Jean-Pierre Chabrol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chabrol.
Jean-Pierre Chabrol
Naissance
Chamborigaud, Gard, France
Décès (à 76 ans)
Ponteils-et-Brésis, Gard, France
Activité principale

Jean-Pierre Chabrol, né le à Chamborigaud et mort le 1er décembre 2001 à Ponteils-et-Brésis[1], est un écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Chabrol est né le 11 juin 1925 à Chamborigaud, au premier étage de la mairie qui était à l'époque le logement de l'instituteur. C'est au cœur des Cévennes qu'il a été élevé, au sein d'une famille d’instituteurs de l’école laïque. Son grand-père paternel, "chevrier biblique", paysan, digne descendant des camisards, l’influencera beaucoup.

Il effectue ses études primaires et secondaires à Alès, à l'école du Quai Neuf (actuel quai des Prés Rasclaux) où ses parents enseignent. Il s'intéresse très tôt au dessin et à la poésie. Il prend des cours de dessin avec le peintre génolhacois André Chaptal et participe en 1942 au Salon de l'Art Cévenol à Alès avec plusieurs œuvres.

Après un rapide passage en khâgne à Paris, il entre dans la Résistance au printemps 1944 et se retrouve « par hasard » dans un maquis FTP. Engagé dans la brigade du Languedoc formée de soldats issus des maquis du sud et qui le conduit jusqu’à Berlin, il ne retrouve la vie civile qu’en 1945, à Paris.

Dès ce moment, les grands thèmes de son œuvre future sont établis : les Cévennes, l’épopée des camisards, le maquis et surtout les petites gens, le peuple qu’il a si bien décrit.

Il épouse en 1947 Noëlle Vincensini, étudiante corse engagée dans la Résistance à Montpellier qui avait été déportée à Ravensbruck [2], avec laquelle il aura quatre enfants, dont Elsa Chabrol et le musicien Olivier Chabrol. Ils divorceront en 1971.

C’est à la rédaction du journal L'Humanité où il travaille en tant que dessinateur puis comme journaliste (il en deviendra chef de rédaction) qu’il rencontre Louis Aragon qui l’encourage à écrire son premier roman, La Dernière Cartouche. D’autres suivent régulièrement dont Le bout-galeux qui obtient le Prix populiste. Malgré son éloignement du Parti communiste en 1956, ses livres sont traduits en allemand (RDA), tchèque, bulgare... Il est l’ami de Georges Brassens, Léo Ferré, Jacques Brel, Jean Ferrat, Pierre Mac Orlan, Catherine Sauvage.

Il crée pour L'Humanité une sorte de bande dessinée humoristique de style médiéval, Le Barlafré, avec le dessinateur Marcel Tillard. Il cesse néanmoins sa collaboration avec le journal communiste après l'insurrection de Budapest[3].

Mas familial de Jean-Pierre Chabrol à Pont-de-Rastel

En 1961, il publie Les Fous de Dieu qui passe près du prix Goncourt, et est adapté pour la télévision. Tout en continuant son métier d’écrivain (la trilogie des Rebelles), il collabore alors régulièrement à des émissions de radio et de télévision. Ses nombreuses apparitions dans les médias en font alors un écrivain familier du grand public[3]. Il voyage beaucoup.

Rencontre avec Claudine en 1971, divorce d'avec sa première épouse la même année. À la fin des années 1970, il collabore à l’écriture de pièces avec le Théâtre de la Jacquerie.

Il est affecté par la mort de son épouse, Claudine, en 1983, après 11 ans de mariage et la naissance de deux filles. Pour surmonter son chagrin, il se lance dans une nouvelle carrière en montant lui-même sur scène comme conteur[3], tout en continuant à publier différents ouvrages, entre autres en collaboration avec son ami Claude Marti, ou l’inénarrable recueil de dessins satiriques intitulé Le Petit Chabrol illustré.

Il rencontre Elisabeth et il revient pleinement à la littérature en 1993 avec Le Bonheur du manchot, en hommage à son père. La Banquise, publié en 1998, et adapté pour la télévision par sa fille Elsa. Il obtient le Prix du Sud le 12 janvier 1995 pour son roman Le Bonheur du manchot. Après avoir fait figurer de nombreuses chansons dans ses livres, il en confie deux au chanteur wallono-cévenol Jofroi.

Il épouse Elisabeth le 1er mai 2000.

Il meurt à l'hôpital de Ponteils-et-Brésis pendant la nuit du 1er décembre 2001. Il est enseveli dans le caveau familial face au mas familial dans la rue qui porte maintenant son nom.

Principales œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Pont-de-Rastel, le caveau familial où Jean-Pierre Chabrol est inhumé

.

  • 1953 : La Dernière Cartouche : un premier roman partiellement autobiographique d’une enfance alésienne et d’un engagement dans la résistance. L’action se déplace ensuite, pendant la guerre d’Indochine. Cette partie a pu être faite grâce à un de ses amis Nathan Chapochnik entré dans la résistance dès 1941, commandant FTPF dans le Var à partir de juin 44, il poursuit sa carrière au sein de l'Armée dont il démissionne en 1950 en désaccord avec la guerre menée en Indochine. C'est grâce à la correspondance envoyée à son épouse et communiquée à Jean-Pierre Chabrol que ce dernier a pu rendre si "vraie" la partie sur l'Indochine. La dédicace de l'auteur à son ami "Chapo" est : "A mon cher Chapo, ce livre dans lequel il a tant mis. Fraternellement. Jean-Pierre Chabrol."[réf. nécessaire]
  • 1955 : Le Bout-galeux : la banlieue Sud de Paris[4] dans les années d’après-guerre. Le travail, la vie, les gens, Prix du roman populiste 1956.
  • 1957 : Fleur d’épine : les « vacances » d’été en Corse d’ « émigrés » sur le Continent…
  • 1958 : Un homme de trop : le maquis et les maquisards au quotidien. Costa-Gavras en tirera un film en 1967 (Un homme de trop).
  • 1959 : Les Innocents de mars : les derniers jours de l’Allemagne nazie et un rare témoignage sur les « enfants du Führer ».
  • 1961 : Les Fous de Dieu : les Camisards et une plongée dans l’âme cévenole. Une adaptation télévisée sera réalisée par Jean L'Hôte pour la RTF en 1963.
  • 1963 : La Chatte rouge : de folles aventures dans le Paris d’après-guerre.
  • 1964 : Mille millions de Nippons : les aventures d’un Français au Japon.
  • 1965 : Les Rebelles (Tome I de trois tomes) : une fresque des années 1930 à Paris, dans les Cévennes et en Allemagne.
  • 1966 : La Gueuse (Les Rebelles, tome II), Plon.
  • 1967 : Je t’aimerai sans vergogne: une histoire d’amour qui donnera naissance à sa version théâtrale Ma déchirure.
  • 1968 : L'Embellie (Les Rebelles, tome III), Plon
  • 1970 : Le Canon fraternité : la Commune de Paris dans un quartier populaire.
  • 1972 : Les chevaux l’aimaient.
  • 1975 : Le Bouc du désert, Gallimard : une reconstitution historique des guerres de religion autour d'Agrippa d'Aubigné.
  • 1977 : La Folie des miens Gallimard, (ISBN 978-2070183616)
  • 1978 : Caminarèm, Robert Laffont : écrit avec le chanteur-poète occitan Claude Marti, c'est l'histoire de la révolte des viticulteurs audois pendant l'été 1975 (ISBN 9782221000021).
  • 1980 : Vladimir et les Jacques, Grasset (Paris) : le roman de la création d’une pièce de théâtre au sein d’une troupe enthousiaste (ISBN 2246253616).
  • 1982 : Le lion est mort ce soir, Grasset (Paris) (ISBN 9782246244417).
  • 1993 : Le Bonheur du manchot, Robert Laffont (ISBN 9782221077009).
  • 1995 : Les Aveux du silence, Robert Laffont (ISBN 9782221081631)
  • 1998 : La Banquise, Presses de la Cité : retour sur la période de la guerre avec beaucoup de compréhension pour ses différentes catégories de victimes (ISBN 9782258049567)
Chemin Jean-Pierre-Chabrol à Pont-de-Rastel

Nouvelles[modifier | modifier le code]

  • 1954 : Le Voleur de noces
  • 1966 : Titane et Bougrenette : livre illustré pour enfants, ODEJ Presse
  • 1967 : L’Illustre Fauteuil et Autres Récits, Gallimard
  • 1968 : Ma déchirure, conte dramatique en seize tableaux, Gallimard
  • 1969 : Les Contes d'outre-temps, Plon
  • 1972 : Le Crève Cévenne, Plon. Réédité en 1993 dans Gens de la cévenne, Presses de la Cité (ISBN 2-286-08844-6)
  • 1976 : Le Barlafré, Éditions la farandole, coécrit[5] avec Marcel Tillard. (ISBN 2-7047-0140-7)
  • 1983 : Portes d’embarquement, Plon : nouvelles d’un grand voyageur ; inspiré de chroniques radiophoniques (ISBN 9782259010511)
  • 1985 : Contes à mi-voix, B. Grasset (Paris) (ISBN 2246370213)
  • 1997 : Les Mille et Une Veillées, Robert Laffont : « avec ses informations locales, sa chronique nécrologique, ses recettes de cuisine, ses conseils médicaux, ses rubriques économiques, de jardinage, son coin des enfants (avant qu'ils aillent au lit), sa tribune politique, jusqu'à l'édito... la veillée avait toute sa place en des temps où ni le quotidien ni la télévision n'existaient. » [6] (ISBN 9782221085462)
  • 2000 : Colères en Cévennes, Robert Laffont (ISBN 222108635X)

Scénariste[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

  • Intervenant dans Le Temps des cerises : La Commune de Paris, Signes des Temps, RTBf, Sonuma, 23 mars 1971, voir en ligne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Chabrol, l'enfant de Pont-de-Rastel, extrait de l'ouvrage Le Gard des écrivains, Éditions Alexandrines, 268 p. (ISBN 978-2-370890-01-6, lire en ligne).
  2. AFP, « À 82 ans, Noëlle Vincensini, ancienne déportée corse toujours en résistance », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  3. a, b et c Jean-Pierre Chabrol, mort d'un rebelle, La Dépêche du midi, 2 décembre 2001
  4. « Le bout-Galeux est un quartier à l'extrémité de La Palaise, ville de la banlieue Sud de Paris », notice d'introduction au roman, Folio-Gallimard. Jean-Pierre et Noëlle Chabrol habitaient alors à Palaiseau. Jean-Pierre Chabrol s'inspire quant au titre du livre du nom d'un quartier de Palaiseau, dit « Le Pileu ». Il collaborait au bulletin municipal de la ville, où sa femme avait été élue adjointe, sur la liste communiste en 1953. Cf le témoignage de Robert Vizet p. 39-41, in Olivier Mayer, Robert Vizet, un parcours citoyen, Le Temps des cerises, 2005
  5. Jean-Pierre Chabrol, et Marcel Tillard, commencent la publication du Barlafré dans L'Humanité au cours de l'année 1951, selon les précisions qu'il livre dans la préface de 1976 : « On pondait ça au jour le jour, pour l'Huma quotidienne. Des fois on se demandait comment tirer le marmaillon de l'oubliette où on l'avait jeté la veille... »
  6. Les Mille et Une Veillées, p. 23

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Bastide (dir.), Robert Caracchioli et al. (préf. Christian Giudicelli), Balade dans le Gard : sur les pas des écrivains, Paris, Alexandrines, coll. « Les écrivains vagabondent » (réimpr. 2014) (1re éd. 2008), 255 p. (ISBN 978-2-370890-01-6, présentation en ligne), « Jean-Pierre Chabrol, l'enfant de Pont-de-Rastel », p. 26-32
  • Serge Velay (dir.), Michel Boissard et Catherine Bernié-Boissard, Petit dictionnaire des écrivains du Gard, Nîmes, Alcide, , 255 p. (ISBN 978-2-917743-07-2, présentation en ligne), p. 69-70
  • Michel Boissard, Jean-Pierre Chabrol, le rebelle, Nîmes, Éditions Alcide, 2012
  • Michel Boissard, « Jean-Pierre Chabrol », in Patrick Cabanel et André Encrevé (dir.), Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1 : A-C, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2015, p. 627-628 (ISBN 978-2846211901)

Liens externes[modifier | modifier le code]