Aujac (Gard)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aujac.
Aujac
Château d'Aujac.
Château d'Aujac.
Blason de Aujac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Alès
Canton La Grand-Combe
Intercommunalité Communauté de communes des Hautes Cévennes
Maire
Mandat
Bernard Rosset-Boulon
2014-2020
Code postal 30450
Code commune 30022
Démographie
Gentilé Aujaquois
Population
municipale
184 hab. (2012)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 21′ 00″ N 4° 00′ 54″ E / 44.35, 4.01544° 21′ 00″ Nord 4° 00′ 54″ Est / 44.35, 4.015
Altitude Min. 256 m – Max. 940 m
Superficie 16,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Aujac

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Aujac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aujac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aujac
Liens
Site web aujac.fr

Aujac est une commune française située dans le département du Gard, en région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située en Hautes Cévennes, aux frontières de l'Ardèche et de la Lozère.

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Abris sous roches du Solutréen

Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1890 1896 Clodomir Domergue    
1896 1900 Casimir Vidal    
1900 1908 Joseph Dussaud    
1908 1909 Ernest Pertus    
1909 1919 Martin Alfred    
1919 1924 Edouard Dussaud    
1924 1929 Émile Cordin    
1929 1935 Antoine Mizoule    
1935 1941 Joseph Dussaud    
1944 1944 Comité local de libération    
1945 1945 Délégation spéciale    
1945 1971 Joseph Dussaud    
1971 1974 Albin Polge    
1974 2001 Gérard Dumas    
2001 2014 André Agniel    
2014 en cours Bernard Rosset-Boulon    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 184 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
492 678 769 686 834 525 943 921 964
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
942 908 831 753 711 644 650 661 650
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
620 618 625 524 465 430 369 295 234
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
188 158 135 148 154 166 177 179 184
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le Cheylard.
  • Le château du Cheylard est un château fort des XIIe et XIVe siècles[3], sentinelle de trois Cévennes, Gard, Lozère, Ardèche, très bien restauré et entretenu[4].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin d'Aujac avec un clocher pignon à peigne est une construction des XIIIe et XIVe siècles[5]. Les chapiteaux de la porte d'entrée et les 4 chapiteaux intérieurs sont tous différents. Des vitraux modernes éclairent l'église.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Une vue sur le chantier médiéval de la Sogne.
Article détaillé : Site de La Sogne.
  • Site de La Sogne : La Sogne ou le village de la Sogne est un site d'essai d’archéologie expérimentale et plus précisément une reconstitution d'un chantier médiéval de construction débuté en 2009, avec des techniques historiques ou locales permettant de mieux comprendre le processus de construction d'alors.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le Régordane passe au pied du château.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : armorial des communes du Gard.
Blason d'Aujac

Les armes d'Aujac se blasonnent ainsi :

D'hermine au chef losangé d'argent et de sinople[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Lucy Dumas, Aujac, entre route et Cèze : histoire, économie et société, Ponteils-et-Brésis, M.-L. Dumas, coll. « Gens et terroirs en Hautes Cévennes »,‎ , ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 24 cm, 390 p. dont 16 p. de pl. p. (ISBN 978-2-9525992-2-1, notice BnF no FRBNF42108219)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]