Liouc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Gard
Cet article est une ébauche concernant une commune du Gard.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Liouc
Image illustrative de l'article Liouc
Blason de Liouc
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Le Vigan
Canton Quissac
Intercommunalité Communauté de communes du Piémont cévenol
Maire
Mandat
Daniel Anguiviel
2014-2020
Code postal 30260
Code commune 30148
Démographie
Population
municipale
252 hab. (2014)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 53′ 42″ nord, 3° 59′ 59″ est
Altitude Min. 65 m – Max. 443 m
Superficie 9,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Liouc

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Liouc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Liouc

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Liouc
Liens
Site web mairie-liouc.fr

Liouc est une commune française située dans le département du Gard en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Provençal Lieuc, du roman Lhieuc, du bas latin Leucum, Lheucum[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le village est mentionné en 1108 Leucensis villa, puis en 1156 Ecclesia de Leuco dans le cartulaire du chapitre cathédral de Notre-Dame de Nîmes[2]. Il semble que son église soit la chapelle du château féodal qui au Moyen Âge occupe le site du village actuel et dont il reste encore quelques vestiges, ce qui date sa construction au XIe siècle ou XIIe siècle[réf. nécessaire]. Le dénombrement de la sénéchaussée de 1384 mentionne le nom de Lheucum[2]. Liouc faisait partie de la viguerie de Sommière et du diocèse de Nîmes, archiprêtré de Quissac[2].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 mars 2014 Alain de BOUARD   Membre du bureau du Conseil communautaire
de la Communauté de communes Coutach Vidourle
Mars 2014 en cours Daniel ANGUIVIEL    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 252 habitants, en augmentation de 8,62 % par rapport à 2009 (Gard : 4,64 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
110 109 112 116 109 107 113 113 144
1856 1861 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
106 92 115 92 76 78 82 72 92
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
100 86 77 84 74 67 61 62 51
1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 - -
56 87 95 121 179 232 252 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Ancien château protestant : c'est à partir de ce second château, construit au XVIe siècle, que s’est développé le village actuel. La propriété du château passe au cours du XVIIIe siècle à l’hôpital d’Alès, puis il est vendu à la Révolution comme bien national. Les bâtiments sont morcelés entre différents propriétaire privés. Une partie est rachetée au XIXe siècle par la commune pour y installer la mairie.
  • Anciens remparts.
  • Vestiges du château féodal du Xe siècle.
  • Ancienne voie romaine Alès - Castelnau-le-Lez.
  • Calade et fontaine : la source et le ruisseau du Micou, dont l'aménagement remonte au moins au début du XIXe siècle, irriguaient, via des canaux et des bassins de rétention, les jardins situés en contrebas du village[7],[8].
  • Canal : à partir de 1855, les propriétaires riverains du Vidourle (communes de Quissac, Liouc, Orthoux) constituent le Syndicat des Arrosants du canal du Vidourle. Le canal est achevé en 1858 et fonctionnera jusqu’aux années 1950[9].
  • Capitelle.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Liouc Blason D’azur au lion d’or accosté de deux rochers isolés du même.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (oc+fr) Frédéric Mistral et Jules Ronjat, Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire provençal-français, Raphèle-lès-Arles, M. Petit, , 2 vol. ; 25 cm (ISBN 84-499-0563-X, notice BnF no FRBNF37258238), p. 214, t. 2
  2. a, b et c Eugène Germer-Durand, Ministère de l'instruction publique (Éditeur scientifique) et Comité des travaux historiques et scientifiques (dir.), Dictionnaire topographique du département du Gard : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Impr. impériale, , XXXVI-298 p., in-4 (notice BnF no FRBNF30500934), p. 115
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Archives départementales du Gard : Cadastre ancien
  8. Statistique du Gard, Hector Rivoire, 1842.
  9. Liouc de A à Z, association Liouc patrimoine Environnement, 2007