Malbosc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Malbosc
Malbosc
Vue du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Intercommunalité Communauté de communes Pays des Vans en Cévennes
Maire
Mandat
Christian Manifacier
2020-2026
Code postal 07140
Code commune 07148
Démographie
Gentilé Malbossards
Population
municipale
145 hab. (2017 en diminution de 2,68 % par rapport à 2012)
Densité 6,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 20′ 48″ nord, 4° 04′ 25″ est
Altitude Min. 210 m
Max. 907 m
Superficie 21,43 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton des Cévennes ardéchoises
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Malbosc
Géolocalisation sur la carte : Ardèche
Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Malbosc
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Malbosc
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Malbosc

Malbosc est une commune française située dans le département de l'Ardèche, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Malbossards[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est très riche en multiples cours d'eau, petits ou plus grands - à tel point que hormis pour environ 4 km de longueur, elle est entièrement ceinturée de différents cours d'eau, dont en limite sud deux affluents de la Cèze elle-même affluent du Rhône, et bordée pour le reste par des affluents de la Ganière elle-même affluent de la Cèze.

Au nord le ruisseau de Brousson, affluent de la Ganière, prend source sur le flanc est du sommet de la Croix d'Esparguet. Il coule vers l'est et sert de limite de commune avec Les Vans sur son parcours entier (1,8 km). Au sud-est du Brousson il conflue avec la Ganière, qui coule d'abord vers le sud-est en servant de limite de commune avec Les Vans sur 2,5 km, puis se tourne vers le sud et borde Banne sur 4,2 km jusqu'à la confluence de son affluent le ruisseau de Maubert venant du sud-ouest en rive droite. Le ruisseau de Maubert prend le relais comme limite de commune avec Bordezac pour les derniers 2,2 km de son parcours, jusqu'à la confluence de son petit affluent le ruisseau de Prat Peillard. Ce dernier sert de limite de commune avec Bordezac au sud-est sur son parcours entier (1,2 km), jusque sur le flanc nord-est de la Côte vers les ruines du Moutas où il prend naissance. Côté sud-ouest de cette crête, la limite de commune retrouve un cours d'eau avec la confluence du ruisseau des Costes et du ruisseau de la Doue : elle suit le ru formé par cette conjonction jusqu'à sa confluence avec la Cèze, ru qui sépare Malbosc de Bordezac pour la première moitié de son cours et de Chambon pour le reste.

Ce ru rejoint la Cèze à 360 m en aval du barrage de Sénéchas.Sur les 350 m environ entre le barrage et cette confluence, la Cèze sert de limite de commune avec Peyremale - le barrage de Sénéchas est partagé entre Malbosc et Peyremale, mais pas sur Sénéchas.

Le lac formé par le barrage est divisé en deux branches, celle du sud-ouest occupant une partie de la vallée de l'Homol affluent de la Cèze, la branche nord-ouest s'allongeant dans la vallée de la Cèze. La limite de commune avec Sénéchas, qui mesure environ 2,3 km, commence à moins de 100 m en amont du barrage, sur la rive gauche (côté nord) de la branche nord-ouest du lac - la branche de la Cèze. Malbosc inclut toute la longueur de cette berge mais n'inclut pas l'eau du lac, qui pour cette branche est entièrement sur Sénéchas.

Un peu plus de 2 km en amont du barrage, la Cèze reçoit en rive gauche le ruisseau des Amarosses. La limite de commune avec Aujac suit ce ruisseau vers le nord sur 1,5 km. Elle le quitte pour continuer vers le nord et vers le sommet du Bartras. Sur le flanc nord du Bartras elle rejoint le ruisseau du Térond, qu'elle suit jusqu'à la confluence de ce dernier avec le ruisseau d'Abeau. Elle suit ensuite le ruisseau d'Abeau sur 380 m en aval, jusqu'à la confluence en rive gauche du valat de Balizac.

Les 2,2 km du ruisseau de Balizac complètent presque le tour de la commune, servant de limite de commune avec Bonnevaux ; il ne manque que 400 m de plus vers le nord pour atteindre le sommet du Font de L'Aille, point culminant de la commune. Deux kilomètres à l'est, commence le ruisseau de Brousson.

En sus de ces déjà nombreux cours d'eau, à peu près chaque pli de montagne recèle un ru, saisonnier pour la plupart.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Malbosc est limitrophe de huit communes, dont deux sont en Ardèche : Banne et Les Vans ; et six dans le Gard : Aujac, Bonnevaux, Bordezac, Chambon, Peyremale et Sénéchas[2] :

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Les lieux-dits suivis d'une astérisque sont situés à l'écart de la route indiquée.

A

  • Abeau, Route d'Abeau
  • Aubrias, D51

B

  • Bontier, D216
  • Le Barre*, D216
  • La Borie, D216

C

  • Chabannes*, Rte de Chabannes
  • Chambonas*, Route d'Abeau (vers la Serre des Abeillards)
  • Le Chastelas, D216
  • La Chaze*, Rte de Chabannes
  • Combe Chalde*, D216
  • Les Combres*, D216
  • Cruvelou*, Rte de Sabuscles (de la D216)

D

  • La Draille, D216

E

  • L'Eyrole*, D216
  • Escoussous*, D216
  • L'Estevenet*, Rte de Sabuscles (de la D216)

F

  • Fabre*, Rte de Sabuscles (de la D216)
  • Fourniel*, D216

G

  • Gorge*, Rte de Sabuscles (de la D216)
  • Gournier, D216
  • Grignole, D216

H

  • Habitarelle, D310

L

  • La Lauzière*, D52
  • Légal*, D216
  • La Loubatière, D310

M

  • Malbosquet*, D216
  • Le Mas*, près de Malbosc
  • La Mazade*, D52
  • Mourèdes, D52
  • Meynier*, D216

N

  • La Nouzette, Rte de Chabannes

P

  • Padrigalet*, Rte de Chabannes
  • La Pause*, D216
  • Pigeyroles*, Route d'Abeau
  • Prat Peillard*, D216 (près de Combe Chalde)

S

  • Sabuscles, Rte de Sabuscles (de la D216)
  • Safrenière*, Rte de Sabuscles (de la D216)
  • Le Serre*, près de la Nouzette
  • Le Serret*, près de Chabannes

T

  • La Tuilière*, D216

V

  • Vernédas, D51

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Malbosc abrite un petit gisement d'antimoine, présent sous la forme de stibine. L'extraction de celle-ci se faisait par simple chauffage des roches, la matte s'écoulant des stériles dès que la température s'approche de 600 °C[3]. Mais la stibine, incluse dans des filons quartzeux orientés NO-SE, y est disséminée, soit en mouches rayonnées, soit en veines très irrégulières ayant, au plus, 0,20 à 0,10 m d'épaisseur. L'allure de ces veines est très variable : tantôt elles se portent au toit, tantôt au mur du filon quartzeux ; parfois elles se divisent où se perdent complètement. En 1893, l'exploitation, gênée par cette irrégularité avait depuis longtemps été abandonnée[4].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Malbosc est à tendance méditerranéenne. L'hiver est doux et la fin de l'été est fréquemment marquée par des « épisodes cévenols » (orages et pluies violents).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Malbosc est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[5],[6]. La commune est en outre hors attraction des villes[7],[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

De l'occitan bosc, bos ou bost, « bois », qui était un « mauvais bois ». Mais le nom de Malbosc viendrait de la famille De Malbosc, seigneurs du village originaire du Gévaudan qui s'y établit au XIIe siècle et lui donna son nom.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Du XIIIe siècle au XVIIIe siècle, la seigneurie appartient à la Maison de Malbosc, très bien implantée dans la région, qui a formé les plus nobles alliances : de Borne d'Altier, de Gabriac, de Porcelet, de Ginestous, de Grimoard de Beauvoir, de Villaret…

Cette famille s'éteindra dans les marquis du Champ comtes d'Altier.

. La révolte des Masques qui toucha plusieurs cantons dont ceux des Vans et de Saint Ambroix à la fin de l'ancien régime était conduite par le procureur fiscal de Malbosc, Antoine de La Billerie. Cette bande compta plusieurs dizaines de révoltés qui se barbouillaient le visage de suie ou portaient une étoffe devant leur visage pour ne pas être reconnu.. Cette révolte, causée par la misère qui régnait dans la région dura plusieurs années. Elle était dirigée contre les hommes de loi et les collecteurs d'impôts. L'argent qu'on leur dérobait était redistribué aux pauvres, mais aucun de ces notables menacés ne perdit la vie à l'instigation du sieur De La Billerie. Cette révolte cessa avec l'arrestation de La Billerie à Malbosc.Il fut jugé puis pendu aux Vans en 1783 ainsi que deux de ses complices étranglés puis roués.

Anciennes mines d'antimoine à côté des Combres.

Dévorés par les loups.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1870 avant 1873 Camille Maïstre    
avant 1873   Joseph Louis Garidel    
mars 2001 mars 2008 Alice Icard    
mars 2008 En cours
(au 24 avril 2014)
Christian Manifacier[9] DVG Retraité de l'enseignement

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11].

En 2017, la commune comptait 145 habitants[Note 2], en diminution de 2,68 % par rapport à 2012 (Ardèche : +2,29 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9068677269621 0369801 0251 0541 087
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 016986895783774707690728694
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
672681598522480418354297251
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
229171157165146169156151144
2017 - - - - - - - -
145--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune est comprise dans trois zones de protection environnementales[14] :

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église romane.
  • Château du XIIe siècle dont il ne reste que six corps de bâtiments, au lieu-dit du Chastellas.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Félix de Malbosc de Miral de Cabrières (1726-1753) page du roi Louis XV et colonel de cavalerie dernier des Malbosc.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Malbosc (07140) », sur habitants.fr, SARL Patagos (consulté le 3 août 2019).
  2. Commune de Malbosc sur geoportail.fr.
  3. (en) Robert Hunt, A supplement to Ure's Dictionary of Arts, Manufactures, and Mines, containing a clear exposition of their principles and practice., New York, Appleton and Company, (lire en ligne), p. 106
  4. Edmond Fuchs et Louis de Launay, Traité des gîtes minéraux et métallifères : recherche, étude et conditions d'exploitation des minéraux utiles, description des principales mines connues, usages et statistique des métaux : cours de géologie appliquée de l'École supérieur des mines, t. 2, Librairie polytechnique Baudry et Cie éditeur (lire en ligne [PDF]), p. 199
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 5 novembre 2020)
  9. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le 30 juillet 2015).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  14. Liste des espaces protégés et gérés sur la commune de Malbosc. Fiche Natura 2000.
  15. Parc national des Cévennes - FR3400004. Fiche Natura 2000.
  16. Parc naturel régional des Monts d'Ardèche - FR8000041. Fiche Natura 2000.
  17. Réserve de biosphère des Cévennes. Fiche Natura 2000.