Uzès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Uzès
Uzès
Vue sur une partie du centre-ville avec la cathédrale Saint-Théodorit et la tour Fenestrelle.
Blason de Uzès
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Uzès
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes Pays d'Uzès
(siège)
Maire
Mandat
Jean-Luc Chapon
2014-2020
Code postal 30700
Code commune 30334
Démographie
Gentilé Uzétiens
Population
municipale
8 540 hab. (2015 en diminution de 0,14 % par rapport à 2010)
Densité 336 hab./km2
Population
aire urbaine
11 815 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 44° 00′ 48″ nord, 4° 25′ 14″ est
Altitude 167 m
Min. 49 m
Max. 274 m
Superficie 25,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Uzès

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Uzès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Uzès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Uzès
Liens
Site web www.uzes.fr

Uzès (Usès en occitan provençal, selon la norme classique) est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés Uzétiens.

Uzès est qualifiée de « premier duché de France », ce titre n’étant lié au duché qu'en raison de l'ordre de préséance dans la hiérarchie de la noblesse, attribuée au duc d'Uzès en 1565 par Charles IX, alors roi de France. Le titre était lié à l'homme et non à ses terres.

Elle est la ville principale de l'Uzège.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Uzès se situe dans un cercle formé par les villes d'Alès, 32 km au nord-ouest, Avignon, 40 km à l'est, et Nîmes, la ville la plus proche à 25 km au sud. Elle se situe également à environ 25 km de Bagnols-sur-Cèze et à 40 km de la ville médiévale de Sommières au sud-ouest. La ville édifiée sur un promontoire est bordée de vignes, d'oliviers et de garrigue.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Les études du patrimoine géologiques :

Sismicité[modifier | modifier le code]

La commune est située dans une zone de sismicité modérée[1].

Hydrographie et les eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Cours d'eau sur la commune ou à son aval[2] :

  • Arrosée par l'Alzon, elle surplombe la petite vallée fraîche de l'Eure d'où jaillit la source du même nom. C'est d'ici que provenait l'eau alimentant la ville de Nîmes à l'époque romaine. Cette eau était acheminée via un aqueduc de 50 km dont la partie la plus visible est le pont du Gard,
  • Rivière les seynes,
  • Ruisseau les rosselles.
  • Station de pompage d'eau potable, puis centrale hydroélectrique de la ville d'Uzès[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Climat Csa selon la classification de Köppen-Geiger[4].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

L'ancienne gare d'Uzès.

À l'écart des voies de communication, la gare d'Uzès distante d'environ 1,5 km de la ville, ce qui n'a pas aidé à son développement, en contrebas de la colline vers l'ouest et inaugurée en 1880, est fermée ; cependant la ville est bien desservie par plusieurs lignes d'autocar à destination de Nîmes via le pont Saint-Nicolas, Alès et Avignon via le pont du Gard et Remoulins.

Autrefois Uzès était desservie par une ligne PLM puis SNCF qui reliait Remoulins à Alès, appelée à l'origine « ligne Beaucaire - Le Martinet ». Une jonction permettait également de relier la ligne des Cévennes entre Uzès et la gare de Nozières - Brignon.

Mais à l'écart des principales lignes, la ville a toujours souffert de cette carence.

L'ancien bâtiment de la gare, typique de l'architecture normalisée du PLM (1880) est surmonté d'une horloge couronnant sa façade au sein d'un oculus toujours visible. Désaffectée, elle est devenue une propriété privée. Les rails entre Uzès et Remoulins existent toujours mais pourraient être déposés pour laisser la place à une « voie verte » comme cela a été fait entre Caveirac et Sommières en 2006-7. On pourra cependant regretter la disparition de cette ligne à l'heure où l'on parle de remettre en service des liaisons TER entre Nîmes et Pont-Saint-Esprit d'autant que la démographie d'Uzès, ancienne sous-préfecture, repart à la hausse et qu'une halte au pont du Gard (sur la ligne d'Uzès) ne pourrait qu'être un atout touristique supplémentaire.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Communauté de communes Pays d'Uzès[5].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un plan local d'urbanisme[6].

La ville d'Uzès considère son patrimoine et son activité touristique comme un des facteurs principaux de développement local et de moteur de son économie[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est signalée en l'an 506 dans les écrits et sur une monnaie mérovingienne, in pago Ucetico en 813, abbatia et villa Sancti Firmini en 1156[8].

Il semblerait que le toponyme Usès, en occitan, soit pré-celtique et reste de signification inconnue. « Le nom latin d'Ucetia, formé probablement sur un toponyme celte uk (correspondant à une hauteur dans une langue pré-celtique) donnera régulièrement Ucèz ou Usèz (comme on le lit encore dans les lettres de Jean Racine)[9] ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire d'Uzès.
Le Duché

Le développement sous l'antiquité de la cité d'Uzès irait de pair avec la construction du pont du Gard qui amenait l'eau de la fontaine d'Eure jusqu'à Nîmes. Le toponyme Uzès est issu du latin Ucetia, lui-même issu d'un toponyme beaucoup plus ancien, uk correspondant à une hauteur dans une langue pré-celtique[9]. Il se pourrait que ce plateau calcaire ait été occupé par un oppidum qui a accueilli la future cité. Le centre ville d'Ucetia été mis au jour au nord du centre médiéval en 2017. Ces fouilles menées sur 4000M2 révèlent l'existence de quartiers urbains (rues, îlots d'habitation, puits, hypocauste, mosaïques) dont l'ancienneté est estimée au début du Ier siècle avant notre ère[10].

Il existe un évêché à partir du Ve siècle jusqu'à la Révolution française. Il est supprimé en 1817. Successivement vicomté et comté en 1486, elle devint duché en 1565.

Uzès est durement éprouvée par les guerres de religion et par la guerre des camisards.

Entre 1795 et 1800, la commune absorbe celle voisine de Saint-Firmin[11] peuplée, selon le recensement de 1793, de 187 habitants ; cette dernière avait porté provisoirement, au cours de la Révolution française, le nom de Firmin-lès-Uzés[12] ; Uzès elle-même avait été renommée, durant cette période, Uzès-la-Montagne[11].

Elle fut chef-lieu de district de 1790 à 1795 et d'arrondissement de 1800 à 1926.

La restauration de la ville commença en 1965 grâce à l'une des premières créations de secteur sauvegardé (loi Malraux de 1962).

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

  • La ville abrite une usine du confiseur allemand Haribo qui a pris le contrôle de l'entreprise Ricqlès-Zan, la culture de la réglisse étant répandue dans la région. À côté y figure également le musée du bonbon.
  • Briqueterie réfractaire David, puis confiserie (réglisserie) Causse, puis Perdrix[13].
  • Briqueterie réfractaire Teissier et Nègre, puis Michallet, puis de la Compagnie des Produits Réfractaires d'Uzès[14].
  • Briqueterie des Produits Réfractaires du Gard, ou Mathon, actuellement Mathon-Prema[15].
  • Moulin à huile, filature de soie dite filature Vincent, puis Bonnet[16].
  • Moulin à huile et à foulon Broche, puis usine de papeterie Gentil, puis Lafont, usine d'impression sur étoffes Veyrun, puis usine de produits alimentaires (amidonnerie, réglisserie, usine à glace) Abauzit[17].
  • Filature de soie Boudet[18].
  • Filature et moulinerie de soie Mathieu, puis Boudet[19].
  • Filature de soie Massador, puis Alais et Foucard[20].
  • Filature de soie Bouzige[21].
  • Filature et moulinerie de soie Teraube, usine de produits alimentaires (confiserie et réglisserie Zan)[22].
  • Moulinerie de soie Chevalier, puis Vincent[23].
  • moulinerie, filature de soie Silhol, puis Bérard[24].
  • Moulin à foulon, puis filature et moulinerie de soie Roussel[25].
  • Moulin à foulon Gentil, moulin à huile, moulin à farine Teraube, puis usine de produits alimentaires (usine à broyer la réglisse) Zan[26].
  • Moulin à foulon et filature de soie Coq, usine de passementerie de soie dite fabrique de lacets Chabert, puis Guérin[27].
  • Fonderie de bronze et de fer Petavit[28].
  • Ensemble de petite métallurgie des usines Petavit[29].
  • Usine de poterie Pichon[30].
  • Faïencerie Vernet[31].
  • Usine à gaz Molinard, puis du Gaz Continental[32].
  • Brasserie Brunel[33].

Agriculture et gastronomie[modifier | modifier le code]

  • Vignoble de Vaunage (IGP), vin de pays issu de la viticulture locale.

Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Dans le hameau de Pont des Charrettes, une réglisserie Haribo, anciennement Zan, abritant le musée du bonbon et une poterie artisanale de qualité, Pichon, depuis le début du XIXe siècle.
  • Les bâtiments de la manufacture Vincent[34] qui ont abrité un moulin à huile et la dernière filature de soie fonctionnant à Uzès. La sériciculture était florissante au XVIIIe siècle et faisait vivre environ 2 000 personnes à Uzès, spécialisée alors dans la production des bas de soie. L'activité de la manufacture Vincent a débuté au XIXe siècle pour cesser en 1936, suivant le déclin général de l'industrie textile dans la région.

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Zone commerciale du Pont-des-Charrettes : Centre commercial Carrefour (Mr Bricolage, Sport 2000, Feu Vert, Gifi, McDonald's).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Uzès

Fascé d'argent et de gueules, au chef d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or [35].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires d'Uzès.
L'hôtel de ville.
Liste des maires depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1945 Adolphe Le Cannelier   Président du comité de Libération
1945 1945 Georges Chauvin   Président du comité de Libération
1945 1947 Jeanne Palanque PR Nommée à 77 ans. Présidente de la délégation spéciale, faisant fonction de maire
1947 1953 Lucien Thibault MRP Professeur au collège
1953 1954[36] Louis Alteirac SFIO  
1954 1966 Georges Chauvin SFIO Conseiller général du canton d'Uzès
1966 1983 André Rancel SFIO puis PS Conseiller général du canton d'Uzès (jusqu'en 1984)
1983 en cours Jean-Luc Chapon UDF puis MoDem puis UMP puis UDI-PR Conseiller général du canton d'Uzès (1985-2004)
Président de la communauté de communes de l'Uzège (2002-2008)
Vice-président de la communauté de communes de l'Uzège (2008-2013)
Président de la communauté de communes Pays d'Uzès depuis 2012

Budget et fiscalité 2016[modifier | modifier le code]

En 2016, le budget de la commune était constitué ainsi[37] :

  • total des produits de fonctionnement : 11 844 000 , soit 1 320  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 9 207 000 , soit 1 026  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 5 010 000 , soit 558  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 5 118 000 , soit 570  par habitant.
  • endettement : 16 461 000 , soit 1 834  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 13,13 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 21,37 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 39,52 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 19,88 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2014 : Médiane en 2014 du revenu disponible, par unité de consommation : 17 779 [38].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[39]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[40].

En 2015, la commune comptait 8 540 habitants[Note 1], en diminution de 0,14 % par rapport à 2010 (Gard : +4,01 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6 1506 3506 2875 6846 1626 8567 2747 2156 934
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
6 3336 2425 8955 5745 5855 4495 1464 9894 819
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 8895 1824 8044 0984 4564 2124 0334 6675 222
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
5 6496 8517 0787 5257 6498 0077 8598 3398 569
2015 - - - - - - - -
8 540--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Établissements d'enseignements sur la commune :

  • Écoles maternelles et primaire[42],
  • Collèges,
  • Lycées.

Santé[modifier | modifier le code]

  • Centre hospitalier d'Uzès[43].
  • Centre hospitalier psychiatrique, le Mas Careiron depuis les années 1960.
  • Professionnels de santé[44].

Cultes[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Uzès est classée ville d'art et d'histoire. Son centre est particulièrement bien conservé, offrant aux visiteurs de superbes façades des XVIe et XVIIIe siècles et de nombreux hôtels particuliers (pour une cité aussi modeste, prés de 40 bâtiments sont inscrits ou classés au titre des Monuments historiques !). Les rues piétonnes étroites et pavées ramènent à l'époque médiévale, Renaissance et jusqu'au XVIIIe siècle. Sa place aux Herbes, ombragée de platanes, entourée de maisons à arcades, et au milieu de laquelle trône une grande fontaine en fonte ouvragée du milieu du XIXe siècle, est le lieu d'un marché hebdomadaire du samedi très apprécié, où se mêlent les parfums des herbes aromatiques de Provence et du Languedoc.

Sur la place Albert-Ier, ancienne place du marché au Blé au centre de laquelle se dresse un gracieuse fontaine figurant une monumentale femme à l'antique en fonte de fer, se situe la chapelle des Capucins construite en 1635 sur l'emplacement d'un temple romain dédié à Auguste. Cette chapelle accueillit les sépultures des ducs d'Uzès jusqu'en 1789 et est actuellement le siège de l'office de tourisme.

Le patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • La cathédrale Saint-Théodorit[48]. Saccagée au cours des guerres de religion, elle fut rebâtie au milieu du XVIIe siècle. À l'intérieur, remarquer les galeries en fer forgé qui courent tout le long du premier niveau ainsi que les exceptionnelles orgues du XVIIe siècle à volets décorés (les seuls encore d'origine en France). La hauteur des voûtes de la nef est de 18 mètres. La façade extérieure est un placage un peu lourd de la fin du XIXe siècle. Au sud, sur la petite esplanade plantée de marronniers, outre le joli panorama sur les garrigues environnantes, présence du fameux petit pavillon Racine surmonté d'un dôme[49]. Orgue de tribune[50],[51],[52].
  • Ancien grand séminaire[53].
  • L'ancien évêché[54] : très vaste bâtiment du XVIIe siècle attenant à la cathédrale, il a abrité la sous-préfecture et le tribunal jusqu'en 1926. Aujourd'hui y a pris place notamment, après une très importante restauration, le musée municipal Georges-Borias. À voir, entre autres, les fameuses armoires peintes d'Uzès ; la porte monumentale dont le balcon est supporté de deux atlantes.
  • L'église Saint-Étienne[55],[56], construite de 1763 à 1775 sur l'emplacement d'une ancienne église détruite pendant les guerres de religion. Seul demeure de l'ancien édifice le puissant clocher carré dont la terrasse est surmontée d'une tourelle abritant un campanile en fer forgé qui comporte un timbre hémisphérique faisant office de cloche des heures. Son style général est baroque tardif (ou jésuite). Il a un plan en croix grecque avec une belle façade curviligne décorée d'urnes d'où jaillissent des flammes. L'intérieur est très lumineux et possède une gracieuse coupole. Cette église a été restaurée en 2011. Orgue de tribune[57] .
  • Les vestiges de l'église romane Saint-Geniest, du XIIe siècle[58],[59].
  • La crypte[60].
  • Le temple protestant[61]. Pendant les guerres de religion, le temple et dix églises furent détruits. Au XVIe siècle, Uzès était la 5e ville protestante du royaume. Au XVIIe siècle, la cathédrale était relevée de ses ruines et accueillait de nouveaux convertis. Les réformés quant à eux, vivaient leur foi dans la clandestinité au risque d'être emprisonnés ou envoyés aux galères. En 1791, ils acquièrent l'ancien couvent des Cordeliers, qui avait été construit dans la seconde moitié du XVIIe siècle et qui donne sur l'actuelle esplanade à l'ouest de la ceinture des boulevards[62].
  • Le monument aux morts[63].
  • Mas de Mayac

Autres lieux et patrimoines[modifier | modifier le code]

.

  • Aqueduc de Nîmes[64].
  • L'hôtel de ville du XVIIIe siècle, restauré au XIXe siècle[65].
  • Le jardin médiéval[66].
  • Les châteaux d'Uzès[67]. Uzès conserve un ensemble exceptionnel de trois tours féodales (il y en avait une de plus au Moyen Âge), qui étaient autant de démembrements de la seigneurie originelle, encore représentée par le château du Duché et sa tour Bermonde. La tour de l'Évêché et la tour du Roi, magnifiquement conservées à côté de la tour Bermonde (la plus haute, 42 mètres, au sein du Duché), les enceintes et les logis de ces châteaux urbains, témoignent de la façon dont les seigneuries languedociennes étaient partagées au gré des successions, voyant coexister des tours féodales les unes à côté des autres. La tour de l'Évêché est surmontée d'un campanile abritant la cloche de l’Horloge communale depuis 1836. La tourelle et la structure du campanile en fer forgé dépassent en hauteur la tour Bermonde.
  • Le Duché[68]. Il s'agit d'un ensemble architectural composite remarquable par la variété de ses styles et des époques de sa construction. On pénètre dans la grande cour par un porche à fronton encadré de deux colonnes en granit. Dans la ligne de mire, on aperçoit directement une grande porte d'époque Louis XIII, elle-même encadrée de colonnes en granit surmontées d'une balustrade. L'ensemble des bâtiments est dominé, au sud, par une puissante tour médiévale du XIe siècle, ancien donjon, dite tour Bermonde, dont le couronnement a été refait au XIXe siècle (terrasse et échauguettes avaient été arasées à la Révolution). On accède à sa terrasse, qui culmine à environ 40 mètres, d'où l'on jouit d'un superbe panorama à 360° sur la cité, au moyen d'un escalier en colimaçon de 135 marches. Le contraste entre ce donjon massif et la façade principale est fort lorsque l'on pénètre dans la cour. Le décor de cette grande façade est d'un raffinement Renaissance extrême, avec superposition des trois ordres architecturaux que sont le dorique, l'ionique puis le corinthien, réalisée à la demande d'Antoine de Crussol[69]. Des sculptures et trophées complètent le décor. Sans en être absolument certain, le nom de Philibert Delorme a souvent été associé à cette réalisation pouvant être située vers 1550 (dans la région, seule la façade du château Nogaret de Marssillargues dans l'Hérault peut accepter la comparaison). La chapelle gothique flamboyant du XVe siècle qui lui est accolée au nord fut restaurée au XIXe siècle. Sa haute toiture couverte de tuiles vernissées à la bourguignonne au milieu du XIXe siècle présente, côté nord, le motif du blason de la famille des Crussol. Le premier étage de cette chapelle, qui comporte trois niveaux, est un oratoire toujours consacré à la riche décoration néogothique en trompe-l'œil. Sa voûte, sur croisée d'ogives, possède liernes et tiercerons.
L'intérieur même du Duché possède de nombreuses pièces meublées et collections ouvertes à la visite. On accède aux appartements, ornés de multiples portraits de la famille, par un très bel et exceptionnel escalier d'honneur Renaissance à l'italienne, rampe sur rampe, voûté en caissons et à pointes de diamants. Mention spéciale pour le Grand Salon Bleu d'époque Louis XV orné de gypseries, de quatre cheminées d'angle en marbre de Carrare et d'une belle collection de vases blancs et bleus en porcelaine de Chine montés en bronze ; meubles, tableaux, etc. Nombreuses autres pièces d'apparat (pas toutes visibles au public, hélas) et de réception, sans oublier la très grande cave. Deux autres tours subsistent au sein de cet ensemble ; la tour dite « polygonale », couverte d'une toiture pointue en tuile vernissées au XIXe siècle, et la tour ronde de la vigie médiévale.
  • La tour Fenestrelle. Le monument le plus symbolique de la ville, après le Duché et le château des ducs d'Uzès, est la tour Fenestrelle, haute de 42 mètres et qui date en partie du XIIe siècle. Sa partie haute fut reconstruite à l'identique au XVIIe siècle après les guerres de religion. Il s'agit d'un clocher de type circulaire unique en France qui rappelle l'architecture lombarde italienne. De style roman, c'est un campanile, séparé du gros-œuvre de la cathédrale Saint-Théodorit. Cette tour évoque quelque peu la tour de Pise. Ses nombreuses ouvertures lui donnèrent d'ailleurs son nom. Elle est couverte d'une toiture conique de tuiles vernissées vertes et jaunes du plus bel effet.
  • Partie subsistante des remparts[70].
  • Tour du moulin du Duc[71].
  • L'ancien hôtel du baron de Castille[72] reconstruit en 1818 par Gabriel Joseph de Froment, baron de Castille, et sa mince et haute colonnade « non canonique », sur la place de l'Évêché, à côté de la cathédrale. Il s'agit à l'origine d'une bâtisse du XIIIe siècle, agrandie au XVIIe pour compter 560 m2 (dont 180 de pièces de réception et sept chambres). Froment acquiert l'édifice en 1785, est arrêté pendant la Terreur révolutionnaire et retrouve ensuite le château pillé et la bibliothèque incendiée. Inspiré par ses voyages, en particulier en Italie, il le restaure dans ce goût, avec des colonnes et des balcons. Le parc de deux hectares comprend un jardin à la française, une galerie, une pièces d'eau, une maison de gardien ainsi que des dépendances. Le baron meurt en 1824 et ses héritiers ne s'occupent plus du château, le parc étant même transformé en basse-cour. En 1924, il est vendu et son nouvel acquéreur tente en vain de réhabiliter l'édifice qui tombe en ruines. En 1950, il est acheté par le critique et historien d'art britannique Douglas Cooper qui le rénove et y installe sa collection d'art contemporain. Plusieurs artistes y séjournent comme Georges Braque, Fernand Léger, Paul Klee ou encore Pablo Picasso, qui réalise au début des années 1960 et avec le sculpteur Carl Nesjar cinq fresques le long d'une colonnade, s'inspirant des Sabines de Jacques-Louis David et du Déjeuner sur l'herbe d'Édouard Manet. Douglas Cooper revend le château en 1977 à une famille d'industriels français, qui le met à son tour en vente en 2016[73].
  • L'ancien hôpital général néo-classique[74].
  • Les anciennes casernes de style classique du XVIIIe siècle, abritant aujourd'hui le lycée[75].
  • La Caisse d'épargne[76].
  • Le site antique et pittoresque de la fontaine d'Eure[77],[78].
  • L'ancien Museon di Rodo[79], célèbre musée de la roue et des véhicules, dont la collection a malheureusement été dispersée depuis, était à Uzès, de même que la fonderie Petavit.
  • La ville abrite aussi un haras national.

Culture[modifier | modifier le code]

  • la ville comporte deux librairies proposant des ouvrages littéraires[80].
  • l'association pour le Théâtre Populaire d’Uzès et de l’Uzège (ATP)[81], créée en 1981, propose depuis lors, tout au long de l'année, une riche programmation théâtrale.
  • la ville possède un cinéma, le Capitole.
  • un centre de développement chorégraphique y est installé.
  • tous les ans a lieu, lors de la troisième semaine de juin, le festival Uzès danse qui présente des spectacles de danse contemporaine.
  • Les éditions de la Cigale Uzégeoise connurent un grand succès dans les années 1920-1930 . La Nouvelle Cigale tente de relever l'édition régionale [82].
  • La médiathèque[83], aménagée dans une ancienne école catholique, que domine une petite « tourelle-clocher » néo-romane terminée par un dôme surmontée aujourd'hui encore d'une statue de la Vierge.

Sports[modifier | modifier le code]

Uzès compte de nombreuses équipes et infrastructures sportives. L'équipe la plus populaire de la ville est l'Entente sportive Pays d'Uzès, club de football évoluant en DHR et jouant au stade Pautex.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

  • Racine a écrit à Uzès ce vers fameux : Et nous avons des nuits plus belles que vos jours.
  • Dans Si le grain ne meurt, André Gide écrit : « Ô petite ville d'Uzès ! Tu serais en Ombrie, des touristes de Paris accourraient pour te voir ! »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lionel d'Albiousse, Histoire de la ville d'Uzès, Uzès : H. Malige, 1903 (VII-403 p.), réimprimé en 1978 (Marseille : Laffitte notice), 1994 (Nîmes, éd. Rediviva notice) et 1998 (Péronnas : les Éd. de la Tour Gile notice)
  • Lionel d'Albiousse, Histoire des ducs d'Uzès : suivie d'une notice sur leur château ducal, Paris : H. Champion, 1887 (XI-344 p.) disponible sur Gallica et site Nemausensis
  • Pierre Pelissero, Uzès, Éditions Ouest-France - Provence - Cote d'Azur, Rennes, 1982
  • Jean-Paul Ayrault, Uzès, un tour de ville - Promenades dans l'histoire, Éditions Inclinaison, 2007
  • Gaston Chauvet, Uzès, en parcourant ses rues et sa campagne, histoires d'autrefois et souvenirs d'hier, Uzès, 1964 notice
  • les « Souvenirs de l'Uzège », association des originaires et amis d'Uzès et de sa région, fondée par Robert Blanc (1955) ; site internet bibliographie et sitographie importantes 2014
  • Librairie Hachette et société d'études et de publications économiques, Merveilles des châteaux de Provence, Paris, Collection Réalités Hachette, , 324 p.
    Préface du Duc de Castries vice-président de l'Association des Vieilles maisons françaises : Languedoc méditerranéen : Uzès, Premier duché de France..., pages 212 à 219
  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du moyen âge en France, Strasbourg, Editions Publitotal, 4ème trimestre 1979, 1287 p. (ISBN 2-86535-070-3)
    Uzès, p. 1193

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Didacticiel de la réglementation parasismique
  2. L'eau dans la commune
  3. « station de pompage d'eau potable, puis centrale hydroélectrique de la ville d'Uzès », notice no IA00128736, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Table climatique
  5. Communauté de communes Pays d'Uzès
  6. Plan local d'urbanisme
  7. Les propriétaires dans le centre ancien
  8. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, t. 3 (ISBN 2600028846), p. 1616.
  9. a et b Sophie Aspord-Mercier, Uzès et l'Uzège: 20 siècles d'histoire, Etudes et communication, , p. 31.
  10. [1]
  11. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Saint-Firmin sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS
  13. « briqueterie réfractaire David, puis confiserie (réglisserie) Causse, puis Perdrix », notice no IA00128726, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « briqueterie réfractaire Teissier et Nègre, puis Michallet, puis de la Compagnie des Produits Réfractaires d'Uzès », notice no IA00128740, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « briqueterie des Produits Réfractaires du Gard, ou Mathon, actuellement Mathon-Prema », notice no IA00128731, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « moulin à huile, filature de soie dite filature Vincent, puis Bonnet », notice no IA00128743, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « moulin à huile et à foulon Broche, puis usine de papeterie Gentil, puis Lafont, usine d'impression sur étoffes Veyrun, puis usine de produits alimentaires (amidonnerie, réglisserie, usine à glace) Abauzit », notice no IA00128727, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « filature de soie Boudet », notice no IA00128721, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « filature et moulinerie de soie Mathieu, puis Boudet », notice no IA00128730, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « filature de soie Massador, puis Alais et Foucard », notice no IA00128729, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « filature de soie Bouzige », notice no IA00128722, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « filature et moulinerie de soie Teraube, usine de produits alimentaires (confiserie et réglisserie Zan) », notice no IA00128741, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « moulinerie de soie Chevalier, puis Vincent », notice no IA00128724, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « moulinerie, filature de soie Silhol, puis Bérard », notice no IA00128739, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. « moulin à foulon, puis filature et moulinerie de soie Roussel », notice no IA00128738, base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. « moulin à foulon Gentil, moulin à huile, moulin à farine Teraube, puis usine de produits alimentaires (usine à broyer la réglisse) Zan », notice no IA00128728, base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. « moulin à foulon et filature de soie Coq, usine de passementerie de soie dite fabrique de lacets Chabert, puis Guérin », notice no IA00128725, base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. « fonderie de bronze et de fer Petavit », notice no IA00128735, base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. « ensemble de petite métallurgie des usines Petavit », notice no IA00128733, base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. « usine de poterie Pichon », notice no IA00128737, base Mérimée, ministère français de la Culture
  31. « faïencerie Vernet », notice no IA00128742, base Mérimée, ministère français de la Culture
  32. « usine à gaz Molinard, puis du Gaz Continental », notice no IA00128732, base Mérimée, ministère français de la Culture
  33. « brasserie Brunel », notice no IA00128723, base Mérimée, ministère français de la Culture
  34. Base Mérimée : moulin à huile, filature de soie dite filature Vincent, puis Bonnet
  35. GASO - Banque du blason - 30334
  36. Décédé en cours de mandat.
  37. Les comptes de la commune
