Quissac (Gard)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Quissac.

Quissac
Quissac (Gard)
Vue aérienne du village
Blason de Quissac
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Le Vigan
Canton Quissac
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes du Piémont cévenol
(siège)
Maire
Mandat
Serge Cathala
2014-2020
Code postal 30260
Code commune 30210
Démographie
Gentilé Quissacois, Quissacoise
Population
municipale
3 172 hab. (2016 en augmentation de 10,91 % par rapport à 2011)
Densité 136 hab./km2
Population
aire urbaine
3 217 hab. (2017)
Géographie
Coordonnées 43° 54′ 37″ nord, 4° 00′ 03″ est
Altitude Min. 60 m
Max. 472 m
Superficie 23,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Quissac

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Quissac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Quissac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Quissac
Liens
Site web Site officiel

Quissac est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

Quissac est un village gardois situé en bordure du fleuve le Vidourle, non loin de Nîmes et de Montpellier, dominé par le massif de Coutach dont la forêt se compose essentiellement de chênes verts et dont le point culminant, au sommet d'une grande colline (presque une montagne...) de forme pyramidale, atteint 472 mètres à Piecan. Entre mer et Cévennes, Quissac fait partie de ces villages pittoresques au riche passé, entouré de vignes et de garrigues.

Le Vidourle peut connaître des crues spectaculaires, les vidourlades[1], qui sont dans la mémoire de tous les Quissacois. Le reste de l'année, le Vidourle a un régime proche de celui des oueds. Son débit est souvent faible, en été, presque à sec, il n'est guère impressionnant.

Vidourlades.

La Garonette, rivière sachant se faire discrète, disparaît sous le village pour réapparaître au pied du temple et se jeter dans le Vidourle. Ce ruisseau est cependant redoutable en cas de fort orage, notamment en automne...

Le Crieulon, affluent du Vidourle avec un régime pluvial qui peut atteindre des débits importants, a nécessité la construction d'un barrage écrêteur de crues (le barrage de la Rouvière). L'édifice se situe sur les communes de Bragassargues (pour la rive gauche) et de Quissac (rive droite).

Histoire[modifier | modifier le code]

La fondation de Quissac remonte au Moyen Âge, comme en témoigne le quartier de Vièle. Avec ses ruelles étroites et ses maisons en pierre, le vieux quartier de Quissac a gardé son authenticité. On trouve la première mention de Quissac en 1274 : son église dépend alors de l'abbaye de Sauve[2]. La paroisse devient ensuite le centre d'un des archiprêtrés mis en place à la fin du XVIIe siècle pour renforcer l’encadrement catholique de la région, l'église étant reconstruite et agrandie à la même période. La population est cependant majoritairement protestante. L’industrie textile et des peaux se développe : le bourg devient un centre de fabrication de chapeaux et de bas de soie, activité qui perdurera jusqu'au XXe siècle[3].

Avec le XIXe siècle et l'essor économique de la vigne, le village se développe, aidé par l'arrivée du chemin de fer en 1872. L'existence de tanneries sur le Vidourle, mais également des activités plus traditionnelles comme le commerce de bestiaux et les traditionnelles magnaneries, participent à ce développement.

Autour du « Camp Neuf », un deuxième village se constitue.

À noter également, la construction au milieu du XIXe siècle d'un canal d'irrigation à partir du Vidourle, allant de Quissac à Orthoux.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Quissac Blason D'argent au pont de sept arches de gueules, celle du milieu plus grande, sommé d'un saule pleureur de sinople et posé sur des ondes du même mouvant de la pointe.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Eugène Conduzorgues-Lairolles Républicain  
    René Marion DVD Conseiller général du canton de Quissac (1945 → 1958)
Désiré Rousset[4] PS Enseignant retraité
Conseiller général du canton de Quissac (1958 → 1988)
Les données manquantes sont à compléter.
Robert Bresson[5] UDF puis UMP Médecin psychiatre, chef d'entreprise
Marc Jonget PS  
en cours Serge Cathala DVD[6] Retraité du ministère de l’Intérieur

Canton[modifier | modifier le code]

La commune est le chef-lieu du canton de Quissac qui dépend de l'arrondissement d'Alès et de la cinquième circonscription du Gard.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8].

En 2016, la commune comptait 3 172 habitants[Note 1], en augmentation de 10,91 % par rapport à 2011 (Gard : +3,29 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3101 2771 3241 4131 5181 5601 5901 5881 770
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7361 5581 5561 6791 6081 5311 5321 5161 552
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6061 6301 7051 7341 8061 9021 7371 5241 460
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 6071 7161 9531 9232 0522 2722 5692 6092 649
2013 2016 - - - - - - -
3 1163 172-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Faustin-et-Saint-Jovite, restaurée entièrement au XVIIe siècle après les guerres de religions, et qui possède un clocher surmonté d'un campanile en fer forgé de forme pyramidale qui abrite l'ancienne cloche des heures (fin XVIIe siècle).
Église Saint-Faustin-et-Saint-Jovite.
  • Temple : du plus pur style néoclassique des années 1830. La façade donnant sur le quai du Vidourle possède une remarquable et monumentale colonnade à cannelures (portique d'entrée) supportant un large fronton triangulaire (digne d'un palais de Justice...). L'édifice, comme d'autres de ce type à destination d'un lieu de culte protestant, a récemment, été proposé à l'inscription aux Monuments Historiques. Son clocher abrite une cloche des années 1840 de 440 kg issue des ateliers Jean Baptiste de Marseille .
Temple de Quissac
  • Hôtel de ville début XXe, de style très « parisien » et qui possède une haute toiture à 4 pans en ardoises ; un cadran d'horloge y est présent au sein d'un œil de bœuf sculpté ; un petit campanile avec carillon supportant 3 cloches surmonte le tout.
  • Vieux pont du Vidourle bien souvent mis à mal par les crues.
  • « Château de Sabatier » en direction de Sauve (privé, ne se visite pas), domaine d'origine médiévale remanié au XVIIIe siècle ; superbe et monumentale grille d'entrée, chef d'œuvre de ferronnerie d'époque Louis XVI ; présence d'un gracieux petit campanile milieu XVIIIe en fer forgé ouvragé, abritant une cloche des heures de la même époque sur l'une des tours.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « vidourlade — Wiktionnaire », sur fr.wiktionary.org (consulté le 16 octobre 2017)
  2. Dictionnaire topographique du Gard, Germer-Durand, 1868.
  3. Le Gard de la préhistoire à nos jours, dir. Raymond Huard, éd. Bordessoules, 2003.
  4. Notice ROUSSET Désiré, Marcel, Jean-Louis, Antoine par Gilles Morin, version mise en ligne le 28 août 2015, dernière modification le 9 septembre 2015
  5. « Disparition de l’ancien maire, Robert Bresson », Midi Libre,‎ (lire en ligne)
  6. https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/030/C1030210.html
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. Charles du Rozoir, Louis Devillas : 1747-1832, dans Les bienfaiteurs de l'Humanité : Études biographiques, Paris : Librairie Paul Ducrocq, 1878, pp.229-233)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :