Bezouce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bezouce
Bezouce
église paroissiale
Blason de Bezouce
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Redessan
Intercommunalité Communauté d'agglomération Nîmes Métropole
Maire
Mandat
Antoine Marcos
2014-2020
Code postal 30320
Code commune 30039
Démographie
Gentilé Bezouçois
Population
municipale
2 301 hab. (2016 en augmentation de 7,57 % par rapport à 2011)
Densité 187 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 52′ 56″ nord, 4° 29′ 27″ est
Altitude Min. 56 m
Max. 139 m
Superficie 12,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Bezouce

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Bezouce

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bezouce

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bezouce
Liens
Site web bezouce.org

Bezouce, Bezouço en occitan[1], est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Les communes de Redessan, Lédenon, Cabrières et Saint-Gervasy sont limitrophes de la commune de Bezouce.

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Axes ferroviaires[modifier | modifier le code]

Axes routiers[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Bezouce est l'une des 79 communes membres du Schéma de Cohérence Territoriale SCOT du Sud du Gard (voir lien) et fait également partie des 41 communes du Pays Garrigues Costières.

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

De l'occitan besouch : serpe à tailler les haies, qui vient du roman besog, besoch[2] qui a donné Bezouço, nom de lieu Bezouche (Gard), du roman Besossa, bas latin Bezocia, Besocia, Bedocia, Bedotia, Biducia, Biducium[1].

Ses habitants s'appellent les Bezouçois et Bezouçoises.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune a évolué au cours de l'histoire du village, Biduccia en 1146[3] puis Besocia en 1384[4] est une paroisse du doyenné de Marguerittes.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Pendant les guerres religieuses du XVIe siècle, Bezouce fut pris et repris par les deux partis ; deux fois, en 1562 et en 1579, les catholiques furent massacrés et le village pillé par les huguenots. Louis XIII séjourna à Bezouce, du 4 au 7 juillet 1629, et y reçut la soumission des protestants de Nîmes.

Avant 1790, Bezouce était une paroisse, de culte catholique, du diocèse et de l'archiprêtre de Nîmes. Son prieuré simple et séculier, du titre de Saint-André, appartenait pour un tiers à l'évêque de Nîmes, seigneur du lieu ; les deux autres tiers des revenus formaient la congrue du vicaire perpétuel que l'évêque instituait seul.

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Bezouce devient succursale érigée par décret du 17 prairial an XIII (), avec un vicariat, décrété le  ; sa population, majoritairement de confession catholique, s'élève à 774 âmes. Les écoles sont dirigées par des Frères de Saint Andréol. L'établissement des Frères a été fondé en 1859, par le baron de Fontarèches.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Michel Angelier    
2001 2008 Jacky Grimaud DVG Vice-président de Nîmes Métropole
2008 2014 Daniel Prats UMP Vice-président de Nîmes Métropole
2014 En cours Antoine Marcos SE Contremaître
Vice-président de Nîmes Métropole

Conseil Municipal[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Bezouce est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2016, la commune comptait 2 301 habitants[Note 1], en augmentation de 7,57 % par rapport à 2011 (Gard : +3,29 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
800626655855839751740800814
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
840847831867774752701684621
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
619614600516520572558561540
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
6196817211 2801 6251 9502 0702 1392 301
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Artisanat et industrie[modifier | modifier le code]

Activités de service[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Aqueduc de Nîmes, site archéologique aqueduc gallo-romain (Inscription MH 23 mars 1999), canal qui alimente la ville de Nîmes. Il prend sa source à Uzès et passe par le pont du Gard. Au XIXe siècle, un second canal a doublé une partie de l'aqueduc gallo-romain. Propriété de la commune.
  • Mairie (XIXe siècle).

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale : l'église de Bezouce, construite au XIe siècle et agrandie en 1837 et en 1858, était primitivement romane ; les transformations nouvelles sont de style ogival. Cette église fut témoin, le , d'une cérémonie vue rarement dans une église de village : la consécration de Jacques de Caulers, Évêque de Nîmes. Jean Bonnail, évêque de Maguelonne, fut le prélat consécrateur. Il était assisté de l'évêque d'Antioche et de Jean de Mareuil, évêque d'Uzès.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : armorial des communes du Gard.
Blason de Bezouce

Les armes de Bezouce se blasonnent ainsi :

Écartelé : au premier d'azur aux trois croisettes latines cousues de gueules mal ordonnées, au deuxième d'hermine plain, au troisième d'argent à la grappe de raisin de gueules feuillée d'une pièce de sinople senestrée d'un rameau d'olivier du même fruité de sable, au quatrième d'azur au moulin à vent d'or sur une terrasse du même, à la plume d'oie d'argent brochant en barre sur le tout[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (oc + fr) Frédéric Mistral et Jules Ronjat, Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire provençal-français, Raphèle-lès-Arles, M. Petit, , 2 vol. ; 25 cm (ISBN 84-499-0563-X, notice BnF no FRBNF37258238), p. 282, t.1
  2. (oc + fr) Frédéric Mistral et Jules Ronjat, Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire provençal-français, Raphèle-lès-Arles, M. Petit, , 2 vol. ; 25 cm (ISBN 84-499-0563-X, notice BnF no FRBNF37258238), p. 275, t.1
  3. Quod domini Useticae habent in villa de Biducia... extrait de Reconnoissance des fiefs que les seigneurs d'Usez tenoient du vicomte de Nismes (1146) dans (fr + la) Claude Devic et Joseph Vaissette, Histoire générale de Languedoc, Toulouse, J.-B. Paya, 1840-1846, 10 vol. ; in-8 (notice BnF no FRBNF36384293), p. 448, t. 4
  4. Dénombr. de la sénéch.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. « Blason de la commune », sur www.labanquedublason2.com (consulté le 24 février 2015)