Colognac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Colognac
Colognac
Le moulin de la Mouleyrette
Blason de Colognac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Le Vigan
Intercommunalité Communauté de communes du Piémont Cévenol
Maire
Mandat
Cyril Bresset
2020-2026
Code postal 30460
Code commune 30087
Démographie
Population
municipale
223 hab. (2018 en augmentation de 19,89 % par rapport à 2013)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 01′ 46″ nord, 3° 49′ 22″ est
Altitude Min. 318 m
Max. 997 m
Superficie 12,3 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Quissac
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Colognac
Géolocalisation sur la carte : Gard
Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Colognac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Colognac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Colognac

Colognac /kɔlɔɲak/ est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Colognac se trouve dans le canton de Quissac, dans l'ouest du département du Gard.

Les grandes villes les plus proches sont : Le Vigan (30 km), Alès (35 km) et Montpellier (65 km).

Hydrographie et relief[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Colognac est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[1],[2]. La commune est en outre hors attraction des villes[3],[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Révolution française et Empire[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Gérard Gras DVG  
2008 En cours Rémy Menviel PS Commerçant
Ancien conseiller général du canton de Lasalle
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2018, la commune comptait 223 habitants[Note 2], en augmentation de 19,89 % par rapport à 2013 (Gard : +1,67 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
676611622641592560562553604
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
613546536487466465451461425
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
402391383302290257240201173
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
207142154164167169197201189
2017 2018 - - - - - - -
221223-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Le moulin de la Mouleyrette
  • Le moulin de la Mouleyrette[9] : Ce moulin de la fin du XVIe siècle a été complètement reconstruit. Un mécanisme restauré permet de comprendre le fonctionnement original de l'ensemble : c'est le même courant d'eau qui actionnait deux jeux de meules en série.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

  • Le temple.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • François Vidal, né à Colognac le , mort à Bergerac le [10], d'une famille de parents pauvres, a commencé comme instituteur libre dans son village. Souhaitant continuer la tradition des pasteurs du Désert, il réussit à faire des économies pour aller suivre des cours de théologie à Genève. Il a présenté sa thèse, De l'authenticité de l'Épître aux Hébreux, en 1829. En 1830, il a été nommé pasteur à Bergerac où il a exercé son ministère pendant près de 50 ans. Il a publié plusieurs essais qui ont été couronnés : Essai sur les causes de la dépopulation des campagnes publié en 1869. En 1868, il a publié Choix de mélodies hébraïques. Il est aussi l'auteur de plusieurs sermons[11],[12]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Colognac Blason
De sable au lion d'or[13].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 4 décembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 4 décembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le 4 décembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 4 décembre 2020)
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  9. « Site du Moulin de la Mouleyrette », sur moulin.mouleyrette.free.fr (consulté le 9 mars 2015)
  10. Suzanne Stelling-Michaud, Livre du Recteur de l'Académie de Genève (1559-1878) - Notices biographiques des étudiants, Librairie Droz, Genève, 1980, tome VI, T-Z, p. 155 (ISBN 978-2-600-03197-4) (lire en ligne)
  11. Anatole de Rouméjoux, Essai de bibliographie périgourdine, Société historique et archéologique du Périgord, Librairie de J. Chollet imprimeur-éditeur, Sauveterre, 1882, col. 234 (lire en ligne)
  12. François Vidal, dans Encyclopédie des sciences religieuses, Librairie Sandoz et Fischbacher, Paris, 1882, tome XII, Tabaraud-Zwingli, p. 365 (lire en ligne)
  13. Eugène Germer-Durand, Ministère de l'instruction publique (Éditeur scientifique) et Comité des travaux historiques et scientifiques (dir.), Dictionnaire topographique du département du Gard : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Impr. impériale, , XXXVI-298 p., in-4 (notice BnF no FRBNF30500934), p. 61