Caissargues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caissargues
Image illustrative de l'article Caissargues
Blason de Caissargues
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Marguerittes
Intercommunalité Communauté d'agglomération Nîmes Métropole
Maire
Mandat
Christian Schoepfer
2014-2020
Code postal 30132
Code commune 30060
Démographie
Gentilé Caissarguais
Population
municipale
3 825 hab. (2012)
Densité 477 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 47′ 48″ N 4° 22′ 46″ E / 43.7966666667, 4.3794444444443° 47′ 48″ Nord 4° 22′ 46″ Est / 43.7966666667, 4.37944444444
Altitude Min. 22 m – Max. 93 m
Superficie 8,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Caissargues

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Caissargues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Caissargues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Caissargues
Liens
Site web mairie-caissargues.fr

Caissargues, Caxanicus[1] en 956, est une commune française située dans le département du Gard, en région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Les communes de Nîmes, Bouillargues, Garons et Saint-Gilles sont limitrophes de la commune de Caissargues, qui est située dans la plaine agricole de la Vistrenque.

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

Caissargues est traversé par une petite rivière d'apparence inoffensive mais qui gonfle subitement lors des pluies d'automne et provoque alors des inondations assez conséquentes : le Vistre.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Axes ferroviaires[modifier | modifier le code]

Axes routiers[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Caissargues fait partie du réseau TANGO (Transport de l'Agglomération Nîmoise) et est desservi par deux lignes :

  • la ligne 34 qui relie Nîmes, Caissargues, Saint-Gilles (et vice-versa) ;
  • la ligne 33 qui relie Caissargues au collège Les Fontaines à Bouillargues (et vice-versa).

Le 9 septembre 2012, la première ligne de Tram'bus a été inaugurée. C'est la ligne 1 qui relie la sortie A9/A54 et le centre-ville de Nîmes.

L'aéroport ne se situe pas très loin de Caissargues, à Garons et la gare TGV/TER se trouve à Nîmes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Caissargues est l'une des 79 communes membres du Schéma de Cohérence Territoriale SCOT du Sud du Gard (voir lien) et fait également partie des 41 communes du Pays Garrigues Costières.

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Occitan Caissargue du roman Caissargues, Caixanegues, du bas latin Caissanicus, Caxanicus, Cassanicæ, Caxanicæ[2].

Ses habitants s'appellent les Caissarguais et Caissarguaises.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Saint-Sauveur, prieuré bénédictin dépendant de Saint-Gilles[3].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La commune de Caissargues a été créée en 1904[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1904 1914 François Monnier    
1914 1925 Marius Pécheral    
1925 1939 Augustin Dayon    
1939 1945 Délégations spéciales Société civile Gestion des affaires courantes
1945 1965 Fernand Bedos    
1965 1971 Jean-Philippe Lamour    
1971 1983 Max Mercier    
1983 1995 Jean-Paul Cicorelli    
1995 2014 Jacques Bécamel DVD Vice-président de Nîmes Métropole
2014 en cours Christian Schoepfer DVD Vice-président de Nîmes Métropole depuis 2014
Retraité du ministère de la Défense[4]

Conseil Municipal[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté d'agglomération Nîmes Métropole (CANIM), dont le siège se trouve à Nîmes.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Caissargues est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 3 825 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1906. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
505 507 512 528 552 505 464 510 592
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2012
800 2 143 3 300 3 292 3 326 3 763 3 886 3 742 3 825
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Primaire[modifier | modifier le code]

Trois écoles primaires se trouvent à Caissargues dont une privée :

  • L'école publique Cambourin (qui regroupe maternelle et élémentaire) se trouve au nord du village ;
  • L'école privée Notre-Dame de Caissargues (qui regroupe maternelle et élémentaire) se trouve au centre du village, place de l'église ;
  • L'école publique du Clos (qui regroupe maternelle et élémentaire) se trouve au sud du village.

Secondaire[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs collèges aux alentours de Caissargues (aucun dans Caissargues). Les collèges se situent à Nîmes et à Bouillargues. Les plus fréquentés par les Caissarguais sont le collège public Les Fontaines à Bouillargues et le collège privé Emmanuel D'Alzon à Nîmes.

Tous les lycées se trouvent à Nîmes. Les plus fréquentés par les Caissarguais sont le lycée public Ernest-Hemingway (anciennement lycée Camargue) pour les baccalauréats généraux et technologiques, et le lycée public Dhuoda pour les baccalauréats professionnels.

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Tous les ans durant le week-end prolongé de la Pentecôte se déroule la féria avec différentes attractions comme des manèges, des abrivados et des concerts le soir.

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Artisanat et industrie[modifier | modifier le code]

Activités de service[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les arènes, situées au centre du village, sont un lieu typique de nombreux villages de la région.
  • Un pigeonnier se trouve sur la place du village.
  • Le bâtiment de la Poste (anciennement le clocher), l'église, l'ancienne mairie et le château sont les quatre plus anciens bâtiments de la commune.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : armorial des communes du Gard.
Blason de Caissargues

Les armes de Caissargues se blasonnent ainsi :

D'azur au chevron d'or accompagné de trois poules d'eau d'argent, celles du chef affrontées, au chef du même chargé de trois étoiles de gueules[7].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cartulaire de Notre-Dame de Nîmes, chapitre 20
  2. (oc+fr) Frédéric Mistral et Jules Ronjat, Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire provençal-français, Raphèle-lès-Arles, M. Petit,‎ , 2 vol. ; 25 cm (ISBN 84-499-0563-X, notice BnF no FRBNF37258238), p. 422, t.1
  3. Laurent-Henri Cottineau, Répertoire topo-bibliographique des abbayes et prieurés : Tome I, A-L, Mâcon, Protat frères,‎ , in-4°, 1696 p. (notice BnF no FRBNF31972730), p. 558
  4. « Blog de la liste Caissargues demain » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur caissargues-demain.over-blog.com, brisé le 24 février 2015
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.
  7. « Blason de la commune », sur www.labanquedublason2.com (consulté le 24 février 2015)