Caveirac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caveirac
Le château vu du jardin d'hiver.
Le château vu du jardin d'hiver.
Blason de Caveirac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Saint-Gilles
Intercommunalité Communauté d'agglomération Nîmes Métropole
Maire
Mandat
Gérard Trauchessec
2014-2020
Code postal 30820
Code commune 30075
Démographie
Gentilé Caveiracois
Population
municipale
3 923 hab. (2014)
Densité 258 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 49′ 34″ nord, 4° 15′ 46″ est
Altitude Min. 57 m
Max. 208 m
Superficie 15,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Caveirac

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Caveirac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Caveirac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Caveirac
Liens
Site web [www.mairie-caveirac.fr mairie-caveirac.fr]

Caveirac est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Caveirac est un village de la vallée de la Vaunage, situé à 10 km du centre de Nîmes dans le Gard.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Caveirac
Clarensac Nîmes Nîmes
Clarensac Caveirac Nîmes
Langlade Milhaud Milhaud

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

Caveirac se trouve dans la plaine de la Vaunage. Son surnom est Porte de la Vaunage, car Caveirac est le premier des neuf villages de Vaunage lorsque l'on entre dans la plaine.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Axes ferroviaires[modifier | modifier le code]

L'ancienne voie de chemin de fer contourne Caveirac et a été transformée en piste cyclable qui parcourt la plaine : la voie verte de la Vaunage

Axes routiers[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Caveirac est l'une des 79 communes membres du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) du Sud du Gard (voir lien) et fait également partie des 41 communes du pays Garrigues et Costières de Nîmes.

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Issu du gallo-roman : nom de personne Cavarius, suivi du suffixe -acum[1].

Occitan Caveira, du roman Cavairac, du bas latin Caveiracum, Cavairacum, Cavariacum[2].

Ses habitants s'appellent les Caveiracois et les Caveiracoises. Traditionnellement, ils étaient surnommés les Bécagruns.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Malgré l'absence de vestiges mis au jour, il est fort probable qu'à l'origine une villa rustica avec son domaine agricole ait été bâtie par un nommé Cavarius. Ces terres dépendaient de la colonie de Nîmes.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 879, on trouve le nom de Cavariago. En 893, on trouve la forme Cavariaco[3]. Vers 1100, le nom de Caveirac apparaît. À cette époque, Caveirac dépend des comtes de Toulouse, eux-mêmes vassaux du roi. Au XIVe siècle, Caveirac passe sous la domination de la lignée des Nogaret possédant la seigneurie de Calvisson.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1648, un ancien château féodal, propriété de la famille Montolieu, est acheté par Jacques Boisson, riche drapier de Nîmes. Il entreprend la première partie de la construction. Il s'offre les services d'un architecte exceptionnel, Jean Tallard[Note 1]. Boisson se ruine. En 1697, le château est vendu à Pierre Sartre, secrétaire de Louis XIV et receveur général des gabelles en Languedoc. Ce dernier prend pour constructeur un des meilleurs de Nîmes, en la personne de Jacques Cubizol. Il travaille sous les ordres d'un architecte parisien, Augustin-Charles D'Aviler. Celui-ci est dessinateur à Versailles, ce qui aurait pu l'inspirer pour construire une imitation du château royal à Caveirac. Sartre fait lui aussi faillite et en 1713, il vend ses biens à Raymond de Novy qui est receveur des tailles de la ville de Nîmes. Sa lignée gardera le château jusqu'après la Révolution.

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

En 1826, le château et ses terres sont démantelés, l'ancien parc est loti à partir des années 1960.

En juin 1982, François Mitterrand vient visiter la commune pour inaugurer le foyer Georges Dayan. Il est à ce jour, le seul président en exercice à avoir accompli un déplacement Officiel à Caveirac.

En octobre 1988, la commune est touchée comme Nîmes par des inondations historiques (350 à 400 mm en 7 heures) qui ravagent une partie du village.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1870 1871 Prosper Nouvel  ?  
1971 1977 Georges Dayan PS Ancien député du Gard
1977 2001 Francis Servière DVG  
2001 2014 Bernard Bergogne DVG  
2014 en cours Gérard Trauchessec SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Conseil Municipal[modifier | modifier le code]

Conseil municipal des jeunes[modifier | modifier le code]

Sous l'impulsion de la ville et des écoles, le premier Conseil municipal des Jeunes a été élu en 2009 à l'issue d'élections qui se sont déroulées dans les écoles. 12 jeunes conseillers municipaux sont élus pour un mandat de 2 ans. Le CMJ se réunit régulièrement et développe de nombreux projets en faveur des jeunes, de la culture, de la citoyenneté et de l'environnement.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté d'agglomération Nîmes Métropole (CANIM), dont le siège se trouve à Nîmes.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 3 923 habitants, en augmentation de 3,13 % par rapport à 2009 (Gard : 4,64 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
720 690 780 803 840 851 850 856 842
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
887 883 931 937 855 878 761 821 736
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
750 781 744 665 650 700 736 652 680
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
644 704 1 096 1 877 2 679 3 099 3 430 3 804 3 923
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Chaque année, la Ville de Caveirac propose de nombreux événements organisés avec le concours de ses partenaires et du Comité Consultatif Culture et Patrimoine. Ces partenariats sont officialisés par des conventions annuelles ou triennales. La volonté de fédérer les énergies, de s'inspirer du territoire et d'inscrire les actions dans le temps permet de proposer un programme annuel étoffé.

La Saison culturelle démarre en janvier avec l'Heure Musicale L'Amourié et s'achève en décembre avec l'embrasement du Château de Caveirac. Elle repose sur quatre axes principaux :

  • Arts Plastiques ;
  • Spectacle Vivant ;
  • Histoire et traditions ;
  • Musique.

La politique culturelle de la Ville de Caveirac se décline en plusieurs objectifs :

  • Valoriser les sites historiques et patrimoniaux (animation culturelle des sites) ;
  • Développer la recherche historique (Caveirac et la Vaunage) ;
  • Favoriser la création artistique (soutien aux artistes compositeurs, aux étudiants en arts) ;
  • Développer tous les modes expressions artistiques (musique, spectacle vivant, arts plastiques) ;
  • Soutenir la culture occitane (contes et légendes du Languedoc, littérature occitane).
Liste des principaux événements
Mois Événement
Janvier Heure Musicale L'Amourié
Mars Fêt'Art / Talents Caveiracois / Les Boissonnades
Mai Le Taureau, El Toro dans tous ses états (biennal)
Juin Fête de la Musique
Juillet Festival Palabrages / Festival des Nuits de Novy 1re partie
Août Festival des Nuits de Novy 2e partie
Septembre Journées Européennes du Patrimoine / Marché des Saveurs et de l'Artisanat du Château de Caveirac
Octobre Festival de Théâtre Associatif Gardois
Novembre Spectacles au Château pour les P'tits
Décembre En Attendant Noël / Traditionnel Embrasement du Château de Caveirac

Dans le cadre de l'intercommunalité, la Ville de Caveirac accueille des événements tels que le Festival « Jazz à l'Agglo » et le Festival du Cirque « La Basse Cour ». Nîmes Métropole soutient la mise en place des évènements culturels au travers du catalogue des Scènes d'Agglo.

De nombreux spectacles et animations culturelles sont également organisés directement par les associations de la commune.

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Artisanat et industrie[modifier | modifier le code]

Activités de service[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Vestiges de l'Antiquité[modifier | modifier le code]

Borne milliaire[modifier | modifier le code]

(Classement MH 20 décembre 1911).

Datant de l'an 3 avant Jésus Christ sous le règne de l'empereur Auguste, elle est apportée de la Via Domitia à Caveirac à l'époque Moderne. La borne milliaire sert alors de fontaine et de borne d'affichage. Ce n'est qu'au début du XXe siècle qu'elle est installée sur la place du Château de Caveirac et préservée en tant que monument historique.

Autel Taurobolique IIIe siècle[modifier | modifier le code]

(Classement MH 30 septembre 1911).

Cet autel commémore le sacrifice d'un taureau accompli dans la cadre du culte du dieu oriental Mythra. Il est offert par un collège de prêtre de la colonie de Nîmes en l'honneur de l'empereur Philippe l'Arabe et de sa famille. En 2011, l'autel a fait l'objet d'un projet de restauration. Entreposé dans la cour du château, il a été déplacé dans l'escalier d'honneur et installé sur un podium cubique. Les traces de pollution et de goudron ont été retirées. Une plaque de signalétique bilingue, comprenant l'historique et la retranscription de l'inscription, a été posée à côté.

Château de Caveirac[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château de Caveirac.

Le château de Caveirac a été construit pendant la seconde moitié du XVIIe siècle, il est inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques et en partie classé au titre des monuments historiques depuis 1998[8].

Les particularités de ce petit Versailles sont 4 tours, 5 à l'origine dont deux seules subsistent au début du XXIe siècle avec leurs toitures à pavillon pointues à la française recouvertes de tuiles vernissées très colorées à la mode bourguignonne vers 1650, 118 pièces et 365 fenêtres, chaque ouverture comprend 6 petites fenêtres, ce qui fait apparaître un nombre si important. Il y avait un parc de près de 40 hectares, un jardin d'hiver protégé par un grand mur et une orangerie avec son jardin de prestige. L'eau arrive d'une source située à plus d'un kilomètre au nord du village. La source de la Font d'Arques alimentait le château en empruntant un aqueduc serpentant le long des collines et qui se déversait dans un grand bassin.

  • Fontaine dite « du jet d'eau » ou « griffe » (1867)

Elle est située à l'entrée de la place du Château.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Site Font d'Arques - Saint Roch[modifier | modifier le code]

En cours Inscription MH.

Le site est composé de deux ensembles appelés « La Font d'Arques » et la « Colline Saint Roch ». À la Font d'Arques, se situe le point départ du système d'alimentation en eau du domaine du château de Caveirac. Il comprend, un bâtiment abritant la source d'Arques, et l'aqueduc datant du XVIIe-XVIIIe siècle. Également un moulin entonnoir datant de la même période. Sur la colline Saint Roch, se trouve un groupe de cabanes en pierre sèche ou capitelles et des enclos avec des clapas.

Ce site fait l'objet d'une demande d'inscription formulée par la Ville de Caveirac et d'un projet de restauration en partenariat avec l'association Garrigue Pierre Sèche de Caveirac. Les travaux ont démarré depuis plusieurs années pour la partie située sur la colline Saint Roch.

Pôle patrimonial du château de Caveirac[modifier | modifier le code]

Créé en 2010, le Pôle patrimonial du Château de Caveirac est composé des archives historiques, d'un fonds iconographique, d'un fonds patrimonial et d'un fonds documentaire. Ce pôle est l'un des volets culturels du projet de restauration et de valorisation du château. Plusieurs projets sont initiés au travers de ce pôle, notamment la réalisation d'une bibliographie exhaustive de la Vaunage et d'un recensement/collecte de tous les supports iconographiques ayant trait à Caveirac. Il est géré par le Service Culture et Patrimoine de la Ville de Caveirac.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Église Saint Adrien[modifier | modifier le code]

(Inscription MH 12 octobre 1972 pour le portail)

Remaniée au XVIIe siècle à la suite des guerres de religion mais ayant conservé, à l'intérieur, toutes les caractéristiques de l'architecture romane, voûte en berceau. Le clocher abrite une cloche datée de 1687 par d'Agnac, maitre fondeur nîmois pour laquelle une demande de classement a été formulée. Il sera surmonté d'une élégante flèche de style gothique au XIXe siècle qui n'est pas sans rappeler celle de l'église de Bernis ( une piste à explorer ...) . Au XXe siècle, il est foudroyé à deux reprises. La façade principale a fait l'objet, entre 2011 et 2012, d'un chantier restauration sous l'égide de l'architecte des Bâtiments de France M. Bruguerolle. Les pierres des chaînes d'angles et des corniches fortement endommagées, les pierres de la façade, le portail monumental d'inspiration Renaissance qui se désolidarisait de la façade et les enduits de la porte ont été restaurés. À l'issue des travaux une plaque de signalétique historique bilingue a été posée. L'église fait actuellement l'objet d'une demande d'inscription à l'inventaire des Monuments Historiques formulée par la Ville de Caveirac. À l'intérieur, remarquer une belle Vierge en pierre semblant remonter au XVIIe siècle.

Temple[modifier | modifier le code]

Clocher du temple.

(Inscription MH - bien mobilier - 27 juin 2012).

La chaire, en marbre vert, provient en fait du château. Édifié en 1867 et formant une vaste et haute nef, il est surmonté d'un beau campanile en fer forgé, servant de beffroi communal ; édifié en 1927 par l'architecte Henri Floutier en remplacement de l'ancien clocher-pignon fragilisé. Il abrite une magnifique cloche de 1853 particulièrement riche en décorations.

Chapelle méthodiste[modifier | modifier le code]

Aménagée au sein d'une ancienne maison non loin du temple elle est le témoin de la forte présence de cette communauté tout au long du XIXe siècle.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Médiathèque[modifier | modifier le code]

Inaugurée le samedi 6 octobre 2012, la médiathèque de Caveirac a été réalisée dans l'ancienne école communale datant du XIXe siècle. Ce nouvel outil culturel à vocation intercommunale propose de nombreux ouvrages, DVD, CD. Elle comprend également une ludothèque éco-responsable. Elle propose aussi un calendrier d'activités étoffé (ateliers pour enfants, contes, fête de la science etc.)

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Caveirac est le point de départ de la voie verte de la Vaunage.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Caveirac Blason De gueules au château de quatre tours couvertes d'argent, vu en plan, accompagné en pointe d'une jumelle ondée du même.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Devise[modifier | modifier le code]

Adoptée à la suite des inondations de 1988, la devise de Caveirac, « In Adversis Concordes », signifie « Unis dans l'adversité ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean Tallard restaura la cathédrale de Nîmes en 1639
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6)
  2. (oc+fr) Frédéric Mistral et Jules Ronjat, Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire provençal-français, Raphèle-lès-Arles, M. Petit, , 2 vol. ; 25 cm (ISBN 84-499-0563-X, notice BnF no FRBNF37258238), p. 509, t.1
  3. Cartulaire de Notre-Dame de Nîmes, chapitre 124, In terminium de Villa Cavariaco dans le territoire du domaine Cavariaco
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. Notice no PA00103039, base Mérimée, ministère français de la Culture