  38. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  39. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  40. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  42. Établissements d'enseignements
  43. Centre hospitalier d'Uzès
  44. Professionnels de santé
  45. Diocèse de Nîmes-Uzès-Alès
  46. Une nouvelle mosquée à Uzès
  47. La future mosquée d'uzès
  48. « Ancienne cathédrale Saint-Théodorit », notice no PA00103250, base Mérimée, ministère français de la Culture
  49. « Pavillon Racine », notice no PA00103283, base Mérimée, ministère français de la Culture
  50. Notice no PM30000821, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune
  51. Notice no PM30000822, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune : buffet d'orgue
  52. Notice no PM30000582, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune : partie instrumentale de l'orgue
  53. « Ancien grand séminaire », notice no PA00103284, base Mérimée, ministère français de la Culture
  54. « Ancien évêché », notice no PA00103256, base Mérimée, ministère français de la Culture
  55. « Eglise Saint-Etienne », notice no PA00103254, base Mérimée, ministère français de la Culture
  56. L'Eglise Saint Etienne
  57. Notice no PM30000594, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune : partie instrumentale de l'orgue église Saint-Etienne
  58. « Ruines de l'église Saint-Geniest et pinède avoisinante », notice no PA00103255, base Mérimée, ministère français de la Culture
  59. L’ église Saint-Géniès
  60. « Crypte », notice no PA00103252, base Mérimée, ministère français de la Culture
  61. Uzès, église réformée de l'Uzège et du Lussanais
  62. Uzès : le temple
  63. Notice no IM30000508, base Palissy, ministère français de la Culture monument aux morts de la guerre de 1914-1918
  64. « Aqueduc de Nîmes », notice no PA30000010, base Mérimée, ministère français de la Culture
  65. « Hôtel de ville », notice no PA00103259, base Mérimée, ministère français de la Culture
  66. Le jardin médiéval
  67. Jean Mesqui, Les châteaux d'Uzès, p. 377-411, dans Congrès archéologique de France. 157e session. Gard. 1999, Société française d'archéologie, Paris, 2000, (Lire en ligne)
  68. « Château dit Le Duché », notice no PA00103251, base Mérimée, ministère français de la Culture
  69. Bernard Sournia, Jean-Louis Vayssettes, La façade d'Uzès et son projet, p. 439-449, dans Congrès archéologique de France. 157e session. Gard. 1999, Société française d'archéologie, Paris, 2000
  70. « Partie subsistante des remparts », notice no PA00103286, base Mérimée, ministère français de la Culture
  71. « Tour du moulin du Duc », notice no PA00103285, base Mérimée, ministère français de la Culture
  72. « Hôtel de Castille », notice no PA00103258, base Mérimée, ministère français de la Culture
  73. Bénédicte Burguet, « Le château rêvé de Picasso », Vanity Fair, no 38,‎ , p. 50-51.
  74. « Hôpital général », notice no PA30000056, base Mérimée, ministère français de la Culture
  75. « caserne Brueys, puis robinetterie Petavit », notice no IA00128734, base Mérimée, ministère français de la Culture
  76. La Caisse d'Epargne
  77. La Fontaine d'Eure
  78. Cavités naturelles : Fontaine d' Eure
  79. Scrapbook n° 48. Dessins Ferroviaires Echelle "O" ou "HO". Documents extraits de la collection du Museon di Rodo, Uzès (Gard)
  80. Les termes « librairie proposant des ouvrages littéraires » visent à différencier ces deux librairies uzétiennes des marchands de journaux et autres papetiers qui, bien que vendant des livres, ne font pas du commerce de la librairie leur activité principale.
  81. (fr) Le site de l'ATP, l'association pour le Théâtre Populaire d’Uzès et de l’Uzège
  82. La cigale uzégeoise mise à l'honneur à Uzès
  83. La médiathèque
  84. André Gide passait ses vacances chez sa grand-mère à Uzès.
  85. L’écrivain Jean Racine vécut en 1661 et 1662 dans une demeure de Saint-Maximin, dite depuis Château Racine, chez son oncle maternel Antoine Sconin, vicaire général d’Uzès.
  86. L'acteur Jean-Louis Trintignant y a vécu de nombreuses années ; un collège de la ville porte désormais son nom.

Notes à propos des recensements[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.