Villevieille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Villevieille
Villevieille
Rues dans le centre de Villevieille.
Blason de Villevieille
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Sommières
Maire
Mandat
Cécile Marquier
2020-2026
Code postal 30250
Code commune 30352
Démographie
Gentilé Villevieillois, Villevieilloise
Population
municipale
1 751 hab. (2018 en augmentation de 5,86 % par rapport à 2013)
Densité 211 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 47′ 22″ nord, 4° 05′ 50″ est
Altitude Min. 23 m
Max. 106 m
Superficie 8,28 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Sommières
(banlieue)
Aire d'attraction Montpellier
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Calvisson
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Villevieille
Géolocalisation sur la carte : Gard
Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Villevieille
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villevieille
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villevieille
Liens
Site web http://www.mairie-villevieille.fr/

Villevieille est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Ses habitants sont les Villevieillois et Villevieilloises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village gardois situé en bordure du fleuve Vidourle, Villevieille est située à 25 km de Nîmes.

Communes limitrophes de Villevieille
Fontanès Souvignargues
Salinelles Villevieille Aujargues, Congénies
Sommières Junas

Villevieille est l'une des 79 communes membres du Schéma de cohérence territoriale (SCOT) du sud du Gard et fait également partie des 51 communes du Pays Vidourle-Camargue.

Climat[modifier | modifier le code]

La commune est la deuxième de France où une température de plus de 45 degrés (45,4 °C) a été enregistrée, le [1]. Le record de température maximale est de nouveau battu le même jour à 10 km de là, dans la commune de Gallargues-le-Montueux avec 45,9 °C[2]. La commune de Marsillargues voit elle aussi sa température relevée à plus de 45 °C (45,1 °C)[3]. C'est finalement la commune de Vérargues qui remporte le record: 46 °C[4].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Villevieille est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7]. Elle appartient à l'unité urbaine de Sommières, une agglomération intra-départementale regroupant 3 communes[8] et 7 733 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montpellier, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 161 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[11],[12].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (55,3 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (63,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (49,1 %), forêts (21,8 %), zones urbanisées (16,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (6,8 %), zones agricoles hétérogènes (6,2 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981 ? Alfred Vercler DVG  
1989 1991 Christian Ricard    
1991 1993 Pierre Rolland DVG  
1993 2014 Maurice Fort SE  
2014 En cours Cécile Marquier SE comptable

Canton[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du canton de Sommières, qui dépend de l'arrondissement de Nîmes et de la deuxième circonscription du Gard.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[15].

En 2018, la commune comptait 1 751 habitants[Note 3], en augmentation de 5,86 % par rapport à 2013 (Gard : +1,67 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
482504509541507483462450472
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
450434440429384334326319292
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
326333361283324334322332289
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
3435076509361 0301 1961 5061 6811 697
2018 - - - - - - - -
1 751--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête de printemps mi-mai.
  • Fête votive : à partir du jeudi suivant le jusqu'au lundi.
  • Petit marché tous les jeudis soirs de 17h à 21h.
  • Festival de musique[18].

Cultes[modifier | modifier le code]

Les personnes de confessions catholiques disposent d'un lieu de culte, l'église Saint Baudile[19].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Le terroir de la commune s'orne d'abris en pierre sèche construits en molasse calcaire et appelés localement cabanes (avant la vogue du terme nîmois capitelle). Un tiers des cabanes recensées ont la forme remarquable d'un parallélépipède surmonté d'un cylindre en retrait. Les millésimes gravés dans la pierre permettent de dater ces constructions des 2e et 3e quarts du XIXe siècle[20].
  • Le site de l'ancien oppidum gallo-romain à proximité du vieux village sur le plateau.
  • Le château de Pondres du XIIe siècle, remanié au XVIIe siècle, a été inscrit monument historique le  ; le pigeonnier de Pondres du XVIIe siècle l'a été le [21] mais il se trouve dans un état de dégradation inquiétant. Considéré comme l'un des plus vastes châteaux du département, cet édifice en péril bénéficie depuis peu d'une restauration. (propriété privée).
  • La tour de l'horloge, ancienne porte du village fortifié, surmontée de son campanile en fer abritant une cloche du milieu du XIXe siècle.
  • Les anciens lavoirs couverts situés en contrebas du plateau, aujourd'hui au milieu des lotissements.
  • Le temple.
  • L'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Villevieille Blason
De gueules aux quatre tours d'argent, maçonnées de sable, rangées en fasce.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « DIRECT. Canicule : la barre des 45 °C franchie pour la première fois en France métropolitaine à Villevieille, dans le Gard », sur franceinfo (consulté le ).
  2. « Record absolu de chaleur battu : 45,9 °C dans le Gard, du jamais vu en France » (consulté le ).
  3. « Record absolu de chaleur battu : 45,9 °C dans le Gard, du jamais vu en France », sur Météo France, (consulté le ).
  4. « C'est officiel : on a atteint les 46 °C en France en juin », sur http://www.meteofrance.fr, (consulté le ).
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Unité urbaine 2020 de Sommières », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  9. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  10. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. (en) GlobalVision Communication sàrl & Lauriedesign sàrl, « Arts Global - Gregorio Zanon - Biography », sur www.artsglobal.org (consulté le ).
  19. [1]
  20. Françoise Bornet, Les cabanes de Villevieille, 101 capitelles en Languedoc, Lacour, Nîmes, 1992, 98 p.
  21. a et b Base Mérimée

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :