La Rouvière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Rouvière
La Rouvière
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Intercommunalité Communauté d'agglomération Nîmes Métropole
Maire
Mandat
Patrick de Gonzaga
2020-2026
Code postal 30190
Code commune 30224
Démographie
Population
municipale
613 hab. (2018 en augmentation de 4,43 % par rapport à 2013)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 55′ 56″ nord, 4° 14′ 10″ est
Altitude Min. 69 m
Max. 155 m
Superficie 7,9 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Nîmes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Calvisson
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
La Rouvière
Géolocalisation sur la carte : Gard
Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
La Rouvière
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Rouvière
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Rouvière
Liens
Site web www.mairielarouviere.fr

La Rouvière, Ecclesia Sancti-Martini de la Roveria (cartulaire de Notre-Dame de Nîmes, chapitre 176) en 1108, est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Ses habitants s'appellent les Roviérois et Roviéroises.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Rouvière est l'une des 79 communes membres du schéma de cohérence territoriale (SCOT) du Sud du Gard (voir lien) et fait également partie des 41 communes du Pays Garrigues Costières.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, La Rouvière est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[1],[2].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nîmes, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 92 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[3],[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

De l'occitan rovièra (rouvraie, bois plantés de chênes), dérivé du latin robur (chêne) avec le suffixe -ariam. Ce toponyme a donné aussi sur le Gard le nom d'un ruisseau et également un nom de famille très fréquent, y compris sur la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Rouvière était autrefois l'un des nombreux fiefs de la famille de La Farelle, famille qui émigra ensuite vers la Petite Camargue et Aimargues.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Rouvière (La) Blason
D'hermine à la fasce losangée d'or et de sable.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Jacques Bruguière DVD  
mars 2008 En cours Nicole Perrau SE Professeure
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2018, la commune comptait 613 habitants[Note 3], en augmentation de 4,43 % par rapport à 2013 (Gard : +1,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
304309336395399339387416417
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
447410383340298256313264256
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
277275250275231236228212221
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
213205201268353495558567578
2017 2018 - - - - - - -
598613-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Joseph Triaire (1764-1850), général des armées de l'Empire y est né.
  • Les deux frères Allignol : nés à La Rouvière, ils devinrent tous deux curés. Ils publièrent en 1839 un ouvrage qui fit grand bruit en France, et provoqua d'importants remous dans la hiérarchie catholique. L'abbé Vital Augustin, le cadet fut reçu au Vatican en 1840. Dans cet ouvrage, ils s'élevaient contre la toute-puissance des évêques et autres princes de l'Église. Soutenus par Jean-Louis-Auguste Clavel dans sa revue « Le Bien social », il se soumirent en à l'autorité ecclésiastique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 4 décembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 4 décembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le 4 décembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 4 décembre 2020)
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :