Saint-Étienne-de-l'Olm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Étienne (homonymie).

Saint-Étienne-de-l'Olm
Saint-Étienne-de-l'Olm
Blason de Saint-Étienne-de-l'Olm
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Alès
Canton Alès-3
Intercommunalité Alès Agglomération
Maire
Mandat
Patrick Amblard
2014-2020
Code postal 30360
Code commune 30250
Démographie
Gentilé Stéphanolmiens
Population
municipale
374 hab. (2016 en augmentation de 9,04 % par rapport à 2011)
Densité 89 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 03′ 34″ nord, 4° 11′ 06″ est
Altitude Min. 96 m
Max. 178 m
Superficie 4,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Saint-Étienne-de-l'Olm

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Saint-Étienne-de-l'Olm

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-de-l'Olm

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Étienne-de-l'Olm

Saint-Étienne-de-l'Olm est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Stéphanolmiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Au pied des Cévennes et à quelques kilomètres de la Méditerranée, Saint-Étienne-de-l'Olm domine la vallée de la Droude à l’ouest et la vallée de la Candouillère au sud et à l’est. Le village doit son nom à l'Orme (Olm en Occitan).
Le vieux village est, comme beaucoup d’autres dans la région, fortifié avec des rues étroites et ombragées où il fait bon flâner.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Saint-Étienne-de-l'Olm est issu de « Villa Sancti Stéphani de Ulmo » en 1121 et ensuite « sanctus Stéphano de Ulmo » en 1384. Le nom s’est transformé au cours des siècles, et au XVIe siècle « Sainct Estienne de Long »[1]. En 1793, à la Révolution, le « Saint » disparaît et la commune est provisoirement appelée Étienne-de-Long[2], commune du canton de Vézénobres, qui compte une trentaine de catholiques et environ 200 protestants. Ce lieu appartenait, avant la Révolution française, au diocèse d'Uzès et formait une paroisse du doyenné de Sauzet, prieuré-cure à la collation de l’évêque, Saint-Étienne avait pour armoiries[3] : d'azur et un ormeau[Note 1] de sinople[Note 2].

Selon Blanchet et Louis, « … Ce que nous avons pu recueillir sur l’histoire de Saint-Étienne-de-l'Olm se réduit presque à une liste très incomplète des prieurs. Nous devons signaler cependant que ce lieu, « Castrum de sanctus Stephano de Ulmo » fut un de ceux dont un diplôme de Philippe II, roi de France, assura la possession à l’évêque d’Uzès en 1211 … »[4].

Le village à l’origine était une villa romaine. Un chercheur dans les environs y a trouvé une pièce datant du Ier siècle av. J.-C., un denier de la république Romaine de Caton.

Le document le plus ancien conservé en mairie est un parchemin du XVIe siècle (28 mai 1533) relatant un différend entre les habitants de Saint-Étienne-de-l'Olm et ceux du village voisin de Saint-Hippolyte-de-Caton ; ce document rappelle que ce différend avait déjà été réglé à l'amiable au XIVe siècle (25 août 1395) sous le règne de Charles VI.
Il existe également deux « compois » (ancêtres écrits du cadastre) du XVIIe siècle grâce auxquels on peut imaginer facilement la façon dont vivaient les habitants du village, d'autant que le village a su garder et restaurer son temple, son abreuvoir, ses trois fontaines ainsi que son four banal (collectif) qui fonctionne encore pour quelques occasions festives.

L’association du foyer rural de Saint Étienne de l'Olm organise chaque année les journées du Patrimoine avec une exposition remarquable relatant notre histoire et un thème différent chaque année et voir l’ancien réservoir alimenté par deux sources, les fontaines, l'ancien abreuvoir, le temple, le four banal, l'oratoire (ancien lieu de culte catholique), les diverses calades du temple du terrailler, le château Renaissance privé.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Étienne-de-l'Olm Blason D’or à l’ormeau de sinople.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2001 Gérard Bodi PCF  
mars 2001 mars 2008 Robert Hiebler DVG  
mars 2008 mars 2014 Marc Brûlé    
mars 2014 en cours Patrick Amblard DVG Employé
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2016, la commune comptait 374 habitants[Note 3], en augmentation de 9,04 % par rapport à 2011 (Gard : +3,29 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
177136168197223221220222224
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
231221218208208182178159169
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
147176165155147138106115116
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
13913097129194235305343374
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'ormeau est un arbre du genre Ulmus (Ulmo) d’où vient le nom « Olm », généralement un sujet jeune à petites feuilles.
  2. Sinople dans le langage des blasons désigne la couleur verte
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire topographique Germer – Durand
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Art du Blason, logiciel d'Arnaud d'Abzac
  4. Études gallo-romaines de Blanchet et Louis « Forma Or bis Romain »
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.