Crespian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crespian
Image illustrative de l'article Crespian
Blason de Crespian
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Calvisson
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Sommières
Maire
Mandat
Guillaume Hugues
2014-2020
Code postal 30260
Code commune 30098
Démographie
Gentilé Crespianais
Population
municipale
367 hab. (2014)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 52′ 59″ nord, 4° 05′ 49″ est
Altitude Min. 48 m
Max. 279 m
Superficie 7,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Crespian

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Crespian

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crespian

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crespian

Crespian, est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Situé au cœur du Gard, aux portes des Cévennes, à une demi-heure de Nîmes et 3/4 d'heure d'Arles et de la Camargue[Comment ?], Crespian est proche de nombreuses curiosités naturelles et historiques (Pont du Gard et les gorges du Gardon, grottes des Demoiselles et de Trabuc, Bambouseraie de Prafrance, vieux villages de Sauve et Vézénobres...) et des plages à 40 km.

Les communes de Combas, Montmirat, Vic-le-Fesq, Cannes-et-Clairan et Saint-Mamert-du-Gard sont limitrophes de la commune de Crespian.

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

Le village de Crespian est situé au pied du massif du Bois des Lens, composé de plusieurs collines escarpées faisant naître des torrents (l'Aygalade, Vallaurède, le Doulibre) pratiquement secs toute l'année, mais pouvant être particulièrement dévastateurs lors des puissants orages d'équinoxe. Des dégâts considérables engendrées par des pluies diluviennes sont assez fréquents dans cette région méditerranéenne.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Crespian est l'une des 79 communes membres du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) du Sud du Gard et fait également partie des 51 communes du pays Vidourle-Camargue.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du nom latin Crispius avec le suffixe -anum.

Occitan Crespian, du bas latin Crespianum, Crispianum[1].

Ses habitants sont les Crespianais et Crespianaises.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Crispianum en 1138, Crespianum en 1384, Crespian à partir de 1616[2].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Pierre Daudet DVD  
2008 en cours Guillaume Hugues SE Cadre
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 367 habitants, en augmentation de 12,92 % par rapport à 2009 (Gard : 4,64 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
296 271 312 302 320 314 325 302 294
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
292 268 256 276 232 191 172 179 186
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
196 190 175 170 180 160 141 138 150
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
153 126 120 115 159 206 289 352 367
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Le Mas De Reilhe datant de la fin du XVIIe siècle.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Église romane du XIIe siècle.
  • Temple protestant néoclassique de la première moitié du XIXe siècle, récemment rénové.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Bois des Lens, un massif écologique d'une superficie d'environ 7 000 hectares, où se conjuguent des garrigues calcinées par le soleil d'été, la biodiversité des insectes et d'espèces d'oiseaux dont certaines sont même protégées.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Marco Cardus, peintre catalan. Il commence sa carrière à Paris comme dessinateur dans une revue satirique. Après la disparition prématurée de sa fille, l'artiste sombre dans la dépression. Après de longs mois difficiles, il découvre le petit village de Crespian dans les années 1970. Village situé au nord de Nîmes, aux prémices du massif des Cévennes, il est très vite séduit par l'aspect typique de Crespian, et il est très vite adopté par la population qui à cette époque là était essentiellement rurale. Marco et Lilly Cardus décident d'y acheter une maison. L'artiste va déployer tout son art à travers ses toiles et ses céramiques. Toutes ses toiles sont réalisées depuis son petit atelier de verre surplombant la vallée de Courmes. Il est enterré dans le cimetière du village aux côtés de son épouse Lilly. Certaines de ses œuvres sont exposées au musée des peintres catalans à Barcelone.
  • Carmelo Zagari, artiste peintre, plasticien,...

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Crespian Blason De vair à la fasce losangée d'or et de sable[2].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (oc+fr) Frédéric Mistral et Jules Ronjat, Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire provençal-français, Raphèle-lès-Arles, M. Petit, , 2 vol. ; 25 cm (ISBN 84-499-0563-X, notice BnF no FRBNF37258238), p. 672, t.1
  2. a et b Eugène Germer-Durand, Ministère de l'instruction publique (Éditeur scientifique) et Comité des travaux historiques et scientifiques (dir.), Dictionnaire topographique du département du Gard : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Impr. impériale, , XXXVI-298 p., in-4 (notice BnF no FRBNF30500934), p. 70
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .