Vialas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vialas
Vialas
Blason de Vialas
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lozère
Arrondissement Florac
Canton Saint-Étienne-du-Valdonnez
Intercommunalité Communauté de communes des Cévennes au Mont Lozère
Maire
Mandat
Michel Reydon
2014-2020
Code postal 48220
Code commune 48194
Démographie
Gentilé Vialassiens
Population
municipale
434 hab. (2016 en diminution de 0,23 % par rapport à 2011)
Densité 8,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 20′ 04″ nord, 3° 53′ 48″ est
Altitude Min. 335 m
Max. 1 509 m
Superficie 49,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lozère

Voir sur la carte administrative de la Lozère
City locator 14.svg
Vialas

Géolocalisation sur la carte : Lozère

Voir sur la carte topographique de la Lozère
City locator 14.svg
Vialas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vialas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vialas

Vialas est une commune française située dans le département de la Lozère en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le sud-est du département de la Lozère et est limitrophe du Gard.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Vialas[1]
Concoules
(Gard)
Pont de Montvert - Sud Mont Lozère Vialas Génolhac
(Gard)
Ventalon en Cévennes Chamborigaud
(Gard)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle rejoint la communauté de communes des Hautes Cévennes (qui a son siège à Génolhac) le 1er janvier 2013.

Elle rejoint la communauté de communes des Cévennes au Mont Lozère le 1er janvier 2016[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville-fr Vialas 48.svg

Le blasonnement est : d'azur, à trois flambeaux d'or allumés de gueules, posés en pal

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Vialas
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 1983 Robert Cunibil   Compagnon de la libération
mars 1983 mars 2001 André Platon DVG Conseiller général (1992-2004)
mars 2001 mars 2014 Bernard Vignes DVG  
mars 2014 en cours Michel Reydon DVG  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2016, la commune comptait 434 habitants[Note 1], en diminution de 0,23 % par rapport à 2011 (Lozère : -0,95 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5501 7091 7902 0512 0412 1302 1261 9902 005
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9802 2992 4482 3102 1522 0962 0021 7201 463
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3591 2851 179890848796809617507
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
478352304356384425423435434
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le temple protestant, bâti en 1612, est l'un des plus vieux temples de France. Alors que l'église de la paroisse était à Castagnols, il est édifié au lieu-dit Vialas qui devient avec le temps le centre de l'agglomération [7].

Il est assuré qu'en 1636 le temple, dont la construction est achevée depuis plus de 20 ans, sert au culte ainsi qu'aux principales assemblées de la communauté telle que l'élaboration du compoix (ancêtre du cadastre) . Aux environs de 1640 c'est le point central de 19 lieux habités et 280 propriétaires. Après la révocation de l'édit de Nantes en 1685 et la conversion forcée de toute la population au catholicisme, il est confisqué par l'évêque d'Uzès pour devenir la nouvelle église de la paroisse, celle de Castagnols étant ruinée. Le bâtiment est profondément transformé pour lui donner un aspect d'église par ajout de voûtes, de chapelles, d'un chœur ainsi que d'un clocher. En 1789 90 % de la population est protestante, le bâtiment redevient temple en 1804 après la Révolution française. De style roman il est harmonieux dans toutes ses formes, ses matériaux et son dépouillement ornemental. Il est bâti en granit, sol compris. Sa toiture est en lauze , il mesure 21 m de long et 12 m de large; la hauteur jusqu'au clocher est de 11 mètres. Il possède un chevet circulaire, dont des vitraux datés de 1960 signés Robert Pillods constituent l'ornementation. Le mobilier est ancien : la chaire est datée de 1817 certains bancs datent de 1878 . On trouve au fond du temple un orgue construit entre 1974 et 1978.

  • Les sites miniers : l'exploitation minière semble de toute antiquité sur la commune mais a connu un développement particulièrement remarquable de ses filons de plomb argentifère, d'abord à la fin du XVIIIe siècle (exploitation de la mine de la Picardière), puis au XIXe siècle, avec l'exploitation méthodique de 1827 à 1894 de mines du plomb argentifère, qui justifia notamment la construction d'une usine à fonderie[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Préfecture de la Lozère, Arrêté n° 2015352-0001 du 18 décembre 2015 portant extension du périmètre de la communauté de communes des Cévennes au Mont Lozère, pages 112 et 113.
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. Paul Dombre, J.-C. Schmitt, Pauline Schmitt-Pantel, Jean Verney, Vialas en Cévennes et son Temple depuis 1612, Presses du Languedoc,
  8. Jean Roux, La Communauté de Vialas de la fin du XVIe au XIXe siècle - recherches historiques et généalogiques, Mende, O.P.U.S. et I.R.G.C.C.,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Lucy Dumas (dir), Vialas, de la Cévenne au Mont Lozère, 2019, 2 tomes

Liens externes[modifier | modifier le code]