Saint-Ambroix (Gard)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Ambroix.
Saint-Ambroix
La mairie de Saint-Ambroix et le rocher du Dugas.
La mairie de Saint-Ambroix et le rocher du Dugas.
Blason de Saint-Ambroix
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Alès
Canton Rousson
Intercommunalité Communauté de communes Cèze-Cévennes
(siège)
Maire
Mandat
Jean-Pierre de Faria
Depuis 2014
Code postal 30500
Code commune 30227
Démographie
Gentilé Saint-Ambroisiens, Saint-Ambroisiennes
Population
municipale
3 176 hab. (2014)
Densité 271 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 15′ 41″ nord, 4° 11′ 55″ est
Altitude Min. 118 m – Max. 485 m
Superficie 11,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Saint-Ambroix

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Saint-Ambroix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Ambroix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Ambroix
Liens
Site web www.saint-ambroix.fr/

Saint-Ambroix, en occitan Sent Ambruèis, est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville et le rocher du Dugas.

Située dans le sud de la France, Saint-Ambroix est une ancienne capitale de la soie. Carrefour touristique et commercial des Cévennes, la ville est située proche du Parc national des Cévennes dans un site particulièrement pittoresque dominé par le rocher de Dugas et son remarquable ensemble en grande partie médiéval, comprenant l'ancien château, la tour de l'horloge et la chapelle de la Vierge ainsi que la fameuse tour Guisquet sur un promontoire qui lui fait face au sud. Elle est traversée par la Cèze, endiguée sur sa rive gauche pour protéger des crues le faubourg du Paradis.

Par sa situation géographique privilégiée, Saint-Ambroix constitue le point de départ de multiples itinéraires touristiques notamment en direction de la verdoyante haute vallée de la Cèze.

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Ambroix est une cité historique, les Celtes et les Romains y ont laissé des traces de leur passage. Ville fortifiée au Moyen Âge, elle va par la suite se développer commercialement et industriellement (industrie de la soie au XIXe siècle). Étonnante et mystérieuse par son rocher du Dugas, ses fouilles archéologiques, ses maisons troglodytes, les ruines de son château, sa tour Guisquet, sa légende du Vòlo-Biòu (le bœuf qui vole) mais surtout son autel à sacrifice humain de l'époque celtique qui rend cette ville unique.

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Pont-Cèze[1].

Aujourd'hui, Saint-Ambroix joue le rôle d'un véritable pôle commercial grâce à son marché dont les origines remontent à 1363 (faveur royale du roi Jean II le Bon). Ville très touristique durant la période estivale, elle est dotée de nombreux campings, hôtels, restaurants, gîtes, plans d'eau ainsi que d'une maison de retraite et de repos.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes de Saint-Ambroix se blasonnent ainsi : D'azur au château d'argent, ouvert et ajouré de deux fenêtres de sable, flanqué de deux grosses tours aussi d'argent, ajourées chacune d'une fenêtre aussi de sable.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1959 1971 Édouard_Thibault MRP Député (1945-1962)
Conseiller général (1958-1964)
Ministre (1953-1954)
mars 2001 mars 2008 Marcel Tronc DVD  
mars 2008 mars 2014 Daniel Pialet DVG  
mars 2014 en cours Jean-Pierre de Faria DVD Cadre supérieur
Saint-Ambroix (30)

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 176 habitants, en diminution de -5,17 % par rapport à 2009 (Gard : 4,64 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 300 2 258 2 102 2 531 2 947 3 107 3 148 3 650 3 724
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 260 4 060 4 645 4 260 4 012 3 454 3 433 3 380 3 307
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 585 3 631 3 494 3 549 3 558 3 350 3 317 3 301 3 627
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
3 731 4 164 3 815 3 845 3 517 3 365 3 508 3 349 3 176
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Transports[modifier | modifier le code]

Les quais de la gare de St-Ambroix.

Saint-Ambroix est dotée d'une gare de voyageurs sur la ligne Alès-Bessèges de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF). L'ancien bâtiment voyageurs est toujours présent.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'ancien château et la chapelle XIXe surplombant l'ancienne ville sur le rocher de Dugas.
  • La tour de l'horloge et sa cloche du XVIIe siècle.
  • La vieille ville : portes, fenêtres, façades, vestiges des remparts, rues en pentes, escaliers, etc.
  • L'église Saint-Ambroix de la seconde moitié du XIXe siècle.
  • Le temple de la seconde moitié du XIXe siècle.
  • Places, fontaines, et immeubles richements décorés sur le boulevard tout comme l'hôtel de ville (XIXe).
  • Anciennes filatures et maisons de filateurs (façade du Crédit agricole, maison et filature Silhol...).
  • Ancienne minoterie.
  • Site archéologique du Dugas.
  • 33 sentiers pédestres.
  • La Tour Guisquet de style médiéval édifiée en briques.
  • Château de Montalet (Molières-sur-Cèze).
  • Tour Guisquet.
    Musée de la Femme et de l'Enfant (Les Mages) - Musée des Blasons (Saint-Jean-de-Valériscle) - Maison des Liqueurs (Saint-Florent-sur-Auzonnet).
  • Grotte de la Cocalière (Courry).
Vue sur la ville depuis le Dugas.
Place aux Herbes.

La légende du Volo Biòu[modifier | modifier le code]

Tous les 13 et 14 juillet, les Saint-Ambroisiens font revivre leur légende datant du Moyen Âge par une fête médiévale et font voler un bœuf[5] ! La fête a été primée en 1994 et sélectionnée comme l'une des plus belles fêtes de France en 1998. Elle est sélectionnée par le guide des fêtes viticoles de France.

En résumé : Après une récolte très importante de raisins, les Saint-Ambroisiens ne savaient plus quoi faire de leur vin qui commençait à moisir. Le consul (maire de l'époque) décida que l'on ferait voler un bœuf à Saint-Ambroix, le fit annoncer et organisa une grande célébration où tout le monde but à volonté... le vin s'écoula, il n'en resta pas une goutte, et le bœuf fut jeté du haut de la colline (le Ranc d'Uzège). Malheureusement et bien évidemment il s'écrasa au pied de la colline en question... mais tout le monde avait passé un bon moment et les esprits des Saint-Ambroisiens avaient été apaisés et le vin écoulé... C'est la raison pour laquelle on surnomme les Saint-Ambroisiens les « volo biou »... Pour la petite anecdote... Les Alésiens, qui vivaient à cette époque là une période de famine, étaient venus à la célébration et en avaient profité pour récupérer les tripes du bœuf... on les surnomme depuis les « mange tripo »... !

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Le territoire de Saint-Ambroix abrite 27 espèces menacées, tant animales que végétales[6], et inclut ou est inclus dans quatre zones de protection dont certaines se chevauchent :

  • Zone Natura 2000 au titre de la directive habitats, dite « Hautes vallées de la Cèze et du Luech » (13 080 ha sur 22 communes[7])[8]. Cette zone ne concerne que la partie de vallée en amont de Saint-Ambroix ; la vallée en aval est couverte par les ZNIEFF « Rivière de la Cèze à l'aval de Saint-Ambroix » et « Cours moyen de la Cèze ». Par ailleurs, à Saint-Ambroix de même que pour six autres communes[9], cette zone concerne uniquement le fond de vallée de la Cèze ;
La protection vise les quelques zones boisées riveraines qui subsistent encore entre les parcelles cultivées d'une vallée urbanisation relativement développée. Cinq espèces animales sont particulièrement visées par cette zone de protection : le toxostome (Parachondrostoma toxostoma, un poisson), la cordulie à corps fin (Oxygastra curtisii, une libellule), le castor d'Europe (Castor fiber), la vandoise (Leuciscus leuciscus) et le blageon (Telestes souffia) – ces quatre dernières ayant un statut réglementé[10] ;
  • La ZNIEFF « Cours moyen de la Cèze », soit 647,91 ha, concerne 16 communes[11] et est entièrement comprise dans le Parc national des Cévennes. L'habitat visé est fait de terrains en friche et terrains vagues. Cette ZNIEFF abrite deux espèces végétales protégées sur l'ensemble du territoire français métropolitain : la gratiole officinale (Gratiola officinalis, une scrophulaire) et la spiranthe d'été (Spiranthes aestivalis, une orchidée)[12] ;
  • « Réserve de biosphère des Cévennes »[13] ;
  • ZNIEFF continentale de type 1 dite « Pelouses du Trou a Ragot »[14] ;
  • ZNIEFF continentale de type 2 dite « Marais du Pontet »[15].

Jumelages[modifier | modifier le code]

  • Avec la commune allemande de Aßlar, land de la Hesse, district de Giessen, arrondissement de Lahn-Dill.
  • Avec la commune italienne de Fossato di Vico, province de Pérouse, région d'Ombrie, en Italie centrale.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  5. La Légende du Volo Biòu
  6. Liste des espèces menacées sur la commune de Saint-Ambrois. Fiche Natura 2000.
  7. Les communes concernées par le site Natura 2000 « Hautes vallées de la Cèze et du Luech » sont,
    • pour le Gard (80%) :
    Aujac, Bessèges, Bonnevaux, Bordezac, Chambon, Chamborigaud, Concoules, Génolhac (vallée du Luech), La Vernarède, Malons-et-Elze, Meyrannes, Molières-sur-Cèze, Peyremale, Ponteils-et-Brésis, Rochessadoule, Saint-Ambroix, Saint-Brès et Sénéchas ;
    • pour la Lorèze (20%) :
    Saint-André-Capcèze, Saint-Maurice-de-Ventalon et Vialas ;
    • pour l'Ardèche (>3%):
    Malbosc.
  8. Hautes vallées de la Cèze et du Luech - FR9101364, fiche Natura 2000.
  9. Pour les communes de Bessèges, Meyrannes, Molières-sur-Cèze, Rochessadoule, Saint-Ambroix et Saint-Brès, la zone Natura 2000 concerne uniquement le fond de vallée de la Cèze.
  10. « Rivière de la Cèze à l'aval de Saint-Ambroix - 910030336 ». Fiche ZNIEFF Natura 2000.
  11. Les communes concernées par la ZNIEFF « Cours moyen de la Cèze » sont : Allègre-les-Fumades, Bessèges, Bordezac, Chambon, Meyrannes, Molières-sur-Cèze, Peyremale, Potelières, Rivières, Robiac-Rochessadoule, Rochegude, Saint-Ambroix, Saint-Brès, Saint-Denis, Saint-Jean-de-Maruéjols-et-Avéjan et Saint-Victor-de-Malcap.
  12. « Cours moyen de la Cèze- 910011811 ». Fiche ZNIEFF Natura 2000.
  13. « Réserve de biosphère des Cévennes- FR6300005 ». Fiche ZNIEFF Natura 2000.
  14. Pelouses du Trou a Ragot (identifiant national : 240006417, identifiant régional : 00000164)
  15. Marais du Pontet (identifiant national : 240000922, identifiant régional : 10010000).