Trèves (Gard)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trèves.
Trèves
Image illustrative de l'article Trèves (Gard)
Blason de Trèves
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Le Vigan
Canton Trèves
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Causses Aigoual Cévennes
Maire
Mandat
Régis Valgalier
2014-2020
Code postal 30750
Code commune 30332
Démographie
Gentilé Trevezens, Trevezènes
Population
municipale
119 hab. (2012)
Densité 4,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 04′ 44″ N 3° 23′ 21″ E / 44.0789, 3.389244° 04′ 44″ Nord 3° 23′ 21″ Est / 44.0789, 3.3892  
Altitude Min. 514 m – Max. 1 282 m
Superficie 26,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Trèves

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Trèves

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trèves

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trèves

Trèves est une commune française située dans le département du Gard en région Languedoc-Roussillon.

Ses habitants sont appelés les Trevezens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Trèves est le plus petit chef-lieu de canton du département du Gard et un des moins peuplés de France, avec seulement 112 habitants en 2010. Son existence a été longtemps liée à l'activité minière.

En effet, les mines de plomb-zinc de Villemagne, sur un filon encaissé dans les calcaires du Lias, ont été exploitées avant la Seconde Guerre mondiale par une société britannique. Dans les années 60-70, des recherches par sondages ont été menées sur le filon, et aussi sur des amas de type stratiforme. Elles n'ont pas été couronnées de succès.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le bourg fut pendant plusieurs siècles la possession de la puissante famille de Roquefeuil-Blanquefort, et notamment celle de Bérenger de Roquefeuil, constructeur du château de Bonaguil.

Un archéologue ayant fait des fouilles, un ancien cimetière a été découvert sous l'église.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Trèves Blason D'azur à la fasce d'or accompagnée de trois haches d'armes d'argent posées en pal.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Henri Gerin    
mars 2008 en cours Mme Claude Casteiltort DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Claude Casteiltort a parrainé la candidature de Philippe Poutou à l'élection présidentielle de 2012.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 119 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
400 472 480 514 477 524 499 535 534
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
519 519 545 485 500 533 513 512 457
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
433 457 404 395 317 322 287 241 184
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
169 151 139 129 120 119 103 97 110
2012 - - - - - - - -
119 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église romane du XIIIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :