Avèze (Gard)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Avèze.
Avèze
Le Coudoulous à Avèzevieux pont et bief-barrage.
Le Coudoulous à Avèze
vieux pont et bief-barrage.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Le Vigan
Canton Le Vigan
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Viganais
Maire
Mandat
Hubert Barbado
2014-2020
Code postal 30120
Code commune 30026
Démographie
Population
municipale
1 091 hab. (2014)
Densité 264 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 58′ 20″ nord, 3° 36′ 03″ est
Altitude Min. 220 m – Max. 502 m
Superficie 4,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Avèze

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Avèze

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Avèze

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Avèze

Avèze est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Avèze se situe entre le causse de Blandas et le massif granitique de l'Aigoual. À 2 km du Vigan.

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

La commune se trouve au confluent de la Glèpe, du Coudoulous et de l'Arre.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 1156, il est fait mention de Aveda. En 1384, on parle de Beata-Maria de Avesia.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Ancienne possession des bénédictins d'Aniane dès le VIIIe siècle, le village était une étape sur la route du causse. En 1258, le roi de France y fonde un prieuré.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1561, Claude de Vabres, seigneur d'Avèze introduit la Réforme à Avèze. En 1620, les villageois soutiennent massivement les troupes du duc de Rohan lors de sa révolte.

De 1630 à 1633, le village se retranche pour faire face à la peste qui sévit dans le Midi.

En 1703, une troupe de camisards tente d'incendier l'église mais ils sont repoussés par les habitants.

Le bourg prospère au XVIIIe siècle où de nombreuses demeures bourgeoises aux façades sobres et aux intérieurs raffinés sont bâties.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le village est très prospère du fait de l'industrie textile, de l'agriculture. On y trouve également une carrière de pierres lithographiques.

Dans le hameau du Verdier est exploité la source homonyme dont l'eau est commercialisée.

Le 1er juin 1843 sont inaugurés les thermes de Cauvalat qui attirent de nombreux curistes de la région pour la qualité de ses eaux sulfureuses. Cependant, les thermes ferment en 1900. À partir de 1915, ils sont transformés en hôpital militaire belge. Des soldats belges victimes d'asphyxie à l'ypérite ou atteints de tuberculose y vinrent en convalescence[1]. 33 soldats belges sont inhumés dans le carré militaire belge du cimetière communal d'Avèze. Certains se sont installés dans le village et les alentours.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Bernard Poujol DVG  
mars 2008 mars 2014 Jacques Panafieu    
mars 2014 en cours Hubert Barbado DVG Cadre
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 091 habitants, en augmentation de 1,68 % par rapport à 2009 (Gard : 4,64 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
742 725 874 964 1 322 1 493 1 485 1 560 1 460
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 261 1 296 1 193 1 208 1 305 1 222 1 153 1 138 1 149
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 088 1 039 1 128 950 961 1 029 922 827 791
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
804 884 879 983 965 1 013 1 083 1 070 1 091
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

École maternelle et élémentaire communale.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune d'Avèze possède un stade polyvalent.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Dénomination Avèze France
Revenu moyen/ménage 18 902 euros/an 20 363 euros/an

Emploi[modifier | modifier le code]

Dénomination Avèze France
Taux de chômage 11,9 % 9 %

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

Dénomination Avèze France
Agriculteurs 0,9 % 2,4 %
Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 10,5 % 6,4 %
Cadres, professions intellectuelles sup. 7 % 12,1 %
Professions intermédiaires 18,4 % 22,1 %
Employés 33,3 % 29,9 %
Ouvriers 29,8 % 27,1 %
Retraités 22,5 % 18,2 %

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Poètes[modifier | modifier le code]

Pour les amoureux de la langue d'oc Aveze est avant tout la patrie du poète cévenol Laurent Cabanis, du XVIIIème siècle.

Ce poète était excellent et très prolifique, ce qui explique que son oeuvre n'est pas été rééditée en totalité d'autant plus qu'elle est écrite dans une orthographe très localiste qui complique la lecture pour certains.

Son poème le plus célèbre est "Lo Tempèsto", véritablement impressionnant !

En voici un gros extrait :

Obès-ti jomai bist per-dessus bostro tèsto

S’espondi lou montèl de lo negro tempèsto ?

Los nius embé los nius, l’uno l’autro detras,

Sèmbloun paisse din l’èr coumo un grand troupelas ;

L’escurisino nai jous lou soumbre ocotache,

Lou jour s’estobonis, lou cièl perd soun visache ;

Lou sòu deben escu : pu negro qu’un cremal,

Lo nuech renho pertout, en omount, en obal,

E lou grond montelas que so pato desplego

Ocato lo clortat jous soun vouelo de pego.

Ofrouso escurisino, alo de croupotas

Que courduro lou jour coumo dinc un petas.

Del found de so coverno, Eolo oubris lo trapo

Ò los boulzes des vents, e d’oquelo soupapo

S’escapo embé furìo e coumo s’èro bau

Lou terrible ventas que s’apèlo mistrau. 

Soun soufle estripo e tuo los nius omouncelados.

Coumo om bei sus lo mar los terriblos oundados

Qu’àu tantò lur escumo ò lo cimo de l’èr

E tantò bàu leca lous pèses de l’onfèr,

Om diriè lou troupèl d’innoumbrablos cabalos

Que si càbroun din l’èr en ausiguent los balos !

Lou tounerro ò soun tour aribo ol grand galop

En trainent oprès el so borrasso de fioc,

Barro de Lucifèr, ordent e biel bitume

Qu’ò grands cops de mortèl e dessus soun enclume

Lou diu de lo tempesto, envirounat d’eclèrs,

Embrando e fo rougi din lou found des onfèrs.

Alors porès en aut lo fourmidablo foudro,

Rivalo de lo flamo, oluqueto de poudro ;

Lo foudro, oquel frocas, lo foudro, oquel subroun,

Grando caisso del cièl, soun terrible broun-broun

Que bo dedin los nius posseja so borrasso,

Coumo uno ser[p] de fioc que couris din l’espaço ;

Zigo-zago que semblo ò dous brasses coupacs

Que bàu trauca lou cièl de toutes lous coustacs...

Om creiriè beire en l’èr uno Parco jalouso,

Presto ò coupa lou fiu que penjo ò so filouso.

E chacun, ò l’ospet del terrible frocas,

Jogo de l’escorpin per si metre ol soulas !

L’un couris descaussat embé so bato duro,

L’autre crido Arre ! Arre ! ò l’ase so mounturo ;

Lou labourur, del jou destaco sous dous biòus,

Estremo sous chobals, sos bacos e sous miòus ;

Lou pastre soun troupèl, l’onhèl embé lo fedo,

Lou bonèl, lo bonèlo e lou bestit de sedo.

Lo clouco escocolasso, oclato sous monics,

Lo mestresso del bouc bielo oprès lous cobrics

E moussu lou curat rebausso so soutano

Per fa brounzi din l’èr lou glas de so compano ;

E chacun, per gonha soun mas ou soun oustau,

Couris coumo un troupèl que couris ò lo sau.

Mè, ol mème moument, lo terriblo mesclado

De los nius e des vents, de lo barro inflamado,

Fo croca lo tempesto, e de soun grand bentras

Debalo sus lo terro un ourrible plejas !

Lou sère o lous ounous de l’ofrouso tempèsto,

Los cancos, lous ferracs debàloun sus so tèsto,

E del serre ò los nius, e de los nius obal,

Lou Diu de lo tempèsto o dressat soun cremal. 

Lo troumbo geto ol luen so bavo e soun escumo,

S’omouncèlo, grondis, sus elo reboulumo ;

E pièi, coumo uno ser[p] coupado en dous moucèls,

Copo en dous so muralho e buojo sous tinèls.

Tout cedo jous l’efort de l’ourriblo coscado...

Lo mountagno, sus-cop, n’es qu’uno embousenado,

Lo troumbo entraino tout, lou sopin, lou blocas,

Lou roube ount o nisat milo ans lou croupatas,

E lous soucs eternèls de los bielhos tolhados,

Los matos que lou vent fo beire escortolhados,

Lou costonhié grefat, lou costonhié bouscò,

E lou qu’es daufinen, e lou qu’es porodò ;

Lo figuièiro que ben de lo terro afriquenco,

E l’aubre de la pès, l’inmourtèl oulibié,

E l’aubre des coumbacs, lou superbe laurié.

L’aigo, qu’o relontit uno espesso sauclièiro,

Escalo sus lous grels... e d’oquelo poissièiro

S’elanço furiouso... espouventablo... e pièi,

Baujo, din so furou, coumo un demoun ebrièi,

Los norinos en fioc, porelho ò lo bocanto

Que met en milo flocs lo liro que l’encanto,

Coumo un roc destocat l’aigo sauto e boundis,

Trempasso lous volouns, trempasso lous comis,

Trempasso lous balacs, trempasso los muralhos

E pièi, coumo uno truejo, enfounso sos nosalhos

Din lous comps desoulacs, bousigo lous nobecs,

Bousigo lous leguns, bousigo lous caulecs,

Bousigo lous boncals, bousigo lo mojouflo,

Bousigo lous melouns, jous elo tout s’escouflo !

Quand l’aigo embé so bavo o tustat jusco en bas,

Alor, coumo uno mar, porès lou grand plejas,

Montelas de Neptuno, umidasso soutano

Que fo, jous soun nibèl, disporètre lo plano.

Reünics, counfounducs dinc un soul reboulun,

Lous tourrents, lous goutaus, tout ocò ni fo qu’un ;

Pièi l’aigo, pau ò pau, bei boissa soun esquino

E lo mar, ò lo fi, l’engloutis din so tino !

Lou deluge portit, lou sòu, lou lendeman,

Semblo qu’es estripat per l’ounglo de Sotan ;

On diriè, sus toun sé, bèlo plano, pecaire,

Que lou Diu de l’onfèr o possat soun oraire !

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Château de Montcalm dont les fondations datent du XIIIe siècle. Il est acheté par la Société Marseillaise de Crédit avant la Seconde Guerre mondiale. Inscrit à l'inventaire des Monuments historiques depuis 1942.
  • Château Teissier dit Lou Castelet. Edifié en 1891 par Edmond de Joly. Dans les années 1960, il est acheté par la Société Marseillaise de Crédit puis transformé en 1985 en Centre d'Aide par le Travail pour des adultes handicapés.
  • Château et domaine de la Fabrègue. Propriété de la famille de la Fabrègue au XIXe siècle, il appartient ensuite à la famille Laporte. Au XVIIIe siècle, ses abords abritaient des assemblées clandestines protestantes. Il appartient aujourd'hui à la famille de Saporta.
  • Château et domaine de la Bouysse. Appartenant à la famille de Cazalet.
  • Vieux pont sur l'Arre bâti en 1715. Inscrit à l'inventaire des Monuments historiques depuis 1942.
  • Ancien établissement thermal de Cauvalat, ayant servi d'hôpital militaire belge de 1915 à 1918. Il est à présent aménagé en appartements.
  • Cimetière belge où reposent les soldats décédés à Cauvalat.
  • Usine de bonneterie Carabasse : Usine de bonneterie créée en 1925 par Fernand Carabasse[6].
  • Centrale hydroélectrique de la Vallée de l'Arre : Mini centrale réalisée en 1926 pour alimenter en particulier l'usine de bonneterie Carabasse[7].
  • Filature de soie Pelon : Filature de soie établie en 1822 par Jean Pelon[8].
  • Filature de soie Bastide du XIXe siècle[9].
  • Filature de soie et usine de préparation de produit minéral (fabrique de pierres lithographiques) Astruc : Filature de soie de Sylvestre Astruc, fin du XIXe siècle, début XXe siècle[10].
  • Moulin, usine de préparation de produit minéral, usine de produits chimiques, usine de papiers peints (usine de fabrication de pierre lithographique) de Montcalm, puis Kammerer du XIXe siècle[11].

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-d'Avèze. Ruinée en 1561, reconstruite de 1687 à 1694. L'église endommagée par les affres des troupes camisardes, de la révolution, elle est entièrement reconstruite en 1861.
  • Temple de l’Église Protestante Unie de France. Édifié sous la Restauration, il est entouré d'un jardin.
  • Statue de la Vierge érigée suite à la guérison de la marquise de Montcalm née Pozzo di Borgo (1865-1917). Élevée dans le parc du château de Montcalm, elle est placée dans une grotte factice imitant la grotte de Lourdes.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Claude de Vabres-Beaufort (1535-1604). Seigneur d'Avèze, il introduit la Réforme dans son village. Il participe aux guerres de religion.
  • La famille de Mazade d'Avèze.
  • Louis-Hippolyte de Montcalm (1775-1857)
  • Laurent Cabanis : Poète occitan qui hébergea l'abbé Guillaume-Thomas Raynal, auteur de l'Histoire des Deux Indes lorsqu'il était recherché pour ses écrits[12].
  • Édouard de Cazalet (1913-2009). Banquier, président-directeur général de la Société Marseillaise de Crédit. Maire d'Avèze de 1958 à 1978, il réalise de nombreux travaux.
  • La famille Teissier.
  • Robert de Joly (1887-1968). Pionnier de la spéléologie.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Avèze, Dépliant patrimoine, Office de Tourisme des Cévennes Méridionales, 2011.
  • Collectif, Entre Aigoual et Causses : regard de deux photographes, 1890-1910, Jean Teissier et Jacques de Joly (Catalogue d'exposition), Le Vigan, Musée Cévenol,
  • Madeleine Souche, L'établissement de Cauvalat : Avèze, Gard : des thermes au sanatorium militaire belge au XIXe et au XXe siècle, Nîmes, Lacour-Ollé, coll. « Rediviva », , 70 p., ill., couv. ill. ; 21 cm (ISBN 978-2-7504-2637-8, ISSN 0989-4616, notice BnF no FRBNF42353644)
  • "Historique d'Avèze " par Jean Brun, ancien maire d'Avèze ( Edit. Lacour Nîmes.)
  • "Avèze : La chapellenie Ste Catherine 1481-1789 " par Robert Bastide - " Le lien des chercheurs cévenols : octobre -décembre 2015 - n° 183.
  • " Histoire d'une famille : Les Bastide à Avèze - 1639-1972" par Robert Bastide - Document déposé aux Archives départemental du Gard, aux archives communales d'Avèze.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :