activités financières et d'assurance 1 1,1 % (3 %)
Activités immobilières 3 3,3 % (4,1 %)
Activités spécialisées, scientifiques et techniques
et activités de services administratifs et de soutien
7 7,7 % (14,9 %)
Administration publique, enseignement,
santé humaine et action sociale
19 20,9 % (13,5 %)
Autres activités de services 9 9,9 % (8,8 %)

Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 35,2 % du nombre total d'établissements de la commune (32 sur les 91 entreprises implantées à Génolhac), contre 30 % au niveau départemental[I 14].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

L'entreprise ayant son siège social sur le territoire communal qui génère le plus de chiffre d'affaires en 2020 est[34] :

  • Les Oursons, hébergement touristique et autre hébergement de courte durée (184 k€)

Agriculture[modifier | modifier le code]

1988 2000 2010 2020
Exploitations 19 14 11 5
SAU[Note 12] (ha) 250 439 87 395

La commune est dans les Cévennes, une petite région agricole occupant l'ouest du département du Gard[35]. En 2020, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 13] sur la commune est la polyculture et/ou le polyélevage[Carte 3]. Cinq exploitations agricoles ayant leur siège dans la commune sont dénombrées lors du recensement agricole de 2020[Note 14] (19 en 1988). La superficie agricole utilisée est de 395 ha[37],[Carte 4],[Carte 5].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Rue de la Soubeyrane.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Paysage cévenol.

Espaces protégés et gérés[modifier | modifier le code]

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

Forêt Domaniale de l'Homol[modifier | modifier le code]

Cette ZNIEFF est majoritairement située dans la zone cœur du Parc National des Cévennes. Superficie (ha) : 133[40].

Forêt domaniale de Malmontet[modifier | modifier le code]

Superficie (ha) : 1510[41].

Massif du Mont Lozère[modifier | modifier le code]

Superficie (ha) : 40063[42].

Vallées amont de la Cèze et de la Ganière[modifier | modifier le code]

La ZNIEFF continentale de type 1 des Vallées amont de la Cèze et de la Ganière comprend 10 752,18 hectares sur 11 communes[Note 15]. Son habitat déterminant est fait de terrains en friche et terrains vagues. Cette ZNIEFF vise six espèces végétales protégées sur l'ensemble du territoire français métropolitain :

Hautes vallées de la Cèze et du Luech[modifier | modifier le code]

Génolhac est depuis 2013 entièrement incluse dans les 13 080 ha de la Zone spéciale de conservation Natura 2000 dite Hautes vallées de la Cèze et du Luech au titre de la Directive Habitats, au sein de la Réserve de biosphère des Cévennes. De la grande variété de types de couverts protégés par la Zone spéciale de conservation (ZSP) des Hautes vallées de la Cèze et du Luech[Note 16], reste alors essentiellement les prairies semi-naturelles humides ou mésophiles améliorées, souvent des prairies de fauche, dont la qualité et/ou la superficie diminuent avec la fermeture croissante du milieu, les activités humaines prenant le pas.

Pourtant ce site est pour la loutre (Lutra lutra) d'une importance capitale pour la colonisation des rivières méditerranéennes ; on y trouve, ainsi que pour le castor commun (Castor fiber), des populations non isolées mais en marge de leur aire de répartition. Trois autres espèces sédentaires résidentes sont de même inscrites à l’annexe II de la directive Habitats : le blageon (Telestes souffia), l'écrevisse à pattes blanches (Austropotamobius pallipes) et le barbeau méridional (Barbus meridionalis)[44], ce dernier étant une rare espèce vestige de la faune précédant les périodes glaciaires[45].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Génolhac Blason
De sable, à un pal losangé d'argent et de gueules[25].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • César Nicolas, Histoire de Génolhac (Reprod. en fac-sim. de l'éd. de 1895), Nîmes, C. Lacour, coll. « Rediviva », , 211 p., couv. ill. ; 21 cm (ISBN 2-86971-211-1, ISSN 0989-4616, BNF 35211172)
  • Eugène Germer-Durand, Ministère de l'instruction publique (Éditeur scientifique) et Comité des travaux historiques et scientifiques (dir.), Dictionnaire topographique du département du Gard : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Impr. impériale, , XXXVI-298 p., in-4 (BNF 30500934)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[13].
  4. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  5. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  8. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  9. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  10. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  11. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  12. Les données relatives à la surface agricole utilisée (SAU) sont localisées à la commune où se situe le lieu principal de production de chaque exploitation. Les chiffres d'une commune doivent donc être interprétés avec prudence, une exploitation pouvant exercer son activité sur plusieurs communes, ou plusieurs départements voire plusieurs régions.
  13. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  14. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[36].
  15. Les communes concernées par la ZNIEFF des Vallées amont de la Cèze et de la Ganière sont : Aujac, Bonnevaux, Chambon, Concoules, Génolhac, Malons-et-Elze, Peyremale, Ponteils-et-Brésis, Sénéchas, Saint-André-Capcèze, Villefort (Lozère).
  16. Les types de couverts du sol protégés par la Zone spéciale de conservation (ZSP) des Hautes vallées de la Cèze et du Luech incluent 40 % de forêts de résineux, 20 % de forêts sempervirentes non résineuses, 20 % de landes, broussailles, recrus, maquis, garrigues et phrygana, 10 % de forêts caducifoliées (dont des Châtaigneraies), 5 % de rochers intérieurs et éboulis rocheux, 2 % de prairies semi-naturelles humides ou mésophiles améliorées et 2 % de pelouses sèches.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).
  3. « Recensement agricole 2020 - Carte de la spécialisation de la production agricole par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Recensement agricole 2020 - Carte du nombre d'exploitations et de la surface agricole utilisée (SAU) moyenne par commune », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Recensement agricole 2020 - Carte de la surface agricole utilisée (SAU) par commune et de la SAU moyenne », sur stats.agriculture.gouv.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  2. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  3. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  4. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Génolhac » (consulté le ).
  5. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans le Gard » (consulté le ).
  6. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Génolhac » (consulté le ).
  7. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans le Gard » (consulté le ).
  8. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  10. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Génolhac » (consulté le ).
  11. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  12. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  13. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 à Génolhac » (consulté le ).
  14. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 dans le Gard » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  7. « Fiche du Poste 30130001 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, (consulté le )
  8. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le )
  9. « Liste des espaces protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  10. « Parc national des Cévennes - les cinq massifs », sur le site du parc national des Cévennes (consulté le )
  11. « Réserve de biosphère des Cévennes », sur mab-france.org (consulté le )
  12. « Cévennes - zone centrale - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  13. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  14. a et b « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Génolhac », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  15. « site Natura 2000 FR9101364 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. « site Natura 2000 FR9110033 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  17. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Génolhac », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. « ZNIEFF la « forêt Domaniale de l'Homol » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « ZNIEFF la « forêt domaniale de Malmontet » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « ZNIEFF le « massif du Mont Lozère » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « ZNIEFF les « vallées amont de la Cèze et de la Ganière » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  24. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  25. a b c d e f g h i j k l m n et o Eugène Germer-Durand 1868, p. 99.
  26. a et b Bénédicte et Jean-Jacques Fénié, Toponymie occitane, Éditions Sud-Ouest, coll. « Sud Ouest Université », , 128 p. (ISBN 978-2-87901-215-5)..
  27. a b c d e et f Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 316.
  28. a b et c Paul Fabre, Dictionnaire des noms de lieux des Cévennes, Paris, Christine Bonneton, , 160 p. (EAN 978-2-86253-450-3), p. 80a.
  29. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise : Une approche linguistique du vieux celtique continental, Paris, Errance, coll. « Hespérides », , 440 p. (ISBN 978-2-87772-237-7 et 2-87772-237-6), p. 176-177.
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  32. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  33. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  34. « Entreprises à Génolhac », sur entreprises.lefigaro.fr (consulté le ).
  35. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  36. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  37. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Génolhac - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  38. « Fiche et cartographie Natura 2000 - FR3400004 : Parc national des Cévennes, aire d'adhésion », sur inpn.mnhn.fr (consulté le )
  39. « Fiche et cartographie Natura 2000 - FR6500005 : Réserve de biosphère des Cévennes, zone de transition », sur inpn.mnhn.fr (consulté le )
  40. « Fiche ZNIEFF - 910030192 : Forêt Domaniale de l'Homol », sur inpn.mnhn.fr (consulté le )
  41. « Fiche ZNIEFF - 910011859 : Forêt domaniale de Malmontet », sur inpn.mnhn.fr (consulté le )
  42. « Fiche ZNIEFF - 910007387 : Massif du Mont Lozère », sur inpn.mnhn.fr (consulté le )
  43. « Fiche ZNIEFF - 910014065 : Vallées amont de la Cèze et de la Ganière », sur inpn.mnhn.fr (consulté le )
  44. « Fiche Natura 2000 - FR9101364 : Hautes vallées de la Cèze et du Luech », sur inpn.mnhn.fr (consulté le )
  45. « Etude sur la répartition du Barbeau méridional (Barbus méridionalis) dans les Monts d’Ardèche », sur www.parc-monts-ardeche.fr (consulté le ).
    Ed. Conseil Supérieur de la Pêche de l’Ardèche & Fédération de Pêche de l’Ardèche, 2002.

(oc + fr) Frédéric Mistral et Jules Ronjat, Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire provençal-français : embrassant les divers dialectes de la langue d'oc moderne..., Raphèle-lès-Arles, M. Petit, , 1179 p., 2 vol. ; 25 cm (ISBN 84-499-0563-X, BNF 37258238), p. 42, t. 2.