Saint-Étienne-du-Valdonnez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Étienne-du-Valdonnez
Saint-Étienne-du-Valdonnez
Vue générale du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lozère
Arrondissement Mende
Intercommunalité Communauté de communes Mont Lozère
Maire
Mandat
Benoit Malaval
2020-2026
Code postal 48000
Code commune 48147
Démographie
Gentilé Valdonneziens
Population
municipale
643 hab. (2019 en diminution de 0,77 % par rapport à 2013)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 27′ 23″ nord, 3° 33′ 48″ est
Altitude Min. 754 m
Max. 1 557 m
Superficie 56,09 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Mende
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Étienne-du-Valdonnez
(bureau centralisateur)
Législatives Circonscription de la Lozère
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Saint-Étienne-du-Valdonnez
Géolocalisation sur la carte : Lozère
Voir sur la carte topographique de la Lozère
City locator 14.svg
Saint-Étienne-du-Valdonnez
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-du-Valdonnez
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-du-Valdonnez

Saint-Étienne-du-Valdonnez est une commune française, située dans le centre du département de la Lozère en région Occitanie.

Exposée à un climat de montagne, elle est drainée par le Bramont, l'Oultet et par divers autres petits cours d'eau. Incluse dans les Cévennes, la commune possède un patrimoine naturel remarquable : quatre sites Natura 2000 (le « mont Lozère », le « Valdonnez », « les Cévennes » et les « gorges du Tarn et de la Jonte ») et dix zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Saint-Étienne-du-Valdonnez est une commune rurale qui compte 643 habitants en 2019, après avoir connu un pic de population de 1 323 habitants en 1851. Elle fait partie de l'aire d'attraction de Mende. Ses habitants sont appelés les Valdonneziens ou Valdonneziennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Étienne-du-Valdonnez se trouve dans le département français de la Lozère, à une dizaine de kilomètres au sud-est de Mende. Cette commune de 600 habitants est, comme son nom l'indique, située dans le Valdonnez, une petite région naturelle rurale.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Étienne-du-Valdonnez[1]
Brenoux Lanuéjols
Saint-Bauzile Saint-Étienne-du-Valdonnez Mont Lozère et Goulet
Ispagnac Les Bondons

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune se compose d’un bourg principal, le village de Saint-Étienne-du-Valdonnez, et de 16 hameaux ou écarts : Chalhac, Pruneyrolles, Molines, Le Cluzel, Le Moulin Bas, Varazoux, Ventalhac, Bassy, Montmirat, La Baraque des gendarmes, La Bazalgette, Le Montet, La Borie, La Fage, Les Faux, et Les Laubies.[2]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Saint-Étienne-du-Valdonnez est arrosée par le Bramont.

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Espaces protégés[modifier | modifier le code]

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[3],[4]. Dans ce cadre, la commune fait partie de la zone cœur du Parc national des Cévennes. Ce parc national, créé en 1967, est un territoire de moyenne montagne formé de cinq entités géographiques : le massif de l'Aigoual, le causse Méjean avec les gorges du Tarn et de la Jonte, le mont Lozère, les vallées cévenoles ainsi que le piémont cévenol[5].

Les Cévennes sont également un territoire reconnu réserve de biosphère par l'UNESCO en 1985 pour la mosaïque de milieux naturels qui la composent et qui abritent une biodiversité exceptionnelle, avec 2 400 espèces animales, 2 300 espèces de plantes à fleurs et de fougères, auxquelles s’ajoutent d’innombrables mousses, lichens, champignons[6],[7].

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Sites Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 1]. Deux sites Natura 2000 ont été définis sur la commune au titre de la directive habitats[9] :

  • le « mont Lozère », d'une superficie de 11 687 ha, la plus grande zone continue de pelouses pseudo-alpines du sud du Massif Central[10] ;
  • le « Valdonnez », d'une superficie de 5 000 ha, présentant une grande diversité d'habitats naturels propices à la richesse de la faune et de la flore[11] ;

et deux au titre de la directive oiseaux[9] :

  • les « gorges du Tarn et de la Jonte », d'une superficie de 41 801 ha, englobant le territoire de près des trois-quarts de la population de Vautours fauves des grands causses qui furent l'un des principaux sites français de réintroduction de cette espèce[12] ;
  • « les Cévennes », d'une superficie de 92 044 ha, correspondant précisément à la zone centrale du parc national des Cévennes et rassemblant plusieurs ensembles distincts. La diversité des milieux et des paysages permet le maintien d'une avifaune riche et diversifiée : au total, 135 espèces d'oiseaux, dont 22 inscrites à l'annexe 1 de la directive 79-409-CEE, recensées dans la zone centrale du parc, dont une vingtaine d'espèces de rapaces diurnes et sept nocturnes[13].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Sept ZNIEFF de type 1[Note 2] sont recensées sur la commune[14] :

  • l'« étang et tourbière de Barrandon » (25 ha)[15] ;
  • les « falaises du Truc de Balduc » (548 ha), couvrant 3 communes du département[16] ;
  • « les gorges du Bramont » (83 ha)[17] ;
  • la « tourbière des Narses Mortes » (74 ha)[18] ;
  • la « tourbière des sagnes et du Peschio » (135 ha), couvrant 3 communes du département[19] ;
  • les « tourbières du versant nord du Mont Lozère » (789 ha), couvrant 3 communes du département[20] ;
  • les « Tufière du vallon de Valoubière » (49 ha)[21] ;

et trois ZNIEFF de type 2[Note 3],[14] :

  • le « causse de Sauveterre » (19 759 ha), couvrant 11 communes du département[22] ;
  • les « gorges du Tarn » (14 434 ha), couvrant 19 communes du département[23] ;
  • le « massif du Mont Lozère » (40 064 ha), couvrant 22 communes dont trois dans le Gard et 19 dans la Lozère[24].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Étienne-du-Valdonnez est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[25],[I 1],[26].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Mende, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 31 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[I 2],[I 3].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (69,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (74,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (44,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (25 %), prairies (22,8 %), terres arables (3,5 %), zones agricoles hétérogènes (3,1 %), zones urbanisées (0,9 %)[27].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village se réfère à la vallée naturelle du Valdonnez au sein de laquelle il se situe. Le hameau de La Fage tirerait son nom d'une francisation de l'occitan « fa ja », signifiant les bois de hêtres[28].

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est au Néolithique que débute l'occupation du site de la commune, comme en témoigne l'ensemble mégalithique des Bondons, que Saint-Étienne-du-Valdonnez se partage avec les communes voisines. Au cours du Moyen Âge sont érigés le château de Montmirat et les fortifications du village de Saint-Étienne-du-Valdonnez. De cet ensemble, il ne reste aucun vestige probant de nos jours. On peut néanmoins toujours apercevoir la cheminée des anciennes mines de galène argentifère exploitées dès le XVe siècle[29].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Saint-Étienne-du-Valdonnez[30]
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1797 Etienne Meyrueix    
1798 1799 Pierre Bonhomme    
1800 1826 Jean Peire    
1826 1830 Jean-François Meyrueix    
1830 1843 Jean-Chrisostome Boiral    
1843 1850 Jean Auriac    
1850 1852 Sylvestre Etienne Paradis    
1852 1871 Jean-Baptiste Justin Peire    
1871 1883 Ernest Plagnes    
1883 1888 François Meyrueix    
1888 1892 Pierre-Sylvestre Michel    
1892 1900 Charles Chevalier    
1900 1905 Jean Chabert    
1905 1908 Jean-François Pauc    
1908 1909 Jean-Étienne Baret    
1909 1919 Paulin Daudé-Gleize Républicain modéré Député (1898-1906),

Sénateur (1906-1928)

1919 1925 Étienne Seguin    
1925 1932 Jean-Louis Rousset    
1932 1935 Jean-Louis Afflatet    
1935 1945 Louis Parrain    
1945 1947 Raymond Causse    
1947 1959 Adrien Martin    
1959 1971 Pierre Couderc UDF Député (1962-1981)
1971 1977 Jean Marez    
1977 1983 Louis Litron    
1983 1995 Roger Espinasse    
1995 2014 Claude Feybesse    
2014 2020 Jean-François Chabert    
2020 En cours Benoit Malaval    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[31]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[32].

En 2019, la commune comptait 643 habitants[Note 6], en diminution de 0,77 % par rapport à 2013 (Lozère : 0 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2008341 0941 1291 1401 0751 1791 3041 323
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2871 2301 2651 0691 1641 1711 2181 1031 138
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1041 0811 036851803723629582516
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
434405355383384469562582638
2015 2019 - - - - - - -
648643-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[33] puis Insee à partir de 2006[34].)
Histogramme de l'évolution démographique

Événement et Sports[modifier | modifier le code]

La commune reçoit des épreuves cyclistes en particulier le Grand Prix du Valdonnez, laquelle existait déjà dans les années 1980.

Palmarès
Année Vainqueur Equipe
2002 Benoît Malaval UC Saint-Chély
2003 Salah Redouane Equipe nationale du Maroc
2004 Vincent Casal Vélo Club cévenol
2005 Alexandre Cabrera Vélo Club cévenol
2006 Cédric Gentil Vélo Club cévenol
2007 Nicolas Frischt AVC Aix-en-Provence
2008 Yann Durand Martigues
2009 Mika Nieminen AVC Aix-en-Provence
2010 Edgaras Kovaliovas Vélo Club La Pomme Marseille
2012 Quentin Jaquemet UC Aubenas
2013 Sandie Dujardin Manche Interrégion SUD EST

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus[modifier | modifier le code]

En 2018, la commune compte 263 ménages fiscaux[Note 7], regroupant 638 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 20 480 [I 4] (20 420  dans le département[I 5]).

Emploi[modifier | modifier le code]

Taux de chômage
2008 2013 2018
Commune[I 6] 4,1 % 6,8 % 7,4 %
Département[I 7] 5 % 6,4 % 7,1 %
France entière[I 8] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 394 personnes, parmi lesquelles on compte 83,4 % d'actifs (76 % ayant un emploi et 7,4 % de chômeurs) et 16,6 % d'inactifs[Note 8],[I 6]. En 2018, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est supérieur à celui du département, mais inférieur à celui de la France, alors qu'il était inférieur à celui du département et de la France en 2008.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction de Mende, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[Carte 2],[I 9]. Elle compte 147 emplois en 2018, contre 138 en 2013 et 131 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 303, soit un indicateur de concentration d'emploi de 48,6 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 64,8 %[I 10].

Sur ces 303 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 69 travaillent dans la commune, soit 23 % des habitants[I 11]. Pour se rendre au travail, 87,7 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 6,6 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 5,6 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 12].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[8].
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  7. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  8. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. « Commune rurale - définition » (consulté le ).
  2. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », (consulté le ).
  3. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », (consulté le ).
  4. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Saint-Étienne-du-Valdonnez » (consulté le ).
  5. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans la Lozère » (consulté le ).
  6. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Saint-Étienne-du-Valdonnez » (consulté le ).
  7. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la Lozère » (consulté le ).
  8. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  10. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Saint-Étienne-du-Valdonnez » (consulté le ).
  11. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  12. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Mairie de Saint-Etienne-du-Valdonnez, « Découvrir Saint-Etienne-du-Valdonnez », sur https://www.saint-etienne-du-valdonnez.fr/ (consulté le )
  3. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le )
  4. « Liste des espaces protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  5. « Parc national des Cévennes - les cinq massifs », sur le site du parc national des Cévennes (consulté le )
  6. « Réserve de biosphère des Cévennes », sur mab-france.org (consulté le )
  7. « Cévennes - zone centrale - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  8. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  9. a et b « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Saint-Étienne-du-Valdonnez », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  10. « site Natura 2000 FR9101361 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  11. « site Natura 2000 FR9102008 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  12. « site Natura 2000 FR9110105 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  13. « site Natura 2000 FR9110033 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  14. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Saint-Étienne-du-Valdonnez », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  15. « ZNIEFF l'« étang et tourbière de Barrandon » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. « ZNIEFF les « falaises du Truc de Balduc » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  17. « ZNIEFF « les gorges du Bramont » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. « ZNIEFF la « tourbière des Narses Mortes » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « ZNIEFF la « tourbière des sagnes et du Peschio » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « ZNIEFF les « tourbières du versant nord du Mont Lozère » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « ZNIEFF les « Tufière du vallon de Valoubière » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « ZNIEFF le « causse de Sauveterre » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « ZNIEFF les « gorges du Tarn » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. « ZNIEFF le « massif du Mont Lozère » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  26. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  27. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  28. Société des Lettres, Sciences et Arts de la Lozère, Le Valdonnez et ses abords, SLSA Lozère, Mende, 1993
  29. a et b Saint-Étienne-du-Valdonnez, panneau de présentation de la commune, consulté sur site le 7 mai 2016
  30. D'après FranceGenWeb.org
  31. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  32. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  33. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  34. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  35. « Ensemble patrimonial du hameau de la Fage », notice no PA00103944, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  36. a et b « Église paroissiale Saint-Etienne », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )