Chusclan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chusclan
Chusclan
Vue du village.
Blason de Chusclan
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Gard Rhodanien
Maire
Mandat
Pascal Peyrière
2020-2026
Code postal 30200
Code commune 30081
Démographie
Population
municipale
967 hab. (2018 en diminution de 2,72 % par rapport à 2013)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 09′ 00″ nord, 4° 41′ 02″ est
Altitude Min. 28 m
Max. 268 m
Superficie 13,23 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Bagnols-sur-Cèze
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bagnols-sur-Cèze
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Chusclan
Géolocalisation sur la carte : Gard
Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Chusclan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chusclan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chusclan
Liens
Site web chusclan.fr

Chusclan est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Chusclan est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[1],[2].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bagnols-sur-Cèze, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 30 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[3],[4].

C'est sur une partie de la commune qu'est implanté le site nucléaire de Marcoule.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon certains chercheurs Chusclan viendrait de caousclan = tribu des Caous qui y aurait habité aux temps préhistoriques[5].

D'autres disent que Gaulois et Romains ont laissé 3 autres origines[5] :

  • Chausclan = chaumes clan - réunion de chaumières ;
  • Hensclan = tribu d'un dieu gaulois ;
  • Chusclanum ou Genesiacum pouvant s'appliquer à un lieu de culte à Jupiter tant à Chusclan qu'à Gicon qualifié aussi de Jucundus (forteresse agréable) ;
  • à moins qu'il ne désigne le propriétaire de la villa gallo-romaine du lieu.

Occitan Chusclan, du roman Chuzclan, Cheizclan, du bas latin Chausclanum, Genescanicus[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Le village fut habité très tôt, on y a retrouvé des épées datant de l'âge du bronze, des bracelets et un tumulus[5]. Le peuple gaulois habitant la région était les Volques Arécomiques.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Arrivés près de la vallée du Rhône, au début de 1382, les Tuchins campèrent dans les gorges de la Cèze où ils furent rejoints par des nobles dont Régis de Saint-Michel-d'Euzet, Étienne Augier, dit Ferragut du Pin, Vachon de Pont-Saint-Esprit et Verchère de Vénéjan qui prirent leur tête. Ils s’emparèrent alors de Cavillargues, Chusclan et Tresques, avant de piller les châteaux de Sabran, La Roque-sur-Cèze, Saint-Laurent-des-Arbres et Cornillon. Dans ce dernier château se trouvait le trésor de Clément VI. Son neveu, Guillaume III Roger de Beaufort, alors Lieutenant des armes du Sénéchal de Beaucaire, organisa la répression. En septembre 1382, il recruta des mercenaires et fit venir une compagnie d’arbelètiers d’Avignon. Ses troupes cantonnées à Bagnols-sur-Cèze attaquèrent alors Cornillon. Dirigées par Gantonnet d'Abzac, Commandant du Saint-Père pour le Païs de Saint-Esprit, elles semèrent la terreur. Guillaume III fit ensuite intervenir son capitaine des gardes de Bagnols, Jean Coq. Ce dernier réussit à pacifier le pays en expulsant les chefs du Tuchinat. Ce qui permit de signer la paix en février 1383[7].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2020[8] Louis Chinieu DVD Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.
  • 1992-2001 : Ludovic Labeaume[9]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2018, la commune comptait 967 habitants[Note 3], en diminution de 2,72 % par rapport à 2013 (Gard : +2,56 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
670651670734782743706739799
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
770739744704678639606575554
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
485481458444490512510532525
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
576616668809941908959967978
2017 2018 - - - - - - -
967967-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Chusclan est une commune célèbre pour ses vins, classés Côtes-du-rhône villages (AOC), Chusclan faisant partie du vignoble de la vallée du Rhône. Son vignoble produit le Chusclan (AOC).

Artisanat et industrie[modifier | modifier le code]

Activités de service[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Le château de Gicon qui domine le village.
  • Le logis seigneurial du XIIe siècle avec tours de garde et donjon central.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Chusclan Blason
D'azur, à la barre losangée d'argent et de sable[14].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 4 décembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 4 décembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le 4 décembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 4 décembre 2020)
  5. a b et c « Chusclan ou la naissance d’un village », sur www.chusclan.fr (consulté le 9 mars 2015)
  6. (oc + fr) Frédéric Mistral et Jules Ronjat, Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire provençal-français : embrassant les divers dialectes de la langue d'oc moderne..., Raphèle-lès-Arles, M. Petit, , 1179 p., 2 vol. ; 25 cm (ISBN 84-499-0563-X, notice BnF no FRBNF37258238), p. 554, t.1
  7. « Les seigneurs de Cornillon au XIVe siècle », sur www.cornillon.fr (consulté le 9 mars 2015)
  8. https://www.objectifgard.com/2020/04/22/chusclan-le-maire-louis-chinieu-est-decede-ce-mercredi/
  9. https://www.annuaire-mairie.fr/ancien-maire-chusclan.html
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  14. Eugène Germer-Durand, Ministère de l'instruction publique (Éditeur scientifique) et Comité des travaux historiques et scientifiques (dir.), Dictionnaire topographique du département du Gard : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Impr. impériale, , XXXVI-298 p., in-4 (notice BnF no FRBNF30500934), p. 57