Saint-Étienne-Vallée-Française

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Étienne (homonymie).
Saint-Étienne-Vallée-Française
Le village vu du sud.
Le village vu du sud.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lozère
Arrondissement Florac
Canton Le Collet-de-Dèze
Intercommunalité CC des Cévennes au Mont Lozère
Maire
Mandat
Gérard Crouzat
2014-2020
Code postal 48330
Code commune 48148
Démographie
Population
municipale
518 hab. (2014)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 10′ 04″ nord, 3° 50′ 33″ est
Altitude Min. 194 m – Max. 925 m
Superficie 50,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lozère

Voir sur la carte administrative de Lozère
City locator 14.svg
Saint-Étienne-Vallée-Française

Géolocalisation sur la carte : Lozère

Voir sur la carte topographique de Lozère
City locator 14.svg
Saint-Étienne-Vallée-Française

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-Vallée-Française

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-Vallée-Française

Saint-Étienne-Vallée-Française est une commune française du département de la Lozère et de la région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Stéphanois[1]. Son territoire, en périphérie du parc national des Cévennes[2], est au cœur des Cévennes.

Saint-Étienne-Vallée-Française est en zone de culture protestante où s'est déroulée la révolte des Camisards sur une terre schisteuse traversée par un des Gardons où se cultivaient des châtaigniers et s'éduquaient des vers à soie, où on produit des pélardons et aux maisons à toits de lauzes et murs de schiste.

Géographie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Géographie de la Lozère.

Situation et relief[modifier | modifier le code]

Lozere blank map.svg
Point de localisation
Lozère
St-Étienne-VF

Saint-Étienne-Vallée-Française est en Lozère, en limite avec le Gard, dans l'ancienne province du Gévaudan.

Les villes voisines sont Alès (Gard) à 38 km à l'est et Florac (Lozère) à 43 km au nord[N 1].

Avec ses 5 099 hectares, la commune est au cœur des Cévennes en limite sud du Massif central en moyenne montagne et arrosée par une des branches du Gardon.

La vallée est orientée nord-ouest/sud-est. L'altitude moyenne de la commune (celle du bourg) est de 245 m[3] ce qui en fait une des communes les moins hautes du département. Le point culminant, la montagne de la Vieille Morte (925 m), est sur la rive gauche du Gardon séparant la vallée du Gardon de Saint-Étienne de celle du Galeizon au nord-est alors que des monts moins hauts séparent le village de la vallée du gardon de Sainte-Croix au sud-ouest.

Les communes limitrophes sont Saint-Germain-de-Calberte au nord, Moissac-Vallée-Française à l'ouest et Saint-Martin-de-Boubaux à l'est. Ces trois communes sont en Lozère, celles au sud (Saint-Jean-du-Gard) et au sud-est (Mialet) sont dans le Gard.

Accès[modifier | modifier le code]

Carte de la commune
Carte de la commune.

L'axe routier principal est la RD 983 de Saint-Jean-du-Gard à Moissac-Vallée-Française. Du carrefour du Martinet, elle se continue par la RD 984 qui, en traversant le village, permet de rejoindre Saint-Germain-de-Calberte puis Florac. Les deux routes suivent le cours des Gardons. Le réseau de chemins communaux permet aux habitants de la rive gauche du Gardon de rejoindre la RD 13 et le col du Pendédis, notamment en cas de crue du Gardon.

Une ligne de bus assure une liaison hebdomadaire depuis et vers Florac et Mende[4]. La gare la plus proche est celle d'Alès et l'aéroport, Nîmes-Garons.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat méditerranéen est légèrement tempéré par l'altitude. Il se caractérise par des hivers doux, une sécheresse estivale et de fortes précipitations aux équinoxes. Les orages d'automne peuvent causer des crues lors de ce qu'on appelle un épisode cévenol. Ces pluies accompagnées d'orages localisés durent quelques heures, voire quelques jours. Elles sont principalement dues à la rencontre entre l'air froid de l'océan Atlantique remontant vers les Cévennes et l'air chaud de la mer Méditerranée. La commune est considérée comme exposée aux risques d'inondation[5] et a été cinq fois l'objet d'arrêtés de catastrophes naturelles depuis 1982 (quatre fois pour inondations et coulées de boues et une fois pour tempête)[6]. Même si elle a échappé aux inondations du 8 et 9 septembre 2002, la commune est dans la zone du Plan de prévention des risques d'inondation des Gardons.

Données générales
Données météorologiques du Vigan de 2006 à 2009[7]
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Jui Jui Aoû Sep Oct Nov Déc Année
Températures minimales (°C) 1,5 2,2 4,3 7,6 10,8 13,4 15,7 15,0 11,6 8,9 4,3 0,8 8,0
Températures maximales (°C) 11,5 12,7 15,3 19,7 22,2 26,8 30,1 27,1 24,7 19,7 14,6 10,4 19,6
Températures moyennes (°C) 8,0 6,9 7,6 13,6 16,4 19,9 22,8 21,1 17,9 13,7 9,0 4,7 13,5
Pluviométrie (mm) 120,3 106,4 26,4 89,9 103,5 56,9 24,5 26,5 110,1 153,9 180,1 94,2 1 092,7
Gel (jour) 12 7 2,5 0,7 6,3 15 43,5

Sur une période récente, la température la plus froide a été relevée le 18 novembre 2007 avec -6,9 °C et la plus chaude, le 11 juillet 2006, avec 37,4 °C. Le jour le plus pluvieux a été le 19 octobre 2006 avec 133 mm de pluie et le vent le plus fort a été mesuré le 24 mars 2009 à 88,5 km/h. Novembre 2008 a été fort pluvieux avec plus de 300 mm de pluie.

Végétation[modifier | modifier le code]

Un châtaignier.
une vallée boisée
Vue depuis les Avelacs

Autrefois essentiellement couvert de châtaigneraies, le territoire est encore fortement boisé même si un incendie a fait de gros dégâts en août 2003. Avec l'abandon progressif de la culture des châtaigniers, les pins ont gagné l'ensemble du territoire. De plus, l'ONF a poussé à la plantation de résineux, seule sylviculture locale économiquement viable.

Les données du réseau Natura 2000 indiquent que la végétation de la vallée est essentiellement composée de pins et de résineux (40 % des surfaces), de châtaigniers et autres arbres à feuilles caduques (37 %), de chênes verts (10 %) mais aussi de broussailles (1 %) et de rares prairies (1 %). La montagne de la Vieille Morte est un site important pour une espèce rare de Juniperus. Il y pousse aussi quelques pins de Salzmann associés à des cistes rares (ciste à feuilles de peuplier et ciste de Pouzolz). Les rochers et les éboulis rocheux occupent 1 % de sa surface[8].

La déprise agricole source d'embroussaillement et la généralisation des résineux ont accru les risques d'incendie[N 2]. Aussi, la commune est considérée comme exposée aux risques naturels d'incendie[5].

Faune remarquable[modifier | modifier le code]

L'argiope frelon (Argiope bruennichi) se rencontre dans les hautes herbes des terrasses de culture abandonnées. La huppe fasciée fréquente volontiers les vieux châtaigniers. En été, le circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus) chasse régulièrement sur le territoire.

Les eaux du Gardon et des ruisseaux affluents abritent, entre autres, des populations de loutres et de castors, voire des écrevisses[8].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le village est sur la rive droite du Gardon de Saint-Étienne qui rejoint le Gardon de Sainte-Croix au sud de la commune au lieu-dit le Martinet pour former le Gardon de Mialet. Le Galeizon, affluent du Gardon d'Alès, est sur 1 km la limite nord-ouest de la commune avec Saint-Martin-de-Boubaux. Sur la commune, le Gardon de Saint-Étienne possède quatorze ruisseaux affluents[9] tels le ruisseau de Salvayre au sud, le ruisseau de la Combe des Avelacs, le Merlet au nord vers Saint-Germain, etc. Il existe de nombreuses sources dont certaines alimentent des fontaines comme la Font de Bouret dans le bourg ou des maisons non raccordée au réseau de distribution d'eau du fait de leur isolement.

Le débit du Gardon est insuffisant pour des activités nautiques[10], d'autant plus que les dernières années ont été très sèches. Cependant, il existe de nombreux gourgs (trous d'eau) où l'on peut se baigner, notamment au Martinet. La faible présence humaine et l'importance de la couche de galets et de graviers donnent une couleur turquoise à l'eau du Gardon dès qu'il y a un peu de profondeur. En 2008, la qualité de l'eau du Gardon était qualifiée de bonne sauf entre le bourg et le confluent du Martinet où elle était qualifiée d'assez bonne[11].

Géologie[modifier | modifier le code]

Coupe de roche mêlant micaschiste et quartz.

Le sous-sol est surtout composé de schiste, de micaschiste mêlé d'un peu de quartz. Ces roches métamorphiques de l'ère primaire proviennent du socle ancien qu'est le Massif Central. Ces sols non-calcaires sont légèrement acides.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Les logements anciens ont été construits avec les matériaux locaux, schiste et quartz, même si la tuile romane et la lauze couvrent à égalité les maisons.

Le bourg[modifier | modifier le code]

vue d'ensemble du village depuis le sud-ouest
Le village vu du Castélas.

Le bourg est constitué de trois parties contiguës. La plus ancienne, au pied de la colline du château, entoure l'église. Au Moyen Âge, ces maisons accolées constituaient, une fois barricadées, une sorte de rempart. Une seconde, plus au sud, est construite parallèlement au Gardon. Les maisons le long de la rue Cabiron forment jusqu'à la fin du XIXe siècle la rue principale. Enfin, la partie la plus récente part vers l'ouest depuis la place du monument aux morts le long de l'avenue des Tilleuls avec la plupart des commerces, l'école et le collège. Elle conduit aux constructions nouvelles sur les anciens champs des Prats et aux HLM des Gravasses.

Les écarts[modifier | modifier le code]

une maison et ses dépendances dans un vallon
Dans le vallon des Avelacs.

Plusieurs hameaux, ne comptant souvent que quelques maisons, et de nombreux mas isolés, existent. Cet habitat dispersé est à la base de petites communautés que les Cévenols appellent traditionnellement les « quartiers »[12]. Parmi ces écarts et lieux-dits, on retrouve :

  • le Meyran
  • Andajac
  • Leyris
  • Croisance
  • les Solièges
  • les Avelacs
  • Droubies
  • Serres
  • les Passadoires
  • le Pont de Burgen
  • Mas Amalric
  • Espinassous
  • Cabrespic
  • le Martinet
  • la Fare
  • Marouls

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire de la Lozère.

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Une pierre levée en schiste d'un mètre de large et 2 mètres de haut
La Pierre de La Vieille.

Les premières traces humaines dans la vallée remontent au IIIe millénaire av. J.-C. : des pasteurs nomades de la civilisation des mégalithes passaient sur les crêtes et sont à l'origine de la draille de la Vieille Morte et ont laissé des menhirs telle la Pierre de la Vieille, des dolmens tels la tombe du juge et des roches à cupules, des tombes à coffre, des cumulus. Ces vestiges sont, dans l'imaginaire cévenol, liées à la légende de la vieille morte. Un village de mineurs extrayant le fer a existé sur la commune au Ve siècle av. J.-C..

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le bourg date probablement de l'époque gauloise[13] À l'époque, la localité se trouvait à la limite des territoires des Gabales au nord et des Volques Arécomiques au sud. Il n'y a pas de preuve d'occupation romaine. Pourtant, sur le mont Saint-Clément à Saint-Germain-de-Calberte, se trouvait une villa gallo-romaine. Les lieux-dits se terminant en « ac » semblent indiquer une occupation dès cette époque.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

un tour en ruine
La tour du Castélas.

Au VIe siècle, le village et la vallée auraient été dans une enclave franque entourée de terres wisigothes. Une autre version de la légende relate une bataille qui aurait opposé en 737, ou en 778, Francs et Sarrasins à la Boissonnade, sur la commune de Moissac-Vallée-Française. Elle y lie la construction de l'église de Notre-Dame de Valfrancesque, bâtiment du VIIIe et IXe siècle ce qui en fait le plus ancien des Cévennes et du Gévaudan[14].

Devenue étape de transhumance des troupeaux des moines de l'abbaye de Sauve, la localité abritait un prieuré bénédictin. Au début du XIe siècle les seigneurs d'Anduze y construisirent un premier château fort, le Castélas, au confluent des gardons de Sainte-Croix et de Saint-Étienne[N 3]. Les seigneurs d'Anduze étaient barons de Florac, baronnie à laquelle appartenait Saint-Étienne[15].

Vers 1229, après la croisade des Albigeois, leurs biens et donc le village furent confisqués par le roi de France. Dès 1228, un bayle royal siégea à Saint-Etienne mais les représentants du roi et l'évêque de Mende se sont longtemps disputé la prédominance sur ces terres. En 1265, un premier accord a donné Saint-Étienne-Vallée-Française au roi. Après 36 ans de procès avec les évêques de Mende, l'acte de paréage de 1307 lui attribua définitivement le village. La paroisse était autorisée à envoyer son consul aux États particuliers du Gévaudan[16]. Sous l'influence des moines bénédictins, la culture du châtaignier puis du mûrier pour les vers à soie se développèrent au point de devenir les éléments centraux de son économie.

Comme les Cévennes, le village a beaucoup souffert des crises du XIVe siècle (guerre de Cent Ans, peste noire…). Les friches ont gagné du terrain conduisant à une augmentation de la faune sauvage[N 4]. C'est pourtant à cette époque, en 1366, qu'a débuté la construction du deuxième et principal château de Saint-Étienne au-dessus du bourg. La partie la plus ancienne de l'église paroissiale daterait d'alors. Si la date d'abandon du Castélas est inconnue, en 1476 il était encore debout mais en 1629 lors du passage des troupes du duc de Rohan, il était déjà en ruine[13].

Aux siècles suivants, avec l'augmentation de la population, pour gagner des surfaces cultivables, la culture en restanque s'est étendue de plus en plus haut sur les collines et donnant aux montagnes cévenoles leur aspect particulier.

« Avec leurs mains, dessus leur tête, ils avaient monté des murettes jusqu'au sommet de la colline… »

— Jean Ferrat, La Montagne

XVIe, XVIIe et XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Le « dragon missionnaire » : Qui peut me résister est bien fort.

Comme les Cévennes, Saint-Étienne a accueilli favorablement la Réforme et une majeure partie de la population s'est convertie tout en restant fidèle au roi. Le surnom de raiols des Cévenols viendrait de là. En 1629, les troupes huguenotes du duc de Rohan, en lutte contre Richelieu, tentèrent en vain d'abattre le clocher de l'église[N 5].

Sous le règne de Louis XIV, en 1685, comme toutes les localités protestantes, Saint-Étienne a été victime de dragonnades. Les membres de la religion réformée ont été contraints d'héberger à leur frais des soldats, les dragons, qui avaient carte blanche, sauf tuer, pour les « convertir ». Sous la pression des exactions, qui aujourd'hui seraient qualifiées de crimes de guerre voire de contre l'humanité[N 6], ils se convertirent en masse et devinrent des NC, pour Nouveaux Convertis. Des réfractaires s'enfuirent rejoignant l'émigration huguenote vers la Suisse, l'Allemagne, les Pays-Bas, l'Afrique du Sud... La répression sur les protestants s'accentua avec la révocation de l'édit de Nantes le 18 octobre 1685. Plusieurs protestants de la commune furent pendus, torturés ou envoyés aux galères[N 7]. Pendant la Révolte des Camisards (1702-1704), même s'il hébergea des troupes royales, le village, au cœur de la zone rebelle, n'échappa pas aux troubles : assemblées secrètes au « Désert », « levées d'impôt » des camisards, représailles, meurtres, incendies ... Lors du « bruslêment des Cévennes », où l'armée royale pratiqua la politique de la terre brûlée pour empêcher tout soutien matériel de la population à la guérilla, le bourg devint un des centres de regroupement de la population évitant sa destruction mais pas celle des maisons des NC dans les hameaux. Plus de deux mille personnes venant des villages et hameaux rasés s'y entassèrent pendant des mois[17]. L'hiver très rigoureux de 1709 provoqua le gel de nombreux châtaigniers, principale ressource en nourriture et donc une famine suivit. Ceci favorisa la plantation massive de mûriers pour les vers à soie. L'économie locale quitta alors le stade de l'autosubsistance pour intégrer l'économie de marché.

La Révolution et le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le village échappa aux troubles de la Révolution. Cependant, en 1792, les nobles locaux furent contraints, manu militari par leurs vassaux, de rendre les titres féodaux et de rembourser les redevances qu'ils avaient continué à percevoir. Renouant avec la tradition de résistance à l'oppression religieuse, des Stéphanois, y compris des protestants, cachèrent un prêtre réfractaire[12] Un certain nombre d'habitants de la commune prit part aux guerres napoléoniennes. L'un d'eux, Louis Valmalette du Coustel, en est revenu colonel.

L'incendie du palais épiscopal de Mende en 1887, qui regroupait les archives départementales de la Lozère, fait qu'il n'y a guère de traces de conséquences des soubresauts politiques du XIXe siècle. Cependant des républicains stéphanois ayant manifesté contre le coup d'État du 2 décembre 1851 par Louis-Napoléon Bonaparte furent arrêtés et condamnés à la déportation en Algérie ou en Nouvelle-Calédonie.

Le hameau des Frégyères, en 1851 puis en 1854, a été le théâtre de deux crimes. Par deux fois une famille entière y fut massacrée à la hache. Pendant les trois ans entre les meurtres, l'atmosphère devint pesantes dans la commune. L'assassin, dénoncé par la seule rescapée, fut guillotiné le au Pont de Burgen en présence d'une foule considérable[12].

Au milieu du XIXe siècle, appelé « l 'âge d'or des Cévennes », la commune connut son maximum démographique (1 986 habitants en 1851). Le développement de l'industrie de la soie apporta de la prospérité et deux filatures fonctionnaient. Mais les maladies des vers à soie (la flacherie et la pébrine) puis la vigne (phyloxéra) et la dureté des conditions de vie contribuèrent à un fort exode rural dès les années 1870. À la fin du siècle, la construction de routes améliora les débouchés des productions traditionnelles mais favorisa le départ des jeunes, d'abord temporairement pour des travaux saisonniers dans la plaine, puis définitivement.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

 carte postale ancienne d'une manifestation
Manifestation lors de l'inventaire du 5 mars 1906.

Les fermetures des écoles catholiques avec la laïcisation de l'enseignement donnèrent lieu à plusieurs manifestations. Surtout, la séparation de l'Église et de l'État eut pour conséquence les évènements du . Refusant l'inventaire des biens de l'église, le curé et des jeunes catholiques s'y barricadèrent. Les gendarmes durent enfoncer la porte pendant que le reste de la population catholique, massée sur la place, chantait des cantiques au son du tocsin.

La Première Guerre mondiale marqua un tournant dans la vie du village en accentuant l'exode rural et en bouleversant l'équilibre économique. Pendant quatre ans, l'absence de la plupart des hommes valides accrut les difficultés économiques des familles. Soixante hommes[18], en pleine force de l'âge, soit un cinquième des mobilisés, périrent sans compter les blessés et les mutilés.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, de nombreux persécutés se réfugièrent dans les Cévennes. Plusieurs maquis furent créés dans la Vallée Française (Serre, la Picharlerie).

Les combats de 1944[modifier | modifier le code]

Au printemps 1944, les vallées cévenoles étaient un fief maquisard. Les maquis locaux, et notamment des antifascistes allemands menés par Otto Kühne, ont été alors renforcés par le peu discret maquis Bir-Hakeim. Une alerte mal comprise, une négligence (mitraillette visible dans une voiture) et l'entêtement des « biraquins », conduisirent les maquisards à affronter, le , une patrouille de la Feldgendarmerie qui fut anéantie[N 8]. Une quarantaine de combattants libéra la commune pendant vingt-quatre heures alors que le village se vidait[19]. Le lendemain, une embuscade au pont de Négase opposa pendant 4 heures le maquis (dont le groupe Toussaint) à une troupe allemande venue de Mende. Cette résistance du maquis facilita sa dispersion en évitant son encerclement. Mais lorsque le village fut investi, ce furent les représailles (les corps des Feldgendarmes étant restés à l'entrée du village, leurs uniformes dans le château). Les troupes allemandes de la 9e Panzerdivision SS Hohenstaufen aidées d'une compagnie de GMR incendièrent le château. Alors que les habitants s'étaient réfugiés dans les bois, les caves, des magasins et des maisons furent pillés[20]. Ces actions déclenchèrent une vaste réaction de l'occupant. Les 12 et 13 avril 1944, près de 2 000 hommes des forces nazies et vichystes attaquèrent les maquis de la Vallée Française. Ils installèrent leur PC à la Mairie. Les combats durèrent toute la journée du 12. Avant de se retirer le 13 avril, les soldats achevèrent le pillage du village qui échappa de peu à l'incendie général.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Avec la proximité des maquis, de nombreux jeunes Stéphanois s'y engagèrent. Quatre Stéphanois ont été tués pendant la seconde guerre dont au moins un résistant[18],[N 9]. Par la suite le château fut restauré quasiment à l'identique par ses nouveaux propriétaires.

Dans les années cinquante et soixante l'exode rural s'accentua, la population passant sous la barre des 500 habitants.

En 1956[N 10], la dernière filature de soie ferma. Ce fut la fin de siècles d'activités textiles sur la commune[N 11].

À la fin des années 1980, un projet de barrage sur le Gardon au lieu-dit la Borie en limite avec Saint-Jean-du-Gard (le barrage dans le Gard, le lac en Lozère) faillit bouleverser la Vallée Française[21]. La forte opposition locale et les contradictions du projet (irriguer la plaine du Gard, lutter contre les crues et favoriser le tourisme) firent échouer ce projet. En 2002 il était abandonné[22]. À sa place a vu le jour un écosite[23].

En août 2003, pendant la canicule, un incendie a détruit 1 200 hectares de forêt sur la commune[24]. Plus de 500 pompiers de toute la France et de l'étranger l'ont combattu.

Toponymie[modifier | modifier le code]

 un village sur une crête dans la forêt
Le village vu depuis la rive gauche du Gardon
La Vallée Française

Les deux principales hypothèses sur l'origine du nom de la vallée sont qu'elle était une enclave franque en territoire wisigoth ou aurait été appelée ainsi à l'issue de la légendaire bataille de la Boissonnade[25]. Vallis Franscisca et Val franciscus signifiant vraisemblablement vallée franque ou francesque[13]. L'hypothèse de vallée « franche », exemptée d'impôts, est peu probable[13].

Roqueservières

C'est l'appellation la plus ancienne du village et également le nom d'une des principales familles nobles. Roque signifierait « château sur un rocher » et servières viendrait du latin silva, la forêt. L'autre appellation du Castellas est le « Castel de Roqueservières ». Entre le IXe et le Xe siècle, les moines bénédictins placèrent la localité sous le patronage de saint Étienne d'où la modification du nom. Dans les documents, on retrouve les trois noms plus ou moins mêlés avec Roqueservières de Valfrancesque, Saint-Étienne de Roqueservières et Saint-Étienne de Valfrancesque dernière appellation qui l'emporta[13].

Pendant la Révolution, la commune porte les noms de Vallée-Libre et de Val-Libre[26]. Avec l'Empire, on revint aux noms précédents mais « Valfrancesque » fut transformé en « Vallée Française ».

La légende de la Vieille Morte[12],[27],[28]

Il s'agit d'une célèbre légende du cœur des Cévennes que forment la Vallée Borgne, la Vallée Française et la Vallée Longue, à laquelle sont liés plusieurs lieux :

En des temps immémoriaux, une fée résidait au sommet du Mont Mars et n'était pas d'humeurs commodes ce qui n'en faisait pas une « bonne fée ». Malgré son âge avancé, une veuve des environs de Saint-Germain-de-Calberte avait fauté et donné naissance à un enfant. Pour la punir, la fée la condamna à arracher une énorme pierre des flancs du Mont des Laupies (grosses pierres plates en occitan) et la chassa du pays avec l'enfant, son chien, son âne et surtout sa pierre. Ainsi chargée elle s'en alla, mais l'enfant, trop fragile pour supporter le voyage, mourut au col depuis appelé Plan-de-Fontmort (le plan de l'enfant mort). Le chien tomba dans un trou au lieu-dit Cros del chi (la tombe du chien). La pluie tomba violemment comme parfois lors d'un orage cévenol. Elle s'abrita un moment sous une avancée de la roche au lieu-dit Escota se plou (écoute s'il pleut). Devant continuer, elle s'engagea dans la vallée d'un affluent du Gardon de Saint-Germain. Arrivée en bas du village, il lui fallut franchir la rivière (en portant son énorme pierre) en crue à cause de l'orage ; l'âne trébucha et se noya d'où le nom de Négase (noie âne) donné au gué.

Épuisée, elle s'assoupit sur une crête nommée depuis Mortdesom (mort de sommeil), puis tenta de continuer. Poursuivie par la méchante fée, elle reprit péniblement son chemin, portant son fardeau de pierre. Elle commença l'ascension de la montagne mais avant d'arriver au sommet, éreintée, ne parvenant plus à porter son fardeau, elle abandonna ce qui devint « la Pierre de la Vieille ». Terrorisée (l'orage continuait et la fée se rapprochait) et accablée du chagrin d'avoir perdu son enfant, elle se mit à pleurer créant le valat de las Gotas (le ruisseau des gouttes). Malgré tout, elle parvint au sommet de la montagne mais la fée l'y rattrapa et la tua pour avoir perdu la pierre. En souvenir de la malheureuse, la montagne est appelée la « Vieille Morte ».

Les lieux-dits

Les suffixes « ac » sont souvent attribués à une origine gallo-romaine comme témoins de localisation et d'appropriation. Andajac et les Avelacs en relèveraient. Le Martinet tire son nom de la forge qu'il abritait, Auriol de son ruisseau aurifère[13].

Démographie[modifier | modifier le code]

Touchée par l'exode rural, Saint-Étienne-Vallée-Française a vu sa population chuter pendant 150 ans pour atteindre 433 habitants en 1982 soit le quart de la première moitié du XIXe siècle. Depuis trente ans la population augmente légèrement. Entre 1999 et 2008, cette augmentation était de 41 habitants (+8,4 %)[29].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[30]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[31],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 518 habitants, en diminution de -2,45 % par rapport à 2009 (Lozère : -1,05 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 475 1 810 1 978 1 911 1 901 1 932 1 900 1 860 1 986
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 803 1 561 1 556 1 537 1 559 1 453 1 481 1 399 1 333
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 179 1 211 1 147 1 001 895 1 052 808 714 591
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
539 476 485 433 456 487 515 534 518
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006 [32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Saint-Étienne-Vallée-Française en 2007 en pourcentage[29].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,8 
90et +
2,3 
5,1 
75-89
11,1 
24,1 
60-74
19,5 
26,1 
45-59
23,7 
14,6 
30-44
17,9 
13 
15-29
11,8 
13,2 
0-14
13,7 

Logement[modifier | modifier le code]

Une maison en pierre (schiste et quartz)
maison en schiste et quartz

Le bourg rassemble la moitié de la population, le reste vivant dans les hameaux ou l'habitat épars.

En 2005, les 549 logements étaient à 56 % des résidences secondaires. Les 232 résidences principales (+11 depuis 1999) étaient essentiellement des maisons (84,5 %) ; les appartements ne représentant que 13,4 % (5 % en 1999) et les autres types de logements 2,1 %. Il n'y avait que 11 logements vacants contre 24 en 1999. La majorité des habitants (68,5 %) était propriétaire et un quart locataire et 6,5 % logés à titre gratuit. Entre 1999 et 2005, 18 logements ont été construits ou rendus à nouveau habitables (+3,8 %). Si en 1999 les deux tiers des résidences principales dataient d'avant 1949, en 2005 elles n'en représentaient plus que la moitié et les logements neufs (moins de 6 ans) 9,1 %[29]. Il existe dix logements sociaux[33] et d'autres sont à venir avec le déménagement de la mairie[34].

Économie[modifier | modifier le code]

deux pélardons
Pélardon de Moissac.

Le bassin de vie est celui de Saint-Jean-du-Gard[35].

Du passé agricole, il reste quelques agriculteurs, essentiellement des éleveurs caprins fournissant pour la plupart leur lait de chèvre à la coopérative laitière de Moissac-Vallée-Française qui produit des pélardons labélisés AOC, des petits producteurs en polyculture (chèvre, légumes, volailles) ou des apiculteurs, un centre équestre. Ainsi en 2000, il y avait 30 agriculteurs (et coexploitants) dont seulement 11 à plein temps. Ils utilisaient 302 ha de terres[36].

Chevreau cévenol

Le tourisme est la principale activité avec l'été de nombreux vacanciers dans des résidences secondaires, au village de vacances et au camping[37], en gîtes, chambres d'hôte ou accueil à la ferme. Les randonneurs du GR 70 qui font le voyage de Stevenson, traversent le village lors de leur dernière étape.

Le collège avec les enfants de la vallée et des internes induit de l'activité à l'année ce qui permet le maintien de services (La Poste, médecin, infirmière, etc.), de commerces de bouche, de deux bars-restaurants et d'artisans du bâtiment : au 1er janvier 2007, on comptait 4 commerces, 15 entreprises de services, 10 en construction et 5 plus industrielles. Sur les 41 salariés locaux, 31 relèvent du secteur public (essentiellement le collège) et seulement 10 du secteur privé[36].

L'activité économique reste cependant faible : en 2005 la commune comptait 15,5 % de chômeurs et 31,8 % de retraités[29]. Un tiers des 133 actifs travaille hors de la commune à Saint-Jean-du-Gard, voire à Alès, et seulement 45,5 % étaient salariés. En 2006, la moitié des ménages déclarait un revenu imposable supérieur à 11 739 €[36] ce qui est moins que la moyenne nationale et départementale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Municipalité[modifier | modifier le code]

Début 2009, la mairie a quitté ses locaux exigus du vieux village pour le Mas des Prats[34] à l'extrémité de l'avenue des Tilleuls, restauré après être resté en ruine pendant des années[38].

Liste des maires de Saint-Étienne-Vallée-Française[39]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Gérard Crouzat    
juin 1995 mars 2008 Yves Ausset   Enseignant
19 mars 1983 juin 1995 André Migayron    
21 mars 1977 19 mars 1983 Roger Teissier    
17 septembre 1944 21 mars 1977 Achille Rousson    
4 aout 1929 17 septembre 1944 Georges Lafont[N 12]   Filateur de soie

Aux élections municipales 2008 deux listes se sont présentées : celle « Ensemble pour St Étienne » de la majorité sortante, menée par Gérard Crouzat, et celle « Tous et toutes pour Saint Étienne » de Michel Salles. À l'issue d'un scrutin serré (6 voix d'écart pour le dernier siège) avec une forte participation (88 % de votants), la liste de M. Crouzat a obtenu six sièges et celle de M. Salles cinq[34],[40].

Canton[modifier | modifier le code]

Saint-Étienne-Vallée-Française est une des 11 communes du canton de Saint-Germain-de-Calberte. Elle est la deuxième commune en termes de population.
Le conseiller général du canton, réélu en 2011, est Robert Aigoin (PCF), maire de Saint-Julien-des-Points jusqu'en 2008.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

carte plaçant Saint-Étienne dans la communauté de commune
La commune de Saint-Étienne dans sa communauté de communes

Les différentes municipalités ont longtemps hésité à adhérer à une communauté de communes et à choisir entre les intercommunalités voisines : les Hauts Gardons, créée en 2002 ou la de la Vallée Longue et du Calbertois en Cévennes créée en 2001. Le conseil municipal a décidé le 28 octobre 2008 d'adhérer à la communauté de communes de la Cévenne des Hauts Gardons qui regroupe huit des dix communes du SIVOM des Hauts-Gardons auquel Saint-Étienne Vallée-Française adhérait déjà[N 13]. De ce fait, elle intégrait le Pays Pays Gorges Causses Cévennes qui rassemble des intercommunalités du sud de la Lozère[41].

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

De culture protestante, les Cévennes ont été favorables à la Révolution qui accordait la liberté de culte, l'égalité civile, et hostiles à la monarchie assimilée à l'oppression royale et catholique du XVIIe et XVIIIe siècles. C'est une région de tradition républicaine qui s'est opposée au coup d'État de Louis-Napoléon Bonaparte et a accueilli proscrits et maquis de résistants pendant la Seconde Guerre mondiale.

C'est donc une terre fortement ancrée à gauche, tendance confortée par les liens familiaux avec la population ouvrière partie travailler dans les mines et les industries d'Alès et par l'arrivée depuis les années 1970 de néo-ruraux « soixante-huitards ». Elle s'oppose à la Lozère du nord, catholique et traditionnellement plus conservatrice[42]. Le combat contre le barrage de la Borie a également un temps favorisé un vote écologiste[43].

L'analyse du résultat des élection présidentielle de 2007 laisse apparaître une forte inclinaison à gauche : totalisant 64,5 % des suffrages, la candidate du PS Ségolène Royal obtient ainsi des résultats sensiblement supérieurs à la moyenne départementale (44,25 %)[44], régionale (45,90 %)[45], ou nationale (46,94 %)[46].

Avec 31,56 % au premier tour des élections le 22 avril 2007, loin devant ses adversaires de l'UMP Nicolas Sarkozy (17,40 %) et du MoDem François Bayrou (13,86 %) et de la LCR Olivier Besancenot 8,55 % , elle a obtenu au second tour 64,50 %, soit 218 voix sur 345 votants, Nicolas Sarkozy ayant 120 voix et 7 bulletins étaient blancs ou nuls[47].

Résultats du second tour des élections présidentielles de 2007 et 2002 :

Résultats des élections législatives de 2007 et 2002 :

Résultats des élections régionales de 2010

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Saint-Étienne-Vallée-Française en 2008[52]
Taxe Taux appliqué (part communale) Recettes dégagées en 2008 et en €
Taxe d'habitation (TH) 6,35 % 32 000
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 15,47 % 59 000
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 300,00 % 21 000
Taxe professionnelle (TP) 16,95 % 20 000

Le taux de la taxe d'habitation n'a pas varié entre 2001 et 2008. Si le taux de la taxe foncière sur les propriétés non bâties peut sembler important, il est à mettre en relation avec la très faible valeur locative des terrains non bâtis en Lozère qui en constitue l'assiette.

Sauf pour le foncier non bâti, l'imposition par habitant en 2008 s'avérait inférieure à celle des communes de la strate de Saint-Étienne-Vallée-Française (communes de 500 à 2 000 habitants)[53]. Cela peut s'expliquer par le fait qu'avec 516 habitants, la commune est vraiment dans le bas de la strate.

Budget de la commune[modifier | modifier le code]

En 2008, le budget de la commune s'élevait à 1 402 000 € et son endettement à 441 000 € [54].

Les variations du montant du budget communal proviennent de celles des investissements car la partie fonctionnement du budget est plutôt stable. Si les recettes de fonctionnement par habitant sont légèrement inférieures à la moyenne des communes de sa catégorie, les charges de fonctionnement le sont d'un tiers. Cela permet de dégager une capacité d'autofinancement par habitant double de celle des communes similaires. Ceci explique un endettement de 840 € par habitant en 2008 légèrement inférieur à la moyenne (871 €/hab) malgré un montant d'investissement en équipement (1 187 €/hab) presque toujours double de celui des communes de cette strate[54].

Évolution de l'endettement (en milliers d’€)[54] :
Évolution des dépenses d’équipement (en milliers d’€)[54]:

Vie locale[modifier | modifier le code]

En été, généralement début août, a lieu la fête du village.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Commune du parc national des Cévennes (seul parc national français habité par l'homme de façon permanente) son territoire est aussi classé en zone Natura 2000 comme site d'importance communautaire (SIC)[8]. Cette double protection vise tant à protéger ses habitats naturels (faune, flore et rivière) que son habitat traditionnel et sa culture (architecture, coutumes, ...)

Dans le cadre du SIVOM des Hauts-Gardons, des points d'apport volontaire des déchets pour le tri sélectif sont disposés à différents endroits de la commune. De même, il y a une déchèterie intercommunale à Sainte-Croix-Vallée-Française[55]. Du fait de la présence depuis trente ans de néo-ruraux très sensibles à cette thématique, les collectivités territoriales locales se sont depuis longtemps penchées sur ces problèmes.

À l'endroit où devait s'élever un barrage, à la ferme de la Borie, il existe un écosite dont les missions sont la protection de l'environnement et du patrimoine local, la recherche scientifique sur l'environnement, l'application et la diffusion des techniques qui y sont liées[56].

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Une salle polyvalente à proximité de la nouvelle mairie sert pour les réunions, des fêtes, le cinéma etc. Il y a un bureau de poste, assureurs et banquiers effectuent des permanences régulières.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Étienne-Vallée-Française dépend de l'académie de Montpellier.

À la rentrée 2009, l'école primaire comportait trois classes : maternelle - cycle 1 (petite section et moyenne section), cycle 2 (grande section, CP et CE1) et cycle 3 (CE2, CM1 et CM2). Elle accueillait 32 élèves (37 prévus d'ici la fin de l'année 2009)[57]. Mais à la rentrée 2010, la troisième classe est officiellement fermée malgré la présence de 36 élèves. Une enseignante est responsable de la maternelle, l'autre de l'élémentaire. Cette fermeture suscite émoi et colère dans le village, les parents s'organisent et ouvrent pendant 4 mois une troisième classe "alternative" avec l'aide d'un instituteur retraité[58],[59]. Avec 42 élèves à la rentrée 2011, l'école retrouve une troisième classe.

Pour le secondaire le village dispose d'un collège avec internat, le collège Achille-Rousson. À la rentrée 2008, il accueillait 97 élèves dont 24 internes, les externes provenant du village, de Sainte-Croix-Vallée-Française, Saint-Germain-de-Calberte, Moissac-Vallée-Française, Saint-Roman-de-Tousque et alentours[60].

Pour poursuivre leurs études en lycée, les jeunes Stéphanois se rendent principalement sur Alès ou sur Mende.

Un gymnase et un stade de football sont situés à proximité des établissements scolaires.

Depuis février 2012, pour les jeunes enfants, est ouverte, en alternance avec celle de Sainte-Croix-Vallée-Française, la crèche Tourni-Coton. Elle est gérée par la même association intercommunale que le centre de loisir Méli-mélo qui, lui, accueille les plus grands en dehors du temps scolaire[61].

Santé[modifier | modifier le code]

Un médecin généraliste, des infirmières et un kinésithérapeute résident sur la commune. Les autres services médicaux courants (pharmacie, dentiste, etc.) sont localisés à Saint-Jean-du-Gard. Les centres hospitaliers les plus proches sont ceux d'Alès et de Mende. La commune abrite un centre de secours des sapeurs-pompiers, le centre de secours Raymond-Monnier[62].

La création d'une antenne de la maison de retraite de Saint-Jean-du-Gard est à l'étude[63].

Associations[modifier | modifier le code]

Un foyer rural, le Ginestel, vient d'être créé pour fédérer et aider les associations locales. Près d'une vingtaine d'associations d'importances diverses sont domiciliées sur la commune[64].

Culture
  • L'Arche Musicale a pour objet l'enseignement de la musique (cours d'instruments, chant choral). Elle fait partie de la Fédération des Écoles de Musique des Hauts Gardons de Lozère qui regroupe les écoles de musique de la communauté de communes.
  • Sports et Culture en Vallée Française organise à destination de la jeunesse des cours de tennis et de théâtre qui aboutissent à un tournoi de tennis et à la présentation d'un spectacle.
  • L'Atelier, Loisir, Culture, Traditions essaie de favoriser la convivialité notamment en pratiquant le patchwork.
  • Castanéa.org veut promouvoir et préserver le patrimoine lié à la culture du châtaignier et organise la fête de la châtaigne à l'automne.
  • La Cévenole est l'association de pêche locale tandis que la Vieille Morte est celle de la chasse.
  • Résistance et Maquis en Cévennes tente de maintenir le souvenir de la résistance durant la Seconde Guerre mondiale dans la région.
Sports

En plus du club de tennis précité, il y a :

  • le Football Club de la Vallée Française ;
  • les Basselaïres qui pratiquent le jeu de fléchettes ;
  • la Boule Stéphanoise pour jouer à la pétanque.

Enfin, il existe également plusieurs associations liées à l'agriculture, la solidarité, l'éducation, etc.

Cultes[modifier | modifier le code]

le clocher d'une église
L'église.

Si une certaine rivalité a longtemps opposé les communautés protestante et catholique du village, aujourd'hui, l'arrivée de nouvelles populations, œcuménisme et baisse de la pratique religieuse aidant, ce clivage est bien moins important. La distinction se fait désormais bien plus entre croyants et non-croyants.

Saint-Étienne-Vallée-Française appartient au diocèse catholique de Mende, lui-même rattaché à la province ecclésiastique de Montpellier[65] depuis 2002. La paroisse de Saint-Étienne-Vallée-Française est rattachée à la communauté de paroisses de Florac[66] qui regroupe huit paroisses du sud de la Lozère ainsi qu'au secteur pastoral de Florac.

Pour l'Église réformée, le temple de Saint-Étienne-Vallée-Française est l'un des lieux de culte de la paroisse Vallée française qui recouvre huit localités de la vallée et appartient au consistoire Montagne des Cévennes[67] qui rassemble quatre paroisses cévenoles.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Notre-Dame-de-Valfrancesque

L'église Notre-Dame-de-Valfrancesque, sur la commune voisine de Moissac-Vallée-Française, est la plus ancienne du diocèse encore debout[14]. Elle est intimement liée à la Vallée-Française, et donc à Saint-Étienne. Elle est mentionnée dès 935, lorsque le pape Jean VI la donne à l'évêque de Nîmes. Cependant, elle n'est consacrée qu'en 1063. La tradition, elle, fait remonter sa construction à la bataille qui se serait déroulée à la Boissonnade entre les Francs et les Sarrazins au VIIIe siècle[68].

Elle a été construite en fraidonite, une sorte de granit. Elle mesure 23 m par 6 m, et est bâtie dans le style roman. En 1702 elle a été brûlée par les Camisards, et a été dévastée en 1793. À chaque fois elle a été restaurée[14]. C'est aujourd'hui un temple protestant[69].

L'église

L'église paroissiale de Saint-Étienne date du XIVe siècle. Elle était, à son origine, une dépendance du monastère de Sauve. Dévastée au XVIIe siècle, lors des guerres de religion, elle était proche de la ruine[70]. Elle a cependant été reconstruite depuis.

Le temple

Le temple[69] est d'une période bien plus récente que l'église. En effet, il a été construit entre 1837 et 1849[70].

Châteaux et maisons fortes
Article détaillé : château de Cambiaire.

La commune dispose de plusieurs lieux fortifiés. Le plus emblématique est le château de Cambiaire qui domine le bourg. Plus en altitude, se dresse, sur la crête entre le village et le confluent des Gardons, la tour de guet du Castélas. Cette tour qui date du XIe siècle est le reste principal d'un ancien château fort.

une rivière entre des rochers
Le Gardon au Martinet

Il existe, de plus, deux maisons-fortes ; celle de Marouls à la limite du Gard « surveille » toujours la vallée vers Saint-Jean-du-Gard, et celle de Cabiron au cœur même du village. Enfin, au bout de l'avenue des Tilleuls, près du ruisseau de Salvayre, se situe le manoir des Cambous.

Sites mégalithiques

La pierre de la Vieille, menhir, date du néolithique et marque l'avant-dernière étape de la légende de la Vieille Morte[27],[28],[12]. D'autres menhirs et dolmens sont également visibles sur le territoire de la commune.

Sites touristiques

Le lieu-dit le Martinet au sud de la commune est un lieu de baignade apprécié.


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

randonneur avec un âne
Randonneur avec un âne sur le Chemin de Stevenson.
  • Robert Louis Stevenson, l'écrivain écossais, qui passa par le village le , lors de la dernière étape de son périple à travers les Cévennes relaté dans Voyage avec un âne dans les Cévennes (1879).
  • Otto Kühne, antifasciste allemand, dirigea le maquis Montaigne et donc les combats d'avril 1944 sur la commune pendant la Seconde Guerre mondiale.
  • Claude Romain Lauze de Perret, conventionnel, fut guillotiné sous la Terreur comme girondin et complice de Charlotte Corday. Il était issu d'une famille de Saint-Étienne.
  • Denis Decrès, amiral et ministre de la Marine de Napoléon Ier, était le fils d'un Stéphanois.
  • Jean Monod, né en 1941, ethnologue, cinéaste, écrivain, poète et traducteur vit à Saint-Étienne depuis 1988 où il a fondé la maison d'édition AIOU[71]
  • Colette Chevrot, ancienne championne d'Europe de ski nautique (1953, 1954). Dans une deuxième partie de sa vie, en tant que chanteuse, elle a été l'une des figures marquantes des cabarets "rive gauche" du Paris des années 1950-60. Elle vit à Saint-Étienne depuis 1970.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • Lucien Goillon, Si m'était conté Saint-Etienne en Cévenne : Notes d'histoire sur Saint-Étienne-Vallée-Française, Nîmes, Lacour, coll. « Colporteur », (ISBN 978-2-9503675-0-1)
  • René Maruéjol et Aimé Vielzeuf, Le maquis "Bir Hakeim, Nîmes, Lacour,

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  1. Distances données à titre indicatif, d'après le site Viamichelin
  2. Autrefois tout le territoire était pâturé. Lors d'un incendie les pommes de pins vertes éclatent et peuvent être projetées à plusieurs dizaines de mètres
  3. Un document de 1052 en fait mention comme propriété des seigneurs d'Anduze
  4. Une faune sauvage variée, incluant loups et ours.
  5. La trace de cette tentative était visible jusqu'à ce qu'il soit crépi au début du XXe siècle
  6. L'article 7 du Statut de Rome de la Cour pénale internationale en 1998 cite entre autres : la persécution de tout groupe ou de toute collectivité identifiable pour des motifs d'ordre politique, racial, national, ethnique, culturel, religieux ou sexiste comme crimes contre l'humanité
  7. D'après les documents du Musée du Désert à Mialet
  8. Trois Feldgendarmes furent tués et un prisonnier sera exécuté lors de la dispersion du maquis.
  9. Marceau Farelle, né à Saint Étienne, coiffeur à Florac et boîte aux lettres, arrêté le 31 octobre 1943, emmené à Nîmes et torturé à mort. Une avenue de Florac porte son nom
  10. 1936 d'après la base Mérimée - 1956 selon la monographie de Lucien Goillon
  11. Du fait des nombreux troupeaux de moutons, une importante activité de tissage de laine a précédé celle de la soie
  12. Il fut également le chef politique d'un réseau de résistance local pendant la 2e guerre mondiale (Henri Cordesse, Histoire de la résistance en Lozère 1940 - 1944).
  13. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées cc.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lucien Goillon, Si Saint Étienne en Cévenne m'était conté, 4e de couverture
  2. Site du P.N.C.
  3. « quid.fr » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  4. Site du Conseil général
  5. a et b (fr) Site INSEE
  6. Prim.net Portail de la prévention des risques majeurs
  7. Station Météo de la cité scolaire André CHAMSON du Vigan
  8. a, b et c (fr) Site du réseau Natura 2000
  9. Fiche de la rivière Gard sur le site du SANDRE
  10. Station hydrologique
  11. Site du Syndicat Mixte d'Aménagement et de Gestion Équilibrée des Gardons consulté le 2 avril 2009
  12. a, b, c, d et e Pierre Laurence, Du paysage et des temps la mémoire orale en Cévennes Vallée Française et Pays de Calberte, PNC, (ISBN 978-2-913757-06-6)
  13. a, b, c, d, e et f D'après Lucien Goillon dans sa monographie
  14. a, b et c Félix Buffière, Ce tant rude Gévaudan [détail des éditions], tome I, pp. 553-554
  15. Félix Buffière, Ce tant rude Gévaudan [détail des éditions], tome I, pp. 392-393
  16. Documents historiques sur la province de Gévaudan, Gustave de Burdin, p.38
  17. camisards.net
  18. a et b relevé du monument aux morts
  19. Un aspect de la résistance méridionale : maquis et guérilla en R3 (1943-1944) Patricia Boyer
  20. Témoignage du curé de St-Etienne repris sur la plaque commémorative, Place de la Résistance
  21. Site du sénat
  22. Contre-infos cévennes
  23. Historique de l'Écosite
  24. Le Bien Public du 18 août 2003
  25. Historique de Saint-Étienne-Vallée-Française
  26. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. a et b Site france-cévennes
  28. a et b Article de l'ethnologue P. Laurence
  29. a, b, c et d Chiffres clef des communes INSEE 2007
  30. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  31. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  33. Union Régionale des organismes d'Habitat Social Languedoc-Roussillon
  34. a, b et c Site d'un conseiller municipal
  35. (fr) Fiche zonage de l'insee
  36. a, b et c Statistiques locales INSEE
  37. Site du village de vacances du Martinet
  38. bulletin de janvier 2005 de la Fédération Nationale de Sauvegarde des Sites et Ensembles Monumentaux
  39. D'après FranceGenWeb.org
  40. Résultat des élections municipales de 2008 à Saint Étienne Vallée Française sur le site du Ministère de l'Intérieur
  41. site du Pays Gorges Causses Cévennes
  42. Cf. Les Droites en France de René Rémond (1954)
  43. Archives du monde 20 juin 1989
  44. Résultats départementaux de l'élection présidentielle de 2007, site du ministère de l'Intérieur
  45. Résultats régionaux de l'élection présidentielle de 2007, site du ministère de l'Intérieur
  46. Résultats nationaux de l'élection présidentielle de 2007, site du ministère de l'Intérieur
  47. a et b Résultat des élections présidentielles de 2007 à Saint-Étienne-Vallée-Française, site du ministère de l'Intérieur
  48. Résultats des élections présidentielles de 2002, site du ministère de l'Intérieur
  49. Résultats des élections législatives de 2007, site du ministère de l'Intérieur
  50. Résultats des élections législatives de 2002, site du ministère de l'Intérieur
  51. Résultats des élections régionales de 2010, site du ministère de l'Intérieur
  52. Taxe.com
  53. Les comptes des communes sur le site dédié du ministère des Finances
  54. a, b, c et d les comptes des communes sur le dédié du Ministère des Finances
  55. Liste des déchèteries pour professionnels, Lozère
  56. Site internet de l'écosite de la Borie
  57. Midi-Libre du 9 septembre 2009
  58. des Parents à Saint Etienne Vallée Française
  59. Midi-Libre du 5 septembre 2010
  60. Site du collège
  61. Midi-libre du 09 février 2012
  62. Midi-Libre du 15/07/11
  63. [PDF] Compte-rendu du conseil municipal de Moissac du 13 novembre 2008
  64. Déclarations à la sous-préfecture de Florac
  65. « Diocèses de France »
  66. Site du diocèse/
  67. Église réformée de France site régional Cévennes Languedoc Roussillon
  68. N. Bastide, Gévaudan, 1974, pp. 85-98
  69. a et b (fr) Index des temples protestants de France
  70. a et b Félix Buffière, Ce tant rude Gévaudan [détail des éditions], tome II, p. 1476
  71. Artcilab.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]