Salindres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Salindres
Salindres
La Tour Bécamel.
Blason de Salindres
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Alès
Canton Alès-2
Intercommunalité Alès Agglomération
Maire
Mandat
Yves Comte
2016-2020
Code postal 30340
Code commune 30305
Démographie
Population
municipale
3 317 hab. (2015 en augmentation de 6,97 % par rapport à 2010)
Densité 288 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 10′ 19″ nord, 4° 09′ 30″ est
Altitude Min. 148 m
Max. 241 m
Superficie 11,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Salindres

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Salindres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Salindres

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Salindres

Salindres est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés Salindrois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Salindres est une commune située dans la Communauté d'agglomération du Grand Alès. Elle fut, au XIXe siècle, le lieu d'implantation de la première usine de Pechiney, ce qui lui vaut d'être qualifiée de « berceau de l'aluminium ».

Aujourd'hui, elle possède les caractéristiques d'une petite ville. Elle est située à 10 km d'Alès, 50 km de Nîmes et 100 km de Montpellier. Elle est fortement marquée par plus d'un siècle et demi d'activité industrielle.

La ville disposait d'une gare de voyageurs sur la petite ligne Alès-Bessèges de la SNCF. Cette gare est aujourd'hui démolie. L'arrêt est matérialisé par un simple abri au bord du quai. La gare de marchandise de Salindres fut, durant les années 1950-1960, la seconde gare de fret de la région en tonnage de marchandises. Début 2007, un hangar à marchandises a été construit en bordure de voie ferrée. Ce hangar doit recevoir ce qui a été décidé et voté en conseil municipal[1]. Les marchandises arriveraient à Salindres par voie ferrée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis le XIXe siècle, l'histoire de la ville est intimement liée aux industries chimiques. Henry Merle fonde le 25 janvier 1855 la Société Henry Merle et Compagnie. Cette industrie est liée à l'environnement et à la disponibilité de certaines ressources naturelles : présence autour de Salindres de minerai, comme le calcaire, la pyrite riche en sulfate de Saint-Julien-les-Rosiers, le charbon d'Alès et la proximité relative de la Camargue pour fournir du sel, depuis Salin-de-Giraud.

Ces matières ont permis de produire dès 1855 de la soude caustique et de l'acide sulfurique. La production de soude caustique et l'approvisionnement en bauxite de Provence et de l'Hérault, vont permettre la production d'un nouveau métal, l'aluminium[2]. Salindres est ainsi le plus ancien site industriel producteur d'aluminium au monde : la production débute en 1860 jusqu'en 1889[3]. C'est, pendant presque 30 ans, la seule usine de production d'aluminum au monde.

L’expansion se poursuivit sous Alfred Rangod Péchiney qui apporta d’importantes améliorations dans la fabrication des chlorates. Son nom donné à l’entreprise a perduré jusqu’en 2003, date de l’absorption de la branche aluminium par Alcan. La branche chimie, elle, est devenue Rhône-Poulenc, puis Rhodia, avant son rachat par le Belge Solvay en 2011.

Entretemps, des entreprises ont développé le site chimique, via deux entités à l'heure actuelle :

De nouvelles industries se sont installées ces dernières années profitant de la proximité d'une usine classée SEVESO 2 : Céramique Technique Industrielle (CTIsa) et S.A.S. Soureil.

Ces dernières installations sont les principales causes de pollutions olfactives de la commune. Une association (ADISL) et de nombreux riverains contestent vivement l'implantation de toute nouvelle entreprise sur la commune. Une pétition sur ce sujet a recueilli plus de 2 300 signatures. Une pétition spécifique à la quasi-totalité des médecins de Salindres et communes voisines a également été constituée[5]. Plusieurs plaintes ont également été déposées auprès du procureur de la république d'Alès.

De plus, un projet d'un centre de traitement des ordures ménagères à grande échelle (plus de 110 000 personnes) anime la vie citoyenne salindroise. Ce projet est lancé par le SMIRITOM d'Alès[6]. De nombreux habitants du Grand Alès sont contre ce projet imposé aux riverains.

Le principe d'une étude sur les odeurs et la qualité de l'air à Salindres a été votée en conseil municipal le 8 mars 2007. Elle a été mise en place courant 2007 avec le concours d'AIR-Languedoc Roussillon[7]. Un rapport d'Air LR datant de fin 2007 donne l'information suivante: « Origines des COV retrouvés en quantité significative pendant l'été sans émetteur connu (trichloroéthylène, 1,2- dichloroéthane, tétrachlorométhane…) demeurent inconnues ».

Un PPRT (Plan de prévention des risques technologiques) a été élaboré en raison de la présence d'un site SEVESO 2 seuil haut à Salindres, qui devait être achevé en 2009 et préciser les zones inconstructibles, les éventuels « délaissements » ou modifications que devront faire les propriétaires (confinement d'une pièce dans les maisons pour éviter la pénétration des gaz en cas d’accident majeur).

Au cours des décennies, ce sont 11 millions de tonnes de déchets d’origine chimique qui ont été accumulés sur le site. Le village de Salindres n’est pas encore répertorié sur la base de données des sites et sols pollués (Basias, Basol).[réf. nécessaire]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Salindres Blason D'or à la fasce losangée d'or et de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
... ... Jean Tuech    
... ... Jean Sauvagnargues    
... ... Antoine Coste    
... ... Paulin de Cambis    
... ... Antoine Trescol    
... ... Guillaume Êvesque    
... ... Jean Louis Êvesque    
... ... Jean André Tuech    
1871 1874 Émile Reboul    
1874 1876 Henry Merle    
1876 1883 Émile Reboul    
1883 1904 Alfred Rangod dit Pechiney    
1904 1917 Adrien Badin    
1917 1919 Clovis Ducros    
1919 1927 Émile Boyoud    
1927 1941 Robert de Prévoisin    
... ... Antonin Briac    
18 mai 1945 1971 Pierre Pasquet    
1971 1988 Jacques Merle    
1988 1993 Pierre Gras    
1993 1995 Simone Robert    
juin 1995 15 octobre 2016 Daniel Verdelhan PCF Retraité de l'enseignement
Conseiller général du Canton d'Alès-Sud-Est (1970-1994)
Député suppléant de la 4e circonscription du Gard (1997-2002)
15 octobre 2016 en cours Yves Comte[8] DVG Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10].

En 2015, la commune comptait 3 317 habitants[Note 1], en augmentation de 6,97 % par rapport à 2010 (Gard : +4,01 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
300311321369478490482548595
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
6771 1721 4052 0512 3292 6222 5502 5592 562
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5512 5572 8482 6312 8162 5382 4033 1263 350
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
3 8893 8453 6663 4593 2133 0553 0563 0563 190
2015 - - - - - - - -
3 317--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Jumelages[modifier | modifier le code]

  • Lipova (Roumanie)
  • Antikira (Grèce)
  • Staffoli fraction de Santa Croce Sul Arno (Italie)

Activité industrielle[modifier | modifier le code]

  • Salindres abritait un des plus importants sites d'extraction de l'alumine et de complexe chimique de la région Languedoc-Roussillon.
  • Aujourd'hui : complexe chimique Rhodia Opérations (classé SEVESO 2), Axens (potentiellement classé SEVESO 2 aussi) et GIE chimie.
  • Sociétés installées récemment sur la commune de Salindres, essentiellement des ICPE :
    • Céramiques Techniques et Industrielles CTI S.A. ;
    • SAS Soureil (valorisation et traitement des boues de stations d'épuration) ;
    • IRIS Solupack (engrais), classée SEVESO seuil bas ;
    • BIO 3 G (engrais) ;
    • Lafarge (ciments).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La Tour Becamel, construite en 1143 par les Templiers, domine la petite cité cévenole.

Le Trou Souffleur de Salindres (TSS), cavité naturelle souterraine remarquable par ses concrétions d'aragonite[13]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pierre Couronne

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] PV du CM du 20/02/04 et [PDF] PV du CM du 25/02/2005
  2. 150 ans d’Histoire Industrielle de Salindres, ASSOCIATION pour la RECHERCHE et l’ETUDE de l’HISTOIRE INDUSTRIELLE de SALINDRES AREHIS, 2007
  3. (en) référence sur aluminium.pechiney.com
  4. Axens (Site internet)
  5. ces deux pétitions sont déposées chez Maître Péron, huissier de justice à Alès
  6. Site du SMIRITOM et [1]
  7. Site d'Air LR
  8. http://www.midilibre.fr/2016/10/15/salindres-yves-comte-succede-a-daniel-verdelhan-a-la-tete-de-la-commune,1409878.php
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. Site officiel du Spéléoclub de la Gardonnenque