Aubais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aubais
L'entrée du village et le château.
L'entrée du village et le château.
Blason de Aubais
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Aigues-Mortes
Intercommunalité Communauté de communes Rhôny Vistre Vidourle
Maire
Mandat
Pilar Chaleyssin
2014-2020
Code postal 30250
Code commune 30019
Démographie
Gentilé Aubaisiens
Population
municipale
2 589 hab. (2014)
Densité 220 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 45′ 21″ nord, 4° 08′ 55″ est
Altitude Min. 12 m
Max. 95 m
Superficie 11,79 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Aubais

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Aubais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aubais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aubais
Liens
Site web aubais.fr

Aubais, est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune d'Aubais est située dans la partie sud-ouest du département du Gard, à la frontière avec le département de l'Hérault.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Aubais
Congénies
Junas Aubais Aigues-Vives
Saint-Sériès Villetelle Gallargues-le-Montueux

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Vidourle à Aubais.

Le Vidourle marque la frontière sud-ouest de la commune, à la fois avec les communes de Saint-Sériès et Villetelle et le département de l'Hérault.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Aubais est l'une des 79 communes membres du Schéma de cohérence territoriale (SCOT) du Sud du Gard et fait également partie des 34 communes du Pays Vidourle-Camargue.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Aubais rappelle le souvenir d'un homme latin, centurion romain nommé Albasius.[réf. nécessaire]

Aubais est mentionnée sous le nom d'Albais dans le cartulaire de Psalmody en 1095.[réf. nécessaire]

Ses habitants sont appelés les Aubaisiens.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Charles de Baschi, marquis d'Aubais, peint par Jean-Baptiste Perronneau en 1746.

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 1995 Maurice Boisson DVG Conseiller général du canton de Sommières (1991-1995)
1995 mars 2001 Hubert Pesle    
mars 2001 en cours Pilar Chaleyssin SE Infirmière aide-opératoire,
vice-présidente de la communauté de communes Rhôny Vistre Vidourle
Les données manquantes sont à compléter.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 589 habitants, en augmentation de 9,84 % par rapport à 2009 (Gard : 4,64 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 378 1 308 1 476 1 486 1 514 1 437 1 456 1 531 1 534
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 526 1 559 1 629 1 681 1 618 1 377 1 312 1 417 1 429
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 474 1 430 1 231 1 116 1 076 1 048 953 853 836
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
869 900 1 016 1 261 1 541 1 996 2 353 2 526 2 589
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Fanfare avant la manifestation taurine dans les arènes temporaires lors de la fête votive.

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Château d'Aubais (Logo monument historique Classé MH (2010)) : Vaste et imposant édifice avec des restes magnifiques d'un monument autrefois majeur[5]. La qualité de son architecture est exceptionnelle, en particulier de l'imposant pavillon central au grand dôme intérieur qui contenait le fameux escalier, dû à l'ingénieur du roi Alexis de la Feuille de Merville et l'architecte nîmois Dardailhon. Le plan des Théâtres présente un intérêt ethnologique de la tradition culturelle de la bouvine en Bas Languedoc, utilisée pour les courses de taureaux.
  • Vaste Mairie-écoles avec horloge
  • Anciennes halles à arcades en pierres du 17e
  • En face ,ancienne borne fontaine en fonte de la fonderie Dollet frères de Nîmes années 1860 sur un modèle proche de celle de Congénies . Cette borne fontaine comportait des éléments décoratifs faisant référence au monde aquatique ( poissons ) ; elle vient hélas d'être fortement dégradée ...
  • Ancien moulin à vent
  • Menhir du moulin à vent ( cassé récemment ! )
  • Ancien lavoirs couverts de grandes dimensions
  • Ancienne gare ( 1872 )
  • Nombreuses demeures médiévales dans le village
  • Nombreux mas remarquables
  • Nombreuses capitelles ici appelées cabanes comme en Sommièrois-Vaunage .
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-et-Saints-Nazaire-et-Celse ; façade 18e avec grand escalier, surmontée d'un clocher abritant la cloche des offices, lui-même surmonté d'un très sobre campanile en fer forgé de forme pyramidale (fréquent dans la région) abritant la cloche de l'horloge.
  • Temple protestant du 19e de style néo classique .
  • Chapelle Saint-Nazaire, site archéologique médiéval, en outre la chapelle comporte sur ses murs intérieurs des restes de fresques anciennes qui mériteraient d'être étudiés .

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La Roque d'Aubais

Le défilé du Vidourle entre deux collines crée des falaises avec une grotte[10], constituant un site d'escalade.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Ex libris du marquis d'Aubais.
  • Alphonse Des Vignoles, historien, natif d'Aubais (1649).
  • René Grousset, historien, membre de l'Académie française.
  • Émile-Guillaume Léonard, historien, auteur de Mon village sous Louis XV.
  • Arthur Mabelly, magistrat et félibre.
  • Pierre Prion (11/10/1687 à Réquista (Aveyron) - 5/09/1759 à Aubais), scribe du Marquis d'Aubais, Charles de Baschi, auteur d'une chronologiette sur le village d'Aubais dans le Gard au XVIIIe siècle dont s'est inspiré Émile-Guillaume Léonard pour son livre Mon village sous Louis XV en 1941. Emmanuel Le Roy Ladurie et Orest Ranum ont publié un ouvrage sur ce personnage à partir de son manuscrit autobiographique retrouvé en 1977 : "Pierre Prion scribe" (Collection Archives Gallimard Julliard)[11].
  • Jean-Baptiste Fabre, prêtre d'Aubais en 1753-1754, né à Sommières en 1727, auteur d'un ouvrage en occitan, Histoire de Jean l'ont pris ou Istoria de Joan l'an pres, ainsi que de l'Opéra d'Aubais.
  • Janine Teisson, femme de lettres[12].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : armorial des communes du Gard.


Blason d'Aubais

Les armes d'Aubais se blasonnent ainsi :

De sable à la montagne d'or sommée d'une croisette latine du même et soutenue d'un ruisseau de sinople mouvant de la pointe[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Maudet, Terres de taureaux, Madrid, Casa de Velasquez, , 512 p. (ISBN 8496820378)
  • Jean-Baptiste Maudet, Terres de taureaux, Madrid, Casa de Velasquez, , 512 p. (ISBN 8496820378), Annexe CD-Rom 112 pages

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]