Saint-Brès (Gard)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Brès.

Saint-Brès
Saint-Brès (Gard)
Blason de Saint-Brès
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Alès
Canton Rousson
Intercommunalité Communauté de communes Cèze-Cévennes
Maire
Mandat
Michel Eyraud
2014-2020
Code postal 30500
Code commune 30237
Démographie
Population
municipale
643 hab. (2015 en augmentation de 0,63 % par rapport à 2010)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 16′ 41″ nord, 4° 11′ 53″ est
Altitude Min. 132 m
Max. 431 m
Superficie 11,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Saint-Brès

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Saint-Brès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Brès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Brès

Saint-Brès est une commune française d’environ 650 habitants, située dans le département du Gard en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Entouré par les communes de Saint-Ambroix, Courry et Meyrannes, Saint-Brès est situé à 19 km au nord-est d'Alès, la plus grande ville aux alentours.

Situé à 173 mètres d'altitude, la rivière la Cèze est le principal cours d'eau qui traverse le village de Saint-Brès.

La commune est proche du parc national des Cévennes à environ 11 km.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Mont-Usèze en 1789, puis Saint-Brés en 1793 et enfin Saint-Brès en 1801 (jusqu'à nos jours)[1].

Cette information, l'adoption d'un nouveau nom en 1789, est curieuse. Quel est ce mont "Usèze" ? Le retour à un nom de saint en 1793 encore plus ! Saint Brès désigne en effet fort probablement le successeur de saint Martin de Tours, Brice de Tours.

Historique de l'école[modifier | modifier le code]

  • En 1866, le conseil municipal décida de doter la commune de deux maisons d'école. En 1910, l'école actuelle fut construite grâce au maire Auguste Bayle.
  • Au début des années 1980, l'école fut menacée de fermeture. L'équipe municipale de Jean Vedel s'est battue afin d'éviter l'irréparable et la mort de l'âme du village.

Il n'y avait plus que 8 enfants scolarisés. L'école fut préservée par la mise en place du ramassage scolaire (avec une Renault 4L à 3 vitesses).

  • En 2006, la pérennité de l'école se conforte avec pour l'année scolaire 2006-2007 la réouverture de la 2e classe et la présence de 39 élèves de la moyenne section maternelle (4 ans) au CM2.
  • Depuis la rentrée 2014, les élèves de petite section (3 ans) sont accueillis à l'école.
  • Cette magnifique horloge d'édifice a été installée sur les hauteurs de cette école à Saint-Brès en septembre 1910 sous l'administration de : M. Bayle Auguste (maire), M. Barry Ferdinand, M. Pertus Auguste, M. Saut Eugène, M. Pontal Eugène, M. Bonnet Paul, M. Chazal Auguste, M. Dumas Albin, M. Blisson Paulin, M. Escudier Auguste, M. Thomas Eugène, et de M. Borrely Louis.
  • Architecte : M. Barban Louis et Mme Reynard (secrétaire).

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Brès Blason De gueules au chef losangé d'or et de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Michel Eyraud PS Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2015, la commune comptait 643 habitants[Note 1], en augmentation de 0,63 % par rapport à 2010 (Gard : +4,01 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
403303467482620644676671737
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
702700736693645580594585640
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
674658648628625604551466546
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
532533504524612533617630625
2015 - - - - - - - -
643--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]