Barre-des-Cévennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Lozère
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Lozère.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Barre-des-Cévennes
Vue générale.
Vue générale.
Blason de Barre-des-Cévennes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lozère
Arrondissement Florac
Canton Le Collet-de-Dèze
Intercommunalité CC Gorges Causses Cévennes
Maire
Mandat
François Rouveyrol
2014-2020
Code postal 48400
Code commune 48019
Démographie
Gentilé Barrois
Population
municipale
201 hab. (2014)
Densité 5,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 14′ 44″ nord, 3° 39′ 15″ est
Altitude Min. 500 m – Max. 1 064 m
Superficie 34,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lozère

Voir sur la carte administrative de Lozère
City locator 14.svg
Barre-des-Cévennes

Géolocalisation sur la carte : Lozère

Voir sur la carte topographique de Lozère
City locator 14.svg
Barre-des-Cévennes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Barre-des-Cévennes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Barre-des-Cévennes

Barre-des-Cévennes (en occitan, Barra de las Cevenas) est une commune française, située dans le département de la Lozère en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Barrois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Barre des cévennes se situe au cœur du parc national des Cévennes. Entouré par les communes de Molezon, Saint-Laurent-de-Trèves et Vebron, Barre-des-Cévennes est situé à 10 km au nord-ouest de Sainte-Croix-Vallée-Française la plus grande ville aux alentours. Situé à 920 mètres d'altitude, la Rivière La Mimente, la Rivière Le Gardon De Sainte-Croix, le Ruisseau d'Ajaric sont les principaux cours d'eau qui traversent la commune de Barre-des-Cévennes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

À rapprocher du gaulois *barr- qui a dû signifier « extrémité, sommet », de la racine pré-indo-européenne *bar « hauteur, rocher » de la racine pré-indo-européenne *bal « hauteur, rocher » .

Baro ou Bàrro en occitan alpin a le sens de vire, « bande de terrain de forme allongée ».

En ancien occitan barra signifie « droit de circulation dont le produit est affecté à l'entretien des routes et emplacement où se trouve l'habitation du fermier levant le droit de barre »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Barre était le siège de l'une des douze seigneuries gentilhommières du Gévaudan, donnant droit d'entrée aux États particuliers du Gévaudan. Le château du seigneur de Barre était situé sur le promontoire au-dessus du village.

La région fut particulièrement marquée par la révolte des Camisards au début du XVIIIe siècle.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Barre-des-Cévennes

Le blasonnement de Barre-des-Cévennes est : d'argent aux deux fasces de gueules. Il reprend celui de la seigneurie de Barre.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Barre-des-Cévennes[2]
Période Identité Étiquette Qualité
1806 1815 Louis Lamarche    
         
1892 mai 1908 Laurent Bruc    
mai 1908 juillet 1908 Casimir Boissier    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 201 habitants, en diminution de -1,95 % par rapport à 2009 (Lozère : -1,05 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
483 490 505 499 1 034 758 717 680 735
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
745 710 696 655 662 680 625 566 546
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
529 529 520 381 374 358 371 293 241
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
207 201 152 214 187 180 199 204 201
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Images[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Xavier Gouvert - « Problèmes et méthodes en toponyme française »
  2. D'après FranceGenWeb.org
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Le Musée du Désert - Jean-Paul CHABROL », sur museedudesert.com,‎ (consulté le 26 janvier 2015).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :