Fontanès (Gard)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fontanès.
Fontanès
le Temple.
le Temple.
Blason de Fontanès
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Calvisson
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Sommières
Maire
Mandat
Alain Thérond
2014-2020
Code postal 30250
Code commune 30114
Démographie
Gentilé Fontanois
Population
municipale
671 hab. (2014)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 49′ 50″ nord, 4° 05′ 17″ est
Altitude Min. 24 m
Max. 163 m
Superficie 14,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Fontanès

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Fontanès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fontanès

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fontanès

Fontanès, Fontanesium (chapitre de Nîmes, archives départementales) en 1292, est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Les communes de Lecques, Combas, Salinelles, Souvignargues et Villevieille sont limitrophes de la commune de Fontanès.

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Fontanès est l'une des 79 communes membres du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) du Sud du Gard et fait également partie des 34 communes du pays Vidourle-Camargue (voir liens).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Occitan Fountanés, du roman Fontanes, Fontanez, Fontalez, du bas latin Fontanesium, Castrum de Fontanis, de Fontaleriis[1]. Racine occitane fountano, du roman fontana : fontaine[1].

Ses habitants s'appellent les Fontanois et Fontanoises.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La première mention de Fontanès, Fontanesium est relatée en 1292 dans les chartes du chapitre de Nîmes[2].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours Alain Thérond UDI Fonctionnaire
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 671 habitants, en augmentation de 7,53 % par rapport à 2009 (Gard : 4,64 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
280 281 361 390 388 480 451 444 466
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
484 553 544 602 513 611 525 538 553
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
562 524 486 548 505 501 536 504 540
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
383 334 326 390 436 492 610 631 671
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Ancienne gare.
  • Divers petites bastides ou châteaux.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin : édifice de style romano-gothique reconstruit au milieu du XIXe siècle, clocher surmonté d'une flèche en ardoises.
  • Temple protestant, première moitié XIXe, style très sobre néo-classique.
  • Sanctuaire de Notre-Dame de Prime-Combe, centre de pèlerinage à Notre-Dame de Bon Secours et de soins psychiatriques, animé par les bénédictins de la Congrégation Notre-Dame d'Espérance (XIXe-XXe). Présence d'un important carillon et chemin de croix [7].
  • Diverses croix de missions (calvaires) à la croisée des chemins.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Raymond-Jacques-Marie de Narbonne-Pelet (Fontanès de Lecques (Languedoc), Paris, ), vicomte puis duc de Narbonne-Pelet, diplomate et homme politique français du XIXe siècle.
  • Jean-Marie Valat. Célèbre raseteur des années 1970-1980. Pendant plus de dix ans, il se produit dans les plus grandes arènes de la course camarguaise, dans la catégorie suprême du Trophée des As. Il affronte à plusieurs reprises l'icône des taureaux de Camargue Goya. Originaire de Fontanès, très attaché à son village natal, Jean-Marie Valat réside dans la commune.
  • Famille Brun : À la fin du XVIIIe siècle, cette famille a été très active lors de la fondation du mouvement quaker dans la commune voisine de Congénies en Vaunage.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Fontanès Blason D'azur, à une barre losangée d'argent et de sinople[2].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (oc+fr) Frédéric Mistral et Jules Ronjat, Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire provençal-français, Raphèle-lès-Arles, M. Petit, , 2 vol. ; 25 cm (ISBN 84-499-0563-X, notice BnF no FRBNF37258238), p. 1162, t. 1
  2. a et b Eugène Germer-Durand, Ministère de l'instruction publique (Éditeur scientifique) et Comité des travaux historiques et scientifiques (dir.), Dictionnaire topographique du département du Gard : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Impr. impériale, , XXXVI-298 p., in-4 (notice BnF no FRBNF30500934), p. 86
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Notre-Dame de Prime-Combe », sur notredamedeprimecombe.fr (consulté le 31 mars 2015)