Fourques (Gard)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fourques
Fourques (Gard)
Pont historique sur le Petit Rhône de Arles-Trinquetaille - Fourques.
Blason de Fourques
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Intercommunalité Communauté de communes Beaucaire Terre d'Argence
Maire
Mandat
Gilles Dumas
2020-2026
Code postal 30300
Code commune 30117
Démographie
Gentilé Fourquésien
Population
municipale
2 843 hab. (2018 en diminution de 1,11 % par rapport à 2013)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 41′ 38″ nord, 4° 36′ 40″ est
Altitude Min. 1 m
Max. 15 m
Superficie 38,24 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Arles
(banlieue)
Aire d'attraction Arles
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Beaucaire
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Fourques
Géolocalisation sur la carte : Gard
Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Fourques
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fourques
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fourques
Liens
Site web fourques.com

Fourques est une commune française située dans le département du Gard en région Occitanie, dans l'agglomération d'Arles.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Fourques est une commune du Gard séparée d'Arles par le bras du Petit-Rhône.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes de Saint-Gilles, Bellegarde et Beaucaire sont limitrophes de la commune de Fourques, par le Gard et Arles, par les Bouches-du-Rhône.

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

Fourques est presque totalement entourée d'eau : le Rhône borde la commune à l'est, le bras du Petit-Rhône limite la commune au sud et le Canal d'irrigation du Bas-Rhône Languedoc est la limite au nord.

Climat[modifier | modifier le code]

De climat méditerranéen, les températures à Fourques sont proches de celle de sa voisine, Arles.

Nuvola apps kweather.png Relevés à Arles - Température : Tour de Valat - Pluie : Arènes
Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures maximales moyennes (°C) 11 12 16 18 23 27 31 30 26 20 14 11 20
Températures minimales moyennes (°C) 3 4 6 8 12 16 19 19 15 12 7 4 10,5
Précipitations totales (mm) 56 33 23 49 36 31 27 34 66 70 58 41 524

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Axes ferroviaires[modifier | modifier le code]

Axes routiers[modifier | modifier le code]

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune de Fourques est desservie par la ligne C30 des transports Edgard, qui relie Arles à Nîmes, avec 3 arrêts[1]. L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Nîmes-Garons.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fourques est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Arles, une agglomération inter-régionale regroupant 2 communes[5] et 55 439 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Arles, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 4 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[8],[9].

Fourques est l'une des 79 communes membres du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) du Sud du Gard (voir lien) et fait également partie des 41 communes du pays Garrigues et Costières de Nîmes. Fourques est également l'une des 5 communes de Communauté de communes Beaucaire Terre d'Argence.

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (86 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (44,8 %), zones agricoles hétérogènes (33,9 %), eaux continentales[Note 3] (8,9 %), cultures permanentes (4,9 %), zones urbanisées (3,3 %), prairies (2,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,1 %), forêts (1 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Provençal Fourco, graphie occitane normalisée Forca : près de l'endroit où le Rhône se divise ("bifurque") pour former l'île de Camargue[11].

Mot provençal forca/forcha, du roman forca, du latin furca : fourche[11].

Ses habitants s'appellent les Fourquésiens et Fourquésiennes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

1070 : villa que dicitur Furcas[12].

Les Templiers et les Hospitaliers[modifier | modifier le code]

Les Mas du Petit et du Grand Argence: Anciennes possessions de l'ordre du Temple dévolues aux Hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem qui seront érigées en une commanderie dite d'Argence à partir de 1654[13].

Le lieu-dit Sainte-Anne et le Mas Grand-Cabane: Ces deux anciennes métairies constituaient la commanderie Sainte-Anne du grand prieuré de Saint-Gilles[14].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 En cours Gilles Dumas DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Gilles Dumas est réélu à toutes les élections municipales depuis 1977. C'est le record de longévité du département du Gard.

Conseil Municipal[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Fourques est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[16].

En 2018, la commune comptait 2 843 habitants[Note 4], en diminution de 1,11 % par rapport à 2013 (Gard : +1,67 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0151 0261 1051 0451 1591 1711 2611 3201 289
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2051 2411 2811 2041 2111 0651 1931 1751 133
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3041 2651 1831 2571 3691 4421 4321 5291 491
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 4951 4921 6142 0472 2512 5442 7022 9052 880
2018 - - - - - - - -
2 843--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les écoliers de Fourques débutent leurs études au sein du village : l'école marternelle Claudine Rabanit compte 5 classes, l'école élémentaire André Malraux 7 classes[19].

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin de Fourques fait partie du diocèse de Nîmes, district de Bellegarde[20].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Artisanat et industrie[modifier | modifier le code]

Activités de service[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Pont suspendu dit ancien pont de FourquesLogo monument historique Inscrit MH (1988)[21], franchissant le Petit-Rhône. Le pont de Fourques est toujours existant grâce à l'aide de M. Salles, garde-pont de 1973 à 1984, les câbles de suspension ont été changés grâce à cet homme, sans quoi le pont serait devenu piéton. Depuis le changement des câbles, la maison du gardien est fermée[réf. nécessaire].
  • Château ceint de hautes murailles Logo monument historique Inscrit MH (1913)[22].
  • Église romane Saint-Sixte & Saint-Martin.
    Quelques découvertes archéologiques, dont un sarcophage, semblable à ceux des Alyscamps[23]. Le sarcophage se trouve actuellement place de l'église à Fourques.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Auditorium : en plus d'une salle de concert de 300 places, l'établissement comprend deux salles d'étude, un bar et un restaurant[25].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacques Payen (1948-), poète, secrétaire général de la mairie de Fourques[26]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Fourques (Gard) Blason
D'argent, à une bande fuselée d'argent et d'azur.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Transports en commun à Fourques », sur www.edgard-transport.fr (consulté le ).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 d'Arles », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. a et b (oc + fr) Frédéric Mistral et Jules Ronjat, Lou Trésor dou Félibrige ou Dictionnaire provençal-français : embrassant les divers dialectes de la langue d'oc moderne..., Raphèle-lès-Arles, M. Petit, , 1179 p., 2 vol. ; 25 cm (ISBN 84-499-0563-X, notice BnF no FRBNF37258238), p. 1163-1164, t. 1
  12. Eugène Germer-Durand, Ministère de l'instruction publique (Éditeur scientifique) et Comité des travaux historiques et scientifiques (dir.), Dictionnaire topographique du département du Gard : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Impr. impériale, , XXXVI-298 p., in-4 (notice BnF no FRBNF30500934), p. 91-92
  13. Emmanuel-Ferdinand de Grasset, Essai sur le grand prieuré de Saint-Gilles de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, suivi du catalogue des chevaliers, chapelains, diacots, donats et servants d'armes de la vénérable langue de Provence, dressé sur les titres originaux, Paris, (lire en ligne), p. 18
  14. Grasset 1869, p. 44.
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. « Écoles de Fourques », sur www.fourques.com (consulté le ).
  20. « Paroisse de Fourques », sur nimes.catholique.fr (consulté le ).
  21. Notice no PA00103055, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. Notice no PA00103054, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. « Le Sarcophage », sur www.fourques.com (consulté le ).
  24. « Église saint Sixte », sur www.fourques.com (consulté le ).
  25. « L'auditorium », sur www.fourques.com (consulté le ).
  26. Catherine Bernié-Boissard, Michel Boissard et Serge Velay, Petit dictionnaire des écrivains du Gard, Nîmes, Alcide, , 255 p. (présentation en ligne), p. 186.