Canaules-et-Argentières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Canaules-et-Argentières
Canaules-et-Argentières
La mairie
Blason de Canaules-et-Argentières
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Le Vigan
Canton Quissac
Intercommunalité Communauté de communes du Piémont Cévenol
Maire
Mandat
Robert Cahu
2014-2020
Code postal 30350
Code commune 30065
Démographie
Population
municipale
425 hab. (2016 en augmentation de 13,33 % par rapport à 2011)
Densité 42 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 58′ 54″ nord, 4° 03′ 11″ est
Altitude Min. 88 m
Max. 168 m
Superficie 10,06 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Canaules-et-Argentières

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Canaules-et-Argentières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Canaules-et-Argentières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Canaules-et-Argentières

Canaules-et-Argentières est une commune française située dans le département du Gard en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Canaules[modifier | modifier le code]

Occitan Canaulo, du bas latin Canaulæ, Canolæ[1].

L' Argentières[modifier | modifier le code]

Occitan Argentiero, Argentièro, du roman argentiera, argentieira, argenteyra, du bas latin argentiera, du latin argentaria[2].

  • Substantif fémin : Mine d'argent
  • Nom de lieu : L'Argentière (Hautes-Alpes, Ardèche)

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Canaules[modifier | modifier le code]

P. de Canaolis en 1178, Canavellae en 1310, Canoloe en 1384, locus de Canaulis, parrochiae Sancti-Nazarii de Gardüs en 1437, locus de Canaulis, nemausensis diocesis en 1463, Canaules en 1547.

Canaules faisait partie de la viguerie de Sommière et du diocèze de Nîmes, archiprêtré de Quissac[Quand ?]. Le dénombrement de 1384 ne lui attribue que 2 feux. Le prieuré de Canaules, annexé de bonne heure à celui de Tornac et valait à lui seul 3.500 livres. Le roi en était le collateur. L'abbé de Sauve était le seigneur de Canaules.

L' Argentières[modifier | modifier le code]

Argenteriae en 1384, L'Argentière en 1538.

On y comptait en 1384, 6 feux et le même nombre en 1734.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Canaules[modifier | modifier le code]

L' Argentières[modifier | modifier le code]

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Canaules[modifier | modifier le code]

L' Argentières[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Un décret du 15 juin 1812 réunit Canaules à l'Argentières pour en faire la commune de Canaules-et-Argentières.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
ca 1920 1965 Charles Plantier PCF Directeur des Régies municipales d'Alès
Conseiller général du Canton d'Alès-Ouest
1965 2001 Achille Ratier PCF  
2001 2014 Annette Guibal SE  
2014 En cours Robert Cahu DVG[3] Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2016, la commune comptait 425 habitants[Note 1], en augmentation de 13,33 % par rapport à 2011 (Gard : +3,29 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
320351405343378361375377400
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
406450415429437388399407416
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
440441473469432433423379413
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
402395352345353342402375425
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Casimir Plantier dit Plantier-Noguier, maire, conseiller général et conseiller d'arrondissement.
  • Pierre A. Clément, résistant, écrivain et historien.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Canaules-et-Argentières Blason Parti : au 1er d'or plain, au 2e de gueules à l'épi de blé tigé et feuillé d'or ; au pal ondé réduit d'azur brochant sur la partition ; à la grappe de raisin de pourpre, tigée et feuillée au naturel chargeant l'or et brochant en partie sur le pal[8].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire topographique du Gard.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (oc + fr) Frédéric Mistral et Jules Ronjat, Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire provençal-français, Raphèle-lès-Arles, M. Petit, , 2 vol. ; 25 cm (ISBN 84-499-0563-X, notice BnF no FRBNF37258238), p. 441, t.1
  2. (oc + fr) Frédéric Mistral et Jules Ronjat, Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire provençal-français, Raphèle-lès-Arles, M. Petit, , 2 vol. ; 25 cm (ISBN 84-499-0563-X, notice BnF no FRBNF37258238), p. 129, t.1
  3. https://www.lemonde.fr/languedoc-roussillon-midi-pyrenees/gard,30/canaules-et-argentieres,30065/
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. « Blason de la commune », sur armorialdefrance.fr (consulté le 24 février 2015)