La Vernarède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Vernarède
L'entrée du village
L'entrée du village
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Alès
Canton La Grand-Combe
Intercommunalité Alès Agglomération
Maire
Mandat
Raymond Pamboutzoglou
2014-2020
Code postal 30530
Code commune 30345
Démographie
Population
municipale
333 hab. (2014 en diminution de 5,93 % par rapport à 2009)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 17′ 23″ nord, 4° 00′ 35″ est
Altitude 320 m
Min. 307 m
Max. 644 m
Superficie 5,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
La Vernarède

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
La Vernarède

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Vernarède

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Vernarède

La Vernarède est une commune française située dans le département du Gard en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est la Société qui exploitait les houillères (la Société anonyme de l'éclairage au gaz et des Hauts Fourneaux et Fonderies de Marseille et des Mines de Portes et Sénéchas) qui a demandé et obtenu la création de la commune de La Vernarède.
L'acte de fondation de La Vernarède est du 29 novembre 1869: le Conseil municipal a été installé le 2 mai 1870, et la mairie conférée à M. Roussellier, directeur de la Société exploitant les Mines.La population recensée en 1869 était de 3 005 habitants. La Vernarède fut créée à partir de parcelles de Chambon (Gard) et de Portes (Gard). Cette ville champignon qui a compté jusqu'à 4 000 habitants a accueilli les ouvriers de la Cie minière de Portes et Sénéchas qui exploitait le charbon sur son territoire. Cette Compagnie avait été fondée en 1854 par le financier Jules Isaac Mirès (1809-1871), qui l'intégra d'emblée dans sa Société de l'éclairage au Gaz, des fonderies et hauts fourneaux de Marseille. Ainsi Mirès alimentait en coke son entreprise sidérurgique qui avait le monopole de l'éclairage dans la cité phocéenne et à Arles. C'est par la suite Samson Jordan (1831-1900), professeur de métallurgie à l'École centrale, administrateur délégué jusqu'en 1900, qui lui donna un grand développement. Le charbon de Portes d'excellente qualité, alimenta la marine impériale et la marine nationale. Mais une mauvaise gestion des ressources au XXe siècle et d'incessantes luttes sociales condamnèrent la Cie au déclin jusqu'à sa nationalisation en 1946 et l'abandon total de l'exploitation en 1956.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vernarède (La) Blason D'or à la bande losangée de gueules et d'argent accompagnée, en chef, de deux pics de sable passés en sautoir et, en pointe, d'une lampe de mineur du même.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
novembre 2009 en cours Raymond Pamboutzoglou PCF Retraité
mars 2008 novembre 2009 Régis Ponge PCF Employé France Télécom
mai 1976 mars 2008 Christian Miaille PCF  
mai 1945 avril 1976 Fernand Corbier PCF Conseiller général du Canton de Génolhac
(1945-1970)
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1876. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[2].

En 2014, la commune comptait 333 habitants[Note 1], en diminution de 5,93 % par rapport à 2009 (Gard : +4,86 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
3 894 3 515 3 346 3 529 3 319 2 373 2 504 2 248 1 739
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
1 811 1 461 1 173 1 089 1 282 1 189 943 662 534
1990 1999 2006 2007 2008 2013 2014 - -
440 389 367 364 360 338 333 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les plans inclinés de Portes et Sénéchas qui transportaient le charbon de la Vernarède à la Grand'Combe de 1859 à 1867 sont remarquables d'un point de vue technique et architectural. De nombreux vestiges de cet ancien chemin de fer minier subsistent aux lieux-dits de la Canebière et au Péreyrol mais c'est sur la commune voisine de Sainte-Cécile-d'Andorge qu'ils ont été restaurés et mis en valeur. Ainsi, les ouvrages d'art de la tour des Pinèdes et du Simonet où se situaient les plans dits bis-automoteurs offrent des panoramas saisissants de l'ère industrielle en Cévennes. Dans ce système, les wagons pleins de coke ou de charbon brut faisaient remonter les wagons vides. Le topoguide de randonnée du Pays grand'combien édité par le Parc national des Cévennes offre deux balades sur ce thème.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :