Lédenon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lédenon
vue sur le village de Lédenon.
vue sur le village de Lédenon.
Blason de Lédenon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Redessan
Intercommunalité Communauté d'agglomération Nîmes Métropole
Maire
Mandat
Frédéric Beaume
2014-2020
Code postal 30210
Code commune 30145
Démographie
Gentilé Lédenonais
Population
municipale
1 476 hab. (2014)
Densité 76 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 54′ 59″ nord, 4° 30′ 35″ est
Altitude Min. 65 m
Max. 214 m
Superficie 19,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Lédenon

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Lédenon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lédenon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lédenon
Liens
Site web ledenon.fr

Lédenon est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Les communes de Cabrières et Bezouce sont limitrophes de la commune de Lédenon.

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

Le village est situé à la limite nord des Costières de Nîmes.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Axes ferroviaires[modifier | modifier le code]

Axes routiers[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Lédenon est l'une des 79 communes membres du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) du Sud du Gard (voir lien) et fait également partie des 41 communes du pays Garrigues et Costières de Nîmes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention du nom du village est Letinnones, inscription retrouvée à Lédenon[1]. Elle provient du nom de la divinité gauloise Letinno qui n'était adorée que dans cette localité[2], villa Letino en 979[3],[1],[Note 1], Lédenon en 1578[4]. Letinno est l’éponyme de Lédenon au travers de Letinnoni, Ledinnoni, l’évolution phonétique a conduit à Lédenon[4].

Provençal Ledenoun, du roman Ledenon, du bas latin Ledeno, du latin Letino, Letinno, Letinnones[5].

Les habitants de Lédenon sont appelés Lédenonais et Lédenonaises.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

L’installation des hommes sur ce site est en grande partie due à la présence d’une source. C'est une ancienne villa gallo-romaine où les romains installés sur les lieux, pour assécher un étang, construisent un petit aqueduc parallèle à l’aqueduc de Nîmes qui amène l’eau de la fontaine d'Eure à Nîmes.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Entre le XVIe et le XVIIIe siècle, le village n’échappe pas aux conflits politiques et religieux. Conflits armés qui se traduisent, notamment, par la destruction partielle de la chapelle et celle quasi-totale du prieuré de Lognac à quelques centaines de mètres dans la plaine[4]. Les habitants de Lédenon sont les premiers, sur le territoire languedocien, à réaliser entre 1592 et 1597 le dessèchement d'un marais "rendu à goutte et à sec"[6].

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

En 1789, lorsque les terres des nobles et du clergé sont rendues au peuple, le village connaît un véritable essor économique[4].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, Lédenon est une commune riche qui en profite pour construire et restaurer des bâtiments[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Ulysse Mailhan   Conseiller général
1952 1958 Charles Balazard    
  2001 Maurice Clausel RPR  
2001 2008 Jean-Marie Fabre DVG  
2008 2014 Jean-Pierre Fricon    
2014 en cours Frédéric Beaume SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Conseil Municipal[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 1 476 habitants, en augmentation de 6,96 % par rapport à 2009 (Gard : 4,64 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
541 543 617 704 622 614 638 621 669
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
662 693 703 691 686 690 661 630 605
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
561 536 521 437 408 417 406 378 408
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
396 417 487 780 938 1 130 1 340 1 380 1 476
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Circuit de Lédenon.
Article détaillé : Circuit de Lédenon.

Le circuit de Lédenon est un complexe sportif. Il comprend une piste principale de vitesse ainsi que deux autres pistes mineures et une piste de karting. Le site abrite également un ensemble de bâtiments propres à recevoir des évènements sportifs majeurs.

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

église de Lédenon

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Tour de l'horloge et son campanile.
Article détaillé : Aqueduc de Nîmes.
  • Aqueduc de Nîmes, site archéologique Gallo-romain  Inscrit MH (1998)[11]. Les vestiges archéologiques de l'aqueduc de Nîmes et les parcelles traversées ou bordées par son tracé. Importance capitale dans la connaissance architecturale et technique des aqueducs romains. Son lien avec la cité de Nîmes et son histoire étroitement liée à celle du terroir qu'il traverse.
  • Château des XIIe, XIIIe, XVe et XVIIIe siècles  Inscrit MH (1990)[12]. Restes, y compris le sol et les remparts, château-fort conservant une salle voûtée d'ogives du XIIIe siècle et le donjon.
  • Villa solaire Gosselin  Inscrit MH (2011)[13].
  • Tour de l'horloge et son campanile.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte était à l’origine une petite chapelle de style roman, accolée aux remparts du village. Elle fut fortement endommagée pendant les conflits religieux et politiques puis réparée entre le XVIIe et le XVIIIe siècle. Le clocher est le seul élément qui date de cette époque, le reste de la construction a été fait au XIXe siècle[14].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lédenon Blason D'azur aux trois pals d'or, au chef cousu de gueules chargé de trois hydres de sept têtes aussi d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans le cartulaire du chapitre cathédral de Notre-Dame de Nîmes.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Eugène Germer-Durand, Ministère de l'instruction publique (Éditeur scientifique) et Comité des travaux historiques et scientifiques (dir.), Dictionnaire topographique du département du Gard : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Impr. impériale, , XXXVI-298 p., in-4 (notice BnF no FRBNF30500934), p. 113
  2. Paul Veyne, L'Empire gréco-romain, Paris, Éd. du Seuil, coll. « Des travaux », , 874 p. - 32 p. de pl. ; ill., jaquette ill. en coul. ; 21 cm (ISBN 2-02-057798-4, ISSN 0757-1836, notice BnF no FRBNF40061978), p. 410
  3. Société française d'onomastique, Nouvelle revue d'onomastique - Numéros 43 à 44 - Page 144
  4. a, b, c, d et e Nîmes-metropole, Guide du patrimoine, p. 23
  5. (oc+fr) Frédéric Mistral et Jules Ronjat, Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire provençal-français, Raphèle-lès-Arles, M. Petit, , 2 vol. ; 25 cm (ISBN 84-499-0563-X, notice BnF no FRBNF37258238), p. 198, t. 2
  6. Histoire generale des technologies PUF 1965 t.II p.154
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. Notice no PA30000019, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Notice no PA00103334, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. Notice no PA30000083, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Nîmes-metropole, Guide du patrimoine, page 23