Avèze (Gard)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Avèze.
Avèze
Le Coudoulous à Avèzevieux pont et bief-barrage.
Le Coudoulous à Avèze
vieux pont et bief-barrage.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Le Vigan
Canton Le Vigan
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Viganais
Maire
Mandat
Hubert Barbado
2014-2020
Code postal 30120
Code commune 30026
Démographie
Population
municipale
1 081 hab. (2012)
Densité 261 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 58′ 20″ N 3° 36′ 03″ E / 43.9722, 3.600843° 58′ 20″ Nord 3° 36′ 03″ Est / 43.9722, 3.6008
Altitude Min. 220 m – Max. 502 m
Superficie 4,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Avèze

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Avèze

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Avèze

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Avèze

Avèze est une commune française située dans le département du Gard, en région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Avèze se situe entre le causse de Blandas et le massif granitique de l'Aigoual. À 2 km du Vigan.

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

La commune se trouve au confluent de la Glèpe, du Coudoulous et de l'Arre.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom d'Avèze viendrait, du gaulois Aveda, d'une racine en rapport avec l'eau[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

À partir de 1915, Les thermes de Cauvalat à Avèze sont transformés en hôpital militaire belge. Des soldats belges victimes d'asphyxie à l'ypérite ou atteints de tuberculose y vinrent en convalescence[2]. 33 soldats belges sont inhumés dans le carré militaire belge du cimetière communal d'Avèze.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Bernard Poujol DVG  
mars 2008 en cours Jacques Panafieu    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 081 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
742 725 874 964 1 322 1 493 1 485 1 560 1 460
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 261 1 296 1 193 1 208 1 305 1 222 1 153 1 138 1 149
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 088 1 039 1 128 950 961 1 029 922 827 791
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
804 884 879 983 965 1 013 1 083 1 070 1 081
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Dénomination Avèze France
Revenu moyen/ménage 18 902 euros/an 20 363 euros/an

Emploi[modifier | modifier le code]

Dénomination Avèze France
Taux de chômage 11,9 % 9 %

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

Dénomination Avèze France
Agriculteurs 0,9 % 2,4 %
Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 10,5 % 6,4 %
Cadres, professions intellectuelles sup. 7 % 12,1 %
Professions intermédiaires 18,4 % 22,1 %
Employés 33,3 % 29,9 %
Ouvriers 29,8 % 27,1 %
Retraités 22,5 % 18,2 %

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Château de Montcalm.
  • Château Teissier dit Lou Castelet.
  • Vieux pont du XVIIIe siècle.
  • Ancien établissement thermal de Cauvalat.
  • Usine de bonneterie Carabasse : Usine de bonneterie créée en 1925 par Fernand Carabasse[5].
  • Centrale hydroélectrique de la Vallée de l'Arre : Mini centrale réalisée en 1926 pour alimenter en particulier l'usine de bonneterie Carabasse[6].
  • Filature de soie Pelon : Filature de soie établie en 1822 par Jean Pelon[7].
  • Filature de soie Bastide du XIXe siècle[8].
  • Filature de soie et usine de préparation de produit minéral (fabrique de pierres lithographiques) Astruc : Filature de soie de Sylvestre Astruc, fin du XIXe siècle, debut XXe siècle [9].
  • Moulin, usine de préparation de produit minéral, usine de produits chimiques, usine de papiers peints (usine de fabrication de pierre lithographique) de Montcalm, puis Kammerer du XIXe siècle[10].

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Parcs et jardins[modifier | modifier le code]

  • Jardin des ouvriers morts à la mine (1904).

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • La famille de Vabres-Beaufort.
  • La famille de Mazade d'Avèze.
  • La famille de Montcalm[Note 3].
  • Laurent Cabanis : Poète occitan qui hébergea l'abbé Guillaume-Thomas Raynal, auteur de l'Histoire des Deux Indes lorsqu'il était recherché pour ses écrits[11].
  • La famille Cazalet.
  • La famille Teissier.
  • Robert de Joly (1887-1968). Pionnier de la spéléologie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Avèze, Dépliant patrimoine, Office de Tourisme des Cévennes Méridionales, 2011.
  • Collectif, Entre Aigoual et Causses : regard de deux photographes, 1890-1910, Jean Teissier et Jacques de Joly, Le Vigan, Musée Cévenol (Catalogue d'exposition),‎
  • Madeleine Souche, L'établissement de Cauvalat : Avèze, Gard : des thermes au sanatorium militaire belge au XIXe et au XXe siècle, Nîmes, Lacour-Ollé, coll. « Rediviva »,‎ , ill., couv. ill. ; 21 cm, 70 p. (ISBN 978-2-7504-2637-8, ISSN 0989-4616, notice BnF no FRBNF42353644)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  3. Demeuré sans héritier, le marquis André-Dieudonné-Victor de Montcalm-Gozon a adopté en 1888 Charles de Barbeyrac de Saint-Maurice qui hérite par la suite du château d'Avèze.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Julius Pokorny, Indogermanisches etymologisches Wörterbuch, Bern ; München, Francke Verlag,‎ 1959-1969, 2 tomes en 3 vol. (692, p. 693-1183, 495 p.) ; 25 cm (notice BnF no FRBNF35359142), p. 78, t. 1, vol. 1
  2. « L’Hôpital militaire belge de Cauvalat », sur www.1914-1918.be (consulté le 5 mai 2015)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012.
  5. « Notice no IA00128212 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. « Notice no IA00128215 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Notice no IA00128214 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « Notice no IA00128211 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Notice no IA00128210 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Notice no IA00128213 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. M. Aragon : Laurent Cabanis, notice. Montpellier, Boehm, 1873.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :