Saint-Bresson (Gard)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Bresson.
Saint-Bresson
Église de Saint-Bresson (Gard) - 27 mars 2013
Église de Saint-Bresson (Gard) - 27 mars 2013
Blason de Saint-Bresson
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Vigan
Canton Le Vigan
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Viganais
Maire
Mandat
Patrick Darlot
2014-2020
Code postal 30440
Code commune 30238
Démographie
Population
municipale
55 hab. (2014)
Densité 6,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 57′ 15″ nord, 3° 38′ 48″ est
Altitude Min. 229 m – Max. 708 m
Superficie 8,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Saint-Bresson

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Saint-Bresson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Bresson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Bresson

Saint-Bresson est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Histoire[modifier | modifier le code]

Une station de la culture de Ferrières (-3000) a été repérée sur le pic d’Anjeau. Des traces d’exploitation de minerai anciennes ont été repérées sur le territoire communal. Le site de Balcousels notamment aurait été exploité dès l’Antiquité[1],[2]. E. Germer-Durand mentionne l’apparition de Saint-Bresson dans les textes en 1248, dans les archives de l’abbaye de Notre-Dame du Bonheur, petit hôpital fondé en 1002 pour secourir les voyageurs traversant le massif de l’Aigoual. C’est en 1248 également, dans la charte n° 105 du cartulaire de ladite abbaye qu’il est fait mention pour la première fois de l’église de St Bresson, (« ecclesiae sancti Brixii de Arisdio »)[3].

Sous l'ancien régime, la paroisse s'appelait Saint Bresson d'Hierle. L’histoire de la commune est liée à celle de Saint-Laurent-le-Minier, car certains habitants de Saint-Bresson travaillaient à la mine des Malines. Sa fermeture a été un évènement important pour Saint-Bresson.

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement les noms de Mont-aux-Truffes et de Mont-Truffier[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Bresson

Les armes de Saint-Bresson se blasonnent ainsi : D'azur semé de fleurs de lys d'argent[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Roland Valette DVG  
mars 2008 en cours Patrick Darlot    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 55 habitants, en diminution de -8,33 % par rapport à 2009 (Gard : 4,64 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
204 206 258 277 300 270 312 301 300
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
316 298 298 248 272 276 250 252 229
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
237 232 211 183 155 151 150 107 86
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
82 73 69 53 48 52 64 55 55
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte archéologique de la Gaule : le Gard, dir. Michel Provost,1999.
  2. Entre Causses et Cévennes : hommage à Adrienne Durand-Tullou. L’interprétation des mines médiévales d’Hierle. Gérard Verraes. Actes du colloque du mois de mai 2002.
  3. Dictionnaire topographique du département du Gard, Eugène Germer-Durand, 1868.
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Le blason de la commune sur Gaso
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .