Sainte-Croix-Vallée-Française

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sainte-Croix-Vallée-Française
Sainte-Croix-Vallée-Française
La Vallée française vue de la Corniche des Cévennes.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lozère
Arrondissement Florac
Intercommunalité Communauté de communes des Cévennes au Mont Lozère
Maire
Mandat
Jean Hannart
2020-2026
Code postal 48110
Code commune 48144
Démographie
Gentilé Saint-Crussais
Population
municipale
272 hab. (2018 en diminution de 18,07 % par rapport à 2013)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 10′ 51″ nord, 3° 44′ 35″ est
Altitude Min. 320 m
Max. 924 m
Superficie 18,57 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Collet-de-Dèze
Législatives Circonscription de la Lozère
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Sainte-Croix-Vallée-Française
Géolocalisation sur la carte : Lozère
Voir sur la carte topographique de la Lozère
City locator 14.svg
Sainte-Croix-Vallée-Française
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Croix-Vallée-Française
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Croix-Vallée-Française
Liens
Site web sainte-croix-vallee-francaise.fr

Sainte-Croix-Vallée-Française est une commune française, située dans le département de la Lozère, au cœur des Cévennes, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Sainte-Croix-Vallée-Française est située dans le sud du département de la Lozère et plus précisément dans le parc national des Cévennes. Elle est limitrophe du département du Gard.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Elle est traversée par le Gardon de Sainte-Croix.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[2],[3]. Dans ce cadre, la commune fait partie de la zone cœur du Parc national des Cévennes. Ce parc national, créé en 1967, est un territoire de moyenne montagne formé de cinq entités géographiques : le massif de l'Aigoual, le causse Méjean avec les gorges du Tarn et de la Jonte, le mont Lozère, les vallées cévenoles ainsi que le piémont cévenol[4].

Les Cévennes sont également un territoire reconnu réserve de biosphère par l'UNESCO en 1985 pour la mosaïque de milieux naturels qui la composent et qui abritent une biodiversité exceptionnelle, avec 2 400 espèces animales, 2 300 espèces de plantes à fleurs et de fougères, auxquelles s’ajoutent d’innombrables mousses, lichens, champignons[5],[6].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 1]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats[8] :

et un au titre de la directive oiseaux[8] :

  • « les Cévennes », d'une superficie de 92 044 ha, correspondant précisément à la zone centrale du parc national des Cévennes et rassemblant plusieurs ensembles distincts. La diversité des milieux et des paysages permet le maintien d'une avifaune riche et diversifiée : au total, 135 espèces d'oiseaux, dont 22 inscrites à l'annexe 1 de la directive 79-409-CEE, recencées dans la zone centrale du parc, dont une vingtaine d'espèces de rapaces diurnes et sept nocturnes[10].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Deux ZNIEFF de type 1[Note 2] sont recensées sur la commune[11] : le « Gardon de Sainte-Croix » (231 ha), couvrant 7 communes du département[12], et le « versant sud du Gardon de Sainte-Croix » (1 196 ha), couvrant 2 communes du département[13] et une ZNIEFF de type 2[Note 3],[11] : les « Hautes vallées des Gardons » (73 898 ha), couvrant 48 communes dont 27 dans le Gard et 21 dans la Lozère[14].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Sainte-Croix-Vallée-Française est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[15],[16],[17]. La commune est en outre hors attraction des villes[18],[19].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (95,6 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (96,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (76,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (18,9 %), prairies (4,4 %)[20].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune, alors nommée simplement Sainte-Croix, porte le nom de Centre-de-Vallée-Française[21]. C'est en 1958 qu'est adopté le nom de Sainte-Croix-Vallée-Française[21].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Michèle Manoa lors d'une réunion d'Europe écologie avant les élections régionales de 2010.
Liste des maires de Sainte-Croix-Vallée-Française
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1988 1989 Michel Monod PSU puis PS Médecin, conseiller général du Canton de Barre-des-Cévennes (1968-1992)
1989 2001 Guy Affortit   Artisan
2001 2003 Philippe Dampérat Les Verts  
2003 2014 Michèle Manoa EELV Conseillère générale
2014 en cours Jean Hannart DVG Artisan

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[23]. En 2018, la commune comptait 272 habitants[Note 5], en diminution de 18,07 % par rapport à 2013 (Lozère : −0,11 %, France hors Mayotte : +1,78 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
714671828818894866835837855
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
830692682755752705700647635
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
610564569525506465439397337
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
251277299307312279305327279
2018 - - - - - - - -
272--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le temple protestant de Sainte-Croix-Vallée-Française, vaste et bien éclairé, qui sert également pour des concerts.
  • L'ancien château abrite l'école communale.
  • L'église de l'Exaltation-de-la-Sainte-Croix de Sainte-Croix-Vallée-Française datant du XIe siècle est, à l'origine, la chapelle du château. Elle est bâtie en schiste et possède un clocher à peigne construit, lui, au XIXe siècle. Elle serait la plus ancienne du diocèse. Dédiée à la Croix du Christ, ce monument d'architecture romane a donné son nom au village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Raymonde Anna Rey (1915-2001), écrivaine régionaliste née à Sainte-Croix-Vallée-Française.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Chaque dimanche matin de l'année, un marché de producteurs locaux (produits autour de la châtaigne, plantes, miel, confitures, volailles, légumes, fruits, fromages, etc.) et d'artisans d'art (bijoux, poterie, vannerie, etc.) a lieu. En été, il accueille aussi des revendeurs et diverses animations artistiques.

De nombreuses associations, dont le foyer rural, animent le village. Une cartographie de la vie culturelle et artistique de la vallée est en cours de création.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[7].
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le )
  3. « Liste des espace protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  4. « Parc national des Cévennes - les cinq massifs », sur le site du parc national des Cévennes (consulté le )
  5. « Réserve de biosphère des Cévennes », sur mab-france.org (consulté le )
  6. « Cévennes - zone centrale - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  7. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  8. a et b « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Sainte-Croix-Vallée-Française », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  9. « site Natura 2000 FR9101367 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  10. « site Natura 2000 FR9110033 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  11. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Sainte-Croix-Vallée-Française », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  12. « ZNIEFF le « Gardon de Sainte-Croix » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  13. « ZNIEFF le « versant sud du Gardon de Sainte-Croix » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  14. « ZNIEFF les « Hautes vallées des Gardons » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  21. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.