Orthoux-Sérignac-Quilhan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Orthoux-Sérignac-Quilhan
Orthoux-Sérignac-Quilhan
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Le Vigan
Intercommunalité Communauté de communes du Piémont Cévenol
Maire
Mandat
Jean-Michel Roque
2020-2026
Code postal 30260
Code commune 30192
Démographie
Gentilé Orsérilhanois (ses)
Population
municipale
422 hab. (2018 en augmentation de 4,46 % par rapport à 2013)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 53′ 34″ nord, 4° 03′ 27″ est
Altitude Min. 44 m
Max. 206 m
Superficie 13,98 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Quissac
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Orthoux-Sérignac-Quilhan
Géolocalisation sur la carte : Gard
Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Orthoux-Sérignac-Quilhan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Orthoux-Sérignac-Quilhan
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Orthoux-Sérignac-Quilhan

Orthoux-Sérignac-Quilhan est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Orthoux-Sérignac-Quilhan est une commune du Gard située à 30 km au nord-ouest de Nîmes, 18 km au nord de Sommières, 49 km au nord-est de Montpellier, 40 km au sud d'Alès et à 4,7 km au sud-est de Quissac (Gard).

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune d'Orthoux-Sérignac-Quilhan est constituée de cinq ensembles urbains. Les villages de Sérignac et d'Orthoux, et les lieux-dits de Rauret, des Mazes et de Quilhan.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Orthoux-Sérignac-Quilhan est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (55,6 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (53,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (40,9 %), zones agricoles hétérogènes (27,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (14,7 %), cultures permanentes (14,3 %), zones urbanisées (2,3 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Orthoux : Attestée sous la forme Ortoli en 1239, Ortolis en 1370[7]. Ce nom est basé sur l'occitan ort ("jardin", "jardin potager"), suffixé en -ols, un suffixe diminutif pluriel; -ols s'est vocalisé en -ou(x). C'est l'endroit où il y a des petits jardins (potagers)[7].

Sérignac : Du nom d'homme latin Serenus et suffixe -acum.

Quilhan : Villa Quiliano en 938, du nom d'homme latin Quelius et suffixe -anum.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Orthoux-Sérignac-Quilhan Blason
De vair à la fasce losangée d'or et de gueules.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1791 1792 Louis Pagès    
1792 1796 Nicolas Ribière    
1796 1797 Jacques Cres    
1797 1799 Jean-Pierre Pailler    
1799 1800 Louis Tourret    
1800 1820 Jean-Antoine Ribière    
1820 1831 Jean Pailler    
1831 1851 Jacques Fermaud    
1851 1858 Claude Soulier    
1858 1870 Jules Conduzorgues    
1870 1874 Achille Pailler    
1874 1878 Jules Conduzorgues    
1878 1883 Achille Pailler    
1883 1883 Eugène Soulier    
1883 1896 Louis Bourguet    
1896 1907 Jules Bourguet    
1907 1908 Prosper Bosc    
1908 1913 Jules Bourguet    
1913 1919 Léonce Léonard    
1919 1925 Joël Gachon    
1925 1929 Marcel Gay    
1929 1930 Joël Gachon    
1930 1932 Julien Gachon    
1932 1941 Louis Bourguet    
1941 1944 Étienne Louis Coulondre    
1944 1965 Alfred Bourguet    
1965 1989 André Gachon    
1989 2001 René Cazalis    
mars 2001 2008 Jacques Coulon DVG Vice-président de la communauté de communes
mars 2008 2014 Véronique Sakiz   1re vice-présidente de la communauté de communes
mars 2014 2020 Eliane Coste PS Retraitée Fonction publique
juillet 2020 En cours Jean-Michel Roque   Viticulteur
Les données manquantes sont à compléter.

Canton[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du canton de Quissac. Le canton dépend de l'arrondissement du Vigan et de la cinquième circonscription du Gard dont le député est William Dumas (PS).

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9].

En 2018, la commune comptait 422 habitants[Note 2], en augmentation de 4,46 % par rapport à 2013 (Gard : +1,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
460359373372404409395382388
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
324360360423405339345342325
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
365383355336282289293232239
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
215171179165272290366402404
2018 - - - - - - - -
422--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Hameau de Sérignac : arche, four à pain, capitelle.
  • Hameau d'Orthoux : lavoir, église et son petit cimetière attenant.
  • Hameau des Mazes : puits.
  • Orthoux : croix et puits, moulin.
  • Anciens pont et tuilerie : cette tuilerie daterait du début du XVIIIe siècle, les protestants réunis dans un champ proche s'y procuraient du feu.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

C'est sur la commune d'Orthoux en 1970 que débuta l'affaire Roland Agret, une des plus grandes énigmes judiciaires du XXe siècle. Roland Agret sera réhabilité par la cour de cassation de Lyon en 1985.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 13 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 13 avril 2021)
  7. a et b Ernest nègre, Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1311
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :