Gare de Nîmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Gare de Nîmes - Manduel - Redessan.
Nîmes
Image illustrative de l'article Gare de Nîmes
Bâtiment voyageurs et entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Commune Nîmes
Adresse 1 boulevard Sergent-Triaire
30000 Nîmes
Coordonnées géographiques 43° 49′ 57″ nord, 4° 21′ 59″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TGV, Ouigo, Intercités, TER Occitanie
Caractéristiques
Ligne(s) Tarascon à Sète-Ville
Voies 4 + 2 voies de circulation
Quais 2 centraux
Transit annuel 3 880 906 voyageurs (2014)
Altitude 46 m
Historique
Mise en service 1843
Correspondances
Bus La Citadine, H, J, K

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Nîmes

Géolocalisation sur la carte : Occitanie

(Voir situation sur carte : Occitanie)
Nîmes

Géolocalisation sur la carte : Gard

(Voir situation sur carte : Gard)
Nîmes

La gare de Nîmes est une gare ferroviaire française de la ligne de Tarascon à Sète-Ville, située sur le territoire de la commune de Nîmes, préfecture du département du Gard, en région Occitanie.

La première gare est établie en 1839 à l'est de la ville par la Compagnie des Mines de la Grand'Combe et des chemins de fer du Gard a été remplacée par l'actuelle gare construite postérieurement. C'est en 2014 une gare du réseau de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par le TGV, des trains Intercités et TER Occitanie.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare de Nîmes est située au point kilométrique (PK) 27,150[1] de la ligne de Tarascon à Sète-Ville, entre les gares voyageurs ouvertes de Manduel - Redessan et de Saint-Césaire. Son altitude est de 46 mètres.

Un raccordement direct entre la ligne de Tarascon à Sète et la ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Nîmes-Courbessac permet aux trains en provenance de cette dernière ligne d'accéder à la gare en évitant un rebroussement au triage de Nîmes-Courbessac. Établi en viaduc, il a été mis en service en 2013[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première gare de Nîmes, appelée alors embarcadère, est mise en service par la Compagnie des Mines de la Grand'Combe et des chemins de fer du Gard le 15 juillet 1839[3], lors de la mise en service de la section de Nîmes à Beaucaire. L’embarcadère est construit à l’est de la ville, entre les chemins d'Uzès et d‘Avignon, dans le quartier Richelieu aménagé dans la première moitié du XVIIIe siècle[4]. La ligne d'Alais à Beaucaire étant ouverte en totalité le 19 août 1840. De nos jours ne subsiste qu'un des deux pavillons latéraux de cette première gare, aujourd'hui rue Sully[5].

La gare vers 1916

La seconde gare de Nîmes, face à l'actuelle avenue Feuchères, est construite au sud de la ville, entre 1840 et 1844, sur le viaduc de la ligne de chemin de fer de Montpellier à Nismes, qui se raccorde au chemin de fer du Gard à l’est. Elle deviendra la gare principale et unique de la ville. Elle possède une façade particulièrement monumentale d'environ 100 mètres de long rythmée par deux niveaux de 19 arcades. Son style est résolument néoclassique, inspiré de manière plus épurée certes des arènes romaines. Les grands frontons qui couronnent la façade sont un ajout très postérieur de 1947, époque à laquelle l'ancienne marquise fut démolie pour permettre l'électrification de la ligne et masquer la nouvelle marquise réalisée en audacieux voiles de bétons.

À environ un kilomètre à l'Est se trouve le dépôt et ce qu'il reste des anciennes rotondes, hébergeant le Musée du Chemin de Fer de l'AAATV SNCF Nîmes, qui y assure la sauvegarde également du matériel (dont une locomotive électrique type BB 9400 ainsi que la CC 6575).

En 2014, selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare était de 3 880 906 voyageurs[6].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare[7] SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichet, ouvert tous les jours. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport. C'est une gare « Accès plus » disposant d'aménagements et de services pour les personnes à la mobilité réduite.

Desserte[modifier | modifier le code]

La gare est desservie par les trains suivants :

  • Intercités :
    • Bordeaux - Toulouse - Montpellier - Nîmes - Marseille
    • Nîmes - Clermont-Ferrand

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parc pour les vélos et un parking pour les véhicules sont aménagés[7].

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, (ISBN 978-2-918758-44-0), volume 2, page 139.
  2. « Nîmes inaugure le viaduc de Courbessac », sur rff.fr, (consulté le 16 octobre 2014).
  3. Site nemausensis.com, 1839 : histoire de la ville de Nîmes, par Adolphe Pieyre lire (consulté le 28 octobre 2011).
  4. Michèle Lambert-Bresson, "De l'implantation du chemin de fer de Nîmes à la création d'un nouveau quartier - le dessin du quartier de l’embarcadère", in Architecture urbaines et architectures du mouvement - 1800-1950, cahiers de l'IPRAUS, IPRAUS et Éditions Recherches, 2011, (ISBN 978-2-86222-076-5).
  5. Ce pavillon subsistant a été inscrit au titre des monuments historiques par arrêté du 7 septembre 1987 ; Notice no PA00103097, base Mérimée, ministère français de la Culture (consultée le 17 octobre 2014).
  6. « Fréquentation en gares en 2014 – Nîmes », sur SNCF Open Data, traitement du 26 avril 2016 (onglet informations) (consulté le 3 novembre 2016).
  7. a et b Site SNCF Ter Languedoc-Roussillon, Informations pratiques sur les gares et arrêts  : Gare de Nîmes lire (consulté le 29 octobre 2011).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Marseille-Saint-Charles Avignon-TGV AVE Montpellier-Saint-Roch Madrid-Atocha
Lyon-Part-Dieu Valence-TGV AVE Montpellier-Saint-Roch Barcelone-Sants
Paris-Gare-de-Lyon Paris-Gare-de-Lyon
ou Valence-TGV
TGV Montpellier-Saint-Roch Barcelone-Sants
Paris-Gare-de-Lyon Paris-Gare-de-Lyon
ou Valence-TGV
TGV Montpellier-Saint-Roch Montpellier-Saint-Roch
ou Béziers
ou Perpignan
Bruxelles-Midi Valence-TGV TGV Montpellier-Saint-Roch Montpellier-Saint-Roch
ou Perpignan
Lille-Europe Valence-TGV TGV Montpellier-Saint-Roch Montpellier-Saint-Roch
Nantes
ou Rennes
Valence-TGV TGV Montpellier-Saint-Roch Montpellier-Saint-Roch
Luxembourg Valence-TGV TGV Montpellier-Saint-Roch Montpellier-Saint-Roch
Strasbourg-Ville Lyon-Part-Dieu
ou Valence-TGV
TGV Montpellier-Saint-Roch Montpellier-Saint-Roch
Nancy-Ville
ou Dijon-Ville
Valence-TGV TGV Montpellier-Saint-Roch Toulouse-Matabiau
Lyon-Part-Dieu Lyon-Part-Dieu
ou Valence-TGV
TGV Montpellier-Saint-Roch Toulouse-Matabiau
Aéroport Charles-de-Gaulle 2 TGV
ou Marne-la-Vallée - Chessy
Lyon-Saint-Exupéry-TGV
ou Valence-TGV
Ouigo Montpellier-Saint-Roch Montpellier-Saint-Roch
Marseille-Saint-Charles Arles Intercités Montpellier-Saint-Roch Toulouse-Matabiau
ou Bordeaux-Saint-Jean
Clermont-Ferrand Alès Intercités Terminus Terminus
Marseille-Saint-Charles
ou Avignon-Centre
Tarascon
ou Manduel - Redessan
TER Occitanie /
PACA
Terminus
ou Saint-Césaire
ou Lunel
Terminus
ou Montpellier-Saint-Roch
ou Narbonne
ou Cerbère
ou Portbou
Mende Alès TER Occitanie Terminus Terminus
Génolhac
ou Alès
Saint-Géniès-de-Malgoirès
ou Fons - Saint-Mamert
TER Occitanie Terminus Terminus
Terminus Terminus TER Occitanie Saint-Césaire Le Grau-du-Roi