Val-d'Aigoual

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Val-d'Aigoual
Val-d'Aigoual
Valleraugue vue de la Montée des 4 000 marches.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Le Vigan
Intercommunalité Communauté de communes Causses Aigoual Cévennes
(siège)
Maire
Mandat
Joël Gauthier
2020-2026
Code postal 30570
Code commune 30339
Démographie
Population
municipale
1 420 hab. (2018)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 04′ 54″ nord, 3° 38′ 33″ est
Altitude Min. 273 m
Max. 1 565 m
Superficie 94,84 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton du Vigan
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Val-d'Aigoual
Géolocalisation sur la carte : Gard
Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Val-d'Aigoual
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Val-d'Aigoual
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Val-d'Aigoual
Liens
Site web Site officiel

Val-d'Aigoual est une commune nouvelle française, issue de la fusion des communes de Notre-Dame-de-la-Rouvière et de Valleraugue, située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le nord-ouest du département du Gard. Elle est limitrophe de la Lozère.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 12,5 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 13,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 16,1 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 1 687 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 9,1 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 4,1 j

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat méditerranéen altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat méditerranéen » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, les hivers sont doux et les étés chauds, avec un ensoleillement important et des vents violents fréquents[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[2].

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1896 permet de connaître l'évolution des indicateurs météorologiques. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records MONT AIGOUAL (30) - alt : 1567m, lat : 44°07'12"N, lon : 03°34'48"E
Records établis sur la période du 01-01-1896 au 02-06-2021
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −3,5 −3,8 −2 0 4,1 7,7 10,4 10,4 7,2 4,1 −0,4 −2,6 2,7
Température moyenne (°C) −1,3 −1,5 0,5 2,6 6,9 10,8 13,8 13,7 10,1 6,4 1,9 −0,2 5,3
Température maximale moyenne (°C) 1 0,7 3 5,3 9,7 13,9 17,3 17 13 8,7 4,2 2,1 8
Record de froid (°C)
date du record
−23,1
08.01.1985
−28
10.02.1956
−19,7
06.03.1971
−14
06.04.1911
−8,6
02.05.1909
−3,3
05.06.1969
−0,8
11.07.1909
−0,2
28.08.1896
−5,2
24.09.1931
−9,8
28.10.12
−15
22.11.1988
−20,6
16.12.1963
−28
1956
Record de chaleur (°C)
date du record
15,6
13.01.07
15
27.02.1945
16,5
31.03.12
20,5
19.04.1949
25
30.05.1906
29,9
28.06.19
28
30.07.1942
29,4
09.08.1923
27,2
06.09.1911
20,6
02.10.11
18,6
03.11.1981
16,7
21.12.1987
29,9
2019
Ensoleillement (h) 142,9 168,1 220,9 227 263,9 312,4 339,7 298 241,5 168,6 148,8 136,5 2 668,2
Précipitations (mm) 175,4 146,2 109,3 177,5 159,7 92,9 48,3 67,7 175,4 298,4 282 198,9 1 931,7
Source : « Fiche 30339001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/06/2021 dans l'état de la base


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Val-d'Aigoual est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[7],[8],[9]. La commune est en outre hors attraction des villes[10],[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , les conseils municipaux des communes de Valleraugue et de Notre-Dame-de-la-Rouvière adoptent le vœu de fusionner les deux communes sous le nom de « Val-d'Aigoual »[12],[13]. La réunion du acte la fusion des communes pour qu'elle soit applicable au dans une volonté de mutualisation et d'optimisation de la gestion financière et territoriale[14]. Un arrêté préfectoral fixant les modalités est émis le , en précisant que le chef-lieu est situé sur l'ancienne commune de Valleraugue[12].

Le , la commune de Val-d’Aigoual prend le relais administratif des anciennes communes de Valleraugue et de Notre-Dame-de-la-Rouvière[12],[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Thomas Vidal[16]    
mai 2020 En cours
(au 26 mai 2020)
Joël Gauthier[17],[18]   Éleveur caprin[19]

Anciennes communes[modifier | modifier le code]

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Valleraugue
(siège)
30339 CC Causses Aigoual Cévennes 78,35 1 061 (2016) 14
Notre-Dame-de-la-Rouvière 30190 CC Causses Aigoual Cévennes 16,49 408 (2016) 25

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 2016. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2016[21].

En 2018, la commune comptait 1 420 habitants[Note 3].

Évolution de la population  [ modifier ]
2016 2017 2018
1 4691 4311 420
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Une illustration du patrimoine de la commune a été publié dans la brochure Mémoire et Patrimoine en Cévennes[24].
  • Le Pont Moutonnier de l'Asclier (unique en Europe) a été construit en 1875 au-dessus du col de l'Asclier pour permettre le passage des troupeaux en transhumances (grande draille de la Margeride)[25] (44° 04′ 38,81″ N, 3° 44′ 39,69″ E).
  • Le moulin de Rieusset est un bâti de pratique agricole céréalière et castanéïcole actif jusqu'aux années d'après guerre (1945-1960)[26].
  • Le pont des fileuses est un ouvrage médiéval faisant partie des monuments les plus anciens connus sur la commune. Composé d'une seule arche en plein cintre et sans parapet, le bâti est essentiellement composé en pierre locale de granit. Jadis, il était emprunté par les femmes qui rejoignaient la filature du Mazel[27].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 21 juin 2021)
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le 21 juin 2021)
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 16 octobre 2020)
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 12 juin 2021).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le 21 juin 2021)
  7. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 13 juillet 2021).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  12. a b et c Didier Lauga (Préfet du Gard), « Arrêté portant création de la commune nouvelle de Val-d'Aigoual » [PDF], sur Les services de l'État dans le Gard, (consulté le 21 octobre 2020), p. 261 à 264.
  13. Une nouvelle commune, publié le sur le site du Midi-Libre (consulté le ).
  14. La commune Val-d’Aigoual est créée, publié le sur le site du Midi-Libre (consulté le ).
  15. Dernier conseil municipal de la commune, publié le sur le site du Midi-Libre (consulté le ).
  16. Gard : Thomas Vidal élu maire de la commune nouvelle de Val-d'Aigoual, publié le sur le site du Midi-Libre (consulté le ).
  17. Le conseil municipal installé avec Joël Gauthier élu maire, publié le par Cathy Mille, sur le site du Midi-Libre (consulté le ).
  18. Élections municipales et communautaires 2020 : Val d'Aigoual, publié le sur le site du ministère de l'intérieur (consulté le ).
  19. Joël Gauthier, éleveur caprin et maire, publié le par Catherine Mille, sur le site du Midi-Libre (consulté le ).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2016, 2017 et 2018.
  24. Cultures et Territoire rural, 2016. Mémoire et Patrimoine en Cévennes. Richesse culturelle d’un territoire rural, Notre-Dame de la Rouvière. Montpellier, Atelier Six éd., 60 pages, 21 cm.
  25. Le pont moutonnier de l'Asclier, publié sur le site de Cultures et territoire rural (consulté le 17 mai 2019)
  26. Le moulin de Rieusset, publié sur le site de Cultures et territoire rural (consulté le 17 mai 2019)
  27. Le pont des fileuses, publié sur le site de Cultures et territoire rural (consulté le 17 mai 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cultures et Territoire rural, 2016. Mémoire et Patrimoine en Cévennes. Richesse culturelle d’un territoire rural, Notre-Dame de la Rouvière. Montpellier, Atelier Six éd., 60 pages, 21 cm.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